Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Viktor Jara à Cuba… et dans le stade…

On me demande parfois d’où je tire ma détermination et mon refus de céder à tous leurs discours sur la démocratie et contre le totalitarisme communiste, c’est parce que j’ai été un enfant gibier des nazis, j’ai vécu la guerre d’Algérie , le franquisme, la manière dont ils ont torturé, emprisonnés ceux des miens qui croyaient qu’avec eux la démocratie avait un sens… Je me suis retrouvée à Cuba, ceux qui n’ont jamais pu baisser la garde… J’ai vu le vieil Aragon pleurer à la veille de sa mort parce que les chiens de garde de Libération l’avaient une fois de plus insulté, sali… Alors je me répète ce que s’est dit l’enfant juive adhérant au communisme : s’ils m’envoient en camp de concentration, ce ne sera pas comme un mouton à l’abattoir mais parce que je leur en aurait fait voir… Et j’espère que comme Victor Jara j’aurais la force de sourire jusqu’au bout en pensant “connard qu’est-ce que tu vas prendre bientôt!” (note de Danielle Bleitrach)

Boris Navia Perez. Avocat. 09/2020

.« Que l’on amène ce fils de pute ici! » L’officier a crié en pointant du doigt Víctor Jara, qui, avec quelque 600 professeurs et étudiants de l’UTE, était entré avec les autres prisonniers les mains sur la nuque et poussé à la pointe des baïonnettes et des canons de fusil à l’Estadio Chili, dans l’après-midi du mercredi 12 septembre 1973. C’était le lendemain du coup d’État fasciste. La veille, le 11, Victor devait chanter à l’événement de l’UTE, durant lequel notre recteur Enrique Kirberg aurait reçu le président Allende, qui devait annoncer l’appel au plébiscite du peuple chilien. Cependant, la voix d’Allende a été éteinte dans The Burning Coin et la guitare de Victor sera là, brisée par la botte militaire dans le bombardement de l’UTE, comme un témoignage de plus de la barbarie fasciste.

« Que l ‘on amène ce fils de pute ici! » a répété l’agent avec colère. Casque à lunettes, visage tordu, mitrailleuse à épaule, grenade thoracique, pistolet et corinthe à la ceinture, balançant son corps lourd et dominateur sur ses bottes noires.

« Ce mouchard! Celui-là! Le soldat le pousse hors de la ligne. Ne le traite pas comme une dame ! Devant l’ordre, le soldat lève son fusil et donne un coup féroce sur le dos de Victor. Victor tombe à plat, presque aux pieds de l’officier.

« Hé, pute de ta mère! Vous êtes Victor Jara . Le chanteur marxiste Le chanteur de merde pure!” Et puis sa botte frappe une fois, deux, trois, 10 fois dans le corps, sur le visage , qui tente de se protéger la face avec ses mains (ce visage que chaque fois qu’il le soulève montre un sourire, qui ne l’a jamais abandonné jusqu’à sa mort). Ce même grand sourire qu’il a toujours eu pour chanter pour aimer et pour révolutionner.

« Je vais vous apprendre fils de pute comment chanter des chansons chiliennes, pas les communistes! »

Le coup d’une botte sur un corps sans défense à chaque mot. L’officier reste implacable dans sa punition, aveuglé par la haine, il le bourre de coups de pied. La botte maudite est encastrée dans la chair du chanteur. Nous, entourés par les fusils, regardons avec horreur la torture de notre cher troubadour et nous sommes en proie à cette horreur . Victor est allongé sur le sol. Et il ne se plaint pas. Il ne demande même pas pitié. Il lui suffit de regarder avec son visage de paysan le tortionnaire fasciste. Celui-ci désespère. Et tout d’un coup, il tire son arme et nous pensons avec peur qu’il va la décharger sur Victor. Mais maintenant, il le frappe avec le canon, encore et encore. Crier et frapper. C’est de l’hystérie fasciste. Et puis le sang de Victor commence à tremper ses cheveux, couvrir son front, ses yeux. Et l’expression de son visage ensanglanté restera gravée à jamais sur nos rétines.

L’agent se fatigue et arrête soudainement ses coups. Il regarde autour de lui et remarque les centaines d’yeux de témoin qui, dans une longue rangée, le regardent avec effroi et colère. Alors il se décompose et il vocifère.

«Q u’est-ce qui se passe? Et ce bâtard » il s’adresse à un soldat, « vous le mettez dans ce couloir et au moindre mouvement, vous le tuez! vous comprenez? Oh, merde!

