Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Expert biélorusse: Tikhanovskaya a fui pour se soustraire à sa responsabilité

Le journal russe pro-Poutine qui fait ce compte rendu manifeste plus que de la retenue à l’égard de Lukashenko qui déplait autant aux “libéraux” russes qu’aux occidentaux. Mais il note dans un autre article qu’il ne pouvait pas se produire la même chose en Biélorussie qu’à Kiev lors du maidan. Non que les ingérences étrangères n’aient pas eu lieu mais Alexander Lukashenko était prévenu, il était prêt à résister à la pression occidentale, non seulement parce qu’il a autour de lui des gens surs mais parce qu’il bénéficie d’un consensus populaire. Les partis communistes des trois pays “russes” (Russie, Ukraine, et Belaruss) l’ont soutenu et la population est très prévenue contre les interventions venues de l’étranger, contre ce qui s’est passé en Ukraine. Il semble que le modèle des “révolutions de couleur ” soit en train de s’épuiser. L’occident a beaucoup trop usé des “sanctions” et des campagnes de dénonciation de la “tyrannie”. L’opinion publique les suit de moins en moins et les dirigeants se laissent moins facilement émouvoir. (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)
0  11 août 2020, 13:42
Photo: ZUMA / TASS
Texte: Ivan Abakumov

«Les actions de Tikhanovskaya sont suicidaires. Elle a fui pour échapper à la responsabilité du fait que, avec ses collègues, elle a incité les gens à des émeutes », a déclaré l’analyste politique Pyotr Petrovsky au journal VZGLYAD, commentant la fuite de la candidate à la présidentielle biélorusse Svetlana Tikhanovskaya vers la Lituanie.

«Tikhanovskaya a initialement organisé la manifestation de manière à échapper à toute responsabilité. Elle a jeté des gens contre la police, les trompant sur le résultat de telles agressions. En général, toute la campagne électorale de sa part a consisté à harceler été less partisans du président sortant, des employés du ministère de l’Intérieur et des membres des commissions électorales », a déclaré Pyotr Petrovsky, politologue, employé de l’Institut de philosophie de l’Académie nationale des sciences du Bélarus.

«En conséquence, les partisans de Tikhanovskaya, qui forment une minorité agressive, ne veulent pas assumer la responsabilité de ce qui s’est passé. De plus, par leur faute, il y a eu une la première victime », a ajouté l’expert.  

«Il y a trois semaines, j’ai eu une discussion avec un représentant du quartier général de Tikhanovskaya, M. Matskevich. Je lui ai posé une question précise: leur direction est-elle prête à s’engager dans des actions prévues les 9, 10 et 11 août, en assumant la responsabilité de la manifestation? Je n’ai pas reçu de réponse intelligible. Matskevich a commencé à discourir longuement sur une sorte de droit de réunion pacifique, bien qu’il connaisse parfaitement la législation de la république. Compte tenu de cela, même alors, j’ai été assuré que la direction de campagne de Tikhanovskaya miserait sur une prise de pouvoir par la force et une tentative de coup d’État », a déclaré la source.

«Quant aux perspectives futures de la manifestation, je les considère comme insignifiantes. Il s’agit d’un groupe social étroit: ce sont des jeunes avec une situation matérielle au-dessus de la moyenne, à côté desquels il y a des «ultras». Les autres groupes sociaux ne sont pas impliqués dans les manifestations. Eh bien, les actions de Tikhanovskaya sont suicidaires. Elle a fui pour éviter d’être responsable du fait que, avec ses collègues, elle a incité les gens à des émeutes », a conclu Petrovsky. 

Nous rappelons, ce mardi, que la candidate à la présidence de la Biélorussie Svetlana Tikhanovskaya,  commentant les  messages concernant son départ pour la Lituanie, a déclaré qu’elle avait pris cette décision toute seule.

«Je pensais que toute cette campagne m’avait beaucoup durcie et m’avait donné tellement de force que je pouvais tout endurer. Mais, probablement, je suis resté cette femme faible, que j’étais à l’origine », a déclaré Tikhanovskaya dans un message vidéo sur  YouTube .

«Je sais que beaucoup me comprendront, beaucoup me condamneront et beaucoup me haïront. Mais, Dieu nous en préserve, que vous ayez à faire face au choix auquel j’ai été confronté. Par conséquent, vous tous, prenez soin de vous, s’il vous plaît. Aucune vie ne vaut ce qui se passe maintenant. Les enfants sont la chose la plus importante dans notre vie », a admis Tikhanovskaya.

Le Comité national des frontières du Bélarus a également confirmé que Tikhanovskaya était parti pour la Lituanie mardi soir.

“Dans le cadre de nombreuses demandes de renseignements des médias, le Comité national des frontières a donné l’information suivante: Svetlana Tikhanovskaya a été autorisée à se rendre en République de Lituanie au point de contrôle de Kotlovka le 11 août à 15h30”, a déclaré le ministère dans un communiqué, rapporte  TASS .

Auparavant, le ministre des Affaires étrangères de la République baltique, Linas Linkevicius, avait déclaré que Tihanovskaya avait  quitté la  Biélorussie et se trouvait en Lituanie. 

Rappelons que les élections présidentielles ont eu lieu dimanche au Bélarus. Selon la CEC, le président sortant Alexander Lukashenko a  remporté  80,08% des voix, Svetlana Tikhanovskaya a été soutenue par 10,09% de ceux qui sont venus dans les bureaux de vote. Le taux de participation était de 84,17%.

Dans le même temps, Tikhanovskaya a  déclaré qu’elle se considérait comme la gagnante de l’élection pour être chef de la république et a également  déposé une  plainte auprès de la Commission électorale centrale au sujet de violations pendant la campagne électorale.

Après la fermeture des bureaux de vote dans le centre de Minsk  , des  affrontements avec la police anti-émeute ont commencé. Lundi matin, les forces de l’ordre bélarussiennes ont durement  chassé les  manifestants du centre de la capitale biélorusse, utilisant activement des grenades assourdissantes et du gaz poivré. 

Lundi soir , les  manifestations et les détentions de citoyens ont repris à Minsk et dans d’autres villes biélorusses  . Dans la capitale biélorusse, les forces de sécurité ont bloqué des routes, mis en place un cordon de rues et tiré des véhicules spéciaux dans le centre-ville.  Des moyens spéciaux ont été utilisés pour disperser les partisans de l’opposition  . Les manifestants, à leur tour, ont  bombardé  la police anti-émeute avec des cocktails Molotov.  une personne a été tuée.

Le journal VZGLYAD a  rapporté que ce n’était que le début de la confrontation.

https://vz.ru/news/2020/8/11/1054414.html?utm_campaign=vz&utm_medium=referral&utm_source=push

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments