Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine fixe la date d’expiration de l’hégémonie américaine

Comment peut-on penser une stratégie de rupture avec le capitalisme en étant dans un tel état d’ignorance que l’on ne mesure pas ce qui est en train d’évoluer au plan international en matière d’affrontement anti-impérialiste? C’est non seulement stupide mais criminel tant cela laisse notre propre classe ouvrière et couches populaires désarmées, imbéciles au sens premier à savoir privé de défense, cela condamne notre pays à un déclin irréversible dans le sillage des Etats-Unis. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Lundi 2 novembre 2020 par CEPRID

Alberto Cruz

CEPRID

La dernière quinzaine d’octobre a été cruciale pour l’avenir du monde. Dire cela peut paraître grandiloquent, surtout si l’on considère que, apparemment, rien d’anormal ne s’est passé dans cette quinzaine. En apparence. Parce que ce qui s’est passé, sans être anormal, était significatif et s’est produit en Chine avec l’adoption d’une loi très importante sur le contrôle des exportations et la tenue de la session plénière du Comité central du Parti communiste. Ce qui a été décidé là-bas est d’un tel poids qu’il reconfigurera le monde tel que nous le connaissons.

La Chine est dans une guerre commerciale et technologique imposée par les Etats-Unis depuis 2018. Une façon astucieuse, et dévastatrice, de répondre à chaque mouvement agressif des États-Unis a été d’adopter une approche qui a laissé le monde occidental désarmé : la « double circulation. » A l’inverse de ce qui a été dit par certains en Occident, ce n’est pas une mesure à court et moyen terme pour faire face aux « difficultés » (belle néo-langue) de l’agression américaine, mais c’est une nouvelle stratégie économique qui marque un changement presque total par rapport à ce qu’a été la Chine jusqu’à présent et qui a impacté pleinement l’économie mondiale.

Sans se fermer aux investissements occidentaux ou renoncer à ses exportations, la Chine regarde résolument vers l’intérieur de ses terres (production, distribution et consommation) avec la volonté de réduire sa dépendance à l’égard de la technologie et des marchés financiers. En bref: La Chine ne sera plus l’usine du monde.

Il s’agit officiellement de poursuivre une politique qui dure depuis un certain temps et qui a pris de l’ampleur comme le résultat de la pandémie de COVIDE-19, la quasi-totalité des pays occidentaux accusant la Chine de leurs propres erreurs et lacunes et initiant un processus naissant de relocalisation de ses industries en Chine vers d’autres pays asiatiques comme le Vietnam, la Thaïlande, la Malaisie ou le Cambodge. Bien que, et il est juste de le dire, certains à contrecœur et en tentant de contourner les sanctions américaines (illégales en vertu du droit international) et de continuer à commercer avec la Chine et en tentant de ne pas perdre sa part de marché dans le seul pays qui poursuit sa croissance malgré la pandémie. Cependant, la Chine en est venue à dire « vous le voulez de cette façon, alors allez-y. » Nous sommes à la fin de l’année et il sera très important de savoir quel est le pourcentage du commerce extérieur chinois en 2019. En 2018, il représentait 32% de son produit intérieur brut. De combien cette part s’est réduite nous donnera une idée de ce que cette mesure signifie pour le monde.

Dans le même temps, il y a ceux qui ne sont pas seulement tiré une balle dans le pied, mais dans la tête. C’est le cas de l’Union européenne, qui, dans son suicide derrière les Etats-Unis (non seulement avec la Chine, mais avec la Russie) perd des marchés à grande vitesse. A l’occasion de la pandémie et de la paranoïa occidentale anti-chine, l’UE a perdu sa position de premier partenaire commercial de la Chine, qui s’est reporté sur les pays de l’Association des États de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et qui, au cours de ces dix mois de 2020, a une part qui resté très proche de 500 milliards de dollars dans le commerce.

The Big Blow

Cette quinzaine cruciale a commencé le 13 octobre, jour de l’adoption d’une loi sur le contrôle des exportations qui, dans le même temps, autorise le gouvernement à « prendre des contre-mesures » contre tout pays qui « abuse des mesures de contrôle des exportations » et constitue une menace pour la sécurité et les intérêts nationaux de la Chine. Cela dit, il semble que c’est une loi quelconque, mais ce qui est derrière elle est une interdiction d’exporter des substances stratégiques (en particulier les terres rares) et la technologie aux entreprises étrangères qui pourraient constituer une menace pour sa sécurité nationale.

Jusqu’à présent, nous étions habitués à entendre ce langage en provenance des États-Unis, mais venant maintenant de Chine cela indique également comment les choses sont et comment la Chine a décidé qu’elle ne se soucie pas qui gagne l’élection américaine. Les deux sont anti-chinois et la seule chose sur laquelle ils diffèrent, c’est que l’un préfère aller seul (Trump) et l’autre cherche à avoir des vassaux (Biden). En tout les cas, les Chinois savent que le temps joue en leur faveur et si Biden gagne, cela lui donnera quelques mois pour renverser la politique anti-Chine de Trump (bien qu’Obama ait également pris des mesures dans cette ligne de confrontation que Trump a accélérée), et c’est le sens de l’introduction d’un mot, « abus » dans la loi adoptée. Dans le cas où Trump gagne, le temps sera très limité puisque il faudra faire face dès la première session de l’Assemblée populaire nationale de l’année prochaine (il est nécessaire de prendre en compte quand l’année chinoise commence, ce qui n’est pas notre calendrier ), le feu vert définitif sera alors donné à la mise en oeuvre de cette loi qui viole définitivement la coutume américaine d’imposer sa juridiction nationale en dehors de son territoire.

Si la Chine tient également compte du fait qu’elle exporte 70 % de toutes les terres rares commercialisées dans le monde (et 95 % du total est supposé être sur son territoire, bien que de nouveaux gisements soient découverts en permanence comme en Corée du Nord, par exemple, ou au Vietnam), cela signifiera ce que cette mesure implique : des matériaux essentiels pour tous, des mobiles aux missiles. C’est un peu comme « pas de terres bizarres, pas de chips. »

L’importance de cette loi est qu’elle est la première de l’histoire de la Chine depuis son entrée dans l’Organisation mondiale du commerce (2001). Alors que les États-Unis ont rédigé des lois et des lois à leur guise à cet égard, et contre le mantra libéral du « libre-échange », la Chine est toujours restée dans le strict contexte officiel et a plaidé pour le « libre-échange ». Jusqu’à maintenant. Avec cette loi, la Chine applique l’« œil pour œil », c’est-à-dire qu’elle retourne aux États-Unis ses coups les plus durs. La Chine dit aux États-Unis que ceux-ci n’établiront plus de règles de commerce international unilatéralement et quand ils le veulent et l’imposent par leur capacité militaire, ni avec leurs bases, ni en comptant sur leurs alliances.

Depuis que les Etats-Unis ont commencé la guerre économique contre la Chine avec des droits de douane, en 2018, nous avons assisté à un échange de représailles les uns pour les autres jusqu’à ce que nous laissions la chose dans quelque chose comme un lien dans lequel les deux peuvent se vanter de la victoire. En effet, quelqu’un d’aussi peu soupçonné que Bloomberg a dû reconnaître (30 octobre 2020) que le respect par la Chine de l’accord dit de « phase 1 » permet aux États-Unis de lutter contre la pandémie en termes de ressources et de ventes, en particulier agricoles. Mais cette loi, si toutefois elle est appliquée – et elle dépendra de ce que les États-Unis font d’ici février ou mars 2021 – bouleversera toute géopolitique telle que nous la connaissons de manière irréversible.

La Chine a attendu très patiemment son temps et elle a été fournie par COVIDE-19 : avant la pandémie occidentale, elle était très touchée, perdant l’hégémonie chaque seconde qui passe ; il est maintenant coulé et les perspectives sont d’un naufrage encore plus grand. Il suffit de jeter un coup d’œil au dernier rapport du FMI (16 octobre 2020) lorsque vous parlez de la crise pandémique qui va durer beaucoup plus longtemps que prévu et qu’un seul pays est sauvé, la Chine.

Le XIVe plan quinquennal

C’est dans ce contexte que doit être placé l’autre grand mouvement: l’adoption à la XIXe plénière du Comité central de l’ASSEMBLÉE (26-29 octobre 2020) du XIVe plan quinquennal (2021-2025), qui sera officiellement adopté par l’Assemblée populaire nationale en mars 2021.

S’il y a une chose évidente dans le monde dans laquelle nous vivons, c’est que l’état de l’économie mondiale dépend, en particulier, de la voie que la Chine va suivre et à quel rythme son économie va aller. D’où l’importance du XIVe plan quinquennal.

Une brève réflexion doit être faite ici parce que les plans quinquennaux de la Chine commencent, mais ne suivent pas millimétriquement, les plans quinquennaux soviétiques. Parce que les Chinois ont beaucoup appris après la disparition de l’URSS, ils ont étudié beaucoup des causes de cette disparition et ont entrepris de nombreuses variables qui ont permis au pays d’atteindre où il atteint. Je veux dire, ils sont moins rigides que les Soviétiques. Par exemple, dans ce XIVe plan quinquennal, il existe une « combinaison flexible » de capitaux publics et privés, tout en soulignant que « c’est l’État qui est le principal sujet de l’économie et qu’il établit des conditions économiques ». En d’autres termes, l’intérêt des entreprises privées est subordonné à l’État, comme l’a prouvé de près la pandémie et la façon dont la Chine l’a confrontée.

Étant comme ils sont, avec une guerre économique ouverte par les Etats-Unis, avec une tendance croissante vers la démondialisation et avec une récession économique occidentale sans précédent la Chine a mis ses cartes sur la table (même si toutes ne sont pas encore connues). Il est clair derrière ce plan que la Chine choisit ouvertement de devenir la plus grande économie du monde (ce qu’elle est déjà) et, surtout, « une société à revenus élevés » au cours des cinq prochaines années. C’est-à-dire, pour atteindre, ou dépasser, le chiffre de 10 700 euros de revenu par habitant que la Banque mondiale ou le FMI estime que le pays est à revenu élevé. Aujourd’hui, la Chine est légèrement au-dessus de 8.500 euros.

Mais pas toute la population, bien sûr (comme en Occident, cette moyenne est assez trompeuse parce qu’elle est égale aux très riches et aux très pauvres). Selon les données officielles, il y a environ 600 millions de Chinois (la population est de 1,4 milliard), à peu près le même pourcentage de la population rurale dans le pays, dont le salaire mensuel est de 120 euros et c’est en eux que ce XIVe plan quinquennal est dédié qui garantit une politique expansive avec une augmentation des dépenses publiques pour assurer la santé, l’éducation et les pensions, entre autres choses. C’est pourquoi vous vous détendrez jusqu’à ce que vous disparaissez presque le permis de séjour qui restreint la circulation des travailleurs qui migrent vers les villes. C’est l’augmentation de la qualité de vie de ce secteur dans lequel toute l’approche est tournée parce qu’elle implique également une augmentation substantielle des salaires.

Sans cela, la consommation ne peut pas être stimulée au niveau de la Chine avec sa stratégie de « double circulation ». Mais la Chine a tous les avantages pour y parvenir car grâce au PCC, le plein contrôle de l’Etat sur tous les secteurs stratégiques (énergie, télécommunications, crédit, transports, etc.) et, en particulier, sa souveraineté monétaire, le triomphe est assuré.

Et voici l’autre question pertinente parce qu’en optant pour la stratégie de « double circulation », elle est clairement engagée dans la consommation intérieure par rapport aux exportations. Cela permettra à la Chine de stimuler le développement socio-économique de sa population à court et moyen terme et – surtout – sans pression extérieure.

Ce plan quinquennal stipule que la priorité absolue pour la Chine est l’économie nationale et la réalisation d’objectifs technologiques qui améliorent son développement. En d’autres termes, l’intelligence artificielle devient la clé de ce qui précède avec une application à grande échelle, aussi, dans les zones rurales. Parce que ce qu’il implique, ni plus ni moins, qu’il « remplace les technologies américaines dans les zones centrales » de l’économie et pour cela il augmente l’investissement dans la recherche et le développement de l’actuel 2,2% à 3% du budget de l’Etat. Un pourcentage que les États-Unis ne sont pas en mesure d’assumer.

Les Etats-Unis ont peut-être prévu ce mouvement et ont essayé de l’empêcher de toutes leurs forces, mais il est tard, trop tard. Peu de gens soutiennent aujourd’hui que toutes les actions agressives contre Huawei, TikTok, WeChat et autres n’ont pas réussi à obtenir les résultats escomptés et qu’il y a des « conséquences collatérales » (The Asia Times, 30 octobre 2020) qui ne devraient pas être le fait qu’elles ont affecté de nombreuses entreprises américaines.

Ce XIVe plan quinquennal stipule que ce qui précède est le prélude au grand objectif : 2035 avec la Chine comme leader mondial de la technologie, en dehors de la grande puissance économique sans aucune discussion, montrant que la puissance hégémonique de l’Amérique s’affaiblit très rapidement et a une date d’expiration.

Se souvenir de Lénine

De toute évidence, le soi-disant « ordre mondial » change en temps de crise, nous n’avons qu’à revoir l’histoire. Si l’hégémonisation menée par les États-Unis s’est jusqu’à présent déchirée, la pandémie l’a complètement brisée. Nous vivons dans un moment historique, en regardant la domination américaine décliner exactement comme les empires britanniques et Français fondus après la Seconde Guerre mondiale ou espagnol à la fin du 19ème siècle.

Lénine a parlé dans son « impérialisme, phase ultime du capitalisme » de la façon dont la concurrence féroce pour le contrôle des ressources et le commerce entre les États capitalistes européens a conduit à la Première Guerre mondiale. Et comment l’impérialisme, directement ou indirectement, impose toujours les règles du commerce international pour s’assurer que l’excédent économique se répercute sur le pouvoir impérialiste. Je suppose qu’il n’est pas nécessaire de dire ce que les États-Unis ont fait depuis le déclin britannique après la Seconde Guerre mondiale et sur quoi repose leur contrôle du monde, surtout après la disparition de l’URSS.

Et les Etats-Unis l’ont même fait en écrasant et en humiliant leurs « alliés », comme lors de la soi-disant « crise asiatique » des années 1990, bien qu’ils aient auparavant coulé le Japon, qui avait surpassé les États-Unis dans les exportations manufacturières. Le Japon a dû avaler sa mise au pas, les pays asiatiques ont vu ce qui s’était passé et ont également baissé la tête, mais la Chine ne l’a pas fait. La Chine accepte la guerre et la porte sur le terrain américain lui-même. L’adoption de la loi sur le contrôle des exportations et le pouvoir de faire des contre-mesures, ainsi que l’adoption du XIVe plan quinquennal marquant un avenir proche sont les manifestations de ce que les États-Unis ne peuvent pas intimider la Chine comme ils l’ont fait avec le Japon et d’autres pays, qu’ils ne peuvent pas établir des règles commerciales et interdire les entreprises technologiques qui les dépassent, et, au contraire, la Chine peut envoyer les Etats-Unis dans les poubelles de l’histoire et ils ne seront rien de plus qu’un autre empire qui est tombé.

Une note de plus à souligner: 2035 sera non seulement lorsque la Chine sera le leader mondial de la technologie, mais quand elle aura atteint le rang de « nation socialiste entièrement modernisée. »

Nous revenons ici au débat éternel sur la question de savoir si la Chine est socialiste ou capitaliste. Mais si nous suivons ce que l’on sait du XIVe Plan quinquennal, nous voyons qu’il n’y a rien qui n’est ni une chose ni une autre parce que nous sommes confrontés à la fusion de l’économie monétaire, keynesianisme au sens strict et à la planification initialement soviétique.

Peut-être quelque chose comme la nouvelle politique économique de Lénine. Peut-être. La différence est que Lénine a conçu la NEP comme un système de transition, un « pas en arrière forcé » au sein du système socialiste, et la Chine y voit un grand pas en avant et rien de transitoire. La ressemblance est que, dans les deux cas, l’économie reste sous la direction et la planification de l’État, bien que soutenue par des capitaux privés.

Parce que la vérité est que ces dernières années – surtout après la première crise capitaliste majeure de 2008 et surtout après l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013 – la dépendance vis-à-vis de l’économie du secteur public a doublé, les entreprises d’État ont bénéficié de politiques gouvernementales de plus en plus favorables pour les rendre « plus fortes, meilleures et plus grandes » , comme Xi lui-même l’a dit. S’agit-il d’un « socialisme de marché » ou d’un « socialisme aux caractéristiques chinoises » ? Peut-être.

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre est « Les Sorcières de la Nuit. Le 46e régiment d’aviateurs soviétiques « aman » pendant la Seconde Guerre mondial », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et déjà en passant par la troisième édition. Les commandes peuvent être passées à libros.lacaida@gmail.com ou à ceprid@nodo50.org peuvent également être trouvées dans les librairies.

albercruz@eresmas.com

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Dans la vignette, ils sont japonais,

Mireille POPELIN, en commentaire de l’article “bonnet blanc blanc bonnet”, fait l’amer constat qu’une partie de la jeunesse, y compris chez les jeunes communistes, n’est pas enthousiaste vis à vis de la Chine. Ne lisant plus “L’Huma” depuis plusieurs années, je n’ajouterai pas mes critiques aux siennes. La ligne éditoriale de ce journal qui devrait être le pain quotidien de tous les communistes m’a mis hors de moi. J’avoue que souffrir P. Le Hyaric, plus européen que moi tu meurs, m’était devenu insupportable. Au niveau médiatique, le rapport de forces est actuellement en faveur des occidentaux. La jeunesse en est… Lire la suite »

Bonjour, très intéressant article sur le tournant historique mondial que nous sommes en train de vivre. Il importe que les communistes saisissent la nature dialectique de la mondialisation, qui ne date pas de 1990 mais de la préhistoire, des premiers trocs et des premières guerres, et qui a pris la forme de la colonisation et de l’esclavage comme des luttes de libération, des révolutions et du commerce sous tous ses aspects. Une mondialisation multipolaire s’annonce à laquelle l’hégémonisme oppose le protectionnisme. Ce protectionnisme s’oppose au développement des forces productives mondiales, comme à la protection sanitaire des peuples. Quelle doit être… Lire la suite »

Last edited 16 jours il y a by Xuan