Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Nous en appelons à la solidarité pour ce communiste dont les droits sont violés en prison

Le leader des communistes de Transdnistrie O.O. Khorzhan, qui a été jeté en prison pour des accusations fictives, a publié une lettre ouverte concernant des violations systématiques de la législation actuelle et de ses droits constitutionnels. Nous publions le texte de l’appel. Marianne et moi nous sentons particulièrement concernées par cet appel et l’injustice subie par ce dirigeant communiste. En effet lors de notre séjour en Crimée, à Odessa et en Moldavie et Transnistrie nous avions été reçues par O.O Khorzhan qui nous avait accueillies fraternellement ravi de rencontrer des communistes françaises et de leur expliquer les combats de son parti. Il faut donc publier et diffuser au maximum cette lettre (note et traduction de Danielle Bleitrach).

À la mission de l’OSCE en République de Moldova,

aux organisations internationales des droits de l’homme,

aux médias

Copie : Ministre de la Justice du PMR Tumba A.I.

LETTRE OUVERTE

Je dois porter à votre attention que la direction du Ministère de la Justice de Transnistrie en la personne du chef du département d’Ishchenko V.S. et l’administration de l’UIN-1 en la personne de V.S. Loyanich enfreignent les normes de la legislation du pays, du droit international, restreignant et violant mes droits constitutionnels, ainsi que les conditions de détention. À savoir :

1. La Constitution et la législation du PMR, le droit international garantit aux citoyens, y compris les condamnés politiques, le droit à la liberté de conscience, les opinions politiques et les croyances.

Cependant, le chef de l’UIN-1 Loyanich V. C., se référant à la direction directe du chef du département du GSIN du PMR Ishchenko V. C., a demandé que je cesse toute activité politique, abandonnant mes opinions politiques et mes croyances politiques. Sinon, il a promis de me rendre la vie impossible “, ce qui a entraîné cette lettre ouverte.

2. Depuis 2019 juillet (12 mois), mon avocat A.S. Grigorash n’a pas reçu de laissez-passer à l’UIN-1, ce qui enfreint mon droit à l’aide juridique. L’avocate A.S. Grigorash a tous les documents nécessaires ; elle a défendu mes droits et mes intérêts pendant l’enquête, devant le tribunal. Elle m’a rendu visite plusieurs fois en prison no 1, ainsi que jusqu’au 2019 juillet à UIN-1. Ni l’enquête ni la Cour suprême, ni Loyanich et Ishchenko eux-mêmes n’avaient aucune revendication concernant les documents de l’avocat A.S. Grigorash Je ne sais plus quoi faire.

3. La Constitution et la législation du PMR, les règles du droit international garantissent aux citoyens, y compris aux prisonniers politiques, des soins médicaux adéquats. Mais V.S. Loyanich, le chef de l’UIN-1, et le chef du GSIN du PMR V.S. Ishchenko, ne sont pas pressés d’accomplir les devoirs qui leur sont imposés par la loi.

Suite à leurs ′′ actions professionnelles ′′ en juillet 2019, les médecins de GSIN MU PMR m’ont trouvé un certain nombre de maladies graves. On m’a prescrit un traitement, mais jusqu’au 2019 décembre, je n’ai pas reçu ce traitement. Et seulement après que la situation soit devenue critique, j’ai commencé à recevoir des soins médicaux partiels. Je n’obtiens pas les soins médicaux qualifiés nécessaires jusqu’à maintenant.

4. La Constitution et la législation du PMR, les règles du droit international obligent les citoyens et, surtout, les fonctionnaires à agir dans le cadre de la loi. Mais malheureusement, les fonctionnaires de Loyanich et Ishchenko agissent différemment. La ” vie amusante ” qu’ils m’ont promise se manifeste clairement :

– m’amenant illégalement à un traitement disciplinaire ;

– en privation illégale de contact ;

– en limitation illégale de la correspondance ;

– interdiction illégale de recevoir des médias d’opposition ;

– dans le déni illégal du droit aux conversations téléphoniques (chapitre 20 du PVR) ;

– en refus illégal de délivrer des documents notariés.

En outre, les conditions de logement et de ménage de ma détention à UIN-1 ont été définis par des fonctionnaires de Loyanich et Ishchenko dans la dépendance directe de ma décision de cesser les activités politiques et des droits de l’homme. On m’a dit directement : ” Si vous voulez vivre dans des conditions humaines, arrêtez de vous engager dans la politique “.

5. La Constitution et la législation de la PMR, le droit international garantit aux citoyens, y compris les condamnés politiques, le droit à leur protection, la protection de leurs droits et intérêts légitimes. Cependant, V.S. Loyanich, le chef de l’UIN-1, et le chef du GSIN du PMR V.S. Ishchenko, estiment que leurs décisions peuvent être arbitraires et ne peuvent être contestées.

Malgré mes déclarations écrites répétées et mes exigences, je ne reçois pas de copies des ordres disciplinaires, des copies des réponses à mes lettres, des plaintes, des déclarations. Même après que j’ai accepté de payer pour faire des copies de ces documents. Beaucoup de mes protestations, mes plaintes sont laissées sans réponse, et je ne reçois pas de réponse écrite.

Par conséquent, je ne peux pas faire appel, y compris devant le tribunal, des actions illégales des fonctionnaires de GSIN MU PMR, comme je n’en ai pas, je le souligne – pas une seule copie des documents et réponses écrites des fonctionnaires de GSIN MU PMR, et autres autorités du PMR.

Tout ce qui précède, je le considère comme une pression illégale grossière sur moi pour parvenir à la solution politique qu’ils veulent.

Cependant, le 1 juin 2020 Chef de GSIN MU PMR V.S. Ishchenko et chef de UIN-1 V.S. Loyanich a fabriqué un ordre illégal pour m’amener à la responsabilité disciplinaire pendant 15 jours et m’a placé dans le SHIZO UIN – 1, malgré le fait que mon état de santé s’était constamment détérioré, et que j’ai reçu un certificat d’alitement par les médecins.

Tout ce temps, en violation de p. 4 ème siècle. 1 PMR et p. 195 PVR, j’ai été arrêté dans des conditions qui enfreignent les normes et les exigences sanitaires et hygiéniques. On ne m’a pas donné l’occasion de me laver (19 jours), de me couper les cheveux, de laver mon linge, de changer, d’entretenir les vêtements en bon état.

Suite à l’ordre des autorités transnistriennes, V.S. Ishchenko et V.S. Loyanich le 26 juin 2020, afin de m’empêcher de passer sous l’amnistie, m’a déclaré illégalement un mauvais détenu non respectueux du régime de détention avec toutes les conséquences.

Tous mes appels au Bureau du Procureur du PMR ont été laissés sans réponse.

En conséquence, je ne vois aucune autre façon que d’annoncer une grève de la faim jusqu’à ce que l’administration de l’UIN-1 en la personne de V.S. Loyanich et GSIN du PMR V.S. Ishchenko n’arrêtera pas de violer mes droits constitutionnels, et ne commenceront pas non plus à observer et à respecter et et à respecter la législation actuelle de la PMR et du droit international.

Le chef de l’opposition pridnestrovienne,

Adjoint du Conseil suprême des convocations PMR 5-6,

condamné politique O.O. Khorzhan.  

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments