Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’économie européenne s’effondre alors que l’UE renfloue les super-riches

Alors que Macron continue son numéro d’ingérence sans moyen de résoudre les problèmes du Liban, il contribue à accélérer la “libanisation” de l’UE (note et traduction de Danielle Bleitrach).

06/08/2020

Par Anthony Torres et Alex Lantier
3 août 2020

Les chiffres économiques d’Eurostat pour le deuxième trimestre de 2020 montrent que l’Europe a connu son effondrement économique le plus profond et le plus soudain de l’histoire.

Déjà avant la pandémie de COVID-19, l’Europe sombrait dans la récession. Au quatrième trimestre de 2019, l’Allemagne stagnait, tandis que la France (-0,1%) et l’Italie (-0,4%) étaient en baisse. L’effondrement de la confiance des entreprises en raison de la pandémie et les effets des mesures de verrouillage ont maintenant déclenché une désintégration économique sans précédent.

Les travailleurs, les indépendants et les petites entreprises connaissent un effondrement historique du niveau de vie. Eurostat a indiqué le 31 juillet que le produit intérieur brut (PIB) avait baissé de 12,1% dans la zone euro et de 11,9% dans l’Union européenne (UE). Au premier trimestre, la contraction était respectivement de 3,6% et 3,2%. En Allemagne, première puissance économique d’Europe, le PIB a chuté de 10,1%; la contraction d’avril à juillet a été de 10,7% en Autriche et de 12,2% en Belgique.

L’Italie, qui a été durement touchée par la pandémie, a vu son économie chuter de 12,4%. Jack Allen-Reynolds de Capital Economics a déclaré: «Le PIB italien est en fait tombé à son niveau le plus bas depuis le début des années 90». Ailleurs, l’effondrement était encore plus raide. La France, le Portugal et l’Espagne ont enregistré des baisses de 13,8, 14,1 et 18,5%, respectivement. Selon les projections actuellement disponibles, l’économie britannique s’est probablement contractée d’environ 15% au deuxième trimestre.

Si l’activité économique européenne reste à des niveaux similaires pour le reste de 2020, l’Europe connaîtra un krach économique plus grave que n’importe quelle année de la Grande Dépression des années 1930.

Les grandes entreprises européennes ont subi des pertes record dans pratiquement toutes les branches de l’industrie et dépendent désormais de plans de sauvetage de plusieurs milliards d’euros financés par l’État. Parmi les principaux constructeurs automobiles européens, Volkswagen a déclaré avoir perdu 1,4 milliard d’euros alors que ses revenus se sont effondrés de 23%, tandis que l’alliance Renault-Nissan a subi une perte dévastatrice de 7,3 milliards d’euros. La société aérospatiale européenne Airbus a enregistré une perte nette de 1,9 milliard d’euros.

Les grandes sociétés pétrolières européennes ont été dévastées par l’effondrement des prix du pétrole provoqué par l’arrêt des voyages et de l’activité industrielle pendant les lock-down. Total et Royal Dutch Shell ont enregistré des pertes nettes de 7 milliards d’euros et 18,1 milliards de dollars respectivement. Les bénéfices nets du conglomérat de luxe français Hermès se sont effondrés de 55% au premier semestre.

Les grandes compagnies aériennes sont également confrontées à une catastrophe. Air France-KLM a publié jeudi son rapport sur les bénéfices, faisant état d’un effondrement de 83% de ses revenus globaux. Lufthansa, pour sa part, avait déjà fait état d’une perte de 2,1 milliards d’euros au premier trimestre. Le groupe IAG, qui détient British Airways, ainsi qu’Aer Lingus et Iberia, a enregistré une perte nette de 4,2 milliards d’euros au premier semestre.

Des millions de travailleurs n’ont plus été employés pendant la pandémie et les entreprises se sont massivement appuyées sur le financement de l’État pour payer leurs salaires à temps partiel. Le mois dernier, 9,3 millions de travailleurs dépendaient de ces programmes en Grande-Bretagne, 4,5 millions en France (contre 8,8 millions en avril), 6,9 millions en Allemagne et 3,7 millions en Espagne. L’Italie, pour sa part, consacre environ 5 milliards d’euros par mois à de telles formules de travail à temps partiel.

Une confrontation de classe explosive se prépare entre la classe ouvrière et l’aristocratie financière en Europe et dans le monde. Ayant préconisé une politique criminelle d’«immunité des masses» sur le COVID-19, appelant à mettre fin aux verrouillages et à laisser les travailleurs attraper le virus mortel pour tenter d’acquérir l’immunité, l’élite dirigeante procède maintenant avec autant de mépris pour les emplois des travailleurs que pour leur santé et leur vie. Tout en saisissant des milliards d’euros de fonds publics pour les banques et les entreprises, ils s’emploient à réduire les salaires et les emplois.

Alors que la Banque centrale européenne (BCE) a accepté un plan de sauvetage de 1,25 billion d’euros des banques européennes, l’UE a accepté un plan de sauvetage de 750 milliards d’euros pour les États et les entreprises européens. Ces énormes sommes d’argent public sont engloutis dans les actions et les marchés financiers pour renflouer les super-riches. Cependant, les autorités étatiques et les bureaucraties syndicales n’exigent pas que les investisseurs milliardaires et les grandes entreprises qui reçoivent ces sommes massives d’aides d’État donnent des garanties qu’ils ne licencieront pas les travailleurs ou ne réduiront pas leur salaire.

Au lieu de cela, des dizaines d’entreprises renflouées annoncent des licenciements massifs, tandis que les gouvernements à travers l’Europe et le monde entier s’emploient à réduire les dépenses sociales et le niveau de vie. Déjà en Grande-Bretagne, des plans sont entrés en vigueur pour réduire les programmes de congés payés d’ici octobre, et les paiements en Espagne doivent être réduits de 70 à 35 pour cent des salaires des travailleurs d’ici l’automne. Hier, le syndicat IG Metall a annoncé qu’il prévoyait la destruction de 300 000 emplois métallurgiques en Allemagne.

Cet assaut social se déroule avec la complicité des syndicats européens, qui participent activement à l’élaboration de ces politiques avec les représentants de l’État et la direction des entreprises. Les syndicats allemand et français ont en effet signé une déclaration commune saluant le plan de sauvetage de l’UE conçu par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron.

L’élite dirigeante poursuit la politique la plus parasitaire, égoïste et imprudente depuis que l’aristocratie féodale française a refusé de payer des impôts pour résoudre la crise fiscale avant la révolution de 1789.

Ce qui se prépare, c’est une nouvelle éruption internationale de la lutte de classe en dehors du cadre corrompu des syndicats. La situation la plus explosive émerge en Amérique, où les paiements de pension alimentaire pour les travailleurs sont suspendus ce mois-ci, menaçant des dizaines de millions de personnes de faim et d’expulsion. En Europe, la Commission européenne a estimé que le chômage atteindra 9,5% dans la zone euro, les pays du sud de l’Europe étant les plus durement touchés. Ils prévoient que le chômage atteindra plus de 20% en Grèce et en Espagne, 11,8% en Italie et 10,1% en France.

Ces chiffres horribles signifient la perte de millions d’emplois et la faillite de milliers de petites entreprises, afin de renflouer une élite financière corrompue qui pille d’énormes sommes d’argent public. Il faut toutefois ajouter que ces estimations sont probablement trop optimistes. Ils dépendent des employeurs qui acceptent de réembaucher des dizaines de millions de travailleurs actuellement payés par l’État, en raison d’une reprise rapide de la production économique.

Ainsi, l’économiste d’ING Bert Colijn a déclaré au Monde : «Cette récession ne ressemble à aucune autre. On n’a jamais vu de tels chiffres, un effondrement aussi vertigineux lié à la pandémie et au lock-down, qui seront suivis inévitablement par une reprise rapide que nous verrons dans les statistiques du troisième trimestre.

Un tel scénario semble toutefois de plus en plus improbable à long terme. La fin des lock-down a conduit à un effondrement des mesures de distanciation sociale et maintenant une résurgence rapide du virus à travers l’Europe. Le nombre de nouveaux cas quotidiens est passé à 1 000 en France et bientôt en Allemagne, à plus de 600 en Belgique et à 3 000 en Espagne. Ainsi, depuis fin juin, alors que le nombre quotidien de nouveaux cas était au plus bas, juste après le lock-out, ce nombre a été multiplié par deux en France et en Allemagne, sept en Belgique et 10 en Espagne.

Alors que les États de l’UE insistent sur le fait qu’ils n’imposeront pas de nouveaux verrouillages ou n’imposeront que des verrouillages régionaux, une politique qui accélère en fait la propagation de la maladie, leur hésitation peut en fin de compte ne leur laisser d’autre choix que de prendre des mesures drastiques si le virus explose hors de contrôle. Étant donné l’incapacité des gouvernements de l’UE à mettre en place des installations de dépistage et de traçabilité appropriées et à augmenter les dépenses de santé, un tel scénario – entraînant une nouvelle contraction drastique de l’activité économique – est une possibilité croissante.

Déjà, le gouvernement espagnol a réimposé un verrouillage «volontaire» à Barcelone, touchant plus de 4 millions de personnes dans une région d’Espagne économiquement vitale.

Les travailleurs ne peuvent pas arrêter le pillage de la société par l’aristocratie financière par le biais de manifestations à caractère national organisées par les syndicats, qui négocient en même temps l’austérité avec les banques et les gouvernements de l’UE. Alors que la pandémie expose la faillite du système capitaliste, il est essentiel que les travailleurs de toute l’Europe s’engagent dans une lutte politique pour le pouvoir de l’État contre l’UE. Leurs meilleurs alliés sont les travailleurs du monde entier qui luttent contre l’austérité et les ordres réactionnaires de retour au travail.

Les billions d’euros dépensés pour renflouer les riches doivent aller à la lutte contre le COVID-19, en protégeant les salaires des travailleurs et des indépendants, tandis que les grandes entreprises qui dépendent des fonds publics de sauvetage sont nationalisées à travers l’Europe et au-delà, pour être gérées sous le contrôle des travailleurs comme services publics. Ceci est essentiel pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs malgré l’impact horrible de la pandémie COVID-19 et le coup dur qui en résulte pour l’économie.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments