Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Manifestations aux États-Unis : la violence politique en chiffres

Ce rapport sur la situation aux Etats-Unis glace le sang non seulement à cause de la radicalisation des manifestations, de l’encouragement de Trump aux brutalités policières mais aux groupes racistes armés, mais par sa conclusion sur ce qu’on peut attendre des élections. Quand on pense que c’est ce pays qui ose donner des leçons de “démocratie”.(note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Par : Rafael González Morales7 septembre 2020 4 | 

Photo: Contexte latino-américain.

Les protestations et la violence politique sont devenues une caractéristique permanente de la société américaine. Comme pour les COVIDÉS–19, ils sont très contagieux et sont massivement disséminés en tant qu’espèce de maladie endémique. Toute analyse de la stabilité d’un pays doit tenir compte du comportement des manifestations de rue, du niveau d’agression, de leur portée et de la réponse des forces de l’ordre.

Si les données montrent qu’en seulement trois mois, il y a eu plus de 10 600 manifestations dans 2 440 endroits sur l’ensemble du territoire national et que 570 ont été violentes avec des pertes en vies humaines, alors nous pourrions conclure que nous sommes en présence d’une situation d’instabilité politique.

C’est le scénario sur lequel les États-Unis sont actuellement en place, et les perspectives à court terme sont qu’il existe un risque élevé que la violence politique et la déstabilisation augmentent pendant et après les élections. Si ces circonstances étaient présentes dans un autre pays, le gouvernement des États-Unis n’hésiterait pas immédiatement à le classer comme un « État défaillant ».

Le 2 septembre, un rapport intitulé « US Crisis Monitor » a été publié révélant les principaux chiffres des manifestations qui ont lieu aux États-Unis. L’enquête s’est déroulée du 24 mai au 22 août. Il s’agit d’une étude approfondie sur le nombre de manifestations, leur portée nationale et internationale, le recours à la violence par les forces de police et les groupes d’extrême droite, ainsi que sur les manifestations liées à COVIDE – 19. Ces données sont le résultat d’un projet conjoint entre le Projet de localisation et de données événementielles des conflits armés (ACRED) à but non lucratif et l’initiative « Bridging Divides » de l’Université de Princeton.

Selon le rapport, il y a eu plus de 10 600 manifestations couvrant 2 440 endroits dans tous les États et à Washington DC. Les plus représentatifs étaient en Californie (819), New York (430), la Floride (380) et l’Illinois (331). La plupart des manifestations (73%) ont été liés au mouvement Black Lives Matter, qui montre son impact et surtout la sensibilité de toutes les questions associées au racisme systémique.

Dans environ 900 de ces manifestations, il y a eu la participation des forces répressives gouvernementales et, dans 54 % d’entre elles, ces autorités ont eu recours à la violence. La recherche souligne que des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc, du gaz poivré et des bâtons ont été utilisés dans ces cas pour frapper les participants. Ces types d’événements se sont produits plus systématiquement en Californie, en Oregon et à New York. Selon le document, dans 31 États et Washington DC, une centaine d’incidents de violence gouvernementale contre des journalistes couvrant ces marches ont été signalés.

Les niveaux les plus élevés d’agression dans plusieurs de ces manifestations ont été liés à l’implication croissante de milices dites d’extrême droite et de personnes liées à des groupes haineux tels que le Ku Klux Klan. Selon le rapport, des dizaines d’incidents ont été signalés dans lesquels ces individus ont lancé des voitures sur la foule. Dans le cas des 20 milices qui ont eu des actions violentes, Gulf Coast Patriot, Virginia Militia, Patriot Front et Proud Boys se distinguent. Avec la participation directe de ces groupes extrémistes et suprématistes et leur manière de venir avec des armes à feu, une cinquantaine d’événements ont été enregistrés.

Selon l’enquête, il est prouvé que, dans plusieurs endroits, la police a non seulement toléré la présence de ces individus armés, mais a activement stimulé leur participation. Lors des récents événements survenus dans le Wisconsin, les autorités policières, par l’intermédiaire d’un haut-parleur, ont encouragé le groupe Kenosha Guard à recourir à la violence. Cette atmosphère a poussé Kyle Rittenhouse à assassiner deux manifestants. La réaction de Trump face à ces événements graves était: ne pas condamner les meurtres et de suggérer que la victime a agi en légitime défense. Rittenhouse est un fervent disciple du représentant des États-Unis.

L’enquête révèle qu’au cours de ces trois mois, 360 contre-protestations ont été signalés au cours desquels des manifestants se sont rendus au même endroit pour soutenir le mouvement Black Lives Matter et d’autres personnes s’y sont opposées. Plus de 40 d’entre elles sont devenues violentes avec de violents affrontements. Le 29 août dernier à Portland, avec la participation de membres des proud Boys, des trois pour cent et des milices de prière patriote qui manifestaient ouvertement en faveur de Donald Trump, il y a eu une altercation qui a abouti à la mort d’un des membres de ces groupes d’extrême droite. Le représentant américain a publiquement présenté ses condoléances via twitter, ce qui est évidemment une approbation pour ces groupes qui promeuvent la haine, le racisme et la division.

Ces manifestations ont eu un impact mondial croissant. Selon le rapport, après l’assassinat de George Floyd le 25 mai, il y a eu 8 700 manifestations dans 74 pays. Des manifestations de solidarité avec Black Lives Matter , qui est devenu une source d’inspiration et de cette expérience dans de nombreux mouvements nationaux se sont structurés qui ont parlé contre la brutalité policière, la discrimination et la répression politique.

Comme la situation interne aux États-Unis s’est détériorée en raison des impacts de la coVID – 19, les protestations en cas de pandémie ont été augmentées directement en raison de la gestion désastreuse du gouvernement. Depuis mai, 1 000 manifestations ont été signalées dans 47 États et à Washington DC. Les plus représentatifs ont été la Californie (156), New York (60), la Floride (54) et le Texas (54). Selon les résultats du rapport, au début du mois d’août, les manifestations associées à la pandémie l’emportaient sur celles liées au mouvement Black Lives Matter.

L’enquête se termine en affirmant que des manifestations ont éclaté massivement à travers le pays et que la violence des forces de police, ainsi que parmi les participants, augmente. Il ajoute que dans un environnement hyperpolarisé, les autorités sont plus agressives avec ceux qu’il décrit comme des « dissidents » et que les protestataires font preuve d’un plus grand activisme. Essentiellement, la plus grande préoccupation qu’ils véhiculent est que ces tendances continueront jusqu’au jour de l’élection.

En ce sens, si nous regardons objectivement ce qui se passe dans ce pays et que nous nous représentons les élections du 3 novembre, la situation est caractérisée par l’incertitude sur les résultats, les irrégularités dans les bureaux de vote, la promotion de la violence et un candidat se déclarant vainqueur sans avoir terminé le décompte des voix, alors on peut conclure que les manifestations se multiplieront de façon exponentielle et que l’ampleur de leurs implications ne peut être anticipée. Par conséquent, ce scénario qui semble apocalyptique n’est ni possible ni probable, il est pratiquement inévitable.

(Tiré du contexte latino-américain)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

L’importance du mouvement BLM made by Soros& Cy ltd. dans ces manifestations est exagérée par les médias mainstream …quand ils parlent encore de ces manifestations qui les dépassent. La plupart des manifestations sont « grassroots » et dépassent largement la question raciale et les slogans BLM. Comme le déclare la co-fondatrice des Black Panthers, «  BLM en est resté à l’étape du nègre des plantations ». Ce sont les fameux « nègres de maison » de Malcolm X qui fonctionnent dans le cadre du système, et du Deep State en l’occurence. La vraie question est posée par les « nègres…&autres des champs …et des ghettos de… Lire la suite »