Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis atteignent quatre millions de cas de COVID-19, Trump blâme tout le monde et Nancy Pelosi parle du “virus Trump”

Il n’y a pas qu’au plan international ou la gouvernance des Etats-Unis délire et cherche des responsabilités à ses propres fautes, au plan interne on assiste à la même manière de se défausser et ne voir de salut que dans le profit et la répression. Que nos médias suivent la propagande de pareil délirant prouve là où ils en sont (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Trump désigne les autres alors que la réalité lui tombe dessus. Photo: EFE.

Le président Donald Trump s’est accordé le pardon. Si le virus a largement rebondi aux États-Unis, le blâme peut retomber sur n’importe qui sauf sur lui. Même si Trump continue de se battre la poitrine parce que l’indice Dow Jones bat des records, les chiffres sur l’impact du COVID-19 continuent de devenir incontrôlables.

Les États-Unis, le même pays que Wall Street, ont dépassé jeudi les quatre millions de personnes infectées. Le nombre de cas positifs par jour s’élève à 66 000 et augmente dans 39 États.

La Californie et ses stars connaissent une rechute spectaculaire. Après avoir mené la capacité de confinement, l’Etat souffre maintenant d’une augmentation qui l’a conduit à supplanter New York comme l’État le plus infecté.

Les experts en santé publique avertissent que le nombre actuel d’infections est supérieur à ce qui a été enregistré. Il pourrait être treize fois plus élevé dans certaines régions. Le Dr Deborah Birx, coordinatrice de l’équipe de la Maison Blanche, a déclaré jeudi qu’il y avait onze villes – dont Miami, La Nouvelle-Orléans, Las Vegas ou Indianapolis – qui ne sont pas recensées et enregistrent de nombreux cas. «Lorsque vous constatez ces augmentations, il est temps de commencer à intervenir», a-t-elle souligné.

Il y a aussi une augmentation des hospitalisations. Les centres sont au bord de la capacité. À l’heure actuelle, selon le décompte du Covid Tracking Project, 59 628 personnes sont hospitalisées, près de 59 940 au sommet d’avril.

Pire encore, le bilan des morts a redémarré. Il était passé du sommet de 2 300 morts il y a trois mois à 470 au début juillet. Cela a servi d’argument à Trump, qui a minimisé le rebond précisément parce que les aspects positifs étaient bénins.

Ce mercredi, pour la deuxième journée consécutive, la barre des plus de 1 000 décès en 24 heures a été dépassée, un cap qui n’a pas été dépassé depuis mai. Au total, il y a déjà plus de 144 000 morts. Les États-Unis, qu’aucun pays au monde ne dépasse, ont atteint le premier million de patients le 28 avril. Dès le premier cas, il lui a fallu plus de trois mois pour battre ce record. En 43 jours, il a atteint le niveau de deux millions (le 10 juin). Les trois millions ont pris 27 jours et les quatre, seulement 16, chiffres qui démontrent la capacité de se propager.

Tout cela démantèle l’hypothèse du président selon laquelle l’augmentation était due à l’expansion des tests. Ses propres conseillers scientifiques, comme l’épidémiologiste Anthony Fauci, ont ajouté à de nombreuses reprises que cela n’était pas le problème.

En fait, et bien que Trump se vante d’être le pays avec le plus de tests, les laboratoires de tout le pays sont confrontés à des retards dans la réalisation de ces tests. Cela laisse les patients anxieux et les médecins inquiets, qui doivent attendre des jours voire des semaines pour connaître les résultats, en grande partie en raison d’un manque de matériel.

Le président est revenu aux conférences de presse pour tenter d’enfiler un gilet de sauvetage. Dans l’une d’entre elles, ils lui ont demandé s’il insistait sur les problèmes de sécurité dans certaines villes, pour lesquelles il envoie des agents fédéraux, afin de couvrir son échec avec le virus. “Je pense que nous avons fait des choses magnifiques, ce que l’on peut voir si l’on compare nos statistiques avec celles d’autres pays”, a-t-il répondu. Donc, s’il y a eu un rebond, ce n’est pas à cause de leur empressement à rouvrir l’économie.

L’augmentation a été attribuée aux rassemblements festifs, ainsi qu’aux «jeunes dans les bars et autres endroits, comme les plages», a-t-il dit. Il a trouvé un autre facteur dans les 3 200 kilomètres de frontière commune avec le Mexique, bien que son exercice rhétorique soit incompréhensible. Il a en effet identifié le pays voisin comme responsable de plus de cas aux États-Unis, tout en ajoutant que le mur en construction fonctionne très bien comme moyen de dissuasion.

Là où il a le plus mis l’accent, c’est sur un élément qui fait partie de sa campagne à savoir la loi et l’ordre, en opposition aux manifestations antiracistes du mouvement Black Lives Matter après la mort de George Floyd. «Un grand nombre de cas – de COVID-19 – ont commencé parmi les jeunes après les manifestations.» Il n’a apporté aucune preuve. La ville de New York, où il y avait des marches massives, mais qui maintient les bars et les restaurants fermés – seulement des terrasses – a l’un des plus faibles nombres de points positifs.

Le président parle du «virus chinois». La dirigeante démocrate Nancy Pelosi l’appelle «le virus Trump». Pelosi l’a accusé hier que s’il avait agi il y a des mois ou avait défendu le masque plus tôt, “plus de gens l’auraient suivi et auraient pu sauver des vies”.

(Tiré de La Vanguardia )

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments