Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

LA DROITE CHRÉTIENNE POUR LA POLITIQUE NATIONALE DEVENUE DE FAIT LE CENTRE DE LA POLITIQUE US ET DE SES ALLIES

Pour comprendre pourquoi des chrétiens évangélistes d’extrême-droite applaudissent la politique d’extrême droite israélienne, il faut avoir quelques connaissance des thèses apocalyptiques des évangélistes. Ceux-ci sont persuadés que les temps de l’antéchrist (un communiste) sont venus et que la bataille finale va se livrer en Israël, d’où la nécessité de tenir le lieu même du champ de bataille où se réalisera la prophétie de l’apocalypse et du jugement dernier. Mais au-delà de ce folklore nous avons dans cette liste quelques adhérents de premier plan qui combinent affairisme et folies puritaines avec l’organisation paranoïaque d’une internationale de l’extrême-droite. Ce mouvement a eu une forte influence sur Bush, mais désormais avec Trump, il ne se cache même plus. Notons qu’en France, Marion Maréchal ne cache pas plus ses affiliations et des pays européens parmi les plus attachés à la lutte contre la Russie, le communisme sont proches de ces gens-là en utilisant le désaveu d’une gauche coupée du mouvement populaire et capable partiellement de donner du crédit à un tel délire mais dont ils partagent l’anticommunisme (note de Danielle Bleitrach).

MAX BLUMENTHAL30 AOÛT 2020EXTRÉMISME DE DROITE

Donald Trump a présenté un aperçu de son discours d’acceptation du RNC devant l’influent Council for National Policy. La liste des membres de cette cabale de la droite chrétienne était un secret soigneusement gardé – jusqu’à présent.

L’apparition du président Donald Trump à Arlington, en Virginie, le 21 août, devant le Council for National Policy (CNP), le centre hyper-secret de la droite chrétienne qui a pour tâche de définir le programme du mouvement, a offert un aperçu d’une heure du discours qu’il allait prononcer plusieurs nuits plus tard sur un balcon devant la Maison Blanche à la Convention Nationale Républicaine.

Rejoint par son secrétaire intérimaire et toujours non confirmé du Département de la sécurité intérieure, Chad Wolf, le lobbyiste d’entreprise de longue date qui a guidé les troupes fédérales contre les manifestants antiracistes, le président a proclamé: «La Chine veut vraiment que Joe Biden gagne.»

Ensuite, Trump a inspiré des applaudissements en se vantant: «Je pourrais me présenter en Israël, et je pense qu’ils ont probablement me concernant un taux d’approbation de 98% en Israël … Et vous savez qui l’apprécie le plus, ce sont les chrétiens évangéliques.

Le président a reçu encore plus d’acclamations lorsqu’il a amorcé une ligne qu’il a déployée quelques nuits plus tard au RNC: «Personne n’a fait plus pour la communauté noire ou la communauté hispanique que nous. Personne. Personne. Je suppose, peut-être Lincoln. Discutable.”

Cette rencontre récente de Trump avec le CNP était sa deuxième apparition devant le groupe. La première rencontre a eu lieu lors d’un forum CNP d’octobre 2015, alors que le candidat Trump devançait ses principaux rivaux républicains et devenait l’élu brutal de la droite chrétienne.

Plusieurs membres du CNP ont ensuite servi à la Maison Blanche de Trump, notamment Kellyanne Conway et Steve Bannon. Mais cette rencontre était encore différente.

Cette fois, contrairement à d’autres espoirs présidentiels républicains qui s’étaient adressés au CNP, la Maison Blanche a filmé le discours de Trump et l’a fièrement diffusé en ligne. Cependant, il manquait manifestement des images claires d’une la foule enthousiaste.

C’est parce que l’adhésion au CNP est un secret soigneusement gardé; ses réunions sont privées – interdites au public et à la presse – et même le lieu des rassemblements est soigneusement tenu secret

La documentation distribuée aux membres à l’entrée des réunions demande aux participants de ne pas divulguer les noms des autres membres et leur a interdit de distribuer la liste des membres à des personnes extérieures afin de «maintenir la qualité des communications entre les membres».

La Grayzone a obtenu la liste des membres du Council for National Policy d’octobre 2018 et l’a publiée dans son intégralité à la fin de cet article. Les pages 1-72 montrent les noms et biographies des membres; 72-87 contiennent la littérature CNP, y compris les politiques et directives officielles, ainsi que des détails sur les réunions futures.

Cette publication de la liste des membres du CNP est une première de l’ère Trump, celui où le Centre de la droite chrétienne est révélé, c’est la divulgation la plus récente depuis la publication d’une copie de la liste de membres de 2014.

Le personnel du CNP est composé d’un mélange de dirigeants de mouvements conservateurs, d’hommes de l’industrie, de militants de la politique étrangère et de militants de la guerre culturelle qui renforcent l’unité de droite à la base d’un parti républicain qui s’est donné une cohérence autour de la doctrine du Trumpisme ultra-nationaliste.

Comme je l’ai montré dans mon livre de 2009, républicain Gomorrhe, le Conseil de la politique nationale a été fondée en 1981 avec l’argent au départ de T. Cullen Davis, un milliardaire du pétrole du Texas qui a trouvé son chemin vers Jésus et la droite chrétienne après qu’un avocat inspiré ait garanti son acquittement pour avoir engagé un tueur à gages pour tuer son ex-femme et sa famille, puis tenté le travail lui-même, en assassinant sa belle-fille et le petit ami de son ex-femme tout en paralysant un spectateur innocent et en blessant son ex-femme dans l’affaire, selon l’acte d’accusation.

Lorsque le CNP a été créé pour la première fois, l’un de ses pères fondateurs, le politicien ultra-conservateur de Louisiane Woody Jenkins, a juré à un journaliste de Newsweek: «Un jour avant la fin de ce siècle, le Conseil sera si influent qu’aucun président, quel que soit notre parti ou notre philosophie, ne pourra nous ignorer ou ignorer nos préoccupations ou nous exclure des plus hauts niveaux de gouvernement.

Sous la surveillance de son protégé, Tony Perkins, qui dirige également l’usine politique de la droite chrétienne connue sous le nom de Family Research Council, la promesse visionnaire de Jenkins a été tenue. Le CNP a obtenu la promesse de George W.Bush et Trump de nommer exclusivement des juges anti-avortement dans les hautes cours, et a récemment aidé les alliés de Trump à coordonner leur réponse à la pandémie de Covid-19 tout en surfant sur une série de manifestations anti-lockdown.

Le secret maintenu par le Council for National Policy tout au long de ses décennies d’histoire a été strictement respecté par Perkins, qui a exigé mon expulsion d’une conférence du 4 au 6 octobre 2018 après avoir appris que j’étais présent. J’avais obtenu une invitation au rassemblement d’un membre anti-guerre qui n’appartient plus au Conseil, me permettant de rendre compte d’un discours que l’ancien ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies Nikki Haley avait prononcé au groupe, dans un article pour Harper’s Magazine .

Perkins m’a reconnu parce que j’avais publié un article en 2005 faisant état de la signature d’un chèque de 82500 dollars à David Duke – l’ancien chef du Ku Klux Klan et candidat républicain au poste de gouverneur républicain – pour acheter la liste de diffusion de Duke pour aider la campagne sénatoriale de son mentor, Woody Jenkins. J’avais également noté le discours de Perkins en 2001 devant le Conseil des citoyens conservateurs, une organisation nationaliste et néo-confédérée blanche à laquelle le meurtrier de masse raciste Dylan Roof attribuait en partie à sa radicalisation.

Furieux de ma présence dans le sanctuaire intérieur du réseau de la Droite Chrétienne, Perkins et ses lieutenants m’ont ordonné de quitter immédiatement l’hôtel de Charlotte, en Caroline du Nord, où la conférence avait lieu.

En sortant, je suis passé devant Herman Cain, l’ancien PDG de Godfather Pizza et candidat républicain à la présidentielle, qui tenait le tribunal dans le hall de l’hôtel. Cain est décédé ce 30 juillet après avoir contracté le Covid-19 lors d’un rassemblement Trump à Tulsa, Oklahoma.

En quelques heures, j’étais sur un vol au départ de Charlotte avec une liste épaisse de membres du CNP et une pile de documents officiels du Conseil en main – des documents qui étaient interdits aux étrangers et interdits au public jusqu’à présent.

Quelques membres notables du Conseil des politiques nationales sont décrits ci-dessous. La liste complète des membres suit.

Shawn Akers – Akers est le vice-prévôt de la Liberty University, qui est actuellement sous le choc de la révélation d’étranges peccadilles sexuelles de son chancelier, Jerry Falwell Jr., et de sa femme, Becky. Le collègue d’Akers au CNP, le journaliste Warren Cole Smith, a récemment dénoncé  au conseil d’administration de la Liberty University, où sa fille est inscrite, l’incapacité de l’institution et à en tenir Falwell responsable au fil des ans. Les «administrateurs ont laissé tomber les étudiants, les professeurs, l’administration et les parents de l’école», a écrit Smith. «Ils ont échoué par rapport aux donateurs et aux anciens. Ils n’ont pas réussi à maintenir un seul membre du personnel de Liberty qui soit conforme aux normes bibliques de leadership, ou même aux normes que chaque membre de la communauté Liberty doit respecter.

Jerry Boykin – Boykin est surtout connu comme le général de la Delta Force américaine qui a dirigé la désastreuse mission de maintien de la paix en Somalie décrite dans le livre et le film à succès «Black Hawk Down». Lors de l’invasion américaine de l’Irak en 2003, il a déclaré que son dieu «était plus grand» que celui des seigneurs de guerre musulmans qu’il combattait en Somalie, et que les musulmans détestaient l’Amérique parce qu’ils adoraient Satan. Boykin Current est vice-président exécutif du Family Research Council de Tony Perkins à Washington.

Elsa Prince Broekhuizen – C’est la mère, basée au Michigan, du fondateur de Blackwater Mercenary Corporation et du consiglier de Trump Inc., Erik Prince, et sa sœur, la secrétaire à l’éducation de Trump et la défenseure de la privatisation des écoles, Betsy Devos. Le prince Broekhuizen a investi la fortune des pièces automobiles de sa famille dans diverses initiatives anti-gay au fil des ans.

Stuart Epperson – Le co-fondateur et président du radiodiffuseur évangélique de droite Salem Media, qui est lié à CBS News en tant que cinquième plus grand radiodiffuseur aux États-Unis. Les stations d’Epperson accueillent des personnalités de droite comme Michele Malkin, Sebastian Gorka, Hugh Hewitt et Dennis Prager.

Mike Farris – Avocat et défenseur de l’école à la maison, Farris a fondé le Patrick Henry College en tant que terrain de formation pour les cadres de la droite chrétienne à la recherche d’un emploi dans les couloirs du pouvoir de Washington. Le vice-président Mike Pence s’est adressé à l’Alliance Defending Freedom de Farris en 2019, félicitant le groupe d’avoir guidé le programme de l’administration Trump.

Tom Fitton – Le président du groupe de défense juridique de droite Judicial Watch, qui a combattu les politiques de verrouillage de Covid-19, a poursuivi des climatologues et a aidé à guider le message de Trump contre l’assaut des démocrates au Russiagate.

Frank Gaffney – Le fondateur du Center for Security Policy est un militariste de la politique étrangère qui a émergé des cercles néoconservateurs pour devenir une des principales voix du complot anti-musulman tout en réclamant une action militaire américaine contre l’Iran et la Syrie. Gaffney a affirmé que l’aide d’Hillary Clinton, Huma Abedin, était un agent des Frères musulmans, a averti que les musulmans américains étaient engagés dans un «jihad furtif» pour placer le pays sous le contrôle de la charia et a contribué à influencer la soi-disant interdiction musulmane de Trump.

Donna Rice-Hughes – Célèbre pour avoir mis fin à la campagne présidentielle de l’ancien sénateur démocrate Gary Hart après une possible mise en place, lorsque les tabloïds ont publié des photos d’elle perchée sur les genoux du candidat alors qu’elle se promenait sur son yacht, Rice-Hughes (anciennement connue uniquement par son nom de naissance , Rice) est venue à Jésus et a fondé le groupe anti-pornographie, Enough is Enough! Aujourd’hui, elle se présente comme une «leader progressiste» et une experte de la «prévention de l’exploitation des enfants en ligne».

Jon Lenczowski – Fondateur de l’Institute for World Politics, un institut de formation basé à Washington pour les interventionnistes purs et durs, Lenczowski joue un rôle de premier plan dans l’élaboration du programme de politique étrangère du CNP. Ces derniers mois, il s’est particulièrement concentré sur le renforcement du nouveau récit de guerre froide de l’administration Trump contre la Chine.

Herman Pirchner – Le président fondateur de l’American Foreign Policy Council (AFPC), Pichner a fait partie de l’équipe de transition de la politique étrangère de Trump en 2016. Le Grayzone a rapporté le rôle de Pirchner dans l’accueil d’Andriy Parubiy, un politicien ultra-nationaliste ukrainien qui a cofondé le Parti social national à l’extrême-droite, pour une série de réunions au Capitole. Le chercheur Moss Robeson a documenté l’activité de Pirchner en tant que liaison clé entre l’establishment de la politique étrangère de Washington et les ultranationalistes ukrainiens.

Virginia «Ginni» Thomas – L’épouse du juge de la Cour suprême Clarence Thomas, Ginni Thomas faisait partie du réseau Groundswell qui a compilé des listes de fonctionnaires «déloyaux» de l’administration Trump à licencier. Son implication dans le CNP est le prolongement d’une longue histoire d’enchevêtrements éthiques qui a poussé 74 démocrates de la Chambre à publier une lettre exigeant que Clarence Thomas se récuse de se prononcer sur la refonte nationale des soins de santé, contre laquelle elle a fait pression.

https://www.scribd.com/embeds/474142983/content?start_page=1&view_mode=scroll&access_key=key-wceblNDi9yKcKQ5q30pX

Conseil pour la politique nationale… par Max Blumenthal

Max Blumenthal

Max Blumenthal est un journaliste primé et l’auteur de plusieurs livres, dont les best-sellers Republican Gomorrah,  GoliathThe Fifty One Day War et The Management of Savagery. Il a produit des articles imprimés pour un éventail de publications, de nombreux reportages vidéo et plusieurs documentaires, dont  Killing Gaza. Blumenthal a fondé The Grayzone en 2015 pour faire la lumière sur l’état de guerre perpétuelle en Amérique et ses dangereuses répercussions nationales.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments