Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Craig Murray—Rapport sur la journée du 29 septembre 2020.

[Une grande partie du texte concerne le régime des Mesures Administratives Spéciales (MAS)]

Mardi a été une autre journée où les témoignages ont porté sur les conditions extrêmement inhumaines dans lesquelles Julian Assange serait maintenu en prison aux Etats-Unis s’il était extradé. La tactique continue de l’accusation d’agression extraordinaire envers les témoins qui sont manifestement bien informés a moins bien joué, et il y avait des signes distincts que la juge Baraitser devenait irritée par cette approche. L’ensemble des témoins de la défense et l’étendue de la corroboration mutuelle qu’ils ont fournie ne pouvaient pas être simplement rejetés par l’accusation qui tentait de les qualifier tous de mal informés sur un détail particulier, et encore moins d’agir tous de mauvaise foi. Présenter un témoin comme étant faible peut sembler justifié s’il peut être ébranlé, mais attaquer une succession de témoins manifestement bien qualifiés, sans autre fondement que l’agression et une hostilité irrationnelle, devient rapidement peu convaincant.

L’autre point qui est devenu une anomalie flagrante, en fait tout à fait contraire à la justice naturelle, est le fait que le gouvernement américain continue de s’appuyer sur les déclarations sous serment du procureur adjoint américain Gordon Kromberg et du psychiatre du Conseil des prisons, le Dr Alison Leukefeld. Les contre-interrogatoires par le gouvernement américain des quatre derniers témoins de la défense se sont tous appuyés sur les mêmes passages de Kromberg et Leukefeld, et chacun des témoins de la défense a déclaré que les declarations de Leukefeld et Kromberg étaient incorrectes quant aux faits. Pourtant, en vertu des accords d’extradition entre les États-Unis et le Royaume-Uni, les témoins du gouvernement américain ne peuvent pas être appelés et contre-interrogés. Lorsque les témoins de la défense sont attaqués avec autant de force lors du contre-interrogatoire sur les points de désaccord avec Kromberg et Leukefeld, il devient manifestement inacceptable que Kromberg et Leukefeld ne puissent pas être contre-interrogés de la même manière par la défense sur les mêmes points.

De la même façon quant à la procédure, le seul point auquel les avocats du gouvernement américain ont pu se raccrocher est l’expérience directe limitée des témoins de l’unité H de la prison ADX Supermax. Cela met en relief l’objection faite la semaine dernière à la défense de présenter d’autres témoins qui ont précisément cette expérience, en réponse aux déclarations sous serment de Kromberg et Leukefeld sur ces points spécifiques, qui ont été présentées le 20 août et le 2 septembre respectivement. L’accusation a objecté à ces témoins comme étant trop tardifs, alors que les deux ont été présentés dans le mois suivant le témoignage auquel ils répondaient. Le gouvernement américain et Baraitser ayant exclu les témoins sur ce nouveau point très spécifique, leur façon de procéder pour attaquer les témoins de la défense existants sur leur connaissance du point précis sur lequel ils ont refusé d’entendre de nouveaux témoignages, laisse en effet un très mauvais goût.

Le premier témoin de la journée était Maureen Baird, ancienne directrice (gouverneur en termes britanniques) de trois prisons américaines, dont en 2014-16 le Metropolitan Correction Centre (MCC) de New York, qui abrite une importante concentration de prisonniers soumis à des mesures administratives spéciales (MAS) en détention préventive. Elle a également participé à des stages et des programmes de formation nationaux sur les MAS et a rencontré et discuté avec ses collègues gardiens et d’autres responsables de ces prisons ailleurs, dont Florence ADX.

Edward Fitzgerald QC a guidé dans son témoignage Baird, qui a confirmé qu’elle prévoyait qu’Assange serait soumis à des MAS avant le procès, sur la base de l’argument de la sécurité nationale et de tous les documents soumis par le procureur américain, et après le procès. Les MAS signifient être confiné dans une cellule 23-24 heures par jour sans aucune communication avec les autres prisonniers. Au MCC, la seule heure par jour passée en dehors de votre cellule était simplement passée dans une cellule vide différente mais identique, appelée “cellule de loisirs”. Elle y avait mis un vélo d’exercice ; sinon, elle n’était pas équipée. La récréation se faisait toujours dans la solitude la plus totale.

Les prisonniers avaient droit à un appel téléphonique par mois de 30 minutes, ou 2 de 15 minutes, à des membres de leur famille nommés et agréés. Ces appels étaient surveillés par le FBI.

Fitzgerald s’interroge sur l’affirmation de Kromberg selon laquelle le courrier est “fluide”. Baird a répondu que tout le courrier était filtré. Ce courrier retardait généralement de deux à trois mois, s’il passait.

Baird a déclaré que le régime des MAS était déterminé de manière centralisée et était le même dans tous les lieux. Il est décidé par le procureur général. Ni le directeur de la prison, ni le Conseil des Prisons lui-même n’avaient le pouvoir de modérer le régime des MAS. Fitzgerald a déclaré que le gouvernement américain avait prétendu hier qu’il pouvait être modifié, et que certaines personnes soumises au régime MAS pouvaient même avoir un compagnon de cellule. Baird a répondu : “Non, ce n’est pas du tout mon expérience”.

Fitzgerald a cité Kromberg qui a déclaré qu’un prisonnier pouvait faire appel au responsable du dossier et au chef d’unité contre les conditions des MAS. Baird a répondu que ces personnes “ne pouvaient rien faire”. Les MAS étaient “bien au-dessus de leur niveau de rémunération”. La description de Kromberg était irréaliste, tout comme sa description du contrôle judiciaire. Il faudrait d’abord épuiser toutes les procédures internes, ce qui prendrait de nombreuses années et n’aboutirait à rien. Elle n’a jamais vu aucun cas de modification des MAS. De même, lorsque Fitzgerald lui a fait remarquer que les MAS n’étaient imposées que pour une année à la fois et qu’elles étaient soumises à un examen annuel, Mme Baird a répondu qu’elle n’avait jamais entendu parler d’un cas de non-renouvellement. Il semble qu’elles aient simplement été reconduites par le bureau du procureur général.

Mme Baird a déclaré qu’en plus d’appliquer elle-même les MAS au MCC, elle a suivi des cours de formation nationaux sur les MAS et a rencontré et discuté de ses expériences avec ceux qui appliquent les MAS dans d’autres endroits, notamment à Florence, Colorado ADX. Les MAS ont des conséquences fortes et négatives sur la santé mentale et physique des prisonniers. Parmi ces conséquences, citons la dépression sévère, les troubles anxieux et la perte de poids. Baird a déclaré qu’elle était d’accord avec le précédent témoin Sickler sur le fait que si Assange était condamné, il pourrait très bien passer le reste de sa vie en prison sous le régime des MAS à l’ADX de Florence. Elle a cité un ancien directeur de cette prison qui la décrit comme “non construite pour l’humanité”.

Fitzgerald a demandé à Baird de commenter la description faite par Kromberg d’un programme en plusieurs phases pour la libération des MAS. Baird a déclaré qu’elle ne reconnaissait rien de tout cela dans la pratique. Les prisonniers des MAS ne pouvaient en aucun cas participer à des programmes de groupe ou rencontrer d’autres prisonniers. Ce que Kromberg décrivait n’était pas un programme mais une liste très limitée de petits privilèges supplémentaires potentiels, comme un appel téléphonique supplémentaire par mois. La phase 3 consistait à se mêler aux autres prisonniers et Mme Baird a déclaré qu’elle n’avait jamais vu ce programme et qu’elle doutait de sa réelle application : “Je ne sais pas comment cela se fait”.

Fitzgerald a interrogé Baird sur l’affirmation du Dr Leukefeld selon laquelle certains prisonniers apprécient tellement Florence ADX qu’ils ne veulent pas la quitter. Baird a déclaré que cela reflétait les troubles d’anxiété extrême qui pouvaient affecter les prisonniers. Ils avaient peur de quitter leur monde hautement ordonné.

Il était intéressant de voir comment l’accusation allait prétendre que Baird n’était pas qualifiée. Il était très difficile de contrer le témoignage d’une directrice de prison sur l’inhumanité du régime carcéral. Le gouvernement américain a lancé une attaque assez extraordinaire. Il a affirmé que le système carcéral était généralement agréable, comme le décrivaient Leukefeld et Kromberg, mais que les prisons dans lesquelles Baird avait travaillé étaient effectivement mauvaises, mais uniquement parce que Baird était un mauvais directeur.

Voici de brefs extraits du contre-interrogatoire de Baird par le gouvernement américain :

Clair Dobbin: Êtes-vous indépendante ?

Maureen Baird: Je travaille pour un avocat mais aussi pour d’autres.

Dobbin: Vous apparaissez sur un site internet juridique en tant que consultant – Allan Ellis de San Francisco.

Baird: Je fais du conseil, y compris avec Allan mais pas exclusivement.

Dobbin: Vous ne travaillez que pour des accusés ?

Baird: Oui.

Dobbin: Il est dit que le cabinet s’occupe des appels et du placement après condamnation.

Baird: Oui, j’ai tendance à m’impliquer dans le placement post-condamnation.

Dobbin: Avez-vous de l’expérience en matière de condamnation ?

Baird: Quel type de condamnation ?

Dobbin: C’est ce que je vous demande.

Baird: J’ai témoigné sur les conditions de détention avant la condamnation.

Ce fut un effort beaucoup plus bref que d’habitude pour discréditer le témoin. Après des questions sur l’expérience exacte de Baird en prison, Clair Dobbins a continué:

Dobbin: Connaissez-vous les critères des MAS ?

Baird: Oui.

Dobbin: Pourquoi dites-vous qu’il est probable qu’Assange se trouvera sous le régime des MAS ? Kromberg dit seulement que c’est possible.

Baird Kromberg en parle beaucoup. C’est très clairement une possibilité.

Dobbin: C’est de la spéculation. Ca ne peut être décidé par le procureur général que dans la mesure où cela est raisonnablement nécessaire pour empêcher la divulgation d’informations relatives à la sécurité nationale.

Baird: Ils ont clairement indiqué qu’ils pensaient qu’Assange détenait d’autres informations de ce type.

Dobbin: Vous n’êtes pas en mesure de porter un jugement.

Baird: Je pense qu’il serait jugé comme répondant à ce critère, sur la base de leurs décisions passées.

Dobbin: Comment pouvez-vous dire que le risque existe qu’il divulgue des informations relatives à la sécurité nationale ?

Baird: Il est accusé d’espionnage. Ils ont dit qu’il représente un risque permanent.

Dobbin: Je suggère que c’est hautement spéculatif et que vous ne pouvez pas le savoir.

Baird: Je juge par ce que le gouvernement a dit et par le fait qu’ils ont tant insisté sur les MAS. Ils ne disent absolument pas dans tout cela que les MAS ne seront pas appliquées.

Après une discussion plus approfondie sur les affirmations de Kromberg par rapport à l’expérience de Baird, le gouvernement américain est passé à la question des prisonniers MASsous la garde de Baird au MCC.

Dobbin: Vous dites qu’ils étaient en isolement. Les officiers de l’unité n’avaient pas de contact humain avec les prisonniers ?

Baird: Ils ne parlaient pas aux détenus.

Dobbin: Pourquoi pas ?

Baird: Ce n’est pas ce que font les agents de la prison.

Dobbin: Pourquoi pas ? Vous étiez responsable ?

Baird: Ils ouvrent juste la petite fente d’observation dans la porte en fer toutes les demi-heures et regardent à travers. Aucune conversation n’a lieu.

Dobbin: Vous pourriez encourager la conversation?

Baird: Je pourrais donner l’exemple. Mais ordonner une conversation n’est pas quelque chose que fait un directeur de prison. Je n’avais pas cette autorité. Il y a des syndicats. Si je demandais aux gardiens de prison de socialiser avec les prisonniers, ils me répondraient que ce n’est pas dans leur description de poste.

Dobbin: Oh, allez ! Vous pourriez encourager.

Baird: Normalement, ces agents ne parlent pas aux détenus.

Dobbin: Avez-vous dit à votre personnel de le faire ? La première chose que vous feriez ne serait-elle pas de dire à votre personnel de parler ?

Baird: Non. Ce n’est pas comme ça que ça marche.

Dobbin: Avez-vous fait part de vos inquiétudes concernant les MAS à vos supérieurs ?

Baird Non.

Dobbin Avez-vous fait part de vos préoccupations aux juges ? (une brève discussion sur un cas précis a suivi)

Baird Non.

Dobbin Avez-vous fait part aux juges de vos préoccupations concernant les conditions de vie des détenus de MAS?

Baird Non. Ils représentaient une très petite partie de la population carcérale à laquelle j’avais affaire.

Dobbin Vous n’avez donc pas encouragé le personnel ni soulevé d’inquiétudes ?

Baird J’ai essayé d’être juste et compatissante. J’ai parlé moi-même aux prisonniers en isolement. Le fait que les autres membres du personnel ne se soient pas engagés n’est pas rare. Je ne me souviens pas avoir fait de plaintes ou de recommandations.

Dobbin Ces conditions ne vous ont donc causé aucune inquiétude à l’époque. Ce n’est que maintenant ?

Baird Cela m’a inquiété.

Dobbin Qu’avez-vous fait pour répondre à vos préoccupations à l’époque ?

Baird Je ne pensais pas avoir une quelconque influence. C’était bien au-dessus de moi. Les SAM sont décidés par le procureur général et les chefs des agences de renseignement.

Dobbin Vous n’avez même pas essayé.

C’était un effort audacieux pour détourner l’attention des témoignages de première main et évidemment qualifiés de Baird sur l’horreur et l’inhumanité du régime, mais finalement une plainte selon laquelle Baird n’a pas essayé de modifier le terrible système n’aide pas vraiment le gouvernement dans son affaire. En plus de deux heures de contre-interrogatoire, Dobbin a tenté à maintes reprises de discréditer le témoignage de Baird en le mettant en contraste avec les preuves de Kromberg et Leukefeld, mais cela a été tout à fait contre-productif pour Dobbin. Cela a plutôt servi à illustrer à quel point les assurances de Kromberg et Leukefeld étaient éloignées de la description de ce qui se passe réellement par un directeur de prison expérimenté.

Baird a démoli l’insistance de Dobbin sur la description par Kromberg d’un programme en trois étapes pour la suppression des MAS. Lorsqu’il s’agit du récit du Dr Leukefeld sur les prisonniers MAS autorisés à participer à des séances de thérapie de groupe psychiatrique, Baird n’a pas pu s’empêcher de rire. Elle a suggéré que de l’endroit où le Dr Leukefeld était assise “au bureau central”, Leukefeld croyait peut-être sincèrement que cela pouvait arriver.

Le témoin de l’après-midi était un avocat, Lindsay Lewis, qui représente Abu Hamza, qui est détenu à ADX Florence. La liaison vidéo avec Lewis avait un son extrêmement médiocre et depuis la galerie publique, je n’ai pas pu entendre une grande partie de son témoignage. Elle a déclaré qu’Abu Hamza, qui a été amputé des deux avant-bras, a été maintenu en isolement sous MAS à l’ADX pendant près de dix ans. Ses conditions étaient absolument inadaptées à son état. Il n’avait pas de prothèse suffisante pour lui permettre de se soigner lui-même et ne recevait aucuns soins. Son lit, ses toilettes et son lavabo étaient tous inadaptés et ne convenaient pas à son handicap. Ses autres problèmes médicaux, notamment un diabète grave, l’hypertension et la dépression, n’etaient pas traités de manière adéquate.

Lewis a déclaré que les conditions d’incarcération de Hamza violaient directement les engagements pris par le gouvernement américain envers le tribunal de première instance et la Haute Cour du Royaume-Uni lorsqu’ils ont fait la demande d’extradition. Les États-Unis avaient déclaré que ses besoins médicaux seraient pleinement évalués, que son traitement médical serait adéquat et qu’il était peu probable qu’il soit envoyé à l’ADX. C’est tout le contraire qui est arrivé.

En contre-interrogatoire, le point majeur de Dobbin a été de nier que les assurances données aux autorités britanniques par le gouvernement américain au moment de l’extradition de Hamza équivalaient à des engagements. Elle s’est également efforcée de mettre en avant les condamnations pour terrorisme de Hamza, comme si elles justifiaient les conditions de son incarcération. Mais ce qui m’a le plus frappé, c’est la description que Lewis a faite de l’incident qui a servi à justifier le maintien des MAS à Hamza.

Hamza n’est autorisé à communiquer qu’avec deux membres nommés de sa famille, dont l’un est l’un de ses fils. Dans une lettre, Hamza avait demandé à ce fils de dire à son petit-fils d’un an qu’il l’aimait. Hamza a été accusé d’avoir envoyé un message illégal à un tiers (le petit-fils). Cela avait entraîné l’extension du régime SAMs sur Hamza, qui se poursuit toujours. En contre-interrogatoire, Dobbin d’rat évertuée à suggérer que ce “je t’aime” était peut-être un message terroriste codé. La journée s’est terminée avec un avant-goût de nouveauté à venir, puisque le juge Baraitser a accepté d’accorder l’anonymat aux deux dénonciateurs d’UC Global qui doivent témoigner sur l’espionnage d’Assange par UC Global à l’ambassade d’Équateur. En faisant sa demande, Summers a indiqué que parmi les sujets à discuter figurait l’instruction des clients américains d’UC Global d’envisager l’empoisonnement ou l’enlèvement d’Assange. L’arme à feu cachée avec des numéros de série effacés, découverte au domicile du directeur général d’UC Global, David Morales, et sa relation avec le chef de la sécurité du complexe de Las Vegas Sands, ont également été brièvement évoquées

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments