Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

The New yorker : Le déclin de la pensée historique

Comme suite à notre débat entre J.claude. Delaunay et moi sur le refus du socialisme par le PCF, voici un texte sur la “fin de l’histoire” aux USA. Parce qu’on ne peut pas attribuer au seul PCF, même s’il a longtemps joué un rôle essentiel dans la formation des couches populaires, l’incapacité de plus en plus manifeste de la population française à avoir les ressources intellectuelles pour comprendre la société et a fortiori le monde. Cet article sur la part de plus en plus réduite de l’histoire dans la formation des jeunes américains peut illustrer l’évolution de la jeunesse française. Il faudrait noter en France la manière dont les émissions sur l’histoire sont devenues des dénonciations de la Révolution, la célébration des héroïnes comme Olympe de Gouges La manière dont le PCF a choisi de se couler dans ce moule à travers sa propre histoire participe d’une aliénation plus générale (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par Eric Alterma n4 février 201

Un étudiant est assis dans une bibliothèque.
Au cours de la dernière décennie, sur les campus américains, l’histoire a décliné plus rapidement que toute autre majeure, alors même que de plus en plus d’étudiants fréquentent l’université. Photographie de George S. Zimbel / Getty

Ayant ignoré les questions d’inégalité économique pendant des décennies, les économistes et autres chercheurs ont récemment découvert une panoplie d’effets qui vont bien au-delà du fait que certaines personnes ont trop d’argent et beaucoup n’en ont pas assez. Les inégalités affectent notre santé physique et mentale, notre capacité à nous entendre, à faire entendre notre voix et à rendre notre système politique responsable et, bien entendu, à l’avenir que nous pouvons offrir à nos enfants. Dernièrement, j’ai remarqué une caractéristique de l’inégalité économique qui n’a pas reçu l’attention qu’elle mérite. Je l’appelle «inégalité intellectuelle».

Je ne fais pas allusion au fait évident et inéluctable que certaines personnes sont plus intelligentes que d’autres, mais plutôt au fait que certaines personnes ont les ressources nécessaires pour essayer de comprendre notre société alors que la plupart ne le font pas. À la fin de l’année dernière, Benjamin M. Schmidt, professeur d’histoire à la Northeastern University, a publié une étudedémontrant que, au cours de la dernière décennie, l’histoire a décliné plus rapidement que toute autre disicipline majeure, alors même que de plus en plus d’étudiants fréquentent l’université. Avec un peu plus de vingt-quatre mille majors d’histoire actuelle, il représente entre un et deux pour cent des diplômes de licence, soit une baisse d’environ un tiers depuis 2011. Le déclin se retrouve dans presque tous les groupes ethniques et raciaux, et parmi les hommes et femmes. Géographiquement, il est le plus prononcé dans le Midwest, mais il est présent pratiquement partout.

Il y a cependant un hic. L’histoire est en plein essor à Yale, où elle est la troisième discipline majeure la plus populaire, et dans d’autres écoles d’élite, notamment Brown, Princeton et Columbia, où elle continue de figurer parmi les meilleures majeures déclarées. Le département d’histoire de Yale a l’intention d’embaucher plus d’une demi-douzaine de professeurs cette année seulement. Pendant ce temps, le chancelier de l’Université du Wisconsin – Stevens Point, Bernie L. Patterson, a récemment proposé que la discipline majeure en histoire de l’école soit éliminée et qu’au moins un membre de sa faculté titulaire soit renvoyé. Bien sûr, tout se complique lorsque vous regardez les petits caractères. Lee L. Willis, le président du département d’histoire, m’a dit que la proposition de la chancelière est une mesure de réduction du budget en réponse au nombre en baisse constante de majors déclarées, mais il s’agit en réalité de la nécessité de réduire la faculté de quatorze à dix, et cela signifie se débarrasser d’au moins un membre titulaire. Pour ce faire, il est nécessaire de dissoudre le ministère. (Un porte-parole de l’université a déclaré que «UW-Stevens Point explore toutes les options pour éviter de licencier des professeurs et des membres du personnel.») Les professeurs restants seront placés dans de nouveaux départements qui combinent l’histoire avec d’autres sujets.

Stevens Point, à Northwoods, dans le Wisconsin, éduque de nombreux étudiants de première génération et, dans le passé, le département d’histoire s’était concentré sur la formation des enseignants. Willis a souligné que, après Scott Walker, l’ancien gouverneur, a mené une attaque contre les syndicats d’enseignants de l’État, évacuant les avantages et chassant environ 10 pour cent des enseignants des écoles publiques de la profession, une carrière d’enseignant semble naturellement beaucoup moins attrayante pour les étudiants. «J’entends beaucoup:« Quel genre de travail vais-je obtenir avec ça? Mes parents m’ont fait changer »», a déclaré Willis. «Il y a beaucoup de pression sur cette génération en particulier.» Mais il a également noté une augmentation des majors déclarées d’histoire ce semestre passé, de soixante-seize à cent vingt. «Cette perception d’une tendance à sens unique et nous réduirons à néant n’est pas ce que je vois», a-t-il déclaré.

