Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Au Bangladesh, la rue en colère contre la France

Le Bangladesh n’est pas un pays que l’on peut considérer comme représentant un quelconque progressisme ni sur la condition des femmes, ni sur celle des ouvriers, un lieu d’exploitation pour toutes les grandes entreprises, celles de l’habillement en particulier. Et les masses ont certainement mieux à faire qu’à se mobiliser contre la France et ses caricatures. Il n’empêche, comment sommes-nous passés de l’horreur d’une décapitation d’enseignant, horreur sur laquelle les masses musulmanes peuvent s’entendre vu qu’elles sont en général les premières victimes de ces tarés, à cette mobilisation générale anti-française? Erdogan qui déclare la guerre de la vache qui rit et Darmalin qui ne voit que les islamistes gauchistes. Confondant allégrement dans le paquet cadeau quelques caricatures comme Clémentine Autain avec la position équilibrée du secrétaire du PCF pour mieux faire oublier les complicités de la droite, de ceux qui achètent la paix sociale avec les islamo-fascistes. Comment en sommes nous arrivés à des leurres agités à cette échelle? Pendant que l’on parle de ça on ne parle pas d’autre chose, des entreprises qui ferment, des lits d’hôpital que l’on a pas réouvert. A force de parler de Mohamed le prophète comme disait Kateb Yacine, on oublie Mohamed, travailleur au premier rang du coronavirus, Mohamed qui se fait du souci pour ses enfants, leurs résultats à l’école. Il n’y a pas que le Bengladesh que l’on occupe avec des caricatures. Sans parler du budget de la guerre. Macron qui comme ses prédécesseurs a impliqué la France à la fois dans des guerres néocoloniales au nom des droits de l’homme et dans le même temps fourni des armes aux pires réactionnaires obscurantistes du monde arabe, a sérieusement besoin de repenser sa conception de la France dans le monde. Il est vrai qu’il n’est pas plus capable de gérer la France tout en allant donner ses conseils au Liban ou en Biélorussie. Parfois je me demande si je suis la seule à penser ainsi… (note de danielleBleitrach)

Publié le 27/10/2020 – 12:26

Une foule compacte a envahi mardi le centre de la capitale, Dacca, pour exiger des excuses sans condition d’Emmanuel Macron à propos des caricatures de Mahomet.

Ils étaient “des dizaines de milliers”, selon plusieurs médias locaux. Des manifestants sont descendus en masse dans les rues de Dacca, le mardi 27 octobre, “pour dénoncer la publication des caricatures du prophète Mahomet en France”, rapporte le Dhaka Tribune.

Le défilé organisé dans la capitale du Bangladesh, pays de 160 millions d’habitants où 90 % de la population est musulmane, “avait pour destination finale l’ambassade de France”, dans le quartier chic de Gulshan. Mais il a été “stoppé par les barricades de la police à Shantinagar”, en plein centre-ville.

Juste avant cette marche, un premier rassemblement avait eu lieu devant la grande mosquée Baitul Mukarram. La République populaire du Bangladesh rejoint ainsi le mouvement antifrançais qui prend actuellement corps “dans les pays à majorité musulmane” et qui appelle “au boycott des produits français, après que le président Emmanuel Macron a critiqué les islamistes et juré de ne pas abandonner les caricatures représentant le prophète”, interdites par l’islam.

Demande d’“excuses sans condition”

Dimanche, Imran Khan, Premier ministre du Pakistan (pays auquel était rattaché l’actuel Bangladesh de 1947 à 1971), a accusé le président français “d’attaquer l’islam” et d’avoir “blessé des millions de musulmans en Europe et dans le monde”.

Le quotidien New Age, de son côté, rappelle que la prise de position d’Emmanuel Macron est intervenue “après la décapitation d’un enseignant français près de Paris, qui avait montré les caricatures du prophète durant un cours sur la liberté d’expression”.

Ce que veulent maintenant les manifestants bangladais, ce sont “des excuses sans condition” du président français et “l’expulsion de l’ambassadeur de France à Dacca”.

La manifestation de mardi s’est achevée “sans incidents” mais d’autres rassemblements sont prévus dans les jours qui viennent : jeudi dans la capitale, et vendredi “dans toutes les mosquées du Bangladesh”.Guillaume Delacroix

Et puisque comme en France tout finit fort heureusement par des chansons, et des plaisanteries, plutôt que des caricatures que je trouve d’une laideur innommable (mais il est vrai que je suis très difficile dans cet art) , je propose d’écouter cet éditorialiste se moquer de la guerre franco turque… Est-ce qu’elle mérite autre chose que la dénonciation de ces deux médiocres mégalos.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Tu serais la seule à penser…..? C’est de l’humour…..
Affectueusement et fraternellement Pedrito

“Parfois je me demande si je suis la seule à penser ainsi… (note de danielleBleitrach)”Non, je n’ai rien inventé, ta parole a dépassé ta pensée….Et puis je ne t’ai pas cru, tu as un gnac qui provoque la réflexion, c’est le moins …..et il y a du monde qui rue dans les brancards, sur la toile, en attendant mieux……La rue, peut-être, quand le couvercle finira bien par péter

100% d’accord avec votre édito Danielle ! J’ai lu un article d’un ancien ambassadeur turc aux États Unis qui s’inquiète de l’instabilité politique créé par un mouvement de destruction des règles basiques des relations diplomatiques: utilisation des réseaux sociaux par des membres de la cour présidentielle qui court-circuitent le ministère des affaires étrangères, des administratifs ou ministres qui n’hésitent pas à apostropher des chefs d’État étrangers, flux de déclarations incohérentes, inconséquentes, isolationistes et dangereuses pour leurs propres nationaux, etc. Je mets en lien: https://yetkinreport.com/en/2020/09/15/turkeys-road-to-diplomacy-of-loneliness/amp/# Le diagnostic qu’il fait pour la politique turque me semble valable aussi pour la France. C’est… Lire la suite »