Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Andre Vltchek: Ne croyez pas la propagande occidentale – la démocratie chinoise est vivante et bien vivante!

André Vltchek était né à Léningrad, fils d’un savant physicien nucléaire tchèque et d’un danseuse russo-chinoise est mort hier à Istanbul dans des circonstances suspectes, journaliste, écrivain, cinéaste, il faisait le tour du monde, témoignait, parfois emprisonné ,toujours indomptable traquant comme ici l’hypocrisie occidentale, dans un temps où l’on ose un procès à Assange et des menaces d’extradition vers le système le plus arbitraire, le plus destructeur, les USA, ceux qui ont choisi de refuser de se soumettre seront l’honneur de l’humanité. Le dernier texte que nous avons publié de lui dénonçait Guo-Wengui le milliardaire chinois qui diffuse dans nos médias vendu une haine démente de la Chine et de fausses nouvelles à la limite de la stupidité reprises sans état d’âme par notre presse, radio, servile. ICI il dit une chose qui m’est toujours apparue évidente, jamais le peuple chinois ne tolérerait qu’on le traite comme nos démocratie traitent leurs citoyens. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Andre Vltchek
Asia-Pacific Research
Sat, 03 mars 2018 00:00 UTC

Chinese Flag

Une nouvelle énorme vague de « a chine bashin » est une fois de plus en train rouler depuis l’Europe et l’Amérique du Nord. Son eau est sale et trouble. Il est tenté de tout salir sur le système chinois actuel: de son propre modèle démocratique unique, à son leadership, ainsi que son système politique, économique et social.
Cela me rappelle périodiquement que chaque année, juste avant les deux sessions annuelles de la Chine, il y aura des voix qui s’éléveront en déclarant que le Congrès du peuple joue le rôle de tampons en caoutchouc, et que la démocratie chinoise ne peut pas vraiment représenter le
peuple.
La critique du système chinois vient parfois de l’intérieur du pays, mais le plus souvent elle arrive de l’étranger.
Même les critiques locaux sont généralement profondément influencés par les perceptions étrangères.
La Chine est souvent « analysée » et jugée strictement par les normes et les règles occidentales, et c’est chauvin et étonnamment condescendant.
Mon ami et collègue Jeff J. Brown , un expert de premier plan sur la Chine, auteur d’un livre China Is Communist Damn It! a écrit avec indignation dans son récent essai « Western Racism and Hypocrisy Foaming at The Mouth Over China’s Constitutional Changes » :

Les soi-disant « experts de la Chine » accumulent avec toutes sortes de scénarios apocalyptiques… Le président Xi Jinping est dépeint comme un mégalomane, un tyran avide de pouvoir. Ses 1,4 milliard de citoyens sont respectueusement en désaccord.
Toute cette mascarade occidentale respire la pire hypocrisie et au fond, le racisme. Quand est-ce que pour la dernière fois les médias traditionnels sont entrés dans une crise parce qu’un pays occidental a changé ses lois? En 2001, où était la propagande occidentale lorsque George W. Bush & Co. a détruit à jamais tout semblant de la Constitution américaine conférant les droits civils et humains à ses citoyens, quand un faux drapeau 9/11 pistolet a été tenu à la tête de chaque membre du Congrès et sénateur, de devoir signer l’Orwellian « Patriot » Act – littéralement au milieu de la nuit, n’ayant jamais la chance de le lire? Les médias américains de putes d’entreprise étaient là, criant, signez-le ! Sauvez-nous ! Protégez-nous ! C’est ainsi que la corrompue, occidentale « démocratie » « fonctionne » … »

Un professeur turc Tugrul Keskin, de l’Université de Shanghai enChine, appelle les tendances récentes en Occident simplement et correctement: Chinaphobia.

Pendant des décennies et des siècles, en Occident, le peuple chinois a souffert de racisme et de discrimination. Aux États-Unis, les migrants chinois ont été ridiculisés et humiliés au mieux, et physiquement liquidés au pire. Les puissances européennes ont attaqué, occupé, divisé et détruit la Chine, réussissant même à saccager Pékin.

J’ai écrit des livres entiers (y compris Exposer les mensonges de l’Empire)et de nombreux essais, dans lesquels j’ai soutenu que la Chine, avec des milliers d’années d’histoire et de culture extraordinaires, a le droit indéniable d’être définie et jugée par son propre peuple et selon ses propres critères.

Mais maintenant parlons de démocratie. Tout d’abord, l’expression démocratie est dérivée de la langue grecque.

Cela signifie vaguement « direction du peuple ». Il ne stipule pas qu’un pays véritablement démocratique doit suivre un modèle occidental multipartite/corporatif, ou plus concrètement, un modèle dans lequel les grandes entreprises et les « individus puissants » financent des campagnes politiques (tout en soutenant les candidats), et sélectionnent de facto les gouvernements.
En Occident, et dans ses « États clients », la plupart des gens ordinaires sont destinés à servir les intérêts des entreprises, et le gouvernement est là pour s’assurer qu’ils ne enfreignent pas « les règles ».
La Chine ne peut tout simplement pas suivre un tel modèle. Les Chinois se sont battus dur pour leur indépendance, ils ont lutté pendant la grande guerre révolutionnaire, et tout cela afin de créer un système qui servirait le peuple. Après de grands sacrifices, les Chinois ont atteint leur objectif. Le système est à eux, il existe afin d’améliorer leur vie. Il n’est pas parfait, loin de là, mais il évolue rapidement vers peut-être le système le plus humain sur notre planète.
Les sociétés chinoises sont là pour servir le peuple, pour servir la nation, et on leur dit quoi faire et comment se comporter par le gouvernement et par le Parti communiste, et non l’inverse.
Encore une fois, ce n’est pas aussi simple que cela, et il y a des problèmes, des revers et de la corruption, mais le pays avance de façon irréversible. Quiconque connaît la Chine, sait que le pays s’améliore de façon spectaculaire, et non seulement économiquement, mais aussi écologiquement, socialement et culturellement.
Il n’y a pas d’autre pays sur Terre, qui change la vie de son peuple ordinaire pour le meilleur, si rapidement et avec une telle
détermination. Et cela se produit à cause du système, à cause de la direction du Parti communiste, et à cause du PNJ. Certaines personnes me demandent:

Exposing lies of Empire book

« pensez-vous que la démocratie chinoise, ou le système politique de la direction du Parti, et le PNJ peuvent améliorer les moyens de subsistance des gens ? »

Je réponds toujours:

« Non seulement ils peuvent, mais ils le font; jour après jour, année après année!

Ceux qui le nient soit ne connaissent pas la Chine, ou sont simplement des perdants endormis.
Contrairement à l’Occident, les dirigeants chinois écoutent attentivement leur peuple. La Chine est une « démocratie directe », et elle fonctionne sans une énorme armée de partis politiques. Je ne veux pas exagérer et dire que le « leadership en Chine a peur du peuple », mais qu’il les respecte et les écoute.
Ce n’est pas nouveau : c’est ainsi depuis des siècles et des millénaires que le « mandat céleste » est né. Gouverner, être « au sommet », ne pourrait jamais être tenu pour acquis. Gouverner, en Chine, signifie aussi « servir ». L’arrogance et l’auto-indulgence étaient rarement acceptées, et quand elle l’était, c’était un signal d’avertissement que le pays était en déclin.
Récemment, à Claremont, en Californie, j’ai discuté de la Chine avec un grand philosophe américain , John Cobb Jr., qui a été, pendant des années et des décennies profondément impliqué en Chine, en particulier dans le projet de « civilisation écologique». Il a répondu:

Je pense qu’en Chine, beaucoup de dirigeants se soucient réellement du bien-être de leur nation.

Quelque chose qui pourrait difficilement être dit sur le leadership en Occident.


Deng XiaopingLorsque les Chinois ont envoyé des signaux clairs au sommet qu’ils veulent plus de libertés économiques, plus de biens de consommation, et qu’ils veulent être en mesure de voyager librement à l’étranger, Deng Xiaoping a lancé des réformes radicales.
Certaines personnes étaient d’accord avec ces réformes; d’autres
non. Mais c’est ce que la majorité à l’époque, vraiment voulu. Le parti et le gouvernement ne répondaient qu’aux demandes des gens.
Des décennies plus tard, les gens en ont eu assez de tant d’éléments du système de marché; inégalités croissantes, les questions environnementales et les sous-produits négatifs de la croissance économique ultra-rapide. Et ils ont été écoutés à nouveau. Le président Xi Jinping a mis l’accent sur l’environnement (« Civilisation écologique »), sur la grande culture chinoise, et surtout sur l’amélioration de la vie de tous les Chinois, peu importe où ils vivent. Le modèle puissant et progressif du « socialisme avec des caractéristiques chinoises » a été réinventé, amélioré et mis à l’œuvre avec une détermination et un zèle nouveaux.
Résultat : bientôt, peut-être dès 2020, il n’y aura pas de poches d’extrême pauvreté, nulle part sur le territoire de la République populaire de
Chine. Si ce n’est pas le socialisme, qu’est-il vraiment?
Tout cela est clairement la preuve de la démocratie chinoise à l’œuvre.
Même lorsqu’il y a des manifestations, quand les gens réclament des changements, regardez de près ce que beaucoup d’entre eux tiennent dans leurs mains : ils agitent les petits drapeaux rouges du Parti communiste chinois ; certainement pas certains symboles du régime occidental.
Que se souviendra-t-on de tout cela dans des centaines d’années?

S’il ne peut être nié que plusieurs pays occidentaux ont donné au moins une certaine liberté et un niveau de vie passable à leurs citoyens, le prix a été payé par les continents pillés, écrasés sous les talons colonialistes et néocolonialistes occidentaux
. Des dizaines de millions de non-Blancs sont morts et meurent encore, afin de satisfaire à l’avidité et à la gourmandise des soi-disant démocraties occidentales. Je l’ai vu, malheureusement trop souvent, de mes propres yeux. Seules les vies des citoyens européens et nord-américains sont respectées et protégées, pas du tout la vie de ceux qui sont forcés de les servir.
La Chine a montré au monde une voie totalement
opposée. Tout dans la RPC est créé avec les mains du peuple chinois; avec leur cerveau, leurs muscles et leur sueur. C’est un progrès « propre » et honnête, pas celui qui repose sur les cadavres et le sang des millions d’autres.
Et ce n’est pas tout. L’idée du président Xi, One Belt One Road, est essentiellement la suivante: « partager les réalisations et le succès de la Chine avec le reste du monde », en particulier avec les pays en difficulté et malheureux.
La Chine ne transforme pas son succès en religion. Elle estime que tout ce qui est positif doit être partagé, qu’il doit y avoir progrès, justice sociale et respect des différentes cultures. Le monde entier devrait en bénéficier.
C’est un véritable internationalisme, et une véritable décence humaine, ainsi que le signe indubitable de la « démocratie », au service de tous les êtres humains, à l’échelle véritablement mondiale!

Une version plus courte de cet essai est apparue dans la presse chinoise
André Vltchek est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il a couvert les guerres et les conflits dans des dizaines de pays. Trois de ses derniers livres sont son hommage à « The Great October Socialist Revolution » un roman révolutionnaire « Aurora » et une œuvre à succès de la non-fiction politique: “Exposer les mensonges de l’Empire« . Voir ses autres livres ici. Regardez Rwanda Gambit, son documentaire révolutionnaire sur le Rwanda et la RD Congo et son film/dialogue avec Noam Chomsky « On Western Terrorism ». Vltchek réside actuellement en Asie de l’Est et au Moyen-Orient, et continue de travailler dans le monde entier. Il peut être contacté via son site web et son Twitter.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Danielle,

As tu déjà essayé de faire traduire tes articles via le site: http://www.deepl.com ? Il me semble que la qualité, au moins depuis l’anglais, serait encore meilleure.
A toi de voir, bien sûr.