La forte baisse du nombre de diplômés en histoire est plus visible à partir de 2011 et 2012. De toute évidence, après la crise financière de 2008, les étudiants (et leurs parents) ont ressenti le besoin de choisir une discipline majeure dans un domaine qui pourrait les placer sur un chemin de carrière sûr. Presque toutes les majors qui ont connu une croissance depuis 2011, a noté Schmidt dans une étude précédente, sont dans les disciplines stem et comprennent les soins infirmiers, l’ingénierie, l’informatique et la biologie. (Une histoire récente du Timesa noté que le nombre de majors en informatique a plus que doublé entre 2013 et 2017.) «Le MIT et Stanford font un grand pas en avant dans le domaine des sciences», m’a dit Alan Mikhail, directeur du département d’histoire de Yale. D’autres universités ont eu tendance à les imiter, sans doute parce que c’est ce qui excite les gros bailleurs de fonds ces jours-ci – et avec leur argent vient le prestige qui donne à une université sa réputation nationale. David Blight, professeur d’histoire à Yale et directeur de son Centre Gilder Lehrman pour l’étude de l’esclavage, de la résistance et de l’abolition, raconte une histoire similaire en matière de financement. Lors d’une récente réunion avec un administrateur d’école, on lui a dit que les bailleurs de fonds individuels cherchaient tous à financer des programmes stem – et, Blight a déclaré: «Ce sont les bailleurs de fonds qui font avancer les choses.

Néanmoins, la majeure en histoire continue de prospérer à Yale, en partie parce que c’est un excellent département avec un certain nombre de stars de renommée nationale, qui devraient toutes enseigner au niveau du premier cycle, et en partie parce que c’est Yale, où même un libéral -Le diplôme d’arts ouvre presque toutes les portes professionnelles. Comme l’a dit Mikhail, «la pression économique très réelle que ressentent les étudiants aujourd’hui s’est atténuée à Yale. Les admissions aveugles font une grande différence, ainsi que le sentiment qu’un diplôme de Yale dans n’importe quel domaine leur permettra d’obtenir l’emploi qu’ils veulent, même dans des endroits comme Goldman ou une école de médecine. Le service des relations publiques de l’école a récemment réalisé une vidéo promotionnelle sur Fernando Rojas, le fils d’immigrants mexicains, qui a fait l’actualité nationale il y a quelques années lorsqu’il a été admis dans les huit écoles de l’Ivy League. Rojas, qui a trouvé un foyer intellectuel au Centre pour l’étude de la race, de l’indigénéité et de la migration transnationale de Yale, a l’intention de poursuivre un doctorat. en histoire.

La raison pour laquelle les étudiants de Yale et d’autres endroits comme celui-ci peuvent «se permettre» de se spécialiser en histoire est qu’ils ont le luxe de voir l’université comme une chance d’en apprendre davantage sur le monde au-delà des limites de leur ville d’origine et d’essayer de comprendre où ils pourrait s’intégrer. C’est ce que l’histoire fait le mieux. Elle nous localise et nous aide à comprendre comment nous sommes arrivés ici et pourquoi les choses sont telles qu’elles sont. «L’histoire insuffle un sentiment de citoyenneté et vous rappelle les questions à poser, en particulier sur les preuves», m’a dit Willis. Dans un e-mail de suivi après notre conversation, Mikhail a écrit: «Une étude du passé nous montre que la seule façon de comprendre le présent est d’embrasser le désordre de la politique, de la culture et de l’économie. Il n’y a jamais de réponses faciles aux questions pressantes sur le monde et la vie publique dans Une histoire de poche des États-Unis », publiée pour la première fois en 1942. Dans son récent spectacle de Broadway, Springsteen a expliqué:« Je voulais connaître toute l’histoire américaine. . . . J’avais l’impression que j’avais besoin d’en comprendre le plus possible pour me comprendre.

Donald Trump est le roi non seulement des mensonges mais aussi des affirmations anhistoriques. Il est difficile de choisir un favori parmi les milliers de mensonges que Trump a dit en tant que président, mais un choc récent a été lorsqu’il a insisté, ignorant tout ce que nous savons sur le comportement anarchique de l’Union soviétique, que «la raison pour laquelle la Russie était en Afghanistan était parce que les terroristes immigrants étaient allés en Russie. (Le Wall Street Journal, généralement favorable à Trump Une page éditoriale affirmait: «Nous ne pouvons pas nous souvenir d’une fausse déclaration plus absurde sur l’histoire d’un président américain.») Les républicains, ces dernières décennies, ont dépendu de l’incapacité des Américains à donner un sens à l’histoire pour juger de leurs politiques. Comment expliquer autrement le fait que, sous Trump, ils ont réussi à faire de l’immigration légale l’excuse de tous les maux du pays, alors qu’une analyse historique claire démontrerait qu’elle a été la source de la part du lion de l’innovation, de la créativité, de l’Amérique. et la production économique?

«Oui, nous avons la responsabilité de nous former au monde de l’emploi, mais éduquons-nous pour la vie, et sans connaissances historiques, vous n’êtes pas prêt pour la vie», m’a dit Blight. Alors que notre discours politique est de plus en plus dominé par des sources qui ne se soucient ni de la vérité ni de la crédibilité, nous nous rapprochons de plus en plus de la situation face àlaquelle Walter Lippmann nous avait mise en garde il y a environ un siècle, dans son séminal « Liberty and the News. » «Les hommes qui ont perdu leur emprise sur les faits pertinents de leur environnement sont les inévitables victimes de l’agitation et de la propagande. Le charlatan, le charlatan, le jingo. . . ne peut s’épanouir que là où le public est privé d’un accès indépendant à l’information », a-t-il écrit. Une nation dont les citoyens n’ont aucune connaissance de l’histoire demande à être dirigée par des charlatans, des charlatans et des jingos. Comme il l’a prouvé depuis qu’il est devenu politiquement proéminent sur le mensonge du lieu de naissance de Barack Obama, Trump est tous les trois. Et, sans plus de majors d’histoire, nous sommes condamnés à le répéter

.Eric Alterman est le chroniqueur médiatique de The Nation, un éminent professeur d’anglais CUNY au Brooklyn College et un doctorat en histoire.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments