Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Interview de Fabien Roussel dans la Pravda : “Nous devons abandonner le capitalisme”

Deux occasions de se réjouir, premièrement les contacts enfin renoués entre le PCF et le KPRF confirmés par un nouvel article de la Pravda. Cet article aurait toute sa place dans l’Humanité et il témoigne des avancées du 38e Congrès et préfigure les débats du 39e en espérant que ceux-ci seront politiques et contribueront de ce fait à un développement de la formation et de l’engagement des militants. Il est à craindre qu’une tactique de rumeur, d’inertie, de censure soit celle adoptée par la droite du parti. Tactique liquidatrice à laquelle il faut répondre par le débat sur le fond, le refus des questions de personne et l’engagement dans les actions comme celle d’aujourd’hui à la reconquête des entreprises pour y discuter des propositions sur l’emploi. Personnellement, si les militants communistes veulent bien entendre une “sympathisante” non dénuée d’expérience et vivant dans la fédération la plus droitière de France, les Bouches du Rhône, voici quelques conseils : je pense que comme cela se passe déjà dans ma fédération, que les militants, la jeunesse en particulier doivent se lancer dans l’action, s’engouffrer dans l’élan impulsé par Fabien Roussel, refuser l’inertie, l’isolement, la censure. Pour cela il faut travailler avec tous, ne pas avoir d’adversaire. Mais il faut n’avoir aucune confiance en ceux qui vont sans cesse les entrainer dans les manœuvres de couloir, les fausses informations, les rumeurs de bureaucrates cyniques, pour mener le congrès dans le découragement, la stagnation, une impasse. Ils vont tenter, comme cela a été fait au précédent congrès une fausse unanimité vidée de tout contenu, pour mieux maintenir les mêmes en place. Ils veulent conforter cette impossible direction bicéphale, la confusion, la censure, le refus d’appliquer les choix y compris aux présidentielles, puisqu’ils ne sont pas en état de mettre fin à ce mouvement du 38e congrès, un mouvement parti des communistes eux-mêmes qui doit être amplifié… Merci à Nicolas Maury pour son excellente traduction. (note de Danielle Bleitrach)

Perspective communiste

Entretien avec le Secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, avec le correspondant de La Pravda, Andrey Dultsev

Traduction Nico Maury

Le XXXVIIIe Congrès du Parti Communiste Français vous a élu Secrétaire National du PCF. Quelles sont vos prochaines tâches? Quelle est votre vision des tactiques et de la stratégie du parti?

Nous sommes dans une situation d’urgence. Lorsque j’ai été élu secrétaire national, il n’était pas question d’une pandémie mondiale. Au moment où j’ai été élu secrétaire national, une crise économique était mûre en France: même alors, nous disions que la concentration du capital et le pouvoir des sociétés multinationales menaçaient l’économie française et l’avenir de notre pays, que nous risquions une forte augmentation du chômage et de la pauvreté en France. Le congrès m’a élu nouveau chef du Parti communiste français pour signaler le danger d’une crise économique, pour montrer que le capitalisme est dangereux pour notre pays, qu’il est urgent d’abandonner ce modèle économique et d’ouvrir la voie à un nouveau projet social.

Par conséquent, le programme du parti, approuvé par les délégués au XXXVIIIe Congrès du PCF, est fondamentalement différent du précédent. Notre tâche aujourd’hui est de donner l’espoir de changements dans le pays, de changements significatifs pour notre société. Nous devons restaurer l’influence du Parti communiste français. Nous avons besoin d’un parti plus fort, plus influent, plus organisé, avec un militantisme mieux formé, prêt à mener la lutte idéologique dans notre pays et à convaincre les Français de la nécessité d’abandonner le capitalisme pour construire un nouveau modèle social et écologique de société.

Au XXXVIIIe Congrès, vous avez mis aux voix le programme alternatif du parti «Pour le Manifeste du Parti communiste du XXIe siècle». L’une des idées du programme était le retrait du PCF du Front de Gauche, dans lequel le PCF a délégué les pleins pouvoirs au leader du Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, pendant près de dix ans. Pourquoi avez-vous franchi cette étape?

Le nouveau programme du parti, approuvé par le congrès, déclare la nécessité d’un Parti communiste plus fort, la nécessité de notre participation aux élections nationales, afin de permettre au peuple français de choisir un nouveau modèle économique afin d’insister sur la nécessité de profondes transformations révolutionnaires. Dans le texte du programme, nous avons confirmé la voie vers le renforcement du parti, vers notre participation aux élections nationales et présidentielles. Pour la première fois dans l’histoire du parti, un programme a été approuvé alors qu’il était une alternative au projet de programme de l’ancienne direction: la raison est le fait que la majorité des membres du parti souhaitaient un changement. Mais je fais ces changements avec Pierre Laurent, l’ancien secrétaire national, nous partageons un objectif commun et l’unité du parti est importante pour nous.

Quant au Front de gauche: les années précédentes, le Parti communiste français a participé activement à sa création avec Jean-Luc Mélenchon. Dans le cadre du Front de gauche, nous avons soutenu sa candidature aux élections présidentielles de 2012. Lors des dernières élections présidentielles de 2017, le Front de gauche a effectivement cessé d’exister, c’était un an avant le XXXVIII congrès du parti. Par conséquent, nous avons seulement confirmé le fait que le moment est venu pour le PCF de restaurer l’autonomie, afin de mener directement un dialogue avec les travailleurs, avec les fonctionnaires, afin de défendre notre modèle social – le communisme, pour prouver sa pertinence. Par conséquent, au XXXVIIIe Congrès, nous avons annoncé non pas notre retrait du Front de gauche, qui à ce moment-là était déjà mort, mais une confirmation de la nécessité d’un parti communiste fort.

Le Parti communiste français est profondément enraciné au niveau municipal depuis des décennies. Les dernières élections municipales en France l’ont clairement confirmé. Quelle est votre stratégie pour l’avenir et pour le travail de coalition avec d’autres forces de gauche au niveau municipal?

Aux élections municipales, nous avons eu des résultats mitigés: nous avons réussi à gagner dans plusieurs villes, mais nous avons malheureusement perdu à certains endroits. Le résultat principal est que dans les grandes villes, nous avons montré que vous pouvez gagner en vous unissant à des électeurs qui n’appartiennent à aucun parti politique, mais qui sont avides de changement. Pour cela, nous avons formé des coalitions avec d’autres partis politiques de gauche et des écologistes. Parfois les communistes étaient à la tête de ces coalitions – c’est ainsi que nous avons remporté les élections dans les villes de Villejuif ou de Bobigny, et parfois nos partenaires étaient à la tête des coalitions. Quoi qu’il en soit, cette tactique nous a permis d’obtenir des sièges dans les conseils et les exécutifs de villes comme Marseille, Montpellier, Nancy et Strasbourg – cela ne s’est pas produit depuis de nombreuses années.

Des élections indirectes au Sénat sont à venir, dans lesquelles nous attendons un renforcement des positions grâce aux votes de nos élus dans les corps législatifs municipaux. Par conséquent, lors des prochaines élections départementales et régionales en mars 2021, cet esprit de travail de coalition doit être renforcé. Comme aux élections municipales, nous disons: travaillons ensemble, unissons-nous pour vaincre la droite et les libéraux, pour ne pas permettre à Macron de prendre pied dans les régions et les départements.

En ce qui concerne les élections législatives et présidentielles, il s’agit d’une autre forme de vote. Il s’agit d’une élection nationale, et une approche différente s’impose ici, car ces élections ouvrent une discussion dans laquelle chaque force politique peut présenter son projet de société, et selon les résultats de laquelle les Français peuvent voter pour les idées les plus proches de nous. Par conséquent, nous voulons bien préparer ces élections.

Ne pensez-vous pas que le système de vote pour l’élection présidentielle en France avec deux tours obligatoires et deux candidats – les vainqueurs du premier tour – est dépassé? Y a-t-il des restrictions constitutionnelles qui doivent être réformées?

Nous devons vraiment réformer l’État et les institutions publiques afin de les rendre plus ouvertes et de donner aux citoyens l’occasion de ressentir à nouveau le goût de la politique, leur donner l’occasion d’exprimer leurs opinions, la capacité d’influencer à tout moment les actions du pouvoir exécutif. Nous sommes pour une réforme en profondeur des institutions du pouvoir, pour l’abolition de la république présidentielle existante – nous essayons de faire en sorte que notre pays ne soit pas dirigé par une seule personne, mais par la direction collective des représentants du peuple.

Notre peuple est diversifié dans sa composition, ses idées, ses valeurs et son histoire – et ces idées doivent être présentées dans leur intégralité. Nous sommes pour l’élimination des élections présidentielles sous leur forme actuelle et pour l’établissement d’une république parlementaire. À court terme, nous exigeons un changement de la procédure de vote lors de la prochaine élection présidentielle. Nous sommes contre le second tour des élections en France, qui comprend les deux candidats vainqueurs du premier tour. C’est la seule élection avec un tel système de vote. Nous proposons d’ouvrir le second tour aux candidats qui ont obtenu, disons, plus de 10% des voix. Cela permettra un débat et ne sera pas enfermé dans la logique arithmétique. Le système existant pousse les forces politiques à s’unir au détriment du contenu, au détriment du programme.

Ne pensez-vous pas que le système électoral existant, en particulier, est très apprécié des libéraux qui dirigent la France, car la présence d’un rival aussi traditionnel avec un fond négatif au second tour, comme Marine Le Pen, est un avantage pour eux?

Marine Le Pen existe grâce aux libéraux, ce sont eux qui l’ont inventée, qui lui ont donné tant d’influence dans le pays avec leur décision politique. Mme Le Pen est le meilleur adversaire que les libéraux puissent imaginer. Ils sont convaincus qu’elle retire les votes de l’électorat protestataire: la colère populaire lui assure l’accès au second tour, dans lequel elle perd toujours. C’est une impasse politique. Cette impasse est très dangereuse. Par conséquent, je suis pour une discussion politique claire avec les Français: pour leur faire comprendre que voter pour le Rassemblement national est une impasse. Si nous voulons vraiment rompre avec le système actuel, nous devons voter non pas pour l’extrême droite, mais pour le parti communiste. C’est pourquoi notre participation au débat public est extrêmement importante.

Que pensez-vous du mouvement des “gilets jaunes”? Ont-ils réussi à influencer le changement de cap politique du gouvernement français?

La première manifestation des «gilets jaunes» a eu lieu en novembre 2018, le jour du XXXVIIIe congrès de notre parti. J’ai immédiatement soutenu le mouvement des gilets jaunes. Au cours des mois suivants, j’ai négocié avec eux: j’ai travaillé pour soutenir leurs propositions visant à instaurer une fiscalité équitable, à augmenter le pouvoir d’achat de la majorité des Français. Et tout au long de l’année, on a vu que les revendications des «gilets jaunes» étaient très proches de celles du Parti communiste français: la lutte contre l’évasion fiscale, les revendications d’une hausse des impôts pour les riches, des retraites plus élevées, des salaires plus élevés pour les travailleurs …

Nous avons assuré une coopération étroite, même s’il y a eu aussi des moments de tension, car les gilets jaunes ont d’abord rejeté la politique en tant que telle. Nous leur avons dit: tous les partis ne sont pas les mêmes. Ces discussions ont été très intenses. Je pense que les «gilets jaunes» ont influencé le gouvernement: ils ont pu empêcher une taxe sur les émissions de dioxyde de carbone, grâce à leur pression, ils ont réduit la taxe sur les retraites des retraités pauvres. Mais surtout, les «gilets jaunes» ont largement contribué à un grand débat public: les Français ont pu exprimer leurs douloureuses inquiétudes, et le président a été contraint de l’écouter. Je regrette que le président ne veuille pas mettre en œuvre les demandes des Français qui ont été exprimées lors de ces discussions. Mais les gilets jaunes nous ont permis de faire des progrès significatifs dans le processus politique.

Quelles sont les propositions du Parti communiste français dans la crise actuelle, compte tenu du parcours néolibéral du président Macron?

Tout d’abord, nous proposons, comme déjà mentionné, une fiscalité plus juste. La richesse que nous créons doit être partagée de manière plus équitable. Nous devons restaurer le pouvoir d’achat des travailleurs, répartir la richesse de manière plus équitable, et il est donc important de taxer les riches multinationales, de taxer les bénéfices, de dividendes et de donner plus d’argent à ceux qui créent cette richesse par leurs propres mains.

Mais nous ne pouvons pas nous arrêter à cela – nous aspirons à une révolution dans la production. Il ne suffit pas de taxer les riches. Il faut changer la nature de la production, le rendement des voitures, des trains, des turbines … Il faut mettre la production au service des hommes – en tenant compte de la situation environnementale. Nous proposons de réduire les heures de travail, d’abaisser l’âge de la retraite à 60 ans et d’augmenter les cotisations salariales afin d’avoir une meilleure protection sociale. Et cela signifie changer complètement la nature de la production. Et ce faisant, nous renforcerons notre contribution à la responsabilité environnementale, qui est aujourd’hui essentielle pour la planète. Nous devons donner aux travailleurs des droits élargis dans les entreprises, établir un contrôle sur le capital, sur la dépense des fonds publics. Les employés devraient avoir le droit d’opposer leur veto aux décisions de la direction de l’entreprise,

Alors, la discussion sur l’antagonisme du capital et du travail productif est le point clé du programme du PCF?

Oui, et aujourd’hui nous avons de nombreux exemples: prenons ce qui se passe à l’usine de pneus Bridgestone à Béthune (pour plus de détails, voir l’article «Non à la politique libérale!», Pravda, n ° 87 (31019), 22-23 septembre 2020 ), où l’on voit que le problème ne réside pas dans le coût des emplois, mais dans les attentes du capital. Le capital fixe des objectifs de rentabilité irréalisables et fait pression sur les travailleurs pour qu’ils atteignent le niveau de rentabilité souhaité. Les sacrifices exigés des ouvriers sont énormes. Et à l’usine Bridgestone, les travailleurs sont désormais obligés de sacrifier des emplois. Le capital impose sa volonté. Ainsi, lorsque nous sommes confrontés au choix entre le capital et le travail productif, nous déclarons: les emplois doivent d’abord être sauvés. Nous sommes pour le droit fondamental au travail.

Comment souhaitez-vous mener cette discussion dans le cadre de l’Union européenne néolibérale? Quelle est votre position vis-à-vis de l’UE? Ne pensez-vous pas que l’UE est aujourd’hui avant tout une organisation à travers laquelle l’Allemagne impose ses intérêts à ses voisins européens?

Le Parti communiste français a toujours affirmé, et pendant longtemps nous étions les seuls, qu’il était impossible de changer le modèle économique en France, en jouant selon les règles de l’Union européenne. Le problème avec les traités européens est qu’ils sont fondamentalement libéraux, ils protègent le capital et mettent les travailleurs en concurrence les uns avec les autres. Et donc nous essayons de faire renoncer la France aux traités européens, nous voulons nous retirer – non pas de l’Union européenne, mais des traités européens. Nous recherchons un cadre de coopération différent entre les pays basé sur l’assistance mutuelle et nous voulons l’abolition des règles qui incitent les pays et les peuples à se concurrencer. Cela signifie que nous devons mettre fin à ces contrats. Lors des dernières élections au Parlement européen, le Parti communiste français a déclaré: il y a des forces politiques défendant l’Union européenne et les traités européens, et il y en a qui s’opposent à eux. Parmi ceux qui s’y opposent, il y a l’extrême droite, qui propose l’isolement national, tandis que nous, les communistes de France, sommes pour la coopération et l’amitié entre les peuples. Mais nous voulons mettre fin à la compétition entre les nations.

Quelle est la différence entre les communistes français et les autres partis de gauche aujourd’hui?

Dans notre pays, à gauche, il y a une discussion entre ceux qui croient que le système capitaliste peut être corrigé, amélioré, et ceux qui croient, comme nous, qu’il faut rompre avec lui. Aujourd’hui, nous parlons beaucoup de climat et d’écologie, et nous sommes le seul parti à dire que pour une véritable révolution écologique et sociale, il faut abandonner le capitalisme. Vous ne pouvez pas peindre le capitalisme en vert. C’est une illusion. Quand j’entends quelqu’un de gauche parler du capitalisme écologique, le problème n’est pas l’écologie, mais le capitalisme. Nous devons abandonner le capitalisme. C’est une vieille discussion entre sociaux-démocrates (sociaux-libéraux) et révolutionnaires. C’est la suite du débat qui a eu lieu il y a cent ans au congrès de Tours du Parti socialiste, qui a jeté les bases de notre organisation.

