Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Alors que le régime du coup d’État bolivien laisse mourir ses citoyens, Cuba a presque vaincu Covid-19

Alors que le régime du coup d’État bolivien laisse mourir ses citoyens, Cuba a presque vaincu Covid-19

Une dépêche de Bolivie montre le bilan humain effroyable du coup d’État militaire, alors qu’un régime incompétent soutenu par les États-Unis laisse les citoyens pauvres mourir au milieu d’une pandémie. À Cuba, pendant ce temps, le système socialisé du pays a sauvé sa population du pire Covid-19.(traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Par Ollie Vargas

Cochabamba, Bolivie – Alors que l’Amérique latine devient le nouveau point focal de la propagation dévastatrice du Covid-19, Cuba est pratiquement la seule à avoir sauvé sa population de l’effondrement dramatique de la santé et de la société dans la majeure partie de la région. À l’autre extrême se trouve la Bolivie, où le régime du coup d’État utilise le traumatisme des charniers et des cadavres dans les rues – le fruit de sa propre inaction – comme excuse pour interdire les élections. Un examen attentif des résultats divergents des deux pays donne un aperçu de la manière dont deux modèles idéologiques opposés ont façonné la situation dans laquelle Cuba et la Bolivie se trouvent aujourd’hui.     

Les deux pays ont à peu près la même population d’environ 11 millions d’habitants et ont été parmi les derniers de la région à voir leurs premiers cas importés. La Covid-19 est arrivé en Bolivie le 10 mars; il a frappé Cuba le lendemain. Les similitudes s’arrêtent là. 

Au moment de la rédaction de cet article, Cuba n’a pas encore vu un seul professionnel de la santé ou un enfant mourir du virus et compte un total de 2495 cas. Pendant ce temps, la Bolivie a enregistré 1 825 cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, ce qui s’ajoute à un total national impressionnant de 68 281 infections. Cuba a subi 87 décès dus au virus tandis que la Bolivie en a subi 2535. 

Le nombre de tests effectués est un élément central de toute stratégie Covid-19, si ceux qui présentent des symptômes ou sont porteurs du virus ne sont pas en mesure d’accéder aux tests, cela rend le traçage et l’isolement impossibles. Jusqu’à présent, Cuba, pays sous blocus, a réalisé 247 203 tests. En Bolivie, où le régime du coup d’État s’est plaint que ces tests coûtent cher à acquérir, seuls 134 769 ont été effectués.

C’est un nombre extraordinairement faible par rapport non seulement à Cuba, mais à ses voisins immédiats comme le Pérou, qui a effectué 2 millions de tests. Au lieu d’acheter des tests, le gouvernement incompétent de la Bolivie a acheté 500 ventilateurs défectueux à des prix gonflés. Ce scandale de corruption a contraint le ministre de la Santé du pays, Marcelo Navajas, à démissionner après seulement quelques semaines misérables au travail.

Santé publique socialisée contre profit et abus de prix

Les atouts du système de santé socialisé de Cuba sont bien connus. Les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé montrent que l’île a le ratio médecin-patient le plus élevé au monde, avec 8,4 pour 1 000 habitants, contre seulement 2,6 aux États-Unis. Le taux de mortalité infantile à Cuba est de 4 pour 1000 naissances vivantes, le même que celui du Royaume-Uni et du Danemark. Pendant ce temps, les États-Unis se situent à 6 pour 1000.    

Ces statistiques à elles seules témoignent de la préparation générale de Cuba aux défis du Covid-19. Mais au-delà de son système de santé publique supérieur, la stratégie concrète de prévention de la pandémie de Cuba a été beaucoup plus avancée que celle de la plupart des pays du monde.

Ariana Campero a été l’ancienne ministre de la Santé du gouvernement d’Evo Morales entre 2015 et 2018 et a été ambassadrice de la Bolivie à Cuba, où elle vit aujourd’hui. Elle a détaillé pour moi le système de prévention qui distingue Cuba de la Bolivie et des autres gouvernements néolibéraux de la région: «Contrairement à la Bolivie, Cuba a eu un véritable plan, surtout dans sa recherche active de cas grâce à la fourniture de soins de santé primaires. Un exemple de ceci est la façon dont l’infirmière affectée à notre quartier vient chez nous chaque jour pour vérifier que personne ne présente de symptômes ou n’a eu de contact avec quelqu’un qui a été à l’étranger récemment, ou tout changement de situation qui exposerait la famille à Covid. -19. » 

Alors que les premières mesures de Cuba ont permis à son gouvernement de mener une opération de suivi et de traçabilité correctement fonctionnelle, le régime du coup d’État bolivien est resté les bras croisés alors que Covid-19 s’approchait de ses frontières. Don Fitz, un expert universitaire de premier plan sur le système de santé cubain, a expliqué à The Grayzone: « La seule raison pour laquelle le système de suivi de Cuba a fonctionné est que le plan de prévention et de contrôle des coronavirus a été mis en œuvre le 2 mars 2020.

En quatre jours, il a élargi le plan pour inclure la prise de température et éventuellement l’isolement des voyageurs entrants infectés. Ces pratiques se sont produites avant le premier diagnostic confirmé de Covid-19 à Cuba, le 11 mars. Cuba a connu son premier décès confirmé de Covid-19 le 22 mars, alors qu’il y avait trente-cinq cas confirmés, près d’un millier de patients observés dans les hôpitaux et plus de trente mille personnes sous surveillance à domicile. Le lendemain, il a interdit l’entrée des étrangers non résidents.

À l’inverse, la Bolivie n’a pratiquement aucune stratégie perceptible. À la suite du coup d’État contre Evo Morales en novembre 2019, la Bolivie s’est plutôt concentrée sur la purge de sa sphère publique de tout ce qui pouvait être connecté à distance à Cuba. Le nouveau gouvernement a officiellement rompu les relations diplomatiques et expulsé les 700 professionnels de la santé cubains en poste ici.

Alors que les ministres de la Santé boliviens cherchaient autrefois à imiter Cuba, le gouvernement putschiste de Jeanine Añez s’est tourné vers le secteur privé et a nommé Marcelo Navajas, propriétaire d’une clinique privée d’élite dans la partie supérieure sud de La Paz, comme ministre de la Santé, alors que les cas de Covid- 19 ont commencé à augmenter. La divergence idéologique a handicapé le pays alors qu’il s’enfonçait dans la crise sanitaire actuelle. 

Avant le coup d’État, des médecins cubains dirigeaient des hôpitaux entiers dans les zones urbaines et rurales de la classe ouvrière de Bolivie. Aujourd’hui, ces cliniques sont toujours vides . Le gouvernement prétend avoir l’ intention d’ouvrir l’ une des cliniques de La Paz, mais n’a rien dit des autres. J’ai visité une ancienne clinique cubaine dans le quartier ouvrier de «Valle Hermoso» dans la ville de Cochabamba, l’établissement abritait 143 médecins cubains fournissant des soins de santé gratuits à la communauté. Lorsque j’ai visité la région en janvier 2020, les portes étaient verrouillées et la seule information était une pancarte manuscrite indiquant: «Il n’y a pas de service. Il n’y a pas de médecins. Il n’y a pas d’infirmières. 

Aujourd’hui, plus de quatre mois après le début de la pandémie, les portes de la clinique sont toujours fermées. María Rodríguez, résidente de Valle Hermoso, a expliqué aux médias locaux en juin comment son mari recevait un traitement de longue date pour la fibrose pulmonaire dans cet hôpital cubain, mais qu’il ne peut plus accéder à aucun service depuis que la pandémie a frappé. «On nous a dit qu’il ne serait fermé que pour une courte période», a déclaré Rodríguez, «qu’ils avaient juste besoin d’embaucher du nouveau personnel. Nous avons dû nous rendre à l’hôpital del Sur pour continuer le traitement. Tout allait bien là-bas, mais il y a une semaine, quand j’y suis allé, ils ne nous ont même pas laissé entrer parce qu’ils ont dit que tout était plein … ils ne veulent pas le soigner nulle part.

La fermeture des cliniques cubaines est une catastrophe particulièrement amère maintenant que le système de santé privé de la Bolivie est en train de s’effondrer. Le plus grand hôpital de Cochabamba s’est déclaré «effondré» il y a plus d’un mois. Dans le quartier voisin de Quillacollo, un médecin a parlé anonymement à Kawaschun News, où je suis employé, révélant que bien que le personnel n’ait pas été payé depuis mars, on s’attend toujours à ce qu’ils effectuent des quarts de travail de 24 heures, parfois ils ont dû laisser des cadavres sur le sol de l’hôpital sans aucun matériau pour les envelopper. La santé publique étant négligée, les cliniques privées cherchent à tirer un profit de la pandémie. Merci à l’ inaction du gouvernement, les cliniques facturent aux patients Covid-19 jusqu’à 3000 $ par nuit pour un séjour à l’hôpital, puis facturent à nouveau, à des prix gonflés, pour chaque médicament utilisé pendant ce séjour.  

Là où l’État a échoué, les autorités locales ont fait ce qu’elles pouvaient, mais sont paralysées par les mesures d’austérité qui ont privé les municipalités de financement public. C’est une politique qui a commencé après le coup d’État et avant la pandémie. Alvaro Ruiz (MAS), maire d’Uriondo et président de la Fédération des associations municipales (FAM Bolivie) a déclaré au Grayzone: «Il y a des projets dans les domaines de l’eau, de la santé et de l’éducation qui sont maintenant paralysés parce que le gouvernement central a réduit les budgets des autorités locales. Nous ne pouvons pas permettre à nos gens de reculer et de perdre les acquis sociaux réalisés grâce au travail et à la coordination sous Evo Morales ». 

Matilde Campos (MAS), maire de Shinahota, dans la région de Chapare, a fait écho aux propos de Ruiz, se plaignant que la politique d’austérité a affecté leur capacité à répondre à Covid-19. «En tant que municipalités, nous avons été abandonnés», a déclaré le maire au Grayzone. «Le gouvernement n’a aucune initiative, il n’a même pas acheté de ventilateurs pour les hôpitaux de cette région. Inefficacité totale ». 

Plutôt que de demander au nouveau gouvernement de rendre compte de cette catastrophe, les médias institutionnels boliviens ont plutôt blâmé les médecins cubains et le système de santé préexistant du pays. 

Jhanisse Vaca Daza, un agent de changement de régime lié aux États-Unis , qui a maintenant une chronique hebdomadaire dans le journal de droite Pagina Siete, a dirigé les attaques . Elle a condamné le MAS pour ses louanges à Cuba, déclarant : «Luis Arce (candidat du MAS) a demandé au gouvernement central d’accepter l’aide de médecins cubains. Cela fait suite à une longue lignée d’éloges pour le système de santé cubain qui devrait être remis en question. Si vous écoutez les témoignages d’activistes qui réussissent à quitter l’île, les histoires sur le manque de ressources dans les hôpitaux cubains sont horribles.

Alors que le secteur biotechnologique de Cuba sauve des vies, les Boliviens désespérés se tournent vers les herbes naturelles

Afin de supprimer le taux de mortalité de Covid-19, la question des médicaments est vitale. Le blocus économique américain sur Cuba est un obstacle à l’accès aux médicaments importés. Cependant, l’île a passé des décennies à développer une industrie biotechnologique de premier ordre. L’initiative de l’État a été lancée pendant la période de la présidence de Fidel Castro, lorsque le Centre de génie génétique et de biotechnologie a été fondé pour mener des recherches de pointe au niveau mondial. Le centre a été complété par un réseau plus large de production gérée par l’État qui fabrique désormais la grande majorité des médicaments utilisés dans le pays, ainsi que 300 produits destinés à l’exportation.  

L’ interféron-AlfaB2 de fabrication cubaine s’est avéré être une bouée de sauvetage. Cuba a commencé à produire de l’interféron en 1981 pour lutter contre la dengue. Depuis lors, le médicament connait une demande internationale. Son efficacité contre les coronavirus a été démontrée pour la première fois lors de l’épidémie de SRAS de 2003; il est maintenant exporté par Cuba dans 72 pays pour aider à combattre les symptômes du Covid-19. Cuba a actuellement un taux de mortalité de seulement 3,77 contre 5,71 dans toute l’Amérique latine. 

Ariana Campero considère le secteur biotechnologique de Cuba comme un élément clé pour réduire le nombre de décès parmi les personnes hospitalisées. «C’est un exemple de la vision futuriste du Comandante Fidel», a déclaré le diplomate bolivien. «Ce projet de production de médicaments à Cuba a commencé il y a des décennies. Cette vision futuriste a aidé à sauver d’innombrables vies maintenant. Pas seulement avec l’interféron, mais il y a maintenant un autre médicament qui a été développé ici, CIGB-258. Il n’a été autorisé que très récemment pour une utilisation d’essai sur des patients dans un état critique, mais il montre de très bons résultats. Tous ces médicaments innovants sont développés ici et suivent toutes les normes et protocoles de l’OMS. »

Malgré sa contribution à la santé mondiale, le seul facteur qui empêche la poursuite de la croissance du secteur de la santé à Cuba est les sanctions américaines, qui placent d’innombrables obstacles pour arrêter la commercialisation et la recherche. 

En Bolivie, où les États-Unis soutiennent sans réserve le régime du coup d’État, les associations de médecins sont de plus en plus désespérées face à l’incapacité du régime à fournir des médicaments adéquats. Dans le département amazonien de Beni, l’une des régions les plus touchées, la faculté de médecine a officiellement demandé à l’État d’importer de l’interféron Alpha B2, mais la demande est tombée dans l’oreille d’un sourd. 

Les pénuries de médicaments ont forcé les Boliviens désespérés à se tourner vers les herbes et la médecine ancestrale oubliée. Les principaux ingrédients utilisés dans ces remèdes comprennent l’eucalyptus, le gingembre, le miel et une plante appelée Huira Huira. Ces éléments contiennent des propriétés médicinales et sont utilisés depuis des générations dans les communautés autochtones rurales. Huira Huira peut aider en cas de problèmes respiratoires, par exemple, et le gingembre renforce le système immunitaire.

Cependant, ces solutions ne connaissent un renouveau qu’en raison de l’abdication quasi totale et de l’incompétence du gouvernement. Leonardo Loza, un dirigeant syndical du Tropico de Cochabamba a aidé à distribuer des plantes médicinales aux communautés qu’il représente, mais a déclaré au Grayzone qu’il avait été contraint de le faire parce que le gouvernement central avait abandonné sa communauté. «Je me souviens de ces médicaments quand j’étais enfant», a déclaré Loza au Grayzone, «mais alors que nos gens ont commencé à sortir de la pauvreté, nous avons tous commencé à aller à la pharmacie et à acheter ces médicaments, la plupart d’entre nous ont même oublié comment préparer ces remèdes. . Mais maintenant, nous sommes obligés de l’apprendre à nouveau.     

En l’absence du gouvernement, les syndicats autochtones invitent des anciens ayant des connaissances médicales à donner des ateliers dans les salles des syndicats locaux. Un atelier auquel j’ai assisté à Central Litoral dans la municipalité de Villa Tunari comportait des instructions sur la façon de faire un sirop thérapeutique à partir de gingembre, d’oignon, d’ail et de miel. 

La mairesse Matilde Campos est l’un des nombreux maires locaux à parrainer ces efforts, mais souligne qu’ils sont nés de la nécessité: «C’est dû à un manque de traitements conventionnels. D’où vient l’initiative des plantes médicinales? Cela vient de la population, des citoyens, et nous les soutenons donc en tant que municipalité parce que les municipalités sont avec la population. Le gouvernement est avec le FMI et les États-Unis. »

Il n’est pas encore clair si ces remèdes produisent réellement des résultats contre Covid-19. Il y a des témoignages comme ceux de David Pascual, 55 ans, un de mes voisins dans le Tropico de Cochabamba, qui a été malade avec des symptômes de type Covid pendant 35 jours. Pendant une grande partie de ce temps, il a eu des problèmes respiratoires très graves et s’est plaint que son cerveau «cessait de fonctionner». Incapable de trouver un test, il a décidé de s’offrir des remèdes naturels, notamment du gingembre bouillant avec du Coca Cola. 

Quand j’ai demandé à Pascual pourquoi il n’était pas allé à l’hôpital pendant un stade aussi grave de la maladie, il a répondu: «Ces médicaments (naturels) sont la façon dont j’ai été guéri de Covid-19. Cela a pris un certain temps, mais cela en valait la peine. Je ne suis pas allé chez un médecin ou à l’hôpital… Je ne leur fais pas confiance, j’ai entendu beaucoup d’histoires récemment sur la négligence qui entraîne des décès et aussi, ils n’ont même plus de médicaments là-bas. Quel est l’intérêt d’y aller?

David est en bonne santé maintenant et est de retour au travail sur son lopin de terre, ramassant de la coca et des mandarines. Mais ses solutions de bricolage sont loin de l’impressionnante industrie biotechnologique de Cuba, dont les produits ont subi des essais cliniques à Wuhan et se sont révélés efficaces pour renforcer le système immunitaire et réduire les protéines inflammatoires qui entraînent des complications chez les patients atteints de Covid-19. 

«Nous sommes fatigués, nous ne savons pas quoi manger:» Un verrouillage sans le soutien du gouvernement

La pression exercée sur les systèmes de santé n’est pas la seule crise causée par la pandémie. Comme Nash Landesman l’a rapporté pour The Grayzone, les mesures de verrouillage total imposées dans de nombreux pays d’Amérique latine menacent d’affamer les masses de travailleurs qui vivent de l’économie informelle, dépendant d’une journée de travail pour les provisions de base. 

La crise économique a déjà commencé pour Cuba et la Bolivie, qui ont chacune adopté des mesures de quarantaine à des degrés divers. Cependant, il y a une grande différence dans la façon dont les deux pays ont abordé la question économique au cours des quatre derniers mois. À Cuba, les personnes confinées reçoivent 60% de leur salaire pour couvrir le coût de la vie. 

En revanche, le gouvernement bolivien a présidé à l’appauvrissement massif de sa propre population grâce à une mise en œuvre stricte du verrouillage, couplée à une absence presque totale de soutien aux millions de personnes qui ont perdu leurs revenus. 

Les chiffres du groupe de réflexion CELAG montrent que 38% des Boliviens ont perdu l’intégralité des revenus, tandis que 52% ont perdu une partie de leurs revenus. Seulement 8,5% ont répondu qu’ils n’avaient pas été affectés par la politique de verrouillage de style néolibéral. 

La seule mesure que le régime du coup d’État bolivien a introduite pour atténuer le coup est un paiement unique de 500bs (70 USD) pour chaque citoyen de plus de 18 ans incapable de gagner sa vie pendant la pandémie. Inutile de dire que dans un pays où le salaire minimum est supérieur à 300 dollars par mois, 70 dollars ont à peine suffi pour quatre mois.

Les Boliviens sont descendus dans les rues pour protester contre la faim et l’appauvrissement auxquels la majorité du pays est confrontée. À la mi-mai, presque toutes les régions ont été la proie de marches qui se sont étendues d’El Alto et Potosi dans les Andes à Cochabamba dans les vallées jusqu’à Yapacani et San Julian dans le département oriental de Santa Cruz. 

Un manifestant du quartier ouvrier de K’ara K’ara (Cochabamba) a décrit le désespoir qui a conduit la communauté à rompre la quarantaine: «Nous sommes fatigués, nous ne savons pas quoi manger. Ce que nous voulons, c’est retourner au travail immédiatement. Nous voulons pouvoir ramener à la maison au moins un morceau de pain pour nos enfants, car le paiement que ce gouvernement nous a donné n’est rien, il est déjà épuisé … les banques (prêts) font pression sur nous, nous devons encore payer les services de base , nous devons encore payer l’eau. »

La pandémie a causé de vastes destructions, en particulier en Amérique latine où les systèmes de santé se sont effondrés sous l’effet de l’impact. Que Cuba ait évité les scènes de cadavres bordant les rues et d’hôpitaux effondrés est une victoire historique pour son modèle socialiste. Son approche a sauvé d’innombrables vies dans le pays tout en envoyant 2000 médecins bien formés à l’étranger pour lutter contre Covid-19 dans 28 pays différents.

En Bolivie, pendant ce temps, où un régime non élu soutenu par les États-Unis a abandonné le modèle qu’Evo Morales a utilisé pour sortir des millions de personnes de l’extrême pauvreté, les corps continuent de s’accumuler.

Ollie Vargas

Ollie Vargas

Ollie Vargas est un journaliste et écrivain bolivien. Il a contribué à teleSUR, Morning Star et à d’autres médias.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Avec ce reportage qui explique la difference entre Cuba et la Bolivie dans le domaine de la sante, je ne peux qu’etre secoue, irrite, et pousse vers plus desolidarite, et d’esprit d’internationalisme. Comment ne pas denoncer l’empire criminel et ses soutiens, ne pouvant qualifier que de crime contre l’humanite du sort fait a la population bolivienne. J’ai le souvenir lors d’une soiree consacree a la Bolivie dans la commune de Monterotondo, avec un petit film pour aborder la question sociale d’avoir echange avec la representente de l’ambassade. A mes questions 1) avez vous confiance en votre armee et a votre… Lire la suite »

J’ai oublie de signaler dans ma contribution que la commune de Monterotondo est a 20 km de Rome en Italie.