Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Transition et processus électoraux aux Etats-Unis

Il s’agit d’un article scientifique en provenance du centre de recherche du minirex (ministère des affaires extérieures) de Cuba qui présente un grand intérêt à la fois dans ses analyses et dans une méthode qui permet d’articuler le temps court d’un débat électoral avec le temps long d’une transition sociale. C’est un article long, très documenté qui exige une certaine attention et que l’on peut garder dans ses dossiers pour lecture (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

auteurs Dr. C. Ernesto Domínguez López Docteur en sciences historiques. Professeur. Center for Hemispheric Studies and About the United States. Université de La Havane, Cuba, e-mail: ernestodl@cehseu.uh.cu. ORCID iD: 0000-0003-4305-1097

MSc. Dalia González Delgado Master

in Contemporary History and International Relations. Professeur instructeur. Center for Hemispheric Studies and About the United States. Université de La Havane, Cuba, e-mail: dgonzalezd@cehseu.uh.cu. ORCID iD: 0000-0002-3689-390X

Reçu: 14 août 2020

Approuvé: 1 septembre 2020

Transition et processus électoraux aux États-Unis : le réajustement du système politique et les primaires présidentielles démocrates de 2020

Transition et élections aux États-Unis : réajustement politique et primaire présidentielle du Parti démocrate de 2020

Résumé

L’article avance l’hypothèse qui voudrait que les primaires démocrates de l’élection présidentielle démocrate de 2020 aient été l’expression du processus de réajustement politique en cours aux États-Unis dans le cadre d’un processus plus large de transition dans des conjonctures historiques. On peut identifier des tendances au changement les plus importantes enregistrées au cours des décennies précédentes et on peut les lier à la période de crise, en utilisant un modèle théorique pour les transitions historiques. A partir de là, les primaires seront examinées et expliquées dans le cadre de la séquence électorale et de la formation de mouvements politiques de 2007 à 2020, par l’application d’une version de la théorie du réalignement politique. Il sera conclu que les changements accumulés ont généré des demandes qui en ont terminé avec la configuration précédente, conduit à la transition et provoqué la concurrence entre les alternatives politiques, marquées par les thèmes centraux de la transition, qui n’étaient toujours pas résolus en 2020.

 

Abstract

The article proposes the thesis that the 2020 Democratic Party presidential primary was an expression of the then ongoing political readjustment in the Unites States, part of a wider transition between historical junctures. We identified the core trends of change observable during prior decades and linked them to the period of crises since 2007, through a theoretical model for historical transitions. From there we examined the primaries and explained them within the context of the sequence of elections and the making and operation of political movements along the 2007-2020 period, through a version of the theory of political realignment. We came to the conclusion that accumulated changes generated demands that exhausted the prior configuration, conducted to the transition and encouraged the competition between political alternatives, marked by the core issues of the transition, still unsolved in 2020.

Introduction

L’année 2020 demeurera dans les mémoires pour de multiples raisons : la pandémie COVIDE-19, la crise économique concomitante à la pandémie, le premier report des Jeux Olympiques de l’histoire 1 ne sont que trois faits, tous interconnectés. C’est dans cette catégorie d’événements à fort impact que nous devons situer les élections aux États-Unis.

Les élections présidentielles et législatives – et, dans une moindre mesure, les élections nationales et locales – de 2020 ont pris une signification particulièrement pertinente, compte tenu de la nature et du comportement de l’administration de Donald Trump, de la synergie de plusieurs crises profondes qui englobaient toute la société américaine et ont généré des niveaux de tension dans le système international. La possibilité de la fin de la présidence de Trump, ou sa continuité pour un autre quadriennal ou – quelque chose d’habituellement impensable, mais qui ne pouvait être exclu dans cette campagne – le développement d’un conflit interne conduisant à l’effondrement du cycle électoral et à l’effondrement des processus politiques normaux, a déterminé un point critique dans l’histoire politique de ce pays et par extension dans la planète dans son ensemble.

Cependant, une analyse axée uniquement sur l’administration Trump et les crises de 2020, bien que précieuse, serait encore insuffisante. Le problème est beaucoup plus vaste. Notre travail avance que les États-Unis étaient cette année-là à un stade avancé d’un processus de transition complexe qui englobe l’ensemble de la société et toutes les dimensions de la vie du pays. L’étude des composantes clés permettra de mieux comprendre l’ensemble du processus.

Alors que nous écrivons ces lignes (été 2020), les primaires présidentielles viennent de se clore – le processus se termine officiellement avec les conventions nationales des partis, ce sont elles qui décident techniquement des nominations – c’est pourquoi il n’y avait donc pas de littérature scientifique spécifique à leur sujet. Sur les élections primaires en général, il y a un ensemble remarquable de travail académique qui aborde plusieurs aspects du sujet. On trouve, antre autres, l’histoire de l’apparition des primaires, leur évolution en tant que mécanisme de nomination et la complexité des interactions politiques qui les ont générées et conditionnées (Kamarck, 2015; Boatright, 2018), l’étude de la prise de décision par les électeurs et les modèles pour leur étude (Abramowitz, 1989) ou l’impact de la circulation de l’information sur l’utilisation efficace du vote et des dons (Hall et Snyder, Jr., 2015). En particulier, la primaire républicaine de 2016 avait suscité beaucoup de travaux. Ainsi, nous trouvons des œuvres qui traitent du rôle de la couverture médiatique dans ce processus (Reuning et Dietrich, 2019), l’utilisation stratégique et tactique de Twitter (Walter et Ophir, 2019) et le marketing politique sur les médias sociaux comme facteur de poids dans la campagne (Lin et Himelboim, 2018), entre autres. L’approche que nous utilisons dans ce travail, cependant, s’écarte des modèles appliqués dans cette littérature.

Dans cet article, nous proposons une approche du processus de changement en cours aux États-Unis, et de ce point de vue, l’élection présidentielle démocrate de 2020 est abordée, compte tenu de son rôle dans les structures et les processus complexes dont elle faisait partie. Notre travail s’est tourné autour d’un objectif général : expliquer le processus de l’élection présidentielle démocrate de 2020 dans le cadre de la dimension politique de la transition en appliquant un modèle analytique complexe. A cet effet, nous nous fixons deux objectifs spécifiques : premièrement, identifier les principales tendances du changement en cours aux États-Unis; deuxièmement, expliquer la relation entre les comportements enregistrés pendant les primaires et les transformations structurelles observées dans le pays (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1. L’âne et l’éléphant représentent respectivement le Parti démocrate et le Parti républicain depuis le XIXe siècle. La lutte politique entre les partis est l’expression de la dynamique contradictoire d’un réseau complexe d’acteurs qui utilisent ces formations électorales comme des instruments pour faire avancer leurs intérêts. Les primaires sont des moments qui rendent très visibles ces processus.

Développement

Changements et ajustements : la voie de la transition aux États-Unis

La situation historique qui a suivi les crises et la transition des années 1970 peut être définie par une configuration articulée autour d’un noyau dans lequel la pensée néolibérale dominait, dans ses multiples facettes. La déréglementation et le retrait apparent de l’Etat des processus économiques, la destruction des syndicats, le démantèlement des mécanismes de redistribution des ressources et la version américaine du modèle de welfare, la rupture avec un discours omni-compréhensif pour l’individualisation de la vie sociale, un paysage politique conservateur à travers une déportation vers la droite du courant dominant, et les forces politiques associées au consensus de l’époque, sont au cœur de ce que Daniel Rodgers a appelé « l’ère de la fracture » (Rodgers, 2011).

Cette conjoncture, sur ces bases, représente une période de stabilité relative dans la reproduction du complexe culturel étatsunien (Domínguez López, 2020: 32-34). Mais elle ne signifie pas l’absence de changement. Les mutations se poursuivent, apparues durant cette période, en s’accumulant dans les différents aspects de la réalité, dont les manifestations débordent les limites de la conjoncture elle-même, ce sont des tendances sur longue période. La stabilité relative a concerné les modèles de reproduction du système qui intégrèrent le noyau dominant. On peut identifier clairement deux macroprocessus clés qui ont convergé durant cette étape, chacune d’entre elles avec des composantes variés.

Le premier macroprocessus est la transformation continue de la structure économique. La première composante est l’accélération de la tertiarisation, c’est à dire que la structure du produit interne brute passe à une prédominance de service et une chute continue de la production manufacturière. Cela a été causé par la combinaison de l’externalisation, la délocalisation et la désindustrialisation dans le bassin des Grands Lacs et d’autres régions du Midwest, la ceinture de gel, qui est devenue la ceinture de rouille, par la fermeture de grandes installations de fabrication, avec l’impact conséquent sur les économies locales, très visible dans des villes comme Detroit et Flint (Michigan), Milwaukee (Wisconsin) et Pittsburgh (Pennsylvanie), entre autres. L’industrie manufacturière, qui représentait plus de 50 % du produit intérieur brut dans les années 1940 (Bureau d’analyse économique, 2010), était en 2007 de 12,8 % et en 2015, elle était tombée en dessous de 12 %, remplacée par des services de nature différente, qui dépassaient à cette dernière à 85 % (Bureau d’analyse économique, 2017).

Le deuxième macroprocessus est la transformation de la structure sociodémographique des États-Unis. Ici, plusieurs composantes sont également observées, la plus visible est probablement le changement dans la composition ethnique de la population. Les définitions officielles par lesquelles les statistiques démographiques sont organisées dans ce pays ont le problème de présenter la même chose que les races (un concept dépourvu de toute base scientifique), en dépit de mélanger l’origine avec l’identité et la couleur de la peau, et ont également le problème des Latinos ou des Hispaniques, termes couramment utilisés comme interchangeables, bien que strictement pas, groupe qui est apparu comme surnuméraire dans les exercices de recensement depuis son introduction.

Un troisième volet est la financiarisation. Les services financiers sont restés relativement stables entre 1997 et 2015, oscillant autour de  7 % (Bureau d’analyse économique, 2017), mais ce n’est qu’une partie de l’histoire, qui contribue à ce qu’on appelle l’économie réelle. Le véritable changement a été la croissance accélérée des montants de capital qui ont circulé sur les marchés des valeurs mobilières et l’émergence et le développement rapide de dérivés financiers complexes. Selon les données du Fonds monétaire international (FMI), en 2008, le total des actifs financiers aux États-Unis représentait 442 % de son produit intérieur brut (PIB) annuel, le pays a alors contribué à hauteur de 23 % du PIB mondial, alors que ce montant représente 102 % de la valeur totale des services et des biens produits et consommés dans le monde pendant un an (Vasapollo et Arriola, 2010 : 144). Selon Hyman Minsky, les marchés financiers sont intrinsèquement instables et tendent vers des catastrophes (Minsky, 1992). Si leur hypothèse est valable, ces niveaux de financement représentaient un danger imminent.

.

Le deuxième macroprocessus est la transformation de la structure sociodémographique des États-Unis. Ici, plusieurs composantes sont également observées, le plus visible est probablement le changement dans la composition ethnique de la population. Les définitions officielles à travers lesquelles les statistiques démographiques sont organisées dans ce pays tiennent au fait qu’elles insistent sur les races (un concept dépourvu de toute base scientifique), qui consiste à mélanger l’origine avec l’identité et la couleur de la peau, et elle ont également le problème de confondre les Latinos ou des Hispaniques, termes couramment utilisés comme interchangeables, bien que strictement non identifiable, un groupe qui est apparu comme surnuméraire dans les exercices de recensement depuis son introduction.

Les deux derniers recensements effectués avant cet article, ceux de 2000 et 2010, ont établi respectivement 75,1 % et 72,4 % de population blanche, ce qui indique que, bien que majoritaire, le groupe a une tendance à la baisse de sa part dans la population totale, surtout si l’on considère que son niveau record avait été atteint en 1910 à 89,8 %, et qu’il avait diminué continuellement depuis lors (Bureau du recensement des États-Unis, 1975). Pendant ce temps, la population identifiée comme noire est passée de 12,3 % à 12,6 % en 2000-2010, et ceux désignés comme asiatiques passaient de 3,6 % à 4,8 %. Les 8,8 % restants en 2000 et 10,2 % en 2010 étaient constitués d’autres groupes (insulaires du Pacifique et Amérindiens) dans une proportion de moins de 2 % et avec peu de variation, le soi-disant « combiné », c’est-à-dire mestizos, un groupe qui a connu une croissance marquée au cours de cette décennie. Ce qui est complété par la croissance accélérée des Hispaniques ou des Latinos, de 12,5% à 16,3% au cours de cette décennie. Souvenons-nous de son caractère surnuméraire, le latinos formait 12 % des blancs des recensements en 2010, de sorte que la proportion de Blancs non hispaniques dans la population américaine au cours de la dernière année était de 63,7 %, avec un taux de croissance de seulement 1,2 %,tandis que les Asiatiques ont augmenté suivant un taux de 43,3 %, les Latinos de 43,0 % et les Noirs de 17,0 %. (US Census Bureau, 2012). Ces données indiquent que l’archétype traditionnel du WASP (blanc, anglo-saxon et protestant) était en déclin, un critère renforcé par le fait que chez les blancs non hispaniques il y a également techniquement des groupes de population non-WASP, tels que les catholiques d’origine irlandaise ou italienne. 2.

Ce changement ethnique est étroitement lié au flux permanent d’immigrants. Alors que les États-Unis, en tant que produit de leur propre histoire, est un pays d’immigrants, il y a deux facteurs qui ont transformé cette question en un problème aux yeux de beaucoup. Tout d’abord, la population des WASP a une longue histoire d’hésitation devant des groupes d’autres cultures, y compris des Européens, une histoire qui a conduit à vivre des processus contradictoires d’isolement et d’assimilation. D’autre part, et plus pertinente à partir de la seconde moitié du XXe siècle, la composition des flux migratoires a considérablement changé. Jusqu’aux années 1950, les Européens représentaient encore plus de 55 % du nombre total de nouveaux résidents permanents légaux dans le pays, alors qu’entre 2010 et 2015, ce chiffre est tombé à 9 %. Pendant ce temps, les Asiatiques et les Latino-Américains représentaient ensemble environ 80 % des nouveaux résidents depuis les années 1980, et plus récemment, l’immigration africaine a également dépassé l’immigration européenne avec 10 % (Office of Immigration Statistics, 2016 : 6-12). C’est-à-dire que la masse fondamentale d’immigrants réguliers, avec des moyennes annuelles de plus d’un million de personnes depuis 1990, était composée de groupes ethniques clairement différenciés des WASP. Si l’on inclut l’immigration irrégulière, le point devient encore plus évident, car on estime que plus de 10 millions de personnes sont dans ce cas, avec une composition encore plus importante de ces groupes non-WASP. En 2014, on estimait que les immigrés de toute condition représentaient 17,2% de la main-d’œuvre du pays (Passel et Cohn, 2014).

Un autre composant de ce macroprocessus est la transformation de la structure de classe. C’était un point fondamental qui a été marginalisé durant des décennies dans le débat politique et y compris académique, étant donné l’image d’une société de classe moyenne méritocratique. Son utilisation rhétorique est fréquemment employée pour attaquer un rival politique et la vaste et riche histoire du mouvement ouvrier américain et le rôle de ses organisations dans la construction de son modèle de bien-être est inconnu. Au-delà de son utilité politique, cette image est basée sur une réalité historique : dans l’après-guerre et jusqu’aux années 1970, le niveau de revenu, l’accès à l’éducation, la stabilité de l’emploi, les prestations sociales, un marché du logement favorable et une situation économique, ont permis une augmentation soutenue du niveau de vie d’une grande partie des travailleurs, en particulier les travailleurs industriels, qui ont gagné des modes de vie et d’identité de propriétaires de la classe moyenne et ont réduit les inégalités sociales à leur plus bas niveau historique (Gordon, 2016 : 25-373; Piketty, 2014: 260-262).

A partir de la crise des années 1970, la situation a radicalement changé. Le revenu médian et le revenu moyen des travailleurs, ajustés en fonction de l’inflation, ont chuté au point qu’en 2013, il était inférieur à celui de 1973. Simultanément, les revenus de 10 % plus élevés, et en particulier de 1 % et de 0,1 % supérieurs de la distribution, ont connu une croissance rapide. Entre 1973 et 2013, le revenu réel du décil supérieur de l’échelle a augmenté à un taux moyen de 1,42 % par an, tandis que les 90 % inférieurs ont diminué à un taux de –0,17 %. À titre de comparaison entre 1948 et 1973, ces rythmes avaient été respectivement de 2,46 % et 2,65 % (Gordon, 2016 : 609).

Cette évolution du revenu était lié à d’autres changements essentiels. Tout d’abord, le changement dans la structure de l’emploi, avec le déclin accéléré de l’emploi manufacturier, résultant de la réduction de l’industrialisation, et l’automatisation de l’industrie restante. D’autre part, le déplacement d’une grande partie de cette activité résiduelle vers les États du Sud avec une syndicalisation très faible et une législation qui a empêché la négociation collective des salaires, dans les populations les plus pauvres, accompagné de délocalisations industrielles à l’échelle mondiale, a exercé une pression à la baisse sur les revenus de ces secteurs (Gordon, 2016 : 613-618). Simultanément, les revenus des dirigeants d’entreprise ont augmenté rapidement, au point que la différence entre le REVENU moyen des C.O.E (chef de la direction) des sociétés à capital ouvert et celui de leurs travailleurs est passée de 20 à 1 en 1973, 327 à 1 en 2013, cela couplé à une séparation entre les professionnels de haut niveau et les « stars », les individus situés au sommet du monde de l’entreprise (supermanagers) ou du divertissement, eux-mêmes comme les propriétaires de grandes quantités d’actifs, étaient des héritiers (Gordon, 2016: 618-620; Piketty, 2014: 235-467).

Cela s’est assorti d’une consolidation de l’emploi concernant les demandes de compétences intellectuelles élevées, associées à l’économie du savoir et aux industries de haute technologie, et de la croissance relative d’emplois de faible qualification, sans carrière et à bas salaires. Ce développement se traduit par la fracturation et la polarisation du marché du travail, avec la baisse soutenue des salaires de la participation des centres de distribution et l’expansion des extrêmes, en une variante spéciale du modèle de la double économie (Temin, 2017: 1-46). Il s’agit de la contraction de l’emploi à temps plein dans les entreprises, archétype de l’après-guerre, et de son remplacement de contrats à temps fixe de qualité inférieure, à temps partiel, dont beaucoup par l’entremise d’organismes employeurs. Tout cela a une connotation supplémentaire, car le modèle de bien-être des États-Unis d’après-guerre était fondé sur les avantages sociaux sous forme de prestations liées à l’emploi. Ergo, la détérioration de ce dernier implique une réduction de ces avantages et l’augmentation réelle conséquente de la vie.

Dans ce contexte, les données indiquent que les personnes ayant un diplôme d’études secondaires, en particulier avec des diplômes d’études supérieures, ont des revenus significativement plus élevés que les études de niveau inférieur, un écart qui ne cesse de croître (Gordon, 2016 : 616). Une lecture positive suggère un potentiel de mobilité sociale ascendante, mais elle soulève trois problèmes : le premier est que ces moyennes cachent des situations très différentes pour les diplômés de différentes spécialités et de différentes universités – un diplôme de Harvard n’a pas la même valeur marchande que celui émis par une université inférieure dans un système d’État ; la seconde, pour les nouveaux diplômés il est devenu de plus en plus difficile d’obtenir un emploi en fonction de leur formation (Davis, 2016), et la troisième, l’augmentation du coût des frais de scolarité est devenu un obstacle à l’accès à ces études. Le coût annuel moyen des frais de scolarité de premier cycle pour tous les établissements – privé à but lucratif, à but non lucratif, quatre ans publics, deux ans collèges communautaires – en dollars constants de 2016, est passé de 10 893 $ en 1985-1986 à 22 852 $ en 2015-2016, mais dans les universités privées (y compris la majeure partie des plus prestigieuses comme Harvard, Princeton, MIT, Yale, Stanford ou Chicago), ces chiffres étaient respectivement de 20 578 $ et 40 261 $ (National Center fo Education Statistics, 2017). Il y a encore une grande hétérogénéité dans ce cas, mais la tendance est évidente, bien sûr beaucoup ne pouvaient pas se le permettre et d’autres ont dû supporter des dettes élevées sans garantie de succès.

Ce qui précède est une synthèse serrée de certains des axes centraux d’une réalité complexe et ce qui en résulte est que le tissu social et économique américain a connu un processus de transformations profondes pendant des décennies, qui a généré des demandes croissantes, beaucoup d’entre elles à partir de réalités auxquelles le modèle de reproduction dominant ne pouvait pas répondre. Les politiques de déréglementation, la régression fiscale, le démantèlement des prestations sociales et la réduction des dépenses sociales publiques ont profité aux élites du pouvoir, mais pour la masse de la population, l’avantage était rare ou nul. Les mécanismes de rémunération des particuliers et des familles, y compris le multi-emploi et le crédit à la consommation, ont créé des déséquilibres supplémentaires et ont ainsi contribué à l’accumulation des risques et des conflits potentiels.

La crise qui a débuté en 2007 avec l’éclatement de la bulle immobilière et s’est poursuivie avec la chute de la Bourse en 2008 a été bien plus qu’une récession économique ou une crise financière. 3 Ça a été l’expression de l’épuisement du modèle face à l’accumulation de mutations qui a débordé sa capacité de reproduction (Dominguez López et Barrera Rodríguez, 2018: 145-176) et de la période 2009 à 2019, bien qu’elle ait conduit à une reprise des principaux indicateurs, a entretenu des problèmes structurels de base, beaucoup d’entre eux même aggravés, tels que l’exposition de l’État à une faillite potentielle des grandes banques et autres institutions financières sauvées dans le processus (Varoufakis, 2011: 164-184) et la tendance à la baisse de la qualité de l’emploi et le taux d’activité (Alpert et al. , 2019).

La crise n’est pas le résultat d’une défaillance du fonctionnement du système, mais de son fonctionnement normal. L’instabilité de l’économie financiarisée ne pourrait que conduire à la récession et la faillite des protections sociales affecterait inévitablement la majorité de la population d’une manière ou d’une autre et réduirait la légitimité des modèles d’accumulation et de développement qui prévalent. Dans le même temps, différents secteurs des élites économiques ne pouvaient chercher qu’un ajustement qui favoriserait leurs intérêts, ce qui ouvrait l’espace à la concurrence entre eux. C’est le point de départ de la transition.

En règle générale, la transition est un changement d’état dans un système donné, une définition qui peut être appliquée à une grande variété de cas et de disciplines (Devezas, 2010; Andrews et Maksimova, 2008; Theodorakis, 2001; Cela-Conde, 1999). Nous nous référons ici à la transition entre les étapes historiques, c’est-à-dire un moment de l’évolution historique des systèmes humains (complexe culturel), qui résulte de l’épuisement de la capacité de reproduction des modèles qui constituent une configuration spécifique, au cours de laquelle les orientations alternatives et le noyau précédemment dominant rivalisent pour dominer la configuration émergente; durant ce processus, des néoformations sont générées qui survivent, modifient ou disparaissent dans la mesure où elles sont ou ne sont pas de meilleures adaptations aux conditions historiques – compte tenu également des perceptions et des intentions des gens – et ont donc la capacité de reproduire le système. La configuration qui en résulte est articulée autour d’un noyau émergent qui peut être une version du précédent ou un ancien focus alternatif, dans les deux cas modifié par les interactions de processus, les demandes internes et les pressions externes (Dominguez López, 2020: 31-43).

L’instabilité financière et la chute des marchés du logement ont révélé la fragilité des statuts d’une grande partie de la population et la faiblesse de la mobilité verticale ascendante. Telles sont les sources des principales revendications de la transition, renforcées et partiellement déformées par les conflits raciaux et, en 2020, la pandémie COVID-19, qui a mis à nu la faiblesse du système de santé et des mécanismes de sécurité sociale. Les crises ont démontré l’effondrement des modèles de reproduction du système et l’inapplicabilité de son maintien.

La transition à laquelle nous nous référons ici est la recherche d’un ajustement structurel pour répondre à ces demandes, en modifiant ou en remplaçant ces modèles par des modèles plus appropriés pour reproduire le système dans ces circonstances. C’est le problème auquel les forces politiques et les acteurs ont dû faire face.

Élections et changements politiques : le réajustement de 2020 et les primaires présidentielles

Les processus électoraux de 2020 aux États-Unis, et en particulier les primaires présidentielles démocrates, se sont déroulés dans un contexte de vives polémiques concernant l’avenir du pays. La procédure elle-même est extrêmement complexe. Chaque État le pratique selon des règles spécifiques, qui diffèrent à bien des égards. Ces règles ont changé au fil du temps, sous l’influence des candidats, des résultats, des intérêts de l’État et de l’action des groupes et des plates-formes associés à chaque parti. Chacune des formations a ses propres règles, bien que celles-ci soient insérées dans les règles établies par les lois de l’État. Enfin, sa nature séquentielle a des effets divers, tout d’abord, le conditionnement du vote pour les résultats obtenus dans les États précédents (Kamarck, 2015; Boatright, 2018).

D’autre part, la complexité du débat politique américain sur la période que nous avons notée, et en particulier de 2019 à 2020, a également été exprimée par le fait que 29 candidats ont été officiellement enregistrés tout au long du processus. Près de 300 autres ont présenté une demande, bien qu’elles ne satisfaisaient pas aux exigences nécessaires. Pour comprendre l’importance de ce fait, en 2016, quand Hillary Clinton était considérée comme la favorite incontestée, seulement six candidats et neuf ont été inscrits en 2008. Par le GOP, 17 candidats se sont inscrits en 2016, 12 en 2008 et neuf en 2012. Cela témoignait d’une situation de profonde division, dans ce qui s’est traduit comme une compétition non seulement pour l’investiture, mais pour le cours général à suivre par le parti et le pays; de ce chiffre, 21 ont été retirés avant ou dans les premiers jours de la primaire (Ballotpedia, 2008, 2012, 2016 et 2020).

Les candidats d’une certaine importance peuvent être regroupés en fonction de leurs positions et de leurs soutiens. Joe Biden, Amy Klobuchar et Pete Buttigieg formaient un trio lié à l’establishment partisan, selon leur composition de l’époque. Parmi eux, des différences: Biden et Klobuchar sont des figures plus classiques, le statut de Klobuchar en tant que femme la distingue des candidats démocrates typiques (hommes blancs), mais les précédents d’Obama et Hillary Clinton ont rendu ce trait moins significatif. Buttigieg, pour sa part, s’est présenté avec une image différente, à cause de sa jeunesse et pour être ouvertement homosexuel. Tous ont eu des discours modérés, avec de grands espaces indéfinis, largement basés plus sur la construction d’images que sur la proposition de politiques concrètes et, dans tous les cas, en essayant de se distinguer partiellement des idées les plus « radicales », telles que la gratuité de la santé ou l’enseignement supérieur gratuit dans les universités publiques, deux thèmes axes du moment.

Un autre segment était composé de deux millionnaires, Michael Bloomberg et Tom Steyer, dont le premier a essayé de se présenter comme une sorte de Trump démocrate. Un troisième groupe a eu un certain impact médiatique, bien que peu réactif parmi les électeurs, parmi lesquels nous pouvons placer Tulsi Gabbard, Kamala Harris et Andrew Yang. Tous avaient en commun une image inhabituelle, que ce soit par leur sexe ou leur race (selon les modèles américains). Leur poids réel était faible.

L’aile progressiste du spectre devait initialement être représentée par Elizabeth Warren et Bernie Sanders, qui s’étaient déjà portés candidats à l’investiture en 2016. Les deux ont présenté des plates-formes qui comprenaient l’assurance-maladie pour tous, l’enseignement supérieur gratuit, la résolution du problème de la dette étudiante accumulée, la recherche d’alternatives pour les travailleurs touchés par le chômage par frottement résultant de l’industrialisation de la maladie et la précarité de l’emploi, la réglementation et les impôts sur les sociétés et les revenus élevés. Les différences initiales entre eux étaient relativement faibles et, en outre, leurs campagnes n’acceptaient pas le financement des entreprises, car le problème de l’argent en politique était l’un de leurs thèmes communs. 4

Le ton du processus a été largement marqué par le fait que Bernie Sanders, enregistré comme indépendant et s’auto-définissant comme un socialiste, sans le soutien visible des élites du pouvoir, avec un système de collecte basé exclusivement sur des micro-dons de millions de citoyens ordinaires, a été très compétitif, et pendant un certain temps a été perçu comme le leader de la concurrence. Plusieurs candidats ont été promus par les médias traditionnels et les élites pour s’y opposer: d’abord Pete Buttigieg, qui a pris une petite majorité de délégués dans l’État initial, Iowa, en dépit d’avoir été dépassé dans le vote, dans un exercice controversé; puis Amy Klobuchar, dont la performance dans le deuxième État, le New Hampshire, a eu une publicité très forte; mais les deux ont perdu de la force immédiatement.

La victoire retentissante de Sanders dans les Caucus du Nevada, le troisième État contesté, a d’abord conduit l’environnement de Barack Obama qui reste très influent, en particulier parmi les électeurs afro-américains, à soutenir publiquement Joe Biden dans les jours précédant la primaire en Caroline du Sud – où le vote noir est décisif dans ce cas. Le succès de Biden dans ce dernier État a conduit à un alignement évident avec sa candidature entre les secteurs conservateur et modéré du parti. Klobuchar et Buttigieg se sont retirés et ont publiquement soutenu Biden, sur le chemin des soi-disant supermardis, où les primaires ont été contestées dans 14 États. Warren et Bloomberg ont quitté le processus après ce jour-là de facto comme une double rencontre entre Biden et Sanders, dans lequel le premier a fini par s’imposer, avec le plein soutien de l’establishment du parti et sans que Sanders reçoive le soutien de Warren, apparemment proche de lui en termes d’ordre du jour et de positions politiques.

Fait intéressant, bien que Sanders ait annoncé la suspension de sa campagne après la primaire du Wisconsin le 7 avril, alors qu’il restait 14 États et Washington D.C. devaient encore se prononcer, sa candidature a reçu 9.378.376 voix, 26.90% de tous les suffrages exprimés. C’est plus de votes que tous les autres candidats réunis à l’exception de Biden. Ce dernier a obtenu 17 660 139 voix, soit 50,66 % (Les Livres verts, 2020). En d’autres termes, malgré sa défaite face à une alliance de diverses forces et acteurs, Sanders a fait preuve d’une base électorale solide, qui a rassemblé des millions de voix, qui ont été présentées comme des critiques pour les élections générales de 2020, par leur nombre, leur structure démographique et leur répartition spatiale (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2. Bernie Sanders durante uno de sus actos de campaña. Sanders, a pesar de quedar segundo en el conteo final, marcó la dinámica y el discurso general de las primarias demócratas de 2020.

La candidature de Bernie Sanders a été perçue par la presse et les grandes couches de la population comme une tentative de prise de contrôle hostile par la gauche progressiste. Malgré cela, l’équipe de Biden était en mesure de négocier avec ses homologues dans la campagne Sanders pour parvenir à un accord qui lui permettrait d’attirer les électeurs progressistes. De là sont issus un document contenant quelques idées du programme progressiste et reconnaissant les problèmes qu’il avait soulevés – le changement climatique, les problèmes raciaux et l’immigration – et a tenté de créer une image d’inclusion (Nilsen, 2020). Cela donne aux progressistes la possibilité de faire pression sur une éventuelle administration démocrate pour qu’elle s’entende sur des politiques auxquelles ils accordent de l’importance.

Réduire le processus à cette prise de contrôle hostile sans autre explication laisse de côté la discussion au moins deux aspects fondamentaux: le premier est que la primaire ne s’est pas produite dans le vide, mais dans un contexte marqué par les expressions à moyen terme de la crise et la dynamique de changement que nous avons identifié, et le second est que le processus politique lui-même déborde la seule élection.

Pour en revenir à la définition de la transition, le thème et la crise comportent une dimension politique. Cette idée nous amène directement à envisager une ligne d’effet théorique et empirique : la théorie du réalignement politique. Il s’agit d’un champ de débat depuis les années 1950, avec des centaines d’articles et de livres publiés à cet égard (Shafer, 1991; Rosenof, 2003; Mack, 2010). Dans cet article, nous considérons que le réalignement est essentiellement le réajustement du système politique dans le cadre d’une transition, qui s’exprime dans les changements dans le système des partis, les consensus, les plates-formes et les programmes des forces politiques et des candidats, les comportements électoraux et d’autres dimensions du système. Ce changement est causé par la perte de légitimité des propositions politiques dominantes (l’établissement) et la redistribution des bases sociales et électorales autour d’alternatives émergentes ou préexistantes, ce qui entraîne des variations considérables dans les bilans de solidité et les modes de vote. Le rejet conséquent de l’établissement ou d’une partie de celui-ci peut être observé au niveau de masse, et aussi dans les secteurs des élites situées dans une position moins intégrée dans ce consensus ou qui craignent une perte de statut. La conséquence est la rupture du consensus et la recherche d’un nouvel ajustement. Les élections font partie intégrante, et non les causes de ce processus, et leur occurrence peut être prévue dans le cadre des transitions, mais ne sont pas prévues exactement quant au moment exact du développement ou au résultat final (Domínguez López, 2017: 95-101).

Si la transition est réelle et que le consensus politique a été rompu, les primaires de 2020 peuvent et doivent être interprétées comme faisant partie d’une série de processus électoraux dans lesquels se manifeste la concurrence entre l’establishment et les propositions alternatives, extérieures au courant politique dominant. Selon notre modèle théorique et compte tenu de la nature des changements et des exigences qui articulent la transition, nous devrions observer cette série de processus à divers moments tout au long de la période de transition. Ce comportement serait lié à des mouvements de base de diverses orientations qui cherchent à promouvoir le changement. Nous devrions également observer la résilience de l’établissement, y compris certains changements, mais sans changements majeurs en substance, ainsi que des solutions de compromis, sur la voie de l’ajustement du consensus. C’est précisément ce qui a été observé au cours de la période.

Tous les candidats, forces et projets politiques qui se sont affrontés pour le vote en 2007-2020 ont dû proposer une réponse aux questions les plus brûlantes de l’époque. Il s’agissait notamment de la situation de l’économie, du rôle du gouvernement dans la gestion économique et sociale, de la migration, de l’emploi, des relations raciales, entre autres. Ce sont là quelques-uns des sujets polarisants identifiés par le Pew Research Center dans son étude sur la polarisation politique (Pew Research Center, 2014). La polarisation en question a été très marquée et tendait à augmenter tout au long de la période, ce qui est devenu un facteur dans la rupture du consensus (Domínguez López, 2019a; 2019b).

La séquence en question comporte plusieurs faits saillants dans lesquels la proposition de changer le statu quo était au cœur des campagnes électorales et des décisions. Il s’agit notamment de la candidature et de l’élection subséquente de Barack Obama en 2008 et de Donald Trump en 2016. La figure du sénateur junior de l’Illinois de l’époque est apparue comme l’image du changement lui-même, pour son statut de première personne noire à remporter l’investiture pour l’un des deux grands partis. Sa campagne tournait autour de deux axes : le changement et l’espoir au milieu de la récession économique. Pour sa part, Trump a utilisé son statut de figure des médias et multimillionnaire sans cv en tant que politicien pour se projeter comme un autre outsider, soi-disant capable de s’imposer à la classe politique et de corriger le cours du pays. Tous deux étaient porteurs de visions et de projets très différents et étaient soutenus par des secteurs autres que la population, Obama attirant la grande majorité des minorités ethniques et Trump mobilisant la population blanche non hispanique, en particulier de faible éducation. 5 La première a été imposée lors des primaires démocrates à Hillary Clinton, véritable représentante de l’establishment et de la présidentielle au sénateur John McCain (2008) et à l’ancien gouverneur Mitt Romney (2012); la seconde a battu 16 rivaux dans les primaires, y compris des chiffres comme connoté parmi les républicains tels que Jeb Bush, Marco Rubio, Ted Cruz et John Kasich, puis a battu Hillary Clinton elle-même (Dominguez Lopez et Barrera Rodríguez, 2018: 77-80 et 250-275).

Le Tea Party est temporairement devenu une force décisive au sein du Parti républicain, qu’il a poussé plus à droite en imposant des candidats à son goût dans les primaires pour les élections de mi-mandat et a été au centre de la conquête du Parti de la République de la Chambre des représentants, également connu sous le nom de Grand Old Party (GOP), en 2010. Dans une large mesure, le mouvement a non divulgué une restructuration du conservatisme américain selon une ligne de démarcation radicale et nativiste, avec de forts éléments libertaires mêlés au conservatisme social (Skocpol et Williamson, 2012). Ces tendances conservatrices anti-establishment étaient présentes au sein du mouvement conservateur, en particulier chez les républicains, du moins depuis les années 1960 (Horowitz, 2013) et ont éclos à un moment critique. En outre, la relation directe entre le Tea Party et les bases sociales qui ont soutenu la candidature de Trump est très visible (Rohlinger et Bunnage, 2017).

D’autre part, peu de temps après le Big Tea Party , le mouvement appelé Occupy Wall Street a émergé, largement motivé par les mêmes facteurs, à savoir les effets visibles de la crise et les transformations plus profondes et plus complexes de la société américaine, avec son fardeau de pression croissante sur la population et les demandes concomitantes pour les politiques publiques qui ont inversé la détérioration du niveau de vie, de l’emploi et du statut social. Les objectifs, le format et la portée de cette situation étaient très différents, tout comme le manque de contact avec les secteurs de l’élite politique et leur critique des facteurs structurels, des inégalités sociales et des élites dans leur ensemble. C’est-à-dire que les problèmes auxquels ils ont réagi étaient les mêmes, mais les réactions étaient différentes. Dans son texte intéressant The Tea Party, Occupy Wall Street et la Grande Récession, Nils Kumkar a noté la relation fondamentale entre les deux mouvements comme des formes de protestation sociale dans une situation de crise, dérivée de changements à plus long terme, dont ils sont des symptômes en même temps que l’effet. La protestation apparaît comme un modèle de conflit de classe, en raison des différences dans la façon dont ils l’éprouvent (Kumkar, 2018), quelque chose qui est particulièrement traumatisant pour la perception de soi de la société américaine.

Ce flot de protestations de positions plus à gauche ne s’est pas immédiatement traduit par des résultats électoraux. Il peut y avoir de nombreuses raisons à cela. Ce qui nous intéresse, c’est que, dès le début de la période dont nous discutons, de profondes contradictions sociales ont été révélées qui ont été canalisées par des mouvements de base de formes conservatrices et libérales-progressistes. 6

Le processus électoral de 2016 a été un moment important de nombreux points de vue. D’une part, l’élection de Trump a été le triomphe temporaire d’un projet de changement enraciné dans le mécontentement des Blancs, la continuité directe des succès du Tea Party, et avec les influences bien connues de groupes radicaux tels que Alt-Right (Hawley, 2017). Le discours de Trump comprenait l’idée que les hommes et les femmes oubliés – essentiellement les Blancs de la classe ouvrière – ne le seraient plus jamais, Il a promis de ramener des emplois dans la fabrication et l’exploitation minière, d’améliorer la couverture sanitaire et de baisser ses prix sans inclure les mandats individuels, a annoncé l’élimination des règlements et des réductions d’impôts pour faciliter l’investissement et la croissance des entreprises, et a désigné l’immigration comme un problème à traiter directement et de façon simpliste – la construction d’un mur frontalier et le resserrement de la procédure de sélection des immigrants réguliers. L’immigration est également liée à la criminalité et au terrorisme, qui doivent être durement traités depuis la protection de l’ordre public et le renforcement de la sécurité nationale (Anderson, 2016). Au-delà de la viabilité et de la cohérence – ou de l’absence de telles – de sa plate-forme, elle a directement abordé les thèmes clés de l’époque, conformément aux mutations cumulatives dont nous avons discuté dans la rubrique précédente, bien que d’un point de vue typique du populisme d’exclusion de droite. Il était également évident que la rectitude politique a été abandonnée dans le discours.

À son tour, 2016 a représenté un tournant dans le mouvement progressiste. Cela concerne deux facteurs: premièrement, l’émergence d’un visage visible et d’un niveau de leadership dans la figure de Bernie Sanders, qui est passé de la situation d’un sénateur indépendant peu connu du petit État du Vermont, à une figure nationale, en dépit qu’il ait été finalement battu par Hillary Clinton, un candidat qui avait le soutien ouvert de l’établissement du Parti démocrate et de larges sections des élites du pouvoir; le niveau de soutien populaire reçu par quelqu’un qui s’est proclamé socialiste – en fait un social-démocrate – a montré que les termes et les idées que la rationalité traditionnelle a indiqué comme toxiques pouvaient être assimilés par des sections importantes de l’électorat, de manière significative par les plus jeunes (Shafer, 2016). Le deuxième facteur a conduit à l’activation des mouvements de base et à la structuration d’un certain nombre d’organisations, certaines préexistantes et nouvelles, qui ont été articulées pour promouvoir les candidats et les projets par le biais de mécanismes électoraux à différents niveaux, catalysés, au moins en partie, par l’élection de Trump. Parmi eux, deux : l’organisation politique Democratic Socialists of America, un réseau social-démocrate national – le socialisme démocratique dans ses termes – qui s’est rapidement développé avec beaucoup d’adhésions et a été lié à la plate-forme et à la candidature de Sanders, et Justice Democrats, une organisation formée pour travailler pour l’élection des candidats progressistes par le biais du Parti démocrate, d’abord dans les primaires, puis dans les généraux.

Les démocrates de La Justice ont publié en 2018 un important document programmatique dans lequel ils présentaient une vision progressiste de ce qui devrait être l’avenir du Parti démocrate. Le document a été construit sur l’identification de plusieurs des principaux problèmes auxquels sont confrontés les citoyens, essentiellement le résultat de la crise et des transformations structurelles. Le programme comprend la démonstration du niveau de popularité des positions loin de la rationalité traditionnelle, comme une politique inclusive envers l’immigration, la justice raciale, l’assurance-maladie pour tous,la nécessité de politiques de redistribution mises en œuvre par le gouvernement, et le choc du changement climatique (McElwee et McAuliff, 2018).

Justice Democrats, en collaboration avec d’autres organisations, a joué un rôle déterminant dans les victoires d’un groupe de nouvelles figures progressistes lors des élections de mi-mandat de 2018. Parmi eux, certains d’entre eux ont une visibilité remarquable comme Alexandrie Ocasio-Cortez, Rho Khanna, Rashida Tlaib et Ilhan Omar. En 2020, ils ont travaillé pour la réélection de ces membres du Congrès et ont lutté pour augmenter le nombre de progressistes sélectionnés dans les primaires démocrates du Congrès, la promotion des nominations telles que Cori Bush, Jamaal Bowman et Alex Morse. Tous se sont officiellement engagés dans le soi-disant Accord vert – un ensemble de mesures visant à lutter contre le changement climatique et à réduire les inégalités – l’assurance-maladie pour tous, la gratuité des universités publiques, la fin de l’incarcération de masse et des déportations, et l’exclusion de l’argent des entreprises et des grands donateurs des élections (Justice Democrats, 2020). Les données indiquent que le progressisme a été consolidé comme une force non négligeable, avec une représentation dans le système de gouvernement et un potentiel de croissance.

Il est clair que la force relative de la plate-forme de Bernie Sanders lors des primaires présidentielles démocrates de 2020 n’était pas fortuite, mais faisait partie d’un mouvement plus large, au niveau de la base et aussi sous la forme d’organisations et de campagnes électorales, avec une plate-forme commune. Comme il est également évident, la cohérence entre les questions qu’ils ont soulignées et les problèmes structurels discutés dans la transition.

Conclusions

L’examen des processus de portée structurelle développés depuis les années 1970 montre une accumulation de mutations ayant des effets directs sur le niveau de vie et l’état de la population, ainsi que des indicateurs économiques et politiques dynamiques. L’externalisation et la désindustrialisation, la polarisation sociale, le déclin de la classe moyenne d’après-guerre et le changement qualitatif et quantitatif de la composition ethnique de la population indiquent l’émergence d’une société post-industrielle, dans le cadre de la formation de ce que nous proposons d’appeler le capitalisme de la connaissance.

Les modèles de reproduction dominants aux États-Unis pendant cette période, fortement influencés par la pensée néolibérale, les courants conservateurs et la fragmentation sociale, ont fonctionné avec un certain degré de légitimité, tant que la perception des bilans et des déséquilibres leur était favorable. Cela inclut le modèle de gestion économique, le consensus politique, l’ordre social et le consensus au niveau symbolique. Les réponses qu’ils ont apportées au cours de la période ont maintenu une relative stabilité, bien que les changements se soient accumulés.

Les crises observées de 2007 à 2020 ont été, en fonction de cette perspective, des manifestations visibles de l’épuisement de la configuration définie par ces modèles, de leur perte de capacité à répondre aux demandes internes et aux pressions externes. Ces manifestations émanent de réalités non traduites par les conceptions primaires et par la perception de la détérioration de la situation par des segments notables de la population. Ce développement a conduit à la concurrence entre les alternatives possibles en devenant le noyau articulé d’une nouvelle configuration. Un élément central de ce processus est, bien sûr, le réajustement du système politique, sous ses nombreuses formes et manifestations. Les plans de sauvetage des institutions financières et les formes tièdes de réglementation, l’expansion de l’économie collaborative numérisée et la construction de méga-accords internationaux et la régularisation d’une partie de l’immigration étaient une alternative; une autre aurait été la fermeture de l’immigration, la déréglementation complète de l’économie, la réduction des impôts pour les hauts revenus et l’utilisation d’un pouvoir autoritaire; une troisième voie consistait en l’introduction de mesures sociales-démocrates progressives du taux d’augmentation du salaire minimum, l’élimination des coûts de la santé et de l’éducation pour la population, la réglementation stricte des entreprises et la redistribution des ressources. Chacune de ces voies impliquait des consensus et des projets politiques différents en compétition, c’est pourquoi les différents processus électoraux ont acquis une connotation différente, car ils doivent être interprétés comme des moments critiques d’un processus d’une durée et d’une portée beaucoup plus longues, et les plates-formes et les candidats deviennent des formes concentrées d’alternatives de compétence pour conduire l’ajustement. Les élections au cours de la période et la dynamique politique générale montrent non seulement l’échec du consensus, mais aussi l’émergence de telles alternatives dans un spectre relativement plus large que celui existant au cours de la période précédente. Dans ce modèle, la primaire présidentielle démocrate de 2020 a été l’expression concentrée d’une grande partie de ce débat, y compris la génération d’un ensemble de compromis qui cherche à se stabiliser en modifiant les modèles dominants par la combinaison de positions progressistes et modérées. L’importance des questions de travail, de l’immigration, de la question raciale, du problème environnemental et de l’inégalité indique que ce sont les thèmes qui articulent le processus politique. Lorsque nous élargissons notre regard pour couvrir d’autres processus électoraux et d’autres organisations et mouvements, nous trouvons les mêmes questions, abordées sous des angles différents, et en principe en contradiction.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Abramowitz, A. I. (1989). Viabilité, électivité et choix des candidats à l’élection présidentielle : un test de modèles concurrents. The Journal of Politics, 51(4), 977-992

Alpert, D., Ferry, J., Hockett, R.C., Khaleghi, A. (2019). L’indice de la qualité de l’emploi dans le secteur privé des États-Unis. Ithaca: Cornell Law School.

Anderson, M. (2016). Voici ce que Donald Trump a dit sur les questions. Disponible en: https://www.npr.org/2016/11/17/501582824/charts-heres-what-donald-trump-has-said-on-the-issues

Andrews, E et Maksimova, E. (2008). Transitions sémiosphériques : une clé pour modéliser la traduction. Sign Systems Studies, 36(2), 259-269

Ballotpedi. (2016). Liste des candidats inscrits à l’élection présidentielle de 2016. Disponible en: https://ballotpedia.org/List_of_registered_2016_presidential_candidates

Ballotpedia (2008). Liste des candidats inscrits à l’élection présidentielle de 2008. Disponible en: https://ballotpedia.org/List_of_registered_2008_presidential_candidates

Ballotpedia (2012). Liste des candidats inscrits à l’élection présidentielle de 2012. Disponible en: https://ballotpedia.org/List_of_registered_2012_presidential_candidates

Ballotpedia (2020). Liste des candidats inscrits à l’élection présidentielle de 2020. Disponible en: https://ballotpedia.org/List_of_registered_2020_presidential_candidates

Boatright, R. G. (Ed.). (2018). Routledge Handbook of Primary Elections. New York, Londres : Routledge.

Bureau d’analyse économique (2010). Variation du produit intérieur brut par rapport à la période précédente. Disponible en: https://bea.gov/national/xls/gdpchg.xls.

Bureau d’analyse économique (2017). Valeur ajoutée par industrie en pourcentage du produit intérieur brut. Disponible à l’https://bea.gov/iTable/iTable.cfm?ReqID=51&step=1# reqid-51&step-51&isuri-1&5101-1&5114-a&5113-22r&5112-1&5111-1997&5102-5

Cela-Conde, C. J. (1999). Complexité et transition : de l’évolution chimique au langage. Biologie et philosophie, (14), 117-126

Davis, G.F. (2016). The Vanishing American Corporation. Naviguer sur les dangers d’un nouvel Economy. Oakland: Berrett-Koehler Publishers.

Devezas, T.C.(2010). Sur les transitions de phase, les catastrophes et les changements soudains. Prévisions technologiques et changements sociaux, (77), 1412-1422.

Dobratz, B.A. et Waldner, L.K. (2016). La connexion populiste du Mouvement du pouvoir blanc au Mouvement du Tea Party aux États-Unis. Athènes Journal of Social Sciences,3(3), 181-194.

Dominguez López, E. (2017). La théorie du réalignement et l’évolution du système politique américain. University of Havana Magazine,(284), p. 84-105.

Dominguez López, E. (2019a). Polarisation politique sous l’administrationObama. University of Havana Magazine ,(287), 334-362.

Dominguez López, E. (2019b). De Bush à Obama : polarisation politique au début du XXIe siècle. : Domínguez López, E. et González Martín, O. R. (Coords.) Les an nées d’Obama. Réflexions sur les États-Unis au XXIesiècle : La Havane : Éditorial UH, pp. 51-104

Dominguez López, E. (2020). Transition et changement politique. Sur la nature dynamique du système et la façon de l’étudier. : Domínguez López, E. et González Martín, O. R. (Coords.). Comment étudier l’Amérique? Propositions théoriques et méthodologiques pour un projet transdisciplinaire. La Havane: Editoria UH, pp. 13-66.

Domínguez López, E. et Barrera Rodríguez, S. (2018). États-Unis en transition. Changements, résistance, réalignements. La Havane: Editorial Social Sciences.

Drucker, P.F. (1969). L’âge de la discontinuité. Lignes directrices à notre Changing Society,Londres: William Heinemann Ltd.

Foley, E.P. (2012). Le Tea Party. Trois principes. Cambridge, New York: Cambridge University Press.

Gordon, R. J. (2016). La montée et la chute de la croissance américaine. Princeton, Oxford: Princeton University Press.

Hall, A. B. et Snyder, Jr., J.M. (2015). Information and Wasted Votes:A Study of U.S. Primary Elections. Quarterly Journal of Political Science,(10), 433-459

Hawley, G. (2017). Donner un sens à l’Alt-Right. New York: Columbia University Press.

Horowitz, R. B. (2013). L’Amérique a raison. Conservatisme anti-establishment de Goldwater au Tea Party. Cambridge: Polity Press.

Justice Democrats (2020). 2020 Slate for Justice. Disponible en: https://justicedemocrats.com/candidates

Kamarck, E.C. (2015). Politique primaire : Tout ce que vous devez savoir sur la façon dont l’Amérique nomme ses candidats à la présidence. 2ème ed. Washington DC: Brookings Institution Press

Kumkar, N.C. (2018). The Tea Party, Occupy Wall Street, and the Great Recession,Cham: Palgrave MacMillan

Ladd, E.C. (1997). 1996 Vote: The « No Mayority » Realignment Continues. Political Science Quarterly,112 (1), 1-28.

Lamoreaux, N. R. et Novak, W. J. (Eds.). Corporations and American Democracy( 2017). Cambridge, Londres: Harvard University Press.

Lin J. S. et Himelboim, I. (2018). Les communautés de marque politique comme grappes de réseaux sociaux : gagnants et en retardcandidates dans les élections primaires du GOP 2016. Journal of Political Marketing, (0), 1-29.

Mack, C.S. (2010). Quand les partis politiques meurent. Une analyse internationale du désalignement et du réalignement. Oxford: Praeger.

McElwee, S. et McAuliff, C. (2018). L’avenir du parti. Une vision progressiste pour un parti démocratique populiste. Disponible en: https://static1.squarespace.com/JD_Report_Final_040918_LR.pdf

Minsky, H. P. (1992). L’hypothèse de l’instabilité financière. Document de travail, no 74. Disponible en: http://www.levy.org/pubs/wp74.pdf

National Center for Education Statistics (2017). Digest of Education Statistics, 2017. Disponible en: https://nces.ed.gov/pubsearch/pubsinfo.asp?pubid=201870

Nilsen, E. (2020). Comment Joe Biden et Bernie Sanders ont uni leurs forces pour élaborer un programme audacieux et progressiste. Où les groupes de travail de Biden et Sanders se concentrent sur la politique vont à partir de là. Disponible en: https://www.vox.com/21317850/joe-biden-bernie-sanders-task-forces-progressive-agenda

Bureau des statistiques de l’immigration (2016). Annuaire des statistiques de l’immigration 2015. États-Unis Washington D.C.: Department of Homeland Security.

Passel J. S. et Cohn, D. (2014). Taille de la main-d’œuvre immigrante non autorisée des États-Unis stable après la Grande Récession. Disponible en: http://www.pewhispanic.org

Pew Research Center (2014). Polarisation politique dans le public américain. Disponible en: http://www.people-press. org/2014/06/12/political-polarization-in-the-american-public/ ,

Piketty, T. (2014). Capital in the Twenty-First Century, Cambridge, MA, Londres: The Belknap Press of Harvard University Press.

Réuning, K. et Dietrich, N. (2019). Couverture médiatique, intérêt public et soutien à la primaire républicaine invisible de 2016. Perspectives sur la politique, 17(2), 326-339.

Rodgers, D.T. (2011). Age de fracture. Cambridge, MA, Londres: The Belknap Press of Harvard University Press.

Rohlinger, D.A. et Bunnage, L. (2017). Le Mouvement du Tea Party a-t-il alimenté le Trump-Train ? Le rôle des médias sociaux dans la persistance militante et le changement politique au 21e siècle. Médias sociaux + Société, 3(2), 1-11

Rosenof, T. (2003). La réalité. La théorie qui a changé la façon dont nous pensons à la politique américaine. New York : Rowman & Littlefield Publishers Inc.

Shafer, B.E. (Ed.). (1991). La fin du réalignement? Interpréter les ères électorales américaines. Madison: University of Wisconsin Press.

Shafer, R. (2016). Socialisme aux États-Unis : Caché à la vue de tous. Éducation sociale 80(1), 31-35

Skocpol, T. et Williamson, V. (2012). Le Tea Party et la refonte du conservatisme républicain. Oxford, New York : Oxford University Press.

Temin, P. (2017). La classe moyenne en voie de disparition. Prejudice and Power in a Dual Economy,Cambridge, MA, Londres: MIT Press.

Les Livres Verts (2020). Primaires présidentielles, caucus et conventions présidentielles de 2020. Disponible en: http://www.thegreenpapers.com/P20/D

Theodorakis, S. (2001). Certaines similitudes entre l’évolution de la coopération et les transitions de phase en physique. Systems Research and Behavioral Science,(18), 63-68.

Bureau du recensement des États-Unis (1975). Statistiques historiques des États-Unis. Colonial Times à 1970, Washington, D.C.: United States Department of Commerce.

Bureau du recensement des États-Unis (2012). Répartition et changement de la population. Disponible en: www.census.gov

Varufakis, Y. (2011). Le Minotaure mondiale. L’Amérique,les véritables origines du Cr isis financier et l’avenir de l’économie mondiale. Londres, New York: Zed Books.

Vasapollo, L. et Arriola J. (2010). Crise ou Big Bang ? La crise systémique du capital quoi, comment et pour qui ? La Havane: Editorial Social Sciences.

Walter, D. et Ophir, Y. (2019). The Elephant and the Bird: Republican Candidates’ Use of Strategy and Issue Framing in Twitter During the 2016 Republican Presidential Primaries. International Journal of Communication, (13), 4960-4982.


1 Les Jeux Olympiques qui auront lieu en 1916, 1940 et 1944 ont été annulés en tant que produit des guerres mondiales. Le report des Jeux de 2020 d’ici 2021, du moins dans un premier temps, est le premier cas du genre, y compris les Jeux Olympiques de l’Antiquité.

2 Les estimations subséquentes confirment ces tendances, bien que le recensement de 2020 ait été en place au moment de la rédaction de la rédaction. Nous préférons utiliser les données officielles des recensements terminés, car l’important est la tendance plutôt que les chiffres précis.

3 En ce qui concerne la crise de 2007-2009 et ses ramifications, il y a une littérature abondante, donc nous n’allons pas dans les détails ici.

4 Les positions des candidats sur les sujets sont tirées de leurs sites Web de campagne, trop nombreux pour les référencer tous.

5 Bien sûr, les deux ont reçu des votes de tous les groupes démographiques, mais les archétypes des électeurs de l’autre montrent clairement les profondes différences entre leurs bases sociales respectives.

6 Ici, nous utilisons libéral dans le sens américain, c’est-à-dire plus proche des idées et des projets typiques d’une démocratie sociale modérée et progressiste comme une version plus radicale de cette perspective politico-idéologique. L’utilisation de termes de cette nature aux États-Unis est source de confusion dans le contraste de leurs homologues à utiliser dans d’autres scénarios.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments