Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Ce n’est pas un hasard si les Ouzbeks se sont souvenus de Staline

Et voici encore quelque chose dont les médias français et même les communistes français n’ont pas la moindre idée: l’anti-stalinisme est vécu par les Russes comme une tendance à vouloir plaire à l’occident. OU encore ce qui est reproché à Loukachenko, de se taire sur la question pour continuer à rêver d’alliances avec l’Ukraine et de complaisance de l’UE. Mais face à l’Ouzbékistan, considérée comme une dictature nationaliste vendue à l’occident, ce serait un “progrès”. Et si l’antistalinisme en Ouzbékistan était une côte mal taillée pour se faire bien voir de l’occident tout en limitant l’habituelle russophobie de cette dictature à ce seul moment historique, un progrès donc malgré l’indignation des Russes ? Encore une manière d’utiliser l’histoire dans une géopolitique confuse et qui ressemble fort à la manière politicienne dont on utilise l’histoire en France (note et traduction de Danielle Bleitrach). On comprend que Chinois et Russes ait décidé d’un pacte contre le négationnisme historique (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Buste de Staline dans le village de Saylyk0  2 septembre 2020, 12:06
Photo: IA “Ferghana.Ru”
Texte: Dmitry Bavyrin

Le président de l’Ouzbékistan a appelé à perpétuer la mémoire de tous les Ouzbeks qui ont été réprimés pendant la période stalinienne. Selon son administration, il y en a environ 100 000, dont 13 000 ont été fusillés. Cette initiative participe des changements intervenus en Ouzbékistan sous le nouveau chef. Du point de vue de la Russie et de son histoire, ces changements sont pourtant positifs, et voici pourquoi.

Selon Shavkat Mirziyoyev (du moins sous la forme dans laquelle cela a été transmis par les agences de presse), le pays devra perpétuer la mémoire de chacun des réprimés en RSS d’Ouzbékistan de 1937 à 1953, et ils étaient environ 100 000 au total. Cet objectif sera atteint en renommant les écoles et les mahallas (pâtés de maisons) et en publiant des livres spéciaux contenant des biographies des victimes.

«Imaginez ce que ces gens-là auraient pu faire comme grandes choses au nom du développement de la Patrie, de la science, de l’économie, de la culture et de la littérature, quelle percée nos peuples auraient fait s’ils n’avaient pas été réprimés! Aujourd’hui, nous nous souvenons de cette perte avec tristesse », a souligné le Président de l’Ouzbékistan.https://code.giraff.io/data/w-vzru-2.html

Il semble que tous les dirigeants des républiques post-soviétiques, sans exclure même Loukachenko, se sont souvenus sous une forme ou une autre des victimes des répressions de Staline («même», puisque le président du Bélarus évite de parler de Staline). Mais pour la première fois, la question a été abordée à une si grande échelle – «pour perpétuer toutes les victimes».

Le public politisé de la Fédération de Russie a l’habitude de réagir nerveusement à de telles initiatives dans les rangs des peuples autrefois «fraternels», car il sait que l’anti-stalinisme dans ces endroits se transforme souvent en russophobie, en diabolisation de la Russie en tant que telle. N’est-ce pas la même chose qui commence maintenant en Ouzbékistan?

Hélas, cela ne “commence” pas, mais cela a commencé il y a longtemps. Le complexe commémoratif «Shahidlar hotirasi» («À la mémoire des victimes de la répression»), où Mirziyoyev a pris la parole, a été inauguré en 2000. Le premier musée d’État créé dans l’Ouzbékistan déjà indépendant s’appelle de la même manière.

L’exposition de ce musée est divisée en dix sections, mais seulement quatre d’entre elles sont consacrées à la période stalinienne. La première se concentre sur la colonisation de l’Asie centrale par l’Empire russe, tandis que la seconde se concentre sur les années précédant l’effondrement de l’URSS. Il faut comprendre que ni avant – au Turkestan, ni après – dans l’Ouzbékistan d’Islam Karimov, il n’y aurait eu de répressions, tous les exemples d’oppression sont associés exclusivement à la Russie.

Cela n’a rien de surprenant: peu de temps après son indépendance, Tachkent a fait un pari sans équivoque sur le nationalisme, ce qui impliquait le déni de toute la période de l’histoire russe. Ils disent que le cruel empire du Nord a opprimé le peuple ouzbek pendant des siècles.https://www.youtube.com/embed/tbtfroLQyWU Cela s’applique pleinement à l’étape la plus, peut-être, douloureuse et la plus importante pour les Russes, leur action conjointe avec les Ouzbeks – la Grande Guerre patriotique. Après 1991, cette guerre a été présentée comme une guerre pour les intérêts des autres, à laquelle les habitants de l’Ouzbékistan ont été obligés de participer par la force.

De ce fait, l’Ouzbékistan est la seule république d’Asie centrale où la majorité de la population, selon les sondages d’opinion, ne regrette pas l’effondrement de l’URSS. La même URSS, dont l’adhésion a fourni à l’Asie centrale un saut civilisationnel sans précédent. Nulle part et jamais une société agricole de subsistance traditionnelle ne s’est transformée aussi rapidement en société industrielle – avec l’industrie, les hôpitaux et les universités.

Pas le moindre remerciement n’est autorisé dans l’historiographie actualisée de l’Ouzbékistan; la Russie et l’URSS sont critiquées pour littéralement tout, y compris l’émancipation des femmes ouzbèkes.

Dans le domaine de la politique étrangère, cela s’est accompagné de manifestations dégoûtantes d’hypocrisie: Islam Karimov est venu à Moscou pour l’anniversaire de la Victoire, tandis qu’en Ouzbékistan, ils ont continué à démolir les monuments qui y étaient associés et à étudier dans les écoles en utilisant des manuels ouvertement russophobes. Certains d’entre eux, en particulier les plus odieux (par exemple, sous la signature de Rakhimov) ont encore été retirés de la circulation – après plusieurs années de demandes persistantes de l’ambassade de la Fédération de Russie.

Quand quelque chose de similaire a été autorisé dans les pays baltes, en Géorgie et en Ukraine, l’opinion publique de la Fédération de Russie a explosé d’indignation. Dans le cas de l’Ouzbékistan, le dénigrement de l’histoire de la Russie s’est déroulé tranquillement et imperceptiblement pour nous – seuls les spécialistes se sont intéressés à la situation interne de ce despotisme d’Asie centrale.

Bien que, soit dit en passant, l’Ouzbékistan est l’État le plus grand, le plus riche et le plus développé de la région, à l’exception du Kazakhstan. C’est l’Ouzbékistan que Zbigniew Brzezinski a qualifié de pays le plus important dans le contexte du contrôle de l’ensemble de l’Asie centrale.

Dans les années 2000, la Fédération de Russie et les États-Unis ont férocement rivalisé pour l’influence sur Tachkent, avec un succès variable pour nous: lorsque Karimov s’est brouillé avec l’Occident à propos de la répression sanglante du soulèvement à Andijan, l’Ouzbékistan est entré dans les formations d’intégration russe de l’OTSC et de l’EurAsEC, et quand il s’est réconcilié, il est parti.

Mais la géopolitique est la géopolitique, et il n’est pas nécessaire de se faire des illusions – le déni de la contribution positive de la Russie à son histoire et l’importance des liens culturels avec elle a été pris comme principe à Tachkent bien avant la décision de perpétuer toutes les victimes ouzbèkes de Staline. Cela s’est manifesté le plus clairement à Noukous, la capitale du Karakalpakstan autonome, où se trouvait autrefois un monument à l’amitié des peuples: deux filles – une Russe et une Karakalpak – se tenaient la main. Maintenant, la femme Karakalpak est seule – son amie russe a été démantelée.

Tout cela aurait pu donner Dieu sait quoi, comme par exemple, au Turkménistan avec sa version particulièrement colorée de l’histoire nationale, selon laquelle les Turkmènes ont inventé la roue. Mais en 2016, Karimov est mort et le vent du changement a soufflé dans la république – les réformes  et les relations publiques actives de ces réformes ont commencé à l’étranger. Ils ont changé l’image de l’Ouzbékistan pour y attirer des investissements. 

Il faut admettre que les Ouzbeks ont réussi leur com’. L’année dernière, The Economist a nommé l’Ouzbékistan “Pays de l’année” et CNN la meilleure destination de voyage. Peu importe le montant qui a été payé, ce qui compte, c’est ce qui est dit à ce sujet maintenant.

Des articles dans les médias russes sur les beautés de Samarkand et des reportages photo de blogueurs populaires qui ont soudainement découvert le pilaf et des vols vers l’Asie centrale font partie du même processus. L’Ouzbékistan paie bien pour la publicité elle-même, attendant les macro-investisseurs internationaux et les micro-investisseurs (que sont également les touristes).

Il serait naïf de combiner cela avec une russophobie provocatrice et l’anti-soviétisme dans la propagande officielle, par conséquent, selon des témoins oculaires, on les a vu diminuer dans l’Ouzbékistan de Mirziyoyev.

La Grande Guerre patriotique a également été directement affectée par le «vent du changement»: la démolition des monuments s’est arrêtée et le 9 mai, le Victory Park a été construit et trois films à son sujet ont été spécialement tournés.

Compte tenu de tous ces changements, l’attention de Mirziyoyev au refoulé dans les années staliniennes peut être interprétée à travers le «multi-vecteur», déjà traditionnel pour les Ouzbeks.

D’une part, ce geste plaira sans aucun doute à l’Occident, où il sera remarqué et loué.

D’autre part (et c’est fondamentalement important), lors de la journée officielle du souvenir de toutes les victimes innocentes de la répression, Mirziyoyev a parlé exclusivement des répressions de Staline. Les staliniens ne seront jamais d’accord avec cela, mais le contexte de la recherche d’une compréhension historique entre l’Ouzbékistan et la Russie est définitivement un pas en avant.

Auparavant nous rappelons que la période stalinienne ne se démarquait en rien – toute l’ère russe de l’histoire du pays était considérée comme répressive et malveillante. Apparemment, pour cet Ouzbékistan, qui a décidé de devenir plus libre et plus ouvert sur le monde, c’est une version trop radicale de la russophobie, et l’anti-stalinisme limite les dégâts.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments