Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Nazim Hikmet sur la Grèce et la Turquie

Au moment où le conflit menace d’éclater entre la Grèce et la Turquie, il faut entendre le grand poète turc, communiste vanter son amour pour la Grèce et la désignation de leur commun ennemi. C’est d’une actualité brûlante. Je dois dire les émotions éprouvées lors d’un congrès du parti communiste grec, voir Ritsos, entendre Florakis nous parler des partisans grecs, mais aussi voir communistes grecs et turcs s’étreindre, chacun, au nom de son peuple, renonçant à une revendication territoriale… Oui il fut un temps où être communiste c’était vivre le jour des merveilles, d’une autre humanité chantée par les poètes dont la fraternité entre tous les militants était le symbole. Comme c’est loin…. Aucune force politique aujourd’hui n’offre l’équivalent… (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

09/09/2020

Le grand poète turc Nazim Hikmet a donné l’interview suivante à un rédacteur en chef de la section grecque de la station de radio de Budapest.

Nazim Hikmet fait référence pour la première fois à la révolution nationale du peuple grec en 1821. Et il poursuit:

À l’occasion de sa fête nationale, j’envoie un salut chaleureux à mon ami le peuple grec.

En 1821, le peuple grec s’est battu pour son indépendance nationale contre les sultans turcs qui ont opprimé le peuple turc. Dans sa lutte, il y avait aussi des traîtres.

En 1919, le peuple turc s’est battu pour son indépendance nationale contre les impérialistes et les réactionnaires grecs qui ont également opprimé le peuple grec. Dans cette lutte, le peuple turc avait des traîtres.

Aujourd’hui, en 1955, les deux peuples se battent pour leur indépendance nationale contre les Américains et leurs alliés.



Le sort de nos peuples est commun.

Aujourd’hui, la Grèce et la Turquie sont étroitement unies.

Les deux peuples mènent une lutte commune contre les envahisseurs américains et leurs agents locaux pour leur indépendance nationale, leurs libertés démocratiques et leur paix.

Si l’on juge la situation avec un œil réaliste, on verra que nos frères grecs sont à l’avant-garde de cette lutte commune.

Ils ont actuellement plus de succès que nous et ils font les plus grands sacrifices.

Pour nous, pour le peuple turc, pour les intellectuels turcs, l’exemple de nos amis grecs est un exemple brillant. Il est vrai que la lumière qui nous vient de Grèce est mélangée avec le sang de nos frères grecs. Néanmoins, c’est un message d’optimisme pour nous.

Et pour nous en Turquie, les prisons sont pleines de combattants indépendantistes.

Cependant, je répète que l’importance de notre lutte commune est aujourd’hui entre les mains de nos frères grecs. Personnellement, je ressens la plus profonde admiration pour le peuple grec, pour leurs fils et filles héroïques.

Nous devons établir des liens plus étroits entre nos peuples.

Pas les liens que les chaînes américaines communes font. Nous devons tisser des liens plus étroits dans notre lutte commune. Créer de plus grands liens entre nos intellectuels. Malgré le terrorisme américain qui prévaut en Turquie, nous avons des écrivains, des poètes, des romanciers, des écrivains de nouvelles qui sont vraiment patriotes et démocrates. Ils ont parfois la possibilité de publier leurs œuvres légalement.

Pour autant que je sache, la même chose existe en Grèce. Je pense que les échanges intellectuels et une connaissance mutuelle de la littérature progressiste des deux pays seraient bénéfiques. Au moins quelques traductions d’œuvres progressives des deux pays pourraient être effectuées.

À ce stade, notre auteur dit Nazim Hikmet que beaucoup de ses poèmes sont bien connus et aimés en Grèce et à Chypre et que la maison d’édition « Nouvelle Grèce » a publié un recueil de ses poèmes en grec. À la question de notre auteur sur les slogans de la ” Grande Turquie ” qui circulent en Turquie, alors que des slogans chauvins similaires sont cultivés dans la presse, Nazim Hikmet répond: La « Grande Turquie » pour nous, ainsi que la « Grande Idée », c’est-à-dire la Grande Grèce pour vous est le « grand amour » des impérialistes et de leurs laquais.

Ce sont des théories qui sont nourries de l’extérieur et qui n’ont rien à voir avec les intérêts de nos peuples. Par exemple, pour nous, il fut un temps où l’idée d’une « Grande Turquie » était introduite par l’impérialisme allemand.

Pour autant que je sache, en Grèce, l’idée de la « Grande Grèce » a été alimentée par l’impérialisme britannique. Ainsi, nos deux peuples, qui pouvaient vivre en paix, se saignaient l’un l’autre.

Aujourd’hui, les sermons de la « Grande Turquie » et de la « Grande Grèce » servent les Américains. Les Américains n’exportent pas dans notre pays seulement leur culture du gangstérisme et de la pornographie et les méthodes du FBI pour torturer les patriotes. Ils viennent aussi avec des théories qui peuvent servir leur but.

Interrogé par notre collègue sur la panique cultivée par les impérialistes, Nazim Hikmet a déclaré:


Les bombes atomiques et à hydrogène sont des armes terribles. Ce sont des armes de destruction massive. Mais comme toute arme, les armes atomiques ne sont pas décisives. Je suis sûr que les humains sont plus puissants que les bombes atomiques et à hydrogène. Tout d’abord, les guerres ne sont pas gagnées par les seules bombes atomiques et à hydrogène. Les guerres et la paix sont gagnées avec le peuple. Je suis sûr que les gens finiront par vaincre la bombe atomique. Interrogé sur son travail littéraire actuel, Nazim Hikmet a déclaré:

« Je suis très intéressé par le théâtre et, dernièrement, je travaille sur l’écriture de pièces de théâtre, dont certaines ont été jouées en Union soviétique, Tchécoslovaquie, Pologne et le seront bientôt à Vienne.

Je continue aussi à écrire des poèmes. À la dernière question de notre collaborateur sur ses impressions de Hongrie, le grand poète turc a répondu: J’ai écrit 4-5 poèmes sur la Hongrie.

J’écris quand je déteste quelque chose ou quand j’aime quelque chose énormément. Dans l’art et les sentiments, il n’y a pas de juste milieu, il y a des extrêmes, que ce soit vous aimez, soit vous détestez. Les poèmes que j’ai écrits sur la Hongrie sont l’expression de mon amour pour elle. Je l’aime tellement que je voudrais la chanter dans beaucoup plus de poèmes, sans jamais penser que ce sera suffisant.

Publié dans la « lutte populaire », Organe des réfugiés de Grèce en République populaire de Hongrie, Année E, page numéro 86, mardi 29 mars 1955, p.2.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Et je vais vous ecrire aussi ceci. A une fete de l’Huma dans les annees 70, voyant un stand, ou plutot une simple table de camping, un homme se tenait derriere elle et il y avait des livres poses sur elle. Je me suis approche et je lui ai dit:” Je suis grec”. Sans en dire plus nous sommes tombes dans les bras l’un de l’autre. Cette table presentait des livres turcs. et lui etait communiste. Simple temoignage d’un tres ancien souvenir.