Le stade du Chili a été rapidement rempli de prisonniers politiques. D’abord, 2 000$ ensuite, on en aurait plus de 5 000 $ . Des travailleurs blessés, ensanglantés, pieds nus, dont les vêtements sont déchiquetés, battus et humiliés. Le coup d’État fasciste avait là, comme partout, une bestialité jamais vue auparavant. Les voix des officiers excitant les soldats pour qu’ils battent, donnent des coups de pied, humilient cette « racaille humaine », à l’égout marxiste, comme ils braillaient.

À ce jour, les gens nous demandent si les milliers de prisonniers du stade ont été témoins de ces tortures de Victor et la réponse est que seuls quelques-uns, leurs collègues de l’UTE et le plus proche, puisque le sort et la vie de chacun était en jeu et, en outre, l’Estadio Chili était un partout le lieu de la mise en de l’horreur, de la bestialité la plus impitoyable.

Là-haut, un officier a coupé l’oreille d’un étudiant péruvien avec son corvo, l’accusant de sa peau brune d’être cubain. Là, un garçon de 12 ans sort soudainement de son siège et appelle son père fou entre les prisonniers et un soldat décharge sa mitrailleuse. Soudain, un soldat trébuche dans les gradins avec le pied d’un vieux ouvrier et le prince, qui se dit ainsi l’un des officiers en charge, du haut des projecteurs aveuglants, lui ordonne de le frapper et le soldat prend le fusil par son canon et en casse le cu dans la tête du travailleur , qui saigne à mort. Un cri d’effroi nous traverse . Du haut des gradins, un fou saute dans le vide au cri de Viva Allende ! et son corps éclate dans le sang sur le terrain du stade. Aveuglés par les réflecteurs et sous les canons des mitrailleuses, appelées « scies d’Hitler », de nouveaux prisonniers continuent d’arriver.

Victor, blessé, ensanglanté, est toujours en détention dans l’un des couloirs de l’Estadio Chili. Assis sur le sol en ciment, avec une interdiction de se déplacer. De là, voici l’horreur du fascisme. Là, dans ce même stade qui l’a salué un soir de l’année 69 quand il a remporté le Premier Festival de la Nouvelle Chanson chilienne, avec sa prière d’un Labrador:

Lève-toi

Et regarde tes mains

Pour grandir, tendez-le à votre frère

Ensemble, nous serons unis dans le sang

Aujourd’hui, c’est le moment demain.

Ensemble, nous irons ensemble dans le sang

Maintenant et dans l’heure

de notre mort, l’amour.

Là, il est obligé de rester dans la nuit du mercredi 12 et une partie du jeudi 13, sans ingérer de la nourriture, pas même de l’eau. Victor a plusieurs côtes cassées, un de ses yeux presque éclatés, sa tête et son visage ensanglantés et des ecchymoses sur tout le corps. Et là, il est affiché comme un trophée par l’officier supérieur et par le général devant les délégations des officiers des autres branches et chacun d’eux se fait une joie de mépriser le chanteur.

Jeudi après-midi, il y a un émoi dans le stade. Les bus arrivent de la ville de La Legua. On parle de confrontation. Et de nombreux prisonniers, blessés et aussi de nombreux morts, descendre des bus. Dans le sillage de ce bouleversement, ils oublient un peu Victor. Des soldats ont été nécessaires à l’entrée du stade.

Nous avons donc profité de l’occasion pour traîner Victor dans les gradins. On lui donne de l’eau. On lui a essuyé le visage. En évitant la surveillance des réflecteurs et le « point 50 », nous nous donnons la tâche de changer un peu l’apparence de Victor. Nous voulons qu’il déguise son allure familière. Qu’il en devienne un parmi les milliers. Un vieux charpentier de l’UTE lui donne sa veste bleue pour couvrir sa chemise paysanne. Avec un ccouteau nous lui avons coupé les cheveux un peu. Et quand on nous ordonne de faire des listes de prisonniers pour être transférés au Stade National, nous dissimulons également son nom et l’inscrivons avec son nom complet : Víctor Lidio Jara Martínez. Nous pensions, avec angoisse, que si nous arrivions avec Victor al Nacional, et échappions à la bestialité fasciste du Chili, nous pourrions peut-être lui sauver la vie.

Un de nos étudiants trouve un soldat connu, demande de la nourriture pour Victor. Le soldat l’excuse, dit qu’il n’en a pas, mais apparaît plus tard avec un œuf cru, la seule chose qu’il pourrait obtenir et Victor prend l’œuf et le perce avec une allumette aux deux extrémités et commence à le sucer et nous dit, récupérant un peu son rire et sa joie, « dans mon pays de Lonquén alors j’ai appris à manger les œufs. » Et il couche avec nous jeudi soir, dans la chaleur de ses compagnons de malheur, et puis nous lui demandons ce qu’il ferait, lui le chanteur populaire, un artiste engagé, un militant révolutionnaire, maintenant dans la dictature, et son visage s’assombrit , peut-être, en anticipant la mort. Il se souvient de sa compagne, Joan, Amanda et Manuela, de ses filles et du président Allende, décédé à La Moneda, de son peuple bien-aimé, de son parti, de notre recteur et de ses collègues artistes. Son humanité déborde cette froide nuit de septembre.

Le vendredi 14, nous sommes prêts à aller au National. Les fascistes semblent avoir oublié Victor. Ils nous font nous former pour monter dans les bus, les mains en l’est et sauter. Et les baïonnettes qui nous clouent. A la dernière minute, une fusillade nous ramène dans les gradins.

Et nous sommes arrivés le samedi fatidique, Septembre 15, 1973. Vers midi, nous avons des nouvelles que certains collègues de l’UTE seront libérés. nous avons commencé à écrire à nos femmes, à nos mères, juste en leur disant que nous étions en vie. Victor assis entre nous me demande un crayon et du papier. Je lui tend ce carnet, dont je garde encore les couvercles. Et Victor commence à écrire, nous pensons à une lettre à Joan sa partenaire. Et il écrit, écrit-il, sous la ruée vers le pressentiment. Soudain, deux soldats le prennent et le traînent violemment jusqu’à un secteur élevé du stade, où se trouve une boîte, un gradin nord. L’officier nommé The Prince avait des visiteurs, des officiers de la Marine. Et de loin, nous voyons comment l’un d’eux commence à insulter Victor, crie hystérique sur lui et lui donne des coups de poing dans le poing. La tranquillité émanant des yeux de Victor décompose ses tortionnaires. Les soldats ont reçu l’ordre de le frapper et de commencer à décharger furieusement les canons de leurs fusils dans le corps de Victor. Victor se lève deux fois, blessé, ensanglanté. Puis il ne se relève pas. C’est la dernière fois que nous voyons notre cher troubadour vivant. Ses yeux reposent pour la dernière fois, sur ses frères, son peuple

Cette nuit-là, nous sommes transférés à l’Estadio Nacional et quand nous sortons au foyer de l’Estadio Chili, nous voyons un spectacle dantesque. Trente ou quarante corps sans vie y sont jetés et parmi eux, avec Litre Quiroga, directeur des prisons du gouvernement du peuple, également assassiné, le corps inerte et la poitrine perforée de notre cher Victor Jara.

42 balles.

La brutalité fasciste avait achevé son travail criminel. C’était le samedi 15 septembre. Le lendemain, son cadavre ensanglanté, avec d’autres, serait jeté près du cimetière métropolitain. Cette nuit-là, entre coups et mégots, nous sommes entrés avec les prisonniers du Stade National. Et nos larmes d’hommes ont été retenues, se souvenant de ton chant et de ta voix, cher Victor, Victor du peuple:

Je ne chante pas pour chanter

Pas pour avoir une bonne voix

Je chante parce que la guitare

C’est logique et raison.

Ce n’est pas de la guitare riche.

Aucune chose qui ressemble

Mon chant est échafaudage

Pour atteindre les étoiles

Cette même nuit, déjà dans le National, plein de prisonniers, en cherchant une feuille à écrire, je me suis retrouvé dans mon carnet, non pas avec une lettre, mais avec les derniers versets de Victor, qui a écrit quelques heures avant sa mort et le chnat intitulé Estadio Chili, contenant toute l’horreur de ces heures. Nous avons immédiatement accepté de garder ce poème. Un cordonnier a ouvert la semelle de ma chaussure et là nous avons caché les deux feuilles du poème. Avant, j’ai fait deux copies de lui, et avec l’ancien guérisseur Ernesto Araneda, également un prisonnier, nous les avons remis à un étudiant et un médecin qui devraient être libéré.

Cependant, le jeune homme est contrôlé par l’armée à la porte de sortie et ont été découvert les vers de Victor.

Ils le reprennent et sous la torture ils obtiennent l’origine du poème. Ils viennent me voir et m’emmènent au Vélodrome, transformé en zone de torture et d’interrogatoire.

Ils me remettent à la FACh et dès qu’ils me jettent dans la pièce de torture, l’officier m’ordonne de prendre ma chaussure où je cache les versets. « Cette chaussure, enculé! » Crie furieusement. Sa brutalité vient vers moi. Frappez la chaussure jusqu’à ce que les feuilles écrites sortent. Ma chance a été lancée. Et la torture, coups de pied, et le courant électrique commence, avec les tripes tordues , les tortures destinées à savoir s’il y avait plus de copies du poème.

Et pourquoi les fascistes se souciaient-ils du poème ? Parce que cinq jours après le coup d’État fasciste au Chili, le monde entier, frissonnant, a élevé la voix en proclamant les noms de Salvador Allende et Victor Jara et, par conséquent, leurs versde dénonciation, écrits avant le meurtre, ont dû être enterrés.

Mais il restait une autre copie avec les vers de Victor, qu’il a dû quitter le stade cette nuit-là.

Il s’agissait donc de supporter la douleur de la torture. Sang. Je savais que chaque minute que j’ai enduré les flagellations dans mon corps était le temps qu’il a fallu pour le poème de Victor pour briser les barrières du fascisme. Et je dois dire avec fierté que les tortionnaires n’ont pas atteint ce qu’ils voulaient. Et l’un des exemplaires est passé par les clôtures et a volé à la liberté et voici quelques versets de Victor, de son dernier poème, Estadio Chili:

On est cinq mille ici

Dans cette petite partie de la ville.

On est cinq mille.

Combien sommes-nous en tout

Dans les villes et dans tout le pays?

Rien qu’ici,

Dix mille mains qui sèment

Et font marcher les usines.

Que d’humanité

Qui souffre la faim, le froid, la panique, la douleur,

La pression morale, la terreur et la folie. 

Six des nôtres se sont perdus

Dans l’espace des étoiles.

L’un mort, frappé comme je n’aurais jamais cru

Qu’on pouvait frapper un être humain.

Les quatre autres ont voulu se défaire de

Toutes leurs craintes,

L’un sautant dans le vide,L

‘autre en se frappant la tête contre un mur

Mais tous regardant fixement la mort.

Quelle terreur produit le visage du fascisme!

Ils mènent à bien leurs plans avec une précision astucieuse

Sans se préoccuper de rien.

Le sang pour eux, ce sont des médailles.

La tuerie est un acte d’héroïsme.

Est-ce là le monde que tu as créé, mon Dieu?

Est-ce à cela qu’on servi tes sept jours d’étonnement et de travail?

Entre ces quatre murailles, il n’existe d’un numéro

Qui ne progresse pas.

Qui, lentement, désirera plus la mort. 

Mais soudain la conscience me frappe

Et je vois cette marée sans battement

Et le vois le pouls des machines

Et les militaires montrant leur visage de matrone

Pleine de douceur

.Et le Mexique, Cuba et le monde?

Qu’ils crient cette ignominie!

Nous sommes dix mille mains

Moins qui ne produisent pas.

Combien sommes-nous dans toute la patrie?

Le sang du camarade Président

Frappe plus fort que les bombes et les mitrailles.

Ainsi frappera notre poing de nouveau. 

Chant, tu résonnes si mal

Quand je dois chanter la peur au ventre.

La peur comme celle que je vis

Comme celle que je meurs, la peur.

De me voir entre tant

De moments d’infini

Où le silence et le cri

Sont les buts de ce chant.

Je n’ai jamais vu ce que je vois

.Ce que j’ai senti et ce que je sens

Feront jaillir le moment…

https://lyricstranslate.com/fr/estadio-chile-stade-chile.html

Ces vers ont voyagé partout sur la planète. Et les chansons de Victor, d’amour et de rébellion, de dénonciation et d’engagement, continuent de conquérir les jeunes des quatre coins de la Terre. L’officier fasciste qui lui a ordonné d’être abattu doit avoir été satisfait de son crime, pensant qu’il avait fait taire la voix du chanteur, sans dire qu’il ya des poètes et des chanteurs comme Victor Jara qui ne meurent pas, qui meurent pour vivre, et que sa voix et sa chanson restera en vie pour toujours dans le cœur des peuples.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Comment retenir des larmes d’homme, après un tel témoignage ?

Oui Danielle tu as raison, un communiste ne doit jamais baisser la garde✊