Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Que le nom de notre Parti dise ce que nous sommes aujourd’hui et ce que nous serons demain

Ce texte n’a pas seulement une valeur historique il a aussi le sens d’une orientation pour aujourd’hui, et à ce titre il concerne d’abord le peuple cubain confronté une fois de plus à un moment historique du paroxysme de sa résistance à l’agression. Mais pour les communistes français qui sont également confrontés à une période charnière à la fois de l’existence de leur parti et d’une crise du capitalisme qui s’amplifie, il devrait être médité comme une expérience que nul ne peut ignorer. Contribution au prochain débat sur le socialisme du 6 novembre sur le thème, quel parti pour le socialisme, c’est-à-dire pour le progrès, pour la cohésion sociale, pour la souveraineté et la liberté. (note et traduction de danielle Bleitrach)

La constitution du Comité central a fourni une base solide à la conception de Fidel concernant l’unité idéologique et organisationnelle et au rôle de l’avant-garde politique dans la société socialiste; et il a consolidé la structure organique du parti, en ayant des organes de base, des organismes et des organisations à travers tous le pays et dans les forces armées

Auteur: Elvis R. Rodríguez Rodríguez internet@granma.cu

3 octobre 2020 01:10:54

La constitución del Comité Central en 1965 significó, como señaló Fidel, uno de los pasos más trascendentales de la historia de Cuba, el momento en que las fuerzas unificadoras fueron superiores a las fuerzas que dispersaban y dividían.
La création du Comité central en 1965 a signifié, comme Fidel l’a souligné, l’une des étapes les plus importantes de l’histoire de Cuba, à partir de laquelle les forces unificatrices étaient supérieures aux forces qu’elles dispersaient et se séparaient. Photo: Juvenal Balan

Le 3 octobre 1965, le Comité central du Parti communiste de Cuba a été créé, il y a exactement 55 ans.

Sans aucun doute, un événement historique dans la vie du pays, dont la valeur a transcendé le caractère essentiellement partisan lui-même, en marquant le début d’une étape supérieure dans l’unité des principales forces révolutionnaires qui ont combattu la tyrannie batistienne – le Mouvement du 26 juillet, le Directoire révolutionnaire et le Parti socialiste Populaire – dans la consolidation et le renforcement de la vie intérieure et l’institutionnalisation du Parti et un pas supérieur dans la direction politique de la société.

L’union a également apporté un capital précieux d’expériences et de cadres aguerris , nécessaires pour l ‘édification socialiste et les tâches complexes de la Révolution dans un contexte historique caractérisé par une confrontation constante avec les plans déstabilisateurs de l’impérialisme américain.

La lutte pour l’unité des forces révolutionnaires et du peuple a été le pilier de la stratégie politique de Fidel avant et après la victoire. Si, dans les années de la lutte insurrectionnelle, il préférait éviter les discussions théoriques pour concentrer l’énergie sur la mise en œuvre d’une conception de la lutte qui s’est avérée être la plus correcte, convaincu que, dans ce contexte, ce serait la pratique qui pourrait résoudre avec le moins dégâts internes les différences idéologiques et politiques des différents groupes révolutionnaires; après le triomphe, son action dans la poursuite de l’unité a été la boussole qui a conduit, à partir des points communs, d’abord à la discussion des différences, puis à la coordination des activités, puis à la dissolution et à l’intégration et finalement à l’union.

L’unité a donné force, cohérence et intégrité au processus révolutionnaire face aux tentatives de divisions permanentes des ennemis de classe, qui, mécontents des transformations réalisées à partir des premières années, ont cherché à renverser l’oeuvre accomplie et à réinstaller le capitalisme dans le pays.

Dans la conception stratégique de Fidel, l’un de ses éléments constitutifs et de la plus grande importance a été l’organisation du peuple grâce à la création d’un système d’organisations de masse, de jeunesse, d’étudiants et culturels qui, dès le début, a été développé sur l’île, dans la même mesure où il a été travaillé hardiment à l’unification de l’avant-garde politique responsable de la direction de la société. Avec cela, la Révolution a acquis une force extraordinaire.

La création du Comité central a fourni une base solide à la conception de l’unité idéologique et organisationnelle de Fidel et au rôle de l’avant-garde politique dans la société socialiste; et il a consolidé la structure organisationnelle du parti en ayant des organes, des organismes et des organisations de base dans tout le pays et dans les institutions armées.

Quelques jours avant sa création, à la fin septembre, après plusieurs réunions entre les dirigeants des partis des comités provinciaux, régionaux et sectionnels et les principaux secrétaires du Parti uni de la révolution socialiste de Cuba (Pursc) de tout le pays, il a été procédé à l’intégration au sein du Comité central .

Le 1er. octobre, ot été constitués le Comité central et le Bureau politique, dirigés par Fidel et Raul, en tant que premier et deuxième secrétaires respectivement.

Le deuxième jour, le Comité central a ratifié les mesures élaborées par l’ancienne Direction nationale, le Bureau politique, le Secrétariat et les comités de travail, ainsi que par le membre élu au poste de Secrétaire à l’organisation; En outre, il a adopté deux accords importants, qui à leur tour avaient été suggérés par cet organe de direction, pour faire un nouveau et unique journal de nature politique quotidien, qui porterait le nom de Granma, symbole de notre conception révolutionnaire et de notre chemin et une autre chose encore plus important, sur la proposition de Fidel lui-même, de l’appeler Pursc comme le Parti communiste de Cuba.

Il ne s’agissait pas de changer le nom du Parti par le simple fait de le nommer autrement. C’était quelque chose de plus essentiel.

Dans les premiers pas de l’union des forces révolutionnaires, des organisations révolutionnaires intégrées ont été créées, avec leurs aspects positifs et négatifs; puis, après leur dissolution, le Pursc a été fondé, qui, bien qu’il signifia des progrès extraordinaires dans la création de l’appareil politique de direction partisan, comme Fidel l’a précisé, devait encore donner l’idée de la nécessité d’être uni, tout en rappelant encore un peu les origines de chacun.

D’autre part, avait été atteint un tel degré de conscience révolutionnaire que disparaissaient toutes sortes de nuances et toutes sortes d’origine qui distinguaient certains révolutionnaires des autres.

Le Parti, tant ence qui concerne son nom qu’en ce qui concerne les objectifs, devait s’identifier aux objectifs de la Révolution. Alors, quand Fidel demande aux personnes présentes… quel est, à votre avis, le nom que notre parti devrait avoir ? Par acclamation unanime la réponse a été communiste!

Le Comité central était composé de précieux camarades, qui représentaient les porteurs d’idées socialistes, le travail extraordinaire dans d’importants secteurs du pays et la défense de la Patrie. Un comité central dans lequel, comme l’a dit Fidel:

« il n’y a pas d’épisode héroïque dans l’histoire de notre Patrie ces dernières années qui n’est pas représenté là; il n’y a pas un sacrifice, pas un combat, pas un exploit – aussi militaire que civil – héroïque ou créatif qui ne soit représenté; il n’y a pas de secteur social révolutionnaire qui ne soit représenté. Je ne parle pas d’organisations. Quand je parle de secteur, je parle de travailleurs, je parle des jeunes, je parle des paysans, je parle de nos organisations de masse.

Le peuple cubain a accueilli avec satisfaction le nom du Parti et la composition du Comité central.

Le Parti communiste de Cuba est l’héritier légitime de la tradition patriotique et culturelle de l’avant-garde politique cubaine.

De la même manière que Martí fonda le Parti révolutionnaire cubain en avril 1892 pour préparer et mener la guerre sans laquelle Cuba n’aurait pas obtenu l’indépendance totale; et Baliño et Mella fondèrent le premier Parti communiste cubain en 1925 pour combattre le système capitaliste et tous ses maux, Fidel fonda le Parti communiste de Cuba pour mener à bien la Révolution et la construction du socialisme.

Dans sa conception stratégique, il a conçu la responsabilité historique de l’organisation parti dans la défense et la continuité de la construction socialiste, dans l’importance du lien du Parti avec les masses, dans le besoin d’une direction collective, avec exigence de qualité et de caractère sélectif pour l’entrée dans le Parti, l’exemplarité de ses cadres et militants et, surtout, la capacité d’assimiler de façon critique ses propres erreurs , non pas pour imposer des critères ou pour supplanter l’activité de l’État ou du Gouvernement, mais pour ne pas pas perdre pied face aux problèmes de la société.

La création du Comité central représentait, comme Fidel l’a souligné, l’une des étapes les plus importantes de l’histoire de Cuba, le moment où les forces unificatrices étaient supérieures aux forces divergentes et cherchanr à se séparé, lorsque le peuple révolutionnaire s’unit étroitement, lorsque l’esprit collectif triomphait de tous les individualismes, atteignant le plus haut degré d’union et d’organisation avec les plus modernes. , les conceptions politiques les plus scientifiques, ainsi que les plus révolutionnaires et les plus humaines.

De la constitution

Article 5:.

Le Parti communiste de Cuba, unique, martien, fideliste, marxiste et léniniste, avant-garde organisée de la nation cubaine, dans un effort soutenu en son caractère démocratique et le lien permanent avec le peuple, est la principale force politique de la société et de l’État.

Il organise et guide les efforts communs dans la construction du socialisme et l’avancement vers la société communiste. Il s’efforce de préserver et de renforcer l’unité patriotique des Cubains et de développer des valeurs éthiques, morales et civiques.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments