Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La montée des tensions suscite davantage de spéculations sur les affrontements sino-américains

L’idée que ne cessent d’affirmer les Chinois est que pour faire la guerre, il faut être deux ce qui existait du temps de la guerre froide alors que la Chine refuse de se sentir en guerre et d’entraîner le monde en deux camps. Elle considère que la mondialisation est telle qu’un tel choix ne peut se renouveler quelles qu’en soient les provocations d’un empire sur le déclin et qui n’arrive plus à faire face à ses problèmes internes (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Chen Qingqing et Cao Siqi Source: Global Times Publié: 2020/7/20 0:03:40


Chine États-Unis

 Alors que les relations sino-américaines continuent de s’effriter au milieu d’une escalade des tensions sur une série de sujets tels que Hong Kong, la mer de Chine méridionale, Huawei et le Xinjiang, des spéculations sur l’éventualité d’une guerre chaude entre les deux grandes puissances se multiplient. Considérer la Chine comme un rival de la guerre froide et une rhétorique anti-chinoise extrême et excitante sont des tactiques de certains faucons politiques américains visant à manipuler l’opinion publique et à rechercher le résultat des élections, ont déclaré certains observateurs chinois. 

Dans sa dernière interview téléphonique, le secrétaire américain à la Défense, Mark T. Esper, a déclaré que sa priorité absolue depuis qu’il est devenu secrétaire était de mettre en œuvre la stratégie de défense nationale, et la Chine est un problème majeur pour les États-Unis, selon un communiqué officiel publié sur le site Web des États-Unis. Département de la Défense. 

. “Nous sommes dans une ère de concurrence entre grandes puissances … et cela signifie que nos principaux concurrents stratégiques sont la Chine, puis la Russie”, a déclaré Esper, notant que la Chine devient un problème plus important car elle a la population et le pouvoir économique pour nuire aux États-Unis . 

Le responsable américain a également décrit le Parti communiste chinois (PCC), et non une Chine montante elle-même, comme une préoccupation pour les politiciens américains, affirmant qu’il constituait un défi et une menace à long terme pour le monde occidental. 

Les deux pays, engagés pour la première fois dans des différends commerciaux il y a deux ans, connaissent désormais des confrontations croissantes sur davantage d’aspects, notamment la haute technologie, la diplomatie, les relations interpersonnelles et l’idéologie. 

Quand les deux parties se demandent si les deux pays se rapprochent d’une nouvelle guerre froide, ou même d’un découplage complet, une telle réflexion est dangereuse et rend le monde nerveux, car bien des pays ne peuvent pas facilement choisir un camp entre deux blocs de puissance différents en un monde hautement intégré, comme ils avaient été contraints de faire pendant la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique, selon certains observateurs chinois. 

Les résidents de Hong Kong tiennent des bannières contre l’ingérence américaine et étrangère dans les affaires intérieures de la Chine devant le consulat général des États-Unis à Hong Kong le 2 juillet.

Un record historique

Face à des attaques verbales constantes, à des campagnes de diffamation imprudentes et même à des rumeurs sur divers sujets concernant la Chine, de la part de certains hauts responsables politiques américains et des principaux médias américains, les responsables chinois et les observateurs ont convenu que les relations sino-américaines sont à leur plus bas niveau . Le conseiller d’État chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a critiqué la politique américaine intitulée l’Amérique d’abord, poussant l’égoïsme, l’unilatéralisme, l’intimidation à l’extrême, en disant que ce n’est pas la façon dont une grande puissance est censée se comporter, lors d’une conversation téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov vendredi. . 

Les États-Unis ont perdu l’esprit, le fondement moral et la crédibilité alors qu’ils transfèrent constamment la responsabilité sur les autres, lancent des campagnes de dénigrement au milieu de l’épidémie de coronavirus et incitent à des problèmes menant à des confrontations dans les relations internationales, a déclaré Wang dans un communiqué publié samedi sur le site Web du ministère. . 

La possible interdiction envisagée par la Maison Blanche concernant membres du PCC et à leurs familles de voyager aux États – Unis est considérée comme une décision paranoïaque et maccarthyste motivée par un parti pris idéologique, qui rappelle au public la confrontation idéologique qui a divisé le monde à l’époque de la guerre froide. 

Un nombre croissant d’opinions négatives chez certains politiciens à l’égard de la Chine, qui sont essentiellement exprimées comme des préoccupations de sécurité face à la Chine, constituent en fait une grave régression dans sa mentalité, a déclaré Martin Jacques, chercheur principal au Département de politique et d’études internationales de l’Université de Cambridge. au Global Times vendredi. 

“Cela me rappelle beaucoup la guerre froide. En fait, un tel mode de pensée est celui de la guerre froide: la Chine est l’ennemi maléfique et elle doit être rejetée”, a déclaré Jacques, notant qu’ils ont réduit la Chine à un régime communiste, mais l’ensemble de l’histoire chinoise se perd dans le processus, ils n’ont donc aucune compréhension de la Chine. 

Pourtant, un tel préjugé politique et idéologique ne représente pas la vision occidentale globale de la Chine, en particulier lorsque la Maison Blanche est maintenant remplie de faucons américains anti-chinois tels que le secrétaire d’État Mike Pompeo, qui est connu du public chinois pour son implacable et des attaques honteuses sur des sujets allant de la mer de Chine méridionale au Xinjiang et à Hong Kong. 

“La dure rhétorique anti-Chine de certains politiciens américains, qui tentent de déclencher une nouvelle guerre froide, ne sera pas acceptée par le reste du monde … et le monde ne reviendra pas à l’ancien temps”, a dit Li Haidong, professeur à l’Institut des relations internationales de l’Université des affaires étrangères de Chine,

De plus, les inégalités sociales et les divergences qui y sont liées se sont aggravées aux États-Unis en raison de leur réponse complètement chaotique à l’épidémie de coronavirus, et une telle Amérique en déclin devient trop fragile pour déclencher une nouvelle guerre froide contre d’autres pays, ce qui est tout simplement irréaliste, note le professeur. “Mais certains politiciens, en particulier ceux du GOP confrontés à des élections, sont allés trop loin dans ce jeu, car ils ne renonceront pas à détourner l’opinion publique pour les prochaines élections”, a-t-il déclaré. 

Une nouvelle guerre froide est “ improbable