Vous parlez des changements révolutionnaires. Dans quelle mesure le PCF est-il un parti révolutionnaire?

Aujourd’hui, nous devons répondre à deux appels. Le premier défi est l’urgence sociale: il n’y a jamais eu autant de super-riches dans le monde, y compris en Europe et en France, et autant de pauvres. Tous les moyens doivent être utilisés pour éradiquer la pauvreté et le chômage – c’est notre première priorité.

Le deuxième défi est environnemental: nous savons que si nous ne répondons pas à l’urgence climatique, si nous ne réduisons pas nos émissions de carbone, si nous ne changeons pas le mode de production dans les 10 prochaines années, alors viendra le jour où il sera trop tard. Pour relever ces deux défis, nous devons abandonner les relations de production capitalistes – un modèle dans lequel la rentabilité et l’exploitation des humains et des ressources naturelles sont des fins en soi. Nous devons abandonner cette logique, et nous n’avons d’autre choix que de construire un nouveau modèle de société radicalement différent. C’est une révolution.

Comment les communistes évaluent-ils le passé colonial français? Que font les communistes pour combattre le néocolonialisme français moderne?

Nous avons une histoire douloureuse associée à nombre de ces pays, principalement aux états d’Afrique du Nord: Algérie, Maroc, Tunisie. Premièrement, le Parti communiste français cherche à déclassifier les archives militaires, dont l’accès est restreint depuis plus de 60 ans. Pourquoi y a-t-il encore autant de fichiers «top secret» – des documents montrant ce que la France a fait dans ces pays? L’année dernière, la France a finalement déclassifié le cas de Maurice Audin, un communiste français qui a été torturé à mort en Algérie par l’armée française. Il est important de parler de ce qui s’est passé: c’est important pour la mémoire des peuples algérien, marocain et tunisien, c’est aussi important pour les Français – la transparence est nécessaire.

Un autre problème est la relation entre la France et les pays africains aujourd’hui: les chefs de certains Etats, provoquant des protestations de leur propre population, sont soutenus par la France. Les peuples d’Afrique ne comprennent pas l’attitude de la France à leur égard: les Français continuent à se comporter comme si ces pays restaient leurs colonies. Parfois, la politique française vise à exploiter la richesse – je parle principalement du Mali et du Niger, où la France extrait de l’uranium et où les enjeux sont très importants. Le soutien de facto de la France aux chefs d’État tyran est inacceptable. C’est pourquoi nous tissons des liens d’amitié et de coopération avec les peuples et communautés progressistes de ces pays, et lorsqu’un contingent militaire français y est présent, comme c’est le cas au Mali, nous essayons de réaliser pour que cette présence militaire fasse l’objet d’un débat public en France, qui n’existe pas pour le moment. Le fait que le peuple malien considère aujourd’hui la France comme une force d’occupation est un fait très inquiétant pour nous. Nous devons aider, pas occuper. Nous défendons l’amitié avec les peuples africains, sans force militaire. C’est évident quand on regarde ce que la France a fait en Libye. C’est la France qui porte l’entière responsabilité du chaos qui règne dans ce pays aujourd’hui. Cela ne doit plus jamais se reproduire.

Quelle est la politique du PCF envers la Russie?

Nous pensons que les peuples de notre grand continent eurasien doivent coopérer pacifiquement les uns avec les autres: la proximité géographique qui nous unit et nous permet de travailler ensemble est incontestable. Le Parti communiste français a fermement condamné les sanctions contre la Russie en 2016, et aujourd’hui nous continuons d’appeler à leur levée, car nous ne voulons pas être un pays subordonné aux États-Unis dans la confrontation de deux blocs militaires. C’est la logique du passé. Nous rejetons la politique des blocs et des guerres économiques, surtout aujourd’hui, quand, dans le contexte d’une pandémie mondiale, nous devons mettre fin aux «confrontations» économiques, qui peuvent dégénérer en une véritable guerre «chaude». Nous appelons à la fin des sanctions économiques et à une relation saine qui permette la coopération. Le Parti communiste français est aujourd’hui le parti de la paix, de la fraternité et de l’amitié des peuples.

Tel est mon message à mes camarades du Parti Communiste de la Fédération de Russie et à tous les Russes dans l’espoir que nous pourrons construire des ponts de fraternité entre nos deux peuples. C’est pourquoi le PCF dit que l’OTAN n’a pas le droit d’exister. Le Pacte de Varsovie s’est dissous et l’OTAN doit se dissoudre de la même manière, car il n’y a plus aucune justification à l’existence de cette alliance. Il faut abandonner la logique des blocs militaires, c’est pourquoi nous exigeons le retrait de la France de l’OTAN.

Cette année, le PCF célèbre son centenaire. Que fait le parti pour vulgariser les idées communistes dans la culture française contemporaine?

Cette année, nous célébrons le centenaire du PCF – étant donné les conditions sanitaires et épidémiologiques actuelles, la tenue des festivités est compliquée. Néanmoins, nous prévoyons un certain nombre d’événements publics: ceux que nous ne pourrons pas organiser en raison des restrictions liées à la pandémie, nous les reporterons à l’année prochaine. Mais nous allons organiser la plupart des événements, et je voudrais que le 100e anniversaire du Parti communiste français soit l’occasion de réfléchir sur le siècle à venir que nous voulons construire au nom de la paix, de l’amitié et de la dignité humaine. Le PCF est un outil de changement, il n’est donc pas nécessaire de convaincre les Français de l’utilité du Parti communiste français. Je ne suis pas gérant de magasin. Nous nous sommes unis dans notre parti pour nous préparer au changement. Nous disons aux Français que nous voulons ces changements avec eux, pourquoi nous devons être plus nombreux, pour que davantage de personnes nous aident. Le centenaire du PCF est avant tout une opportunité pour nous de projeter l’avenir.

La Pravda

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

L’intérêt d’un interview dėpend de la qualité des questions posées . Ici la discussion ne se résume à un combat de boxe où la joute oratoire consiste à mėdiocriser l’interviewė. Ici le lecteur et plus prėcisėment le militant ravive sa perception de se battre et ne remet pas en cause son appartenance au Parti .

La lumière arrive. Avec F;Roussel le PCF est remis sur de bons rails. J’émets une réserve sur l’UE. Je pense qu’il faut sortir de l’UE. Casser les traités ne suffit pas. L’UE n’existe que par ces traités appliqués avec zèle par la commission européenne. Aujourd’hui encore dans Ouest-France, la commission européenne envisage le démantèlement complet d’EDF…
Autrement, quel plaisir de retrouver un sécrétaire du PCF en position de combat contre le capitalisme

C’est le traité de MAASTRICHT créant l’Union européenne mettant fin au marché commun, complétant sur le plan de la souveraineté politique le traité de Rome, traité de frontières ouvertes typique des politiques des USA ds les guerres indiennes. Les indiens aujourd’hui c’est nous..

Je considère globalement positifs, les propos du camarade Fabien.

En négatif, je retiens surtout le refus d’exiger le retrait de l’EU, de la même manière que le Parti exige le retait de l’OTAN.

Enfin en très négatif, je note avec un immense regret le fait qu’il n’ai pas dit un mot sur la guerre faite au peuple Syrien, depuis bientôt 10 ans.

Je n’attendrai pas indéfiniment de mon parti, l’exigence du retrait de nos armées de ce pays.

La paix en Syrie peut passer par ce retrait et par la mobilidation des communistes pour l’exiger.

À mon avis✊

Une énormité cependant : le secrétaire du PCF dit que l’extrême droite s’oppose à l’UE: c’est faux nationalement et c’est faux internationalement. En §FRANCE Marien LE PEN a clairement indiqué qu’elle acceptait l’euro donc l’UE car pour être de l’euro il faut obligatoirement être membre de l’UE alors que l’on peut être membre de l’UE sans euro comme le st plusieurs pays dont le sortant l’Angleterre qui n’a jamais sacrifié sa souveraineté nationale et internationale monétaire. LFN RN étant un soutien essentiel des USA capitalistes ils ne mettent nullement en cause l’appartenance à l’OTYAN Donc sur le plan de l’indépendance… Lire la suite »

Enfin, sur une meilleure voie, comme un espoir qui va renaître. Il faut tenir bon et retourner à nos fondamentaux.