Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Malgré le battage médiatique, les États-Unis n’ont pas d’alliés contre la Chine

Paradoxalement nous assistons dans le monde à une pression idéologique -en particulier en provenance de la social démocratie- qui suit les Etats-Unis dans leur guerre contre le “communisme chinois”, mais cela ne correspond pas à l’attitude des milieux d’affaire et des gouvernants qui eux traînent les pieds à suivre les Etats unis dans leur volonté d’isoler économiquement la Chine. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Chronique: PolitiqueRégion: USA dans le monde

POM02342

Depuis l’éclosion de la pandémie COVID-19 en particulier, un changement radical dans la politique américaine vis-à-vis de la Chine a eu lieu. Sa dernière manifestation a eu lieu le 23 juillet, lorsque le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a prononcé ce qu’on a appelé le discours américain du «rideau de fer». « La Chine communiste et l’avenir du monde libre » de Pompeo»

Le discours fournit un aperçu significatif de la manière dont les États-Unis tentent d’établir une politique mondiale de« nouvelle guerre froide »grâce à laquelle ils peuvent se placer à nouveau comme le chef du« monde libre »contre la Chine, la soi-disant incarnation de la« menace »À l’Amérique – sa suprématie unilatérale, sa domination hégémonique de la politique mondiale depuis la désintégration de l’Union soviétique et sa tendance croissante à saboter les accords multilatéraux, tels que l’accord sur le nucléaire iranien, pour étendre le sien et celui de ses alliés, même si cela se fait au détriment de la paix. Le discours de Pompeo montre que les États-Unis définissent la Chine comme une “ puissance maléfique ” qui doit être contrée. Pour le citer:

«Si nous plions le genou maintenant, les enfants de nos enfants pourraient être à la merci du Parti communiste chinois, dont les actions sont aujourd’hui le principal défi dans le monde libre. Le secrétaire général Xi n’est pas destiné à tyranniser à jamais à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine, à moins que nous ne le permettions. Maintenant, il ne s’agit pas de confinement. Ne croyez pas à ça . Il s’agit d’un nouveau défi complexe auquel nous n’avons jamais été confrontés auparavant. L’URSS était fermée du monde libre. La Chine communiste est déjà à l’intérieur de nos frontières. Nous ne pouvons donc pas faire face seuls à ce défi. Les Nations Unies, l’OTAN, les pays du G7, le G20, notre puissance économique, diplomatique et militaire combinée sont certainement suffisantes pour relever ce défi si nous le dirigeons clairement et avec beaucoup de courage.

Cependant, alors que Pompeo a refusé de l’appeler «confinement», la stratégie de la «nouvelle guerre froide» est davantage un retrait de la Chine des États-Unis et de l’Europe. En termes simples, les États-Unis vendent le mantra du «découplage» à leurs alliés en Europe et ailleurs. C’est ainsi que les États-Unis visent à retrouver la position de leader qu’ils ont perdue ces dernières années. En conséquence, si le «découplage» de la Chine est important, il n’y a que «l’Amérique» qui «est parfaitement positionnée pour diriger» cette entreprise, a fait valoir Pompeo.

Mais la question est: dans quelle mesure la rhétorique américaine de la «nouvelle guerre froide» est-elle bien accueillie? Comme l’a dit Pompeo lui-même, les États-Unis ne peuvent à eux seuls atteindre cet objectif. Cependant, les alliés américains semblent avoir un état d’esprit totalement différent lorsqu’il s’agit de définir leurs relations avec la Chine. À la consternation des États-Unis, peu d’alliés, même si leurs relations avec la Chine ne sont généralement pas «amicales», pensent que suivre les États-Unis sur cette voie est une bonne idée. Peu d’entre eux semblent croire qu’une «nouvelle guerre froide» est nécessaire pour d’abord découpler puis contenir la Chine.

Cela était particulièrement évident lorsque la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, s’est récemment rendue aux États-Unis alors même que la pandémie y faisait vraiment rage. Bien que le ministre ait déclaré avoir des divergences avec la Chine, l’Australie, comme les États-Unis, a sa propre position vis-à-vis de la Chine. Comme l’a expliqué le ministre, , leur position est loin d’être un découplage potentiel, voire réel. En fait, leur position est plus celle de l’engagement. Pour la citer:

«Mais surtout de notre point de vue, nous prenons nos propres décisions, nos propres jugements dans l’intérêt national australien et dans le respect de notre sécurité, de notre prospérité et de nos valeurs. «Nous traitons donc la Chine de la même manière. Nous avons un engagement économique fort, un autre engagement, et cela fonctionne dans l’intérêt des deux pays. »

Ajoutant encore, le ministre a dit:

«Comme mon Premier ministre l’a dit récemment, la relation que nous entretenons avec la Chine est importante et nous n’avons pas l’intention de la blesser.»

Alors que les États-Unis auraient manifestement voulu obtenir le soutien de l’Australie pour contrer la Chine dans le Pacifique, l’Europe, elle aussi, n’est pas particulièrement enthousiasmée par la «nouvelle guerre froide» américaine. En fait, les relations États-Unis-Europe deviennent déjà trop fragiles pour faire face à ce que Pompeo a appelé «un nouveau défi».

La fragilité intégrale des relations entre les États-Unis et l’Europe est évidente dans la décision des États-Unis de réduire la taille de leurs troupes en Allemagne, un pays qui non seulement n’est plus en bons termes avec les États-Unis, mais qui cherche également activement à cultiver la Chine comme un partenaire économique fiable pour l’Europe. En effet, l’Allemagne et les dirigeants chinois ont établi une fréquence de contact que même les États-Unis n’ont pas avec l’Europe.

Même le Royaume-Uni, malgré ses tensions persistantes avec la Chine à propos de Hong Kong et sa décision de refuser la 5G chinoise, n’est pas conforme à la réflexion américaine sur une grande stratégie et une grande alliance vis-à-vis de la Chine. En effet, lorsque le ministre britannique des Affaires étrangères a récemment formulé la politique chinoise dans son discours du 20 juillet à la Chambre des communes , il a mis l’accent sur la coopération plutôt que sur la confrontation, déclarant: «Nous voulons travailler avec la Chine. Il existe d’énormes possibilités d’engagement positif et constructif. Il existe de nombreuses opportunités, allant de l’augmentation du commerce à la coopération pour lutter contre le changement climatique. »

L’effort des États-Unis pour créer un nouveau rideau de fer est donc très peu susceptible d’attirer des soumissionnaires, prêts à sauter dans le train en marche, d’Europe ou d’ailleurs. De manière assez significative, si l’Europe continue à maintenir une distance calculée avec les États-Unis sur sa politique chinoise, d’autres alliés américains, comme l’Australie, se sentiront également encouragés à tracer une ligne de conduite indépendante.

Salman Rafi Sheikh, analyste de recherche sur les relations internationales et les affaires étrangères et intérieures du Pakistan, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook »

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments