Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pékin lutte contre un cluster d’infection en «mode guerre»

On voit avec ce nouveau départ d’épidémie, avec un virus qui a muté et dont la dangerosité s’est accrue, la manière dont désormais s’organise la riposte, les lieux sont circonscrits, isolés et attaqués par les tests, l’isolement des malades “comme s’il s’agissait d’une guerre”, pour empêcher que le reste de la vie s’arrête. Chacun sait ce qu’il doit faire et ceux qui sont suspectés de ne pas avoir pris les mesures à temps sont renvoyés, la nourriture, les soins, le traçage des malades, tout cela est organisé à l’échelle de l’immense ville qu’est Pékin. Le dispositif est en alerte partout, et la Chine déplore le fait que le monde laisse filer l’épidémie (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Chen Qingqing Source: Global Times Publié: 2020/6/15 23:58:401


Pékin: 3 jours pour gérer l’épidémie


Lundi soir, des travailleurs installent des clôtures sur le site pittoresque de Shichahai, dans le centre-ville de Pékin, pour délimiter la zone. Plusieurs districts de Pékin ont amélioré leur réponse aux urgences de santé publique au niveau II après le début d’une nouvelle épidémie de COVID-19 sur un marché de gros de fruits de mer à Pékin la semaine dernière. Photo: Li Hao / GT

Toutes les organisations collectives de Pékin sont entrées lundi dans le “mode de gestion du temps de guerre” alors que la capitale prend des mesures de prévention et de contrôle strictes à la suite de la dernière flambée de COVID-19 qui a été détectée pour la première fois sur un marché de fruits de mer local dans le district de Fengtai. 

Face aux incertitudes croissantes, les responsables au niveau central et local ont exhorté le public à rester en état d’alerte élevé en raison de la longue durée et de la complexité de la situation, compte tenu de la mutation du virus, de l’origine peu claire du cluster d’infection et des voies de transmission inconnues. 

Après avoir signalé zéro nouveau cas d’infections à coronavirus pendant 56 jours consécutifs, Pékin a signalé 79 cas liés à Xinfadi – un grand marché alimentaire de gros – entre jeudi et dimanche, dont un patient gravement atteint et deux gravement malades, comme l’ont montré les données officielles. Depuis lundi, quelque 7 200 communautés résidentielles, y compris des villages, sont toutes entrées en “mode de guerre” avec près de 100 000 agents de lutte contre les épidémies déployés pour aider à empêcher la propagation du virus dans la capitale. 

Le vice-Premier ministre chinois Sun Chunlan, qui a combattu l’épidémie pendant des mois sur la ligne de front à Wuhan, la ville la plus touchée de la province du Hubei en Chine centrale, a déclaré dimanche que le risque de propagation de l’épidémie de Pékin était très élevé car le marché de Xinfadi était densément peuplé et très mobile, conduisant à des risques énormément potentiels d’une nouvelle propagation. 

Les responsables locaux ont été instamment priés de prendre des mesures résolues et décisives pour empêcher efficacement la propagation de l’épidémie. Pendant ce temps, Xinfadi et les régions avoisinantes devraient devenir une priorité dans la conduite d’enquêtes épidémiologiques et la réalisation d’un traçage des sources approfondi et complet, a déclaré le vice-Premier ministre. 

“La résurgence de cas a sonné l’alarme pour nous, Xinfadi étant un grand marché alimentaire qui fournit une grande partie des légumes frais de Pékin, enregistrant un niveau élevé de trafic quotidien, ce qui explique en partie une situation aussi grave”, a expliqué lundi Wang Peiyu, directeur adjoint de l’école de santé publique de l’Université de Pékin, au Global Times. 

La dernière enquête épidémiologique, prenant en compte le test d’acide nucléique : L’analyse de zones clés et de groupes cibles a montré que la dernière infection à grappes est fortement liée au marché de Xinfadi, a déclaré lundi Xu Hejian, porte-parole du gouvernement municipal de Pékin, lors d’une conférence de presse. “À l’heure actuelle, nous n’avons pas entièrement saisi la voie de transmission du virus. En outre, l’épidémie continue de se propager à l’étranger, de sorte que la situation dans la capitale est très grave”, a-t-il déclaré. 

Mesures «de temps de guerre» 

Les résidents suivent un agent de santé dans une station de test dans un centre sportif du district de Xicheng après que le gouvernement municipal de Pékin ait exigé que tous les résidents qui visitaient le marché alimentaire de Xinfadi depuis le 30 mai subissent des tests d’acide nucléique pour une éventuelle infection par le nouveau coronavirus après que la ville a signalé 51 des cas confirmés de COVID-19 dimanche. Photo: Li Hao / GT

Parmi les 36 nouveaux cas signalés dimanche, 34 étaient liés au marché de Xinfadi tandis que les deux autres faisaient toujours l’objet d’une enquête épidémiologique, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies de Beijing lundi. Cinq des patients confirmés viennent du quartier de Huaxiang à Fengtai, ce qui rend la zone à haut risque, qui est également la seule du pays. 

Xu a également noté que les autorités locales ont mené les enquêtes épidémiologiques les plus strictes afin de trouver l’origine des infections et de contenir la propagation. En conséquence, toutes les communautés ont lancé une collecte d’informations au “porte-à-porte” pour filtrer les contacts suspects et les patients confirmés connectés à Xinfadi. Depuis lundi, Pékin a dépisté près de 200 000 personnes qui ont récemment visité le marché de Xinfadi, imposé tests d’acide nucléique et auto-quarantaine à domicile pour une observation plus approfondie.

Il y a un mélange de bonnes et de mauvaises nouvelles du dernier rebond de COVID-19, a déclaré Zhang Wenhong, expert en maladies infectieuses basé à Shanghai, dans un article publié dimanche sur les réseaux sociaux. La mauvaise nouvelle est que le marché a un volume de chiffre d’affaires énorme, et on ne sait toujours pas s’il y aura plus d’épidémies plus tard.

Outre Xinfadi, Yuquandong, un autre marché du district de Haidian à l’ouest de Pékin, a également signalé dimanche un nouveau patient confirmé, mettant 10 communautés voisines en situation de verrouillage strict. Les écoles de ces régions ont suspendu la reprise d’une grande partie des classes. Lundi, vers 18 heures, le marché de Honglian dans le district de Xicheng à Pékin a également signalé un nouveau cas, forçant le marché à suspendre ses services. 

En date de lundi, au moins 21 communautés à proximité des deux marchés qui ont signalé de nouveaux cas de COVID-19 ont subi une gestion de l’isolement tandis que 90 000 résidents locaux devaient passer des tests d’acide nucléique

Suite à la nouvelle épidémie à Xinfadi, qui couvre une superficie de plus d’une centaine d’hectares, divers quartiers de l’ouest et du sud-ouest de Pékin, y compris la rue financière où se concentrent les banques et le siège des entreprises, ont accru leur vigilance moyenne. Un quartier proche du marché a élevé son niveau d’alerte sanitaire à «risque élevé». À ce jour, c’est le seul quartier de tout le pays à avoir ce niveau d’urgence. Parallèlement, plusieurs provinces de Chine ont exhorté la population à ne pas entreprendre de voyages non essentiels dans la capitale.

Un résident local surnommé Hao qui vit dans un complexe résidentiel juste en face de Xinfadi a déclaré au Global Times que les résidents locaux avaient reçu l’ordre de ne pas quitter leur domicile et tous ont accepté les tests d’acide nucléique dimanche après que quatre cas confirmés y aient été découverts. Les agents de gestion communautaire sont chargés de livrer la nourriture et les nécessités quotidiennes dans la zone qui a été complètement fermée. 

“Nous ne paniquons pas parce que nous suivons strictement les mesures de prévention et de contrôle des épidémies, nous savons quoi faire”, a-t-il déclaré, notant que par rapport au début de l’épidémie de février, tout le monde fait de son mieux pour faire des efforts pour contenir le propagation virale. 

Le Global Times s’est entretenu avec une douzaine d’habitants de Pékin de différents quartiers, dont Haidian, Chaoyang et Fengtai, et une grande majorité d’entre eux pensent que le scénario de Wuhan ne se répétera pas à Pékin, faisant référence à un verrouillage de la ville sans précédent de 76 jours, dans un un important centre de transport et de fabrication. 

Cependant, il y avait encore quelques résidents qui ont dit qu’ils se sentaient nerveux face à la résurgence du COVID-19, avec plus de cas ultérieurs à l’avenir, compte tenu de certaines questions clés, y compris l’origine et la voie de transmission restées sans réponse. 

“En regardant les alertes liées aux épidémies qui s’affichent une par une sur mon téléphone, mon humeur au cours des deux derniers jours a été assez mauvaise. Il semble que je sois juste sorti de l’ombre dans la belle journée, mais maintenant je suis revenu à l’ombre à nouveau du jour au lendemain “, a déclaré une habitante de Pékin du nom de Huang. Elle a noté que la dernière épidémie dans la capitale chinoise est très probablement causée par un virus d’outre-mer.

“Peu importe les efforts que nous faisons en Chine, étant donné la situation actuelle dans le monde, il est difficile de parer à tous les risques. Je me sens impuissante, le virus est si rusé”, a-t-elle déclaré.

“Pas même au début de l’année, lorsque le virus s’est propagé pour la première fois à travers le pays, cela m’a fait sentir que la menace était juste à côté de nous”, a déclaré un habitant du district de Fengtai surnommé Liu. Il a déclaré que le marché de Xinfadi était un endroit auquel tant de personnes à Pékin étaient liées et il craignait que l’impact soit plus important que ce que la majorité des gens attendaient.

“Je m’inquiète maintenant non seulement d’avoir des contacts avec d’autres personnes, mais aussi de la nourriture que j’achète et consomme, ce qui n’était pas le cas avant”, a déclaré une femme au foyer qui vit également dans le district de Fengtai. 

Comparé à l’épidémie aux premiers stades du marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan, le virus de Pékin est devenu plus contagieux et pathogène, car plus de 70 cas ont été détectés en deux jours, a déclaré Yang Zhanqiu, directeur adjoint du département de biologie des agents pathogènes à l’Université de Wuhan.

De la fin décembre au 17 janvier, le nombre total de cas confirmés signalés à Wuhan était de 62, près des nouvelles infections signalées à Pékin en ce moment, Pékin diagnostiquant 79 patients en quatre jours compte tenu du grand nombre d’échantillons et de moyens techniques, a noté Yang. De plus, l’épidémie de Wuhan a eu lieu pendant l’hiver froid, propice à la propagation virale. Mais maintenant, Pékin est en été avec des températures élevées “, a-t-il dit, notant qu’une quantité assez importante de premiers patients à Wuhan n’avaient aucun antécédent d’exposition au marché de Huanan.

Sur la base de tous les facteurs susmentionnés, il a déclaré au Global Times que l’infectiosité du virus pourraient être augmentée ou affaiblie, mais dans ce cas à Pékin, elle est plus forte qu’à Wuhan.

Confiance en l’expérience

Plusieurs experts médicaux éminents qui ont joué un rôle crucial dans la lutte contre le COVID-19 au cours des derniers mois ont tous exprimé leur confiance dans la victoire de cette nouvelle bataille à Pékin. Certains ont également déclaré que la situation était désormais “évitable et contrôlable”.

“La bonne nouvelle est que tous les cas sont liés au marché de Xinfadi et qu’aucune autre voie de transmission n’a été vue, ce qui indique également que le travail de prévention et de contrôle en est encore aux premiers stades de la propagation virale”, a déclaré Zhang dans un article. 

Pékin est très grande avec une grande zone géographique et une grande population. La zone impliquée dans l’épidémie est très petite et le reste est en sécurité, a indiqué M. Wu dans des reportages. 

“Compte tenu de la situation actuelle, nous devons suivre et gérer les personnes concernées par la chaîne de transmission, ce qui est l’étape la plus importante pour réduire la propagation”, a-t-il déclaré. 

Pékin a sonné l’alarme immédiatement après l’épidémie, réduit les zones cibles et pris des mesures décisives, nous sommes convaincus que la situation est contrôlable, a noté Wu. 

À la suite des infections groupées au marché de Xinfadi, Zhou Yuqing, chef adjoint du district de Fengtai, Wang Hua, chef du parti du sous-district de Huaxiang à Fengtai, et Zhang Yuelin, chef du marché de Xinfadi ont été démis de leurs fonctions. Zhou est devenu le premier chef adjoint de district à Pékin qui a été puni en raison de l’échec dans la prévention des épidémies.  

Les responsables de haut en bas ont déjà tiré les leçons des travaux de prévention des épidémies au cours des derniers mois, ce qui a également garanti la mise en œuvre au niveau communautaire de mesures de prévention strictes et efficaces pour freiner le rebond. 

La précision et la rapidité de la réponse dans les travaux de prévention et de contrôle que Beijing entreprend actuellement n’affecteront pas la stratégie globale de prévention et de contrôle à l’échelle nationale, qui devrait être une prévention et un contrôle normaux dans tout le pays à l’avenir, a déclaré Zhang Wenhong. Il serait sage de permettre à l’épidémie d’atteindre près de zéro infection tout en reprenant la normalité, a déclaré Zhang.

Alors que certains experts ont salué la réaction de Pékin plus rapide que celle de Wuhan, il était encore difficile de prédire si la deuxième vague arriverait, car la voie de transmission du virus peut être anormale au cas où le virus pourrait être transmis par des objets contaminés. 

“Au cours des épidémies précédentes, notre principal objectif était la transmission interhumaine, mais cette fois, c’est sur les environnements ou objets contaminés”, a déclaré Wang. 

Les trois prochains jours seront cruciaux pour que Pékin puisse gérer l’épidémie. Le nombre de cas signalés par Pékin au cours des trois derniers jours indique une évolution globale de l’épidémie, a déclaré Wu, notant que s’il n’y avait pas d’augmentation significative au cours des prochains jours, la situation serait contrôlée à une certaine échelle.

Certains experts ont également prédit que les 20 à 30 prochains jours seraient très cruciaux pour que Pékin décide d’augmenter ou non son niveau de réponse aux épidémies, tandis que le public est également invité à prendre des précautions, notamment le port de masques et le lavage fréquent des mains. 

Xu Keyue et Liu Xuanzun ont contribué à l’histoire 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments