Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Guennadi Ziouganov envoie une lettre ouverte aux Présidents de la Russie et du Bélarus

Guennadi Ziouganov envoie une lettre ouverte aux Présidents de la Russie et du Bélarus. Il est convaincu que l’impérialisme s’attaque dans sa volonté de survie à toute la Russie après avoir disloqué l’URSS. Il faut faire face en renforçant une véritable intégration des peuples dans la production, la connaissance, la culture. Voici ses propositions à Vladimir Poutine (note et traduction de Danielle Bleitrach).

27 août 2020 17:31

Le Président du Comité central du Parti communiste de Russie, Guennadi Ziouganov, a adressé une lettre ouverte aux présidents de la Russie et du Bélarus Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko, dans laquelle il propose un plan pour renforcer l’État de l’Union. Ligne Rouge en publie le texte : L’Union fraternelle de Russie et de Biélorussie est la clé du bien-être et de la sécurité de nos peuples


« L’Union des peuples de Russie et de Biélorussie traverse un moment historique. Notre fraternité séculaire de lutte, de victoire et de coexistence est soumise à des attaques sophistiquées de l’extérieur et de l’intérieur. Les mêmes forces qui ont brisé l’unité des peuples de Russie et d’Ukraine réalisent maintenant leur plan infâme dans les relations russo-biélorusses.

Nous sommes convaincus que l’alliance forte de nos pays est la base de la sécurité économique, politique et militaire, un élément clé de la sécurité des membres de la Communauté des États indépendants et de l’Union économique eurasienne. Cela nous impose une responsabilité particulière.

L’attaque cynique contre la Biélorussie est prévue depuis longtemps. Aujourd’hui, elle est liée aux élections présidentielles du 9 août 2020. Son objectif stratégique est de détruire l’État biélorusse et notre union, affaiblissant ainsi tous les pays de la CEI, rompant leurs liens d’intégration.

En mai de cette année, j’ai publié un article-manifeste « Le noyau du pouvoir russe ». Il est dédié à la fraternité millénaire des peuples qui sont devenus le noyau du monde russe, leurs réalisations exceptionnelles, dont la culmination a été la grande ère soviétique. Il souligne également les graves défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

Ce travail s’adresse à la fois aux dirigeants de la Russie et aux chefs d’État, unis par un destin historique commun et une alliance de longue date. La plus grande catastrophe du monde, qui a été la destruction de l’URSS, a porté un coup dur aux peuples slaves, violant leur unité territoriale, mettant en danger leur communauté politique, socio-économique et culturelle.

Le temps remet de plus en plus en question la question de la survie, de la préservation de la paix civile et du salut de notre État.

 Il est de plus en plus menacé par des opposants extérieurs menés par l’élite politique, financière et militaire des États-Unis. Cela se traduit par des sanctions économiques, une guerre de l’information, de fortes pressions politiques autour du périmètre de nos frontières. Le sort de la Russie et de tous les peuples vivant sur le territoire de l’URSS dépend de la résolution de ce problème.

Les déclarations et les initiatives des dirigeants de la Russie et du Bélarus ont confirmé à plusieurs reprises qu’ils étaient conscients de la gravité des défis d’aujourd’hui. Toutes les forces patriotiques comprennent que nous ne pouvons y répondre d’une manière adéquate qu’en nous appuyant sur des relations étroites entre alliés et en protégeant les intérêts communs. Ce désir a été à la base de l’État de l’Union de la Russie et de la Biélorussie. Sa création a été une étape cruciale pour surmonter les conséquences de la collusion destructrice de Biélovej en 1991.

Faisant face à nos aspirations fraternelles il y a les intérêts du capital transnational, qui ont été exprimés par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN. Dans un effort pour sauver le capitalisme mondial de l’immersion totale dans la crise, ils utilisent à tous égards les mécanismes des guerres hybrides, élargissent l’expansion, incitent au chaos programmé. Les tentacules de cette pieuvre ont déjà étouffé l’Ukraine. La volonté de pouvoir de la clique banderiste à Kiev a été menée au nom de l’asservissement économique du pays frère, du renforcement de l’alliance russophobe en Europe de l’Est et de la formation du « cordon sanitaire de la mer Baltique-Mer Noire ».

La Biélorussie est une nouvelle cible pour les mondialistes. Les opposants au gouvernement légitimement élu ont le même rôle que la lèpre orange en Ukraine. Ce n’est pas un hasard s’ils ont été inspirés à hisser le drapeau, que le commissaire fasciste du Reich avait déjà reconnu comme officiel sur le territoire du Bélarus occupé. La Biélorussie non soumise par les envahisseurs fascistes, ceux d’aujourd’hui tentent de la mener sur la voie de la colonisation, la destruction de l’économie et de la culture. Et, comme d’habitude, cela se fait sous prétexte de rejoindre le « monde libre ».

La Biélorussie a réussi non seulement à préserver le meilleur de l’expérience soviétique, mais aussi à l’accroître. Au cours du dernier quart de siècle, elle a soutenu la croissance de son potentiel économique. Si les forces anti-nationales sous la dictée des « conservateurs » de Washington, Varsovie et Vilnius parviennent à détruire ces conquis uniques, cela mettra fin au jeune État biélorusse. Cela portera un sérieux coup aux intérêts de la Russie, la privera de son allié le plus important et le plus fiable sur le continent. Cela mettra en péril la sécurité et la stabilité dans tout l’espace eurasien.

Pour contrecarrer leurs plans destructeurs, nous devons passer des déclarations et protocoles à des mesures concrètes, à des actions urgentes et décisives. Leur objectif devrait être le renforcement maximal de l’Union russo-biélorusse. Il est urgent de revitaliser ses institutions dans toutes les directions. Je suis convaincu qu’il s’agit aujourd’hui de la première tâche des autorités russes. Des moyens efficaces de la résoudre devraient être recherchés conjointement avec les dirigeants biélorusses. Cette question devrait être examinée lors des prochaines réunions du Conseil de sécurité de la Russie, de la Douma d’État et du Conseil de la Fédération. Un programme clair d’interaction politique, économique, sociale, scientifique et culturelle entre les États fraternels face aux menaces historiques devrait être élaboré.

Le Parti communiste et les Forces patriotiques populaires de Russie sont convaincus que le programme d’action devrait inclure les mesures suivantes :

Introduction à la pratique quotidienne des réunions conjointes des gouvernements de la Russie et du Bélarus. Assurer le travail efficace du parlement allié russo-biélorusse. Faire que ces activités aient une base permanente. Organisation du fonds commun de développement de l’État de l’Union.Tous les organes gouvernementaux des deux pays sont appelés à veiller à ce que des solutions stratégiques et opérationnelles communes soient élaborées et mises en œuvre en temps opportun. Nous sommes convaincus que les organes parlementaires de nos pays pourraient adopter une position plus active.

Élargir la coopération économique mutuellement bénéfique. C’est sur cette base qu’il faut établir des relations solides. Une analyse calme et objective de l’ensemble de nos liens commerciaux et économiques est nécessaire. Le temps est venu de résoudre des problèmes de longue date dans ce domaine.

« Maximiser la coopération entre les régions de Russie et du Bélarus et les villes jumelles avec la création d’un vaste réseau de coentreprises. Tout d’abord, il s’agit de domaines tels que l’ingénierie, l’électronique, l’agro-industrie, l’industrie textile, dans lesquels nous avons obtenu ensemble un grand succès dans les années soviétiques. L’expérience antérieure doit être relancée et développée. Un exemple convaincant est l’entreprise russo-biélorusse de fabrication de tramways Belkommash-Sibérie, qui a été initiée par le maire communiste Anatoly Lokot.

– Une augmentation significative des places dans les universités russes pour les étudiants de la Biélorussie fraternelle. Il est inacceptable que nous manquions d’initiatives dans ce domaine, alors que la Pologne attire activement les jeunes Biélorusses dans ses universités. Les discours agressifs des gardiens de la « ibert » sous le drapeau des occupants nazis ont souligné avec éloquence ce qu’ils enseignent dans les universités de Varsovie et de Cracovie. Parmi les orateurs, il y a ceux qui ont écouté le « cours des conférences » des nationalistes, chérissant les rêves impériaux de la renaissance de l’Union de Lublin, dont la noblesse ne considérait pas les Biélorusses pour les gens et les traitait comme des esclaves privés de leurs droits.

– L’organisation de stages réguliers de jeunes scientifiques talentueux sur la base de l’Académie russe des sciences – dans les plus grands centres scientifiques de Moscou, à Novossibirsk Akademgorodok, dans d’autres régions de notre pays. Nous devons renforcer la pratique des spécialistes russes dans les principales entreprises industrielles du Bélarus, dont la production réussie et l’expérience sociale mérite d’être utilisé en Russie. Il suffit de nommer l’usine de tracteurs de Minsk, où chaque tracteur sur trois en Europe et un tracteur sur deux en Russie est assemblé.

– La création d’équipes de construction d’étudiants russo-biélorusses, qui contribuera à la cohésion d’une nouvelle génération de nations fraternelles. Un exemple parfait dans cette entreprise a été présenté par les Komsomols de Russie, de Biélorussie et d’Ukraine, qui ont accumulé une expérience sur les chantiers de construction conjoints.

«Développer la diplomatie populaire. Il est nécessaire de relier aux processus d’intégration un large éventail de forces sociales de nos pays sur le principe: « Plus les fondations sont profondes, plus le bâtiment est fort. » Le gouvernement russe devrait renforcer le rôle de la « coopération russe » et promouvoir activement la mise en œuvre de ses programmes.

– La lutte coordonnée entre la Russie et la Biélorussie avec le coronavirus. Dans ce cas, la coordination des mesures préventives devrait être combinée à la fourniture intégrale d’un vaccin antiviral d’origine russe à tous les citoyens de l’État de l’Union.

Approfondir les liens le long de la ligne de défense. L’armée de la République du Bélarus couvre en toute sécurité ses propres frontières et les frontières occidentales de la Russie. Et cela dans la direction la plus dangereuse. Les capacités du complexe industriel et de la défense biélorusse de haute technologie pourraient être utilisées plus activement par la Russie. Se félicitant de la voie sur la substitution des importations, nous devons tenir compte du fait que l’industrie de la défense de la Russie et du Bélarus est ancienne et profondément intégrée.

« Une large utilisation de notre potentiel culturel, la langue commune, les traditions, les réalisations historiques. Soutien aux médias, qui renforce les liens de nos peuples et la coopération interétatique. Nous pensons qu’en Russie, il est nécessaire de surveiller les médias qui ont le soutien de l’État ou des sociétés d’État, mais prennent le parti des forces anti-russes. Nous pensons qu’il est nécessaire également au Bélarus d’examiner de plus près les activités provocatrices d’un certain nombre de médias qui sont sur une position russophobe.

Je vous exhorte, chers Vladimir Vladimirovitch et Alexandre Grigoryevich, à prendre des mesures exhaustives pour éliminer tout obstacle à nos relations. Veiller à ce que l’énorme potentiel de notre coopération soit pleinement réalisé. Il ne fait aucun doute que cela recevra le soutien fort de nos peuples – patriotes de Russie et de Biélorussie.

Une fois de plus, l’amitié entre la Russie et la Biélorussie, le renforcement du jeune État biélorusse et l’État de l’Union dans son ensemble sont la clé de notre survie commune et de notre développement réussi.

Nous devons être clairs : le monde est entré dans une zone de bouleversements politiques et socio-économiques. Ils sont causées par la crise irréversible du projet d’expansion mondiale néolibérale américain. Alors que les États-Unis sont au bord d’une véritable guerre civile, cette turbulence devient encore plus dangereuse. L’élection présidentielle américaine pourrait déclencher un nouveau tour de celui-ci. L’agenda mondial soulève la perspective de l’effondrement des fondements politiques, financiers et économiques du capitalisme mondial. Se tenir sur un tournant historique, ne pas être enterré sous les décombres d’un système décrépit, pour garantir leur indépendance et leur développement – tout cela nos peuples ne peuvent le faire que dans l’union la plus proche.

Je veux rappeler à tous ceux qui poussent la Biélorussie sur le chemin du chaos, qui travaillent dans ses villes le scénario du Maïdan russe, humilient notre patrie, calomnient notre passé commun, se moquent de nos exploits, insultent le monde russe : vous jouez avec le feu ! Russes et Biélorusses vivent avec l’idée de justice.

Nous – Biélorusses, Ukrainiens et Russes – sommes sortis de la même racine et avons accompli de grandes réalisations ensemble. Si nous gardons nos esprits et nos âmes, aucun adversaire ne pourra enterrer notre fraternité séculaire, notre unité inséparable, notre digne avenir !

G.A. Ziouganov,

Président du Comité central du Parti communiste de Russie(

Chef de la faction du Parti communiste à la Douma d’Etat

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments