Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Une nouvelle guerre commence au Haut-Karabakh

En attendant la réaction du KPRF, voici l’article d’un russe, certes d’origine arménienne mais dont Marianne traduit souvent les textes toujours intéressants. Nous sommes devant un de ces nouveaux foyers d’incendie d’où peut partir l’embrasement final et que ceux qui veulent la guerre attisent alors que ceux qui cherchent à l’empêcher commencent un ballet diplomatique. La Russie, le ministère des affaires étrangères en première ligne est en train de tenter d’arrêter l’affrontement, la Turquie l’attise (note de danielle Bleitrach , traduction de Marianne Dunlop).

En 1994, l'Azerbaïdjan a perdu le contrôle de sa région autonome et rêve de la reprendre 0  27 septembre 2020, 19:00
Photo: nkrmil.am
Texte: GevorgMirzayan

La crise actuelle au Haut-Karabakh est qualifiée de la plus dangereuse depuis 1994, date à laquelle un cessez-le-feu a été conclu. Maintenant, l’armée azerbaïdjanaise déploie une «contre-offensive» à grande échelle et rapportela prise de localités de la NKR. À Erevan, cependant, ils assurent que l’ennemi n’a pas passé et a perdu de nombreux chars et même des hélicoptères. Que se passe-t-il en réalité dans le Caucase du Sud. Et que devrait faire la Russie à ce sujet?

https://vz.ru/world/2020/9/27/1062519.html

La frontière entre le Haut-Karabakh et l’Azerbaïdjan n’a jamais été calme, il y a eu des escarmouches constantes et même des opérations offensives locales. Cependant, le matin du 27 septembre, l’armée azerbaïdjanaise a lancé une offensive sur toute la ligne de front. Comme prétexte, ils ont nommé des «provocations à grande échelle» et des «manifestations du fascisme arménien» survenues à 6 heures du matin le 27 septembre.

Selon  le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, «les forces armées arméniennes, utilisant divers types d’armes, y compris de l’artillerie lourde, ont tiré sur nos colonies de plusieurs directions», après quoi il a été décidé de régler le problème de manière sérieuse.

Les forces azerbaïdjanaises rapportent des succès. Une douzaine de soldats arméniens ont été tués, un certain nombre de localités contrôlées par la République du Haut-Karabakh (NKR) ont été prises. «Dans ladirectionFizuli-Jabrail, les villages de Garakhanbeyli, Gervend, KendHoradiz, YukharyAbdurahmanli de la région de Fizuli, ainsi que les villages de BoyukMerjanli et Nyuzger de la région de Jabrayil ont été libérés», a déclaré le ministre azerbaïdjanais de la Défense ZakirHasanov.

Le ministère de la Défense du NKR et Erevan ne confirment pas les données sur la perte de “points stratégiques”, les  qualifiant  de ” nouvelle désinformation de la machine de propagande azerbaïdjanaise” et  suggérant à  ses collègues à Bakou “d’ajouter 10 villes supplémentaires à ces six villages” et “d’apprendre à faire du Photoshop de qualité”. Selon la partie arménienne, les forces azerbaïdjanaises ont tenté sans provocation de s’emparer du territoire de la NKR – et jusqu’à présent, elles échouent, ayant perdu une partie importante de leur équipement (en particulier des chars) au cours des batailles.

Néanmoins, Erevan reconnaît la gravité de la situation et (suite au NKR) a déjà  décrété  la loi martiale en Arménie et annoncé la mobilisation. Selon le  Premier ministre NikolPashinyan, «au nom de la patrie, au nom de la victoire».

L’issue des hostilités n’est actuellement pas claire. Cependant, il est déjà possible de tirer une conclusion sur qui a tout commencé, pourquoi il a commencé, celui qui montre le bout de son nez dès le début de l’escalade – et comment la Russie devrait faire face à ce nez.

Qui en profite?

Pour comprendre qui a lancé le cycle actuel du conflit, il suffit de regarder à qui profite la destruction du statu quo actuel.

L’Arménie n’y a aucun intérêt – tout va bien pour elle. La NKR est de facto indépendante depuis près de 30 ans maintenant, et elle ne passera pas sous le contrôle de Bakou (les négociations à ce sujet sont en fait gelées). La sécurité du Haut-Karabakh est garantie de manière informelle par la Russie, partenaire de l’Arménie au sein de l’OTSC. Le seul objectif non encore atteint dans la direction du Karabakh est la reconnaissance internationale du NKR, mais il ne peut être atteint par une attaque contre l’Azerbaïdjan. 

Le statu quo, qui n’implique pas un mécanisme de retour des territoires, ni même des négociations de fond sur la création d’un tel mécanisme, ne convient pas catégoriquement à Aliyev, et le fait n’est pas seulement que le NKR constituait une partie importante du territoire de la RSS d’Azerbaïdjan. Bakou a tellement sacralisé la question du Karabakh que la population demande en fait aux dirigeants de résoudre le problème séparatiste de quelque manière que ce soit. En l’absence de négociations, le seul moyen est la guerre, mais la population n’en a pas encore peur.

Après tout, on lui a tant raconté combien d’argent avait été investi dans l’armée azerbaïdjanaise. Plus d’argent y est dépensé par an que l’ensemble du budget arménien.

«L’arménophobie avec laquelle le régime Aliyev nourrit son peuple ne peut conduire à aucun autre résultat. La direction de l’Azerbaïdjan est devenue l’otage de cette politique et essaie de mettre en œuvre ses menaces pour résoudre le conflit du Karabakh par des moyens militaires », a  déclaré  Pashinyan.

En fait, le président azerbaïdjanais lui-même positionne cette offensive comme la réalisation des aspirations du peuple. «Une contre-offensive réussie mettra fin à l’occupation et à l’injustice qui durent depuis près de 30 ans. Le peuple azerbaïdjanais veut vivre sur ses terres. Le citoyen azerbaïdjanais vit ce rêve. Ceux qui ont été expulsés de leurs terres natales veulent retourner sur les terres de leurs ancêtres » , a  déclaré  Aliyev.

Ne pas répondre aux aspirations de la population en ce moment, alors que les prix de l’énergie ont de nouveau baissé et qu’un trou s’est formé dans le budget, peut être dangereux pour les autorités azerbaïdjanaises. Alors, pour que les aspirations ne soient pas obscurcies par des informations alternatives, Bakou  restreint  Internet dans tout le pays et demande aux citoyens de traiter cela «avec compréhension».

Que devrait faire la Russie maintenant?

La plupart des pays du monde surveillent de près ce qui se passe dans le Caucase. Et si la Turquie a immédiatement soutenu Bakou et promis toute l’assistance nécessaire, ses partenaires européens ont quant à eux adopté une position neutre.

Le Conseil de l’Europe  appelle à un  arrêt urgent des hostilités, tandis que l’OTAN  assure que “le conflit n’a pas de solution militaire”. Cependant, le plus important maintenant est la position de la Russie.

Officiellement, Moscou, qui est un médiateur dans le conflit du Karabakh, ne devrait pas intervenir. Oui, l’Arménie est membre de l’OTSC, mais les garanties de l’organisation pour le Haut-Karabakh (que tout le monde, y compris Erevan, reconnaît de jure comme le territoire de l’Azerbaïdjan) ne s’appliquent pas. Bakou comprend cela et émet donc une réserve selon laquelle ils ne mènent leur opération que sur le territoire du Haut-Karabakh.

«Si nous le voulions, nous pourrions mener des opérations militaires sur le territoire arménien. Mais nous n’avons pas d’objectifs militaires sur le territoire arménien », a  déclaré Ilham Aliyev.

Cependant, la partie arménienne affirme que le conflit a déjà dépassé le territoire de la NKR. Selon le  représentant du ministère arménien de la Défense ArtsrunHovhannisyan, “le coup principal est tombé sur les localités d’Artsakh, mais des attaques ont également été frappées à Vardenis en Arménie”. Cependant, Erevan n’a pas encore adressé de demande d’aide à l’OTSC.

D’un autre côté, le Kremlin ne peut tout simplement pas rester à l’écart, et il ne s’agit pas seulement des garanties informelles que la Russie a données au Haut-Karabakh.

Si l’Azerbaïdjan gagne la guerre, la réputation de Moscou en sera sérieusement affectée, après quoi il faut s’attendre, par exemple, à de nouvelles provocations en Ukraine. Il est trop tôt pour parler d’une victoire de Bakou: pour la prise de la capitale du Haut-Karabakh, Stepanakert (sans parler de la capture et du maintien du territoire de la NKR), l’Azerbaïdjan a besoin de forces beaucoup plus importantes – et, éventuellement, d’une mobilisation. Mais même les succès locaux de l’Azerbaïdjan avec le silence russe peuvent coûter très cher à Moscou.

Premièrement, Bakou atteindra non seulement ses objectifs politiques internes, mais comprendra également qu’il est capable de grignoter davantage le NKR petit à petit. De plus, cela peut forcer Moscou à mettre l’Arménie à la table des négociations pour discuter des conditions de la reddition du Karabakh. C’est dangereux et humiliant pour la Russie.

Deuxièmement, la Turquie sera encouragée: un certain nombre de sources affirment que les politiciens turcs qui veulent tester la force de la Russie ont joué un rôle important dans cette aggravation. Et si Moscou abandonne, alors, à l’horizon, il y aura un scénario dans lequel l’espace de la mer Noire à la mer Caspienne (ou même aux frontières avec la Chine) sera une zone de contrôle turque.

Troisièmement, l’Arménie peut prendre des mesures désespérées. Par exemple, Erevan envisage sérieusement  la  question de la reconnaissance unilatérale de la République du Haut-Karabakh, qui détruira complètement même le spectre d’un format négocié et ne laissera à l’Azerbaïdjan aucune autre option que le début d’hostilités à grande échelle. En conséquence, la Russie y sera presque certainement entraînée.

C’est pourquoi Moscou mène actuellement un processus de négociation intensif. Sergueï Lavrov s’est entretenu avec le ministre arménien des Affaires étrangères ZohrabMnatsakanyan et le ministre turc des Affaires  étrangères MevlutCavusoglu  et son homologue azerbaïdjanais  JeyhunBayramov. A en juger par la chronologie sur le site officiel, c’est dans cet ordre.

La question est maintenant de savoir dans quelles conditions le cessez-le-feu se fera. Et cela dépend déjà en grande partie de la capacité des troupes arméniennes à arrêter l’offensive azerbaïdjanaise. 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Histoire et Société  >>> Une nouvelle guerre commence au Haut-Karabakh […]