Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

8 août 1938 : début de la construction du camp de concentration de Mauthausen.

Le camp d’Auschwitz lui était l’oeuvre d’IG Farben…

Le 7 août 1938, des prisonniers du camp de concentration de Dachau furent envoyés dans la ville de Mauthausen près de Linz en Autriche pour commencer la construction d’un nouveau camp. Le site fut choisi du fait de la proximité d’une carrière de granite. Bien que le camp soit, dès le départ, contrôlé par l’État allemand, il fut fondé comme une entreprise économique par une société privée.

Le propriétaire de la carrière Wienergraben située à Mauthausen était une société DEST (sigle de Deutsche Erd- und Steinwerke GmbH). La société, une émanation de Office central SS pour l’économie et l’administration dirigé par Oswald Pohl, loua les terrains destinés à la construction du camp et acheta des terres près de Gusen dès le 25 mai 19381.

Un an plus tard, la société ordonna la construction du premier camp à Gusen. Le granite extrait de la carrière avait été utilisé pour paver les rues de Vienne mais les autorités nazies envisageaient la reconstruction des principales villes d’Allemagne en accord avec les idées d’Albert Speer et des autres architectes nazis, et de grandes quantités de granit étaient donc nécessaires. Les fonds pour la construction du camp de Mauthausen furent rassemblés de nombreuses sources dont des prêts de la Dresdner Bank, de l’Escompte Bank basée à Prague, du soi-disant « fonds Reinhardt » issu des biens pris aux prisonniers des camps de concentration et de la Croix-Rouge allemande

Initialement, Mauthausen était uniquement un camp d’internement pour les criminels de droit commun, les prostituées et les autres catégories de « criminels incorrigibles ». Le 8 mai 1939, il fut converti en camp de travail, principalement pour les prisonniers politiques.

La DEST commença à acheter des terres à Gusen en mai 1938 pour établir un double camp de concentration à Mauthausen et à Gusen, toutefois, les travaux de construction ne commencèrent qu’à l’automne 1939. En 1938 et 1939, les prisonniers du camp improvisé de Mauthausen devaient se rendre chaque jour à la carrière de Gusen qui était plus productive que la carrière Wienergraben. À la fin de l’année 1939, le camp de Mauthausen, non fini, était déjà surpeuplé du fait du début de la guerre contre la Pologne en septembre 1939. Le nombre de détenus était passé de 1 080 fin 1938 à plus de 3 000 un an plus tard. C’est à cette époque que la construction d’un nouveau camp « pour les Polonais » commença à environ 4,5 km de Gusen. Le nouveau camp (par la suite nommé Gusen I) devint opérationnel en mai 1940, mais les carrières de Kastenhof et de Gusen à proximité du nouveau camp étaient déjà exploitées par les détenus de Mauthausen depuis 1938/1939.

En mars 1944, le dépôt SS fut converti en un nouveau sous-camp, Gusen II. Jusqu’à la fin de la guerre, le dépôt servit de camp de concentration improvisé. Le camp abrita entre 12 000 et 17 000 prisonniers qui étaient privés des commodités les plus élémentaires. Les détenus de Gusen II ont travaillé à St. Georgen/Gusen à la construction et l’exploitation de l’usine souterraine d’aviation B8 Bergkristall (de.

En décembre 1944, une annexe du camp de Gusen fut ouverte près de Lungitz et nommée Gusen III2. Les détenus de Gusen III ont été principalement utilisés dans une boulangerie pour les détenus et pour le stockage de pièces d’aéronefs nécessaires aux usines d’avions Messerschmitt à Gusen et à St. Georgen (usine souterraine B8 Bergkristall). Le nombre croissant de sous-camps ne permit cependant pas d’accueillir l’afflux de prisonniers, ce qui entraîna une surpopulation des baraquements de tous les sous-camps de Mauthausen-Gusen. De la fin 1940 à 1944, le nombre de prisonniers par lit passa de deux à quatre

La principale fonction du camp continua en parallèle de son rôle économique. Jusqu’en 1942, il fut utilisé pour l’emprisonnement et l’exécution des opposants politiques réels ou imaginaires. Le camp servait les besoins de la machine de guerre allemande et pratiquait également l’extermination par le travail. Si les détenus étaient trop malades ou faibles pour travailler, ils étaient transférés dans le revier (Krankenrevier, dispensaire) ou dans les autres lieux d’extermination. De 1938 à 1941, le camp ne possédait pas de chambre à gaz mais, à partir du printemps 1940, les prisonniers malades étaient transférés et gazés au château de Hartheim qui se trouvait à 40 km du camp. Ils y étaient exécutés par injection létale et incinérés dans le crématoire du camp. On construisit, en octobre 1941, dans une cave, une chambre à gaz dotée d’un système d’aération. Le Zyklon B était livré par la firme Slupetzky à Linz. La dernière opération de gazage eut lieu le 28 avril 1945, et on estime à environ 4 000 le nombre de victimes ainsi exécutées. On utilisa à partir de 1942 un Gaswagen, un camion à gaz dont le pot d’échappement était branché à l’intérieur du véhicule pour asphyxier les occupants, qui faisait la navette entre Mauthausen et Gusen2

Photo : L’« escalier de la mort ». Les prisonniers devaient porter de lourds blocs de granit sur les 186 marches jusqu’au sommet de la carrière.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments