Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les élections américaines et l’épidémie

Coronavirus: Record du nombre de nouveaux cas quotidiens aux USA. Quand on voit quels sont les endroits qui connaissent une explosion des cas, on se dit que nos médias n’ont peut-etre pas tout compris des votes aux Etats-Unis. Les faits et nos hypothèses. (note de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

(Reuters) – Les Etats-Unis ont fait état mercredi de 102.591 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières vingt-quatre heures, un record sur une seule journée, selon un décompte de Reuters effectué sur la base de données officielles.

Neuf Etats ont enregistré un record quotidien du nombre de cas supplémentaires: le Colorado, l’Idaho, l’Indiana, le Maine, le Michigan, le Minnesota, Rhode Island, l’Etat de Washington et le Wisconsin.

Mardi, le nombre d’hospitalisations liées à l’épidémie de COVID-19 s’élevait à plus de 50.000, un plus haut en trois mois.

Le nombre de décès liés au coronavirus aux Etats-Unis augmente moins vite que le nombre de nouveaux cas de contamination, avec une moyenne de 850 morts par jour, contre 700 il y a un mois.

(Lisa Shumaker; version française Camille Raynaud)

UN constat, nos médias qui comme la presse sympathisante des démocrates aux Etats-Unis n’ont rien compris à ce qui avait produit l’élection de Trump et ont accusé successivement les Russes, la classe ouvrière devenue tout à coup réactionnaire en évitant de s’interroger sur ce que pensait l’électorat, ont accordé une importance relative à la manière dont chaque catégorie sociale ressentait les effets de l’épidémie.

Je n’ai entendu qu’un commentateur dire que la principale tâche à laquelle allait être confronté Biden était de faire face à l’épidémie. Ce qui ne sera pas parenthèse facile s’il n’a pas la majorité au sénat, parce que le poids de celui-ci plus la cour suprême risque d’entraver toutes les mesures en matière de santé comme d’ailleurs dans la limitation du trafic d’armes. mais restons sur l’épidémie et ses effets sur le vote.

Ce que je vois à Marseille, c’est que ceux qui sont aujourd’hui en état de nier l’épidémie, ce ne sont pas les couches populaires qui la subissent, ils n’en meurent pas tous, mais se rendent compte peu à peu de la nature de la saloperie. Ils restent dans des métiers parmi les premiers contaminés et ils découvrent que c’est tout sauf une gripette. Ce qui correspond à leur besoin c’est non seulement un système de santé public, gratuit, mais aussi tout un confinement beaucoup plus sévère où les mesures de protection seraient assurées et les conditions d’existence également. Ceux que l’on entend le plus et qui sont effectivement au bord de l’anarchie ce sont les petits commerçants qui d’ailleurs à Marseille ont tendance à ne rien respecter à refuser le masque. Sur le petit marché en face de chez moi pas un des commerçants n’a le masque et ils sont fiers de leurs attitude. Les soutiens de Trump, ceux qui refusent les protections sont ceux qui ont encore la latitude d’ignorer l’épidémie, d’autres prolétaires ne sont plus en état surtout si l’inégalité devant les soins de santé se double comme chez moi à Marseille, d’un racket des spécialistes médecins qui ont tendance à faire surpayer les consultations à un tarif non remboursé. J’ai des noms et les centres médicaux qui les abritent sont complices. C’est-à-dire que ce qui existe chez nous est le début d’une inégalité devant l’épidémie en matière de soins. Pour le moment on tente de nous la faire accepter en opposant les jeunes aux vieux, mais peu à peu d’autres se font jour. Imaginez ce qu’il en est aux USA. La dimension de classe est désormais en train de rendre le vote par communauté relativement peu pertinent. Il faut faire des sous ensembles.

On découvre que certains Etats qui avaient basculé vers Trump sont revenus chez les démocrates, est-ce qu’ils avaient voté pour Trump en 2016 ou simplement ils s’étaient abstenu et la forte participation indique leur retour. L’abstention est chez nous comme aux Etats-Unis beaucoup plus caractéristique d’une classe ouvrière et de couches populaires qui ne s’y reconnaissent plus. Quoiqu’en disent nos médias. Simplement, ils ont plus voté par correspondance, donc plus désireux de se protéger.

Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments