Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

BOLIVIE AU-DELÀ DES SONDAGES: ILS ONT ATTAQUE UN HOMME ET ILS ONT RENCONTRÉ UN PEUPLE

Cet article pose des questions que nous avons tous dans la tête, nous amis de l’Amérique latine, nous avons soutenu Evo Morales et le peuple bolivien, mais personnellement je l’avoue ça a été sans bien comprendre sa stratégie. Pour un part, elle m’a désorientée, même si je savais que les réactions de l’Indien, qui imprègnent la Bolivie, sa conception de la démocratie, mais aussi tant de siècles de soumission, d’attente hors citoyenneté, sont difficiles à apprécier. Combien elles donnent lieu à des stupidité à l’image de cet article du MOnde qui ose dire “personne ne s’attendait à un tel résultat”. Non nous savions que le MAS était majoritaire mais nous craignions une manoeuvre impérialiste, nous la craignons toujours, comme l’inconnue des forces armées, ses liens potentiels avec les nervis des latifundiaires. Comme le dit l’article, le peuple sort renforcé du résultat électoral même si l’impérialisme n’a pas renoncé. Que faut-il penser du fait que nos télévisions n’ont pas annoncé cette victoire, dans le sillage de nos gouvernants de droite ou de gauche, Macron en tête toujours prêts à reconnaitre les usurpateurs adoubés par les USA ? Ce bras de fer est à l’image de ce qui est en train de naître dans le monde, y compris à travers cette épidémie, un mouvement planétaire où chacun arrive avec ce qu’il est pour construire un avenir commun, quelque chose que nous devons y compris nous communistes français apprendre à respecter. (note et traduction de danielleBleitrach)

Posté par Carmen Parejo Rendón 19 oct, 2020 L’Amérique, la géopolitique et l’anti-impérialisme 

Bolivia más allá de las urnas: Fueron contra un hombre y se encontraron con un pueblo

MÊME SANS CALCUL OFFICIEL, QUI POURRAIT ÊTRE RETARDÉ JUSQU’À LA FIN DE LA SEMAINE, ET EN ATTENDANT LES RAPPORTS DE L’OEA, IL EST CONFIRMÉ QUE LE MAS-IPSP A BALAYÉ LA BOLIVIE AVEC UNE MARGE DE PLUS DE 20% DE SOUTIEN

« Le MAS a fait preuve d’une capacité organisationnelle, d’une accumulation de forces et d’un développement formateur de son militantisme qui doit être pris en compte comme un exemple »

« arine Añez est dans une position très délicate comme la responsable juridique ultime pour ce qui a été vécu dans le pays du cône sud pendant l’expérience coup d’Etat »

« Si l’armée prétend user de ses dans ce nouveau contexte, nous serions confrontés à une guerre contre une majorité civile parfaitement lucide et organisé »

Le jour des élections, hier, en Bolivie marque un avant et un après pour le peuple bolivien, pour la région latino-américaine et pour le monde. Le MAS a fait preuve d’une capacité organisationnelle, d’une accumulation de forces et d’un développement formateur de son militantisme qui doit être pris en compte comme un exemple pour tous ceux qui se battent, n’importe où dans le monde, pour parvenir à une transformation radicale de l’état actuel des choses.

Les premières données, pas encore officielles, indiquent une différence de plus de 20% pour le binomial de Lucho Arce et David Choquehuanca, rappelons-nous que lors des dernières élections, la différence du MAS dirigé par Evo Morales était de 10%. C’est-à-dire, selon ces données, nous pouvons assurer que, loin du prétendu revers social et politique fomenté par le coup d’État orchestré par la droite bolivienne, avec l’alliance fondamentale de l’OEA et le silence de la soi-disant communauté internationale, ce qui s’est passé en Bolivie a été un renforcement du processus d’émancipation et de développement qui a commencé en 2006.

Les réactions n’ont pas été attendues, la plus frappante a sans doute été celle de la présidente du coup d’État Jeanine Añez.

Jeanine Añez est dans une position très délicate en tant que responsable juridique ultime de ce qui a été vécu dans le pays du cône sud pendant l’expérience du coup d’État. Añez serait le plus responsable des massacres tels que ceux perpétrés à Sacaba et Senkata en novembre 2019, des massacres qui ont été dénoncés à la fois par la Commission interaméricaine du DRH et le Bureau du Médiateur de Bolivie lui-même, des crimes contre l’humanité qui, même si Añez fuyait le pays, pouvaient être poursuivis sur la base d’une juridiction universelle et sans limitation possible du crime.

Le gouvernement d’Añez, lui-même, est bien conscient de cette situation et, comme l’ont publiquement dénoncé les personnes concernées, ils auraient essayé d’acheter financièrement les victimes de ces massacres sans succès. De même, de nombreux analystes ont fait valoir que l’échec de cette négociation aurait étéle point clé qui avait déterminé le retrait de sa candidature électorale et le soutien à la candidature de la droite de Carlos Mesa.

L’Organisation des États américains, ou ministère des Colonies, comme beaucoup l’appelle, qui ont joué un rôle de premier plan lors du coup d’État de 2019, fait actuellement un profil bas. Elle reconnaît l’élection, mais demande la prudence. En un sens, s’ils ont l’intention de prendre une nouvelle initiative pour empêcher les progrès de l’histoire d’atteindre la Bolivie, ils trouveront une réalité qui les rend très difficiles à entreprendre. Toutefois, à cet égard, l’OEA, personnellement, requiert aussi la prudence parce que nous ne savons jamais quelle invention, elle tentera de provoquer cette fois-ci.

L’un des éléments fondamentaux qui apparaissent comme des tâches urgentes pour le nouveau gouvernement bolivien est probablement déjà le contrôle de ses propres forces de sécurité. Beaucoup ont été surpris et même en colère que, avec d’autres expériences à l’esprit, le gouvernement d’Evo Morales n’ait pas pris un contrôle plus profond sur ces forces qui ont également été historiquement formés par les États-Unis eux-mêmes. Afin de rendre compte de la formation de l’État plurinational de Bolivie et de sa nouvelle constitution a marqué le début d’un nouveau pays, une construction nationale qui a fait la Bolivie a cessé d’être une branche au service de l’impérialisme où la majorité de sa population était en dehors de l’État, pour créer un projet politique auquel a participé sa société complexe et diversifiée dans son ensemble. Un nouveau pays qui avait besoin d’une force de sécurité selon ses nouveaux principes. Mais cette étape aurait-elle été possible il y a quelques années ?

En ce sens, et sans tomber dans des idéalismes sur un passé qui ne l’était certainement pas, s’il est important de concentrer ses efforts sur le projet de pays qui renaît aujourd’hui après une année de léthargie, un pays qui non seulement vient avec des leçons apprises, mais qui est renforcé dans sa construction, qui est maintenant plus fort qu’il y a un an et a donc une meilleure formation pour travailler dans une direction ferme et une avant-garde.

Le problème de l’armée sera résolu à l’avenir et j’espère que je n’ai pas tort, mais le risque d’une prise violente du pouvoir après ces résultats est plus éloigné qu’auparavant parce qu’il ne s’agirait plus d’une guerre civile où la population est plus ou moins divisée en deux, comme ils ont essayé de nous le faire croire à de nombreuses reprises. Si l’armée se rebelle dans ce nouveau contexte, nous serions confrontés à une guerre contre une majorité civile parfaitement évidente et organisée. Et bien que tout soit possible, une agression avec ces caractéristiques est peu susceptible d’être envisagée.

En Bolivie, il y a un an, ils se sont opposés à un homme, en évitant que la foule soit derrière lui. En Bolivie hier, ils ont rencontré un peuple.

AUTEUR

CARMEN PAREJO RENDÓN

+ articles

Directeur Revista La Comuna

Elle a étudié la philologie hispanique à l’Université de Séville. Directeur culturel, écrivain, poète et analyste international dans différents médias écrits ou audiovisuels. Auteur de la compilation poétique « La Génération du Sang I » pour Editorial Ultramarina Cartonera, à travers la plate-forme des artistes chilango-andalous.

« Arquitecturas y Mantras » de la Maison d’édition Bucéfalo est son premier livre de poésie solo. À son tour, elle collabore actuellement sur Hispan TV et d’autres médias hispanophones internationaux analysant la situation politique actuelle. Membre de l’Association culturelle Back to Marx. Milite dans les travailleurs andalous.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

L’auteure de l’article semble optimiste mais moi j’ai comme un doute!
Ça doit cogiter ferme dans les bureaux de la CIA pour trouver la parade et préparer les communiqués de presse à distribuer à leurs aficionados avant de passer à l’action!

Etonnamment cette armée Bolivienne formée par la CIA est demeurée cette armée prétorienne sous la présidence d’EVO ! Quant à savoir le motif qu’il ne la modifia pas on en est à des suppositions . Le contexte ne fut pas le même sous Hugo CHAVEZ au Venezuela qui savait le danger couru et s’attaqua à bras le corps à museler ce risque de coups d’Etat dont il fut victime. Il faut bien dire qu’ancien militaire lui-même il y avait conservé quelques sympathies . On peut penser qu’EVO n’osa pas aborder le problème ou n’a pas voulu prendre de risque ?… Lire la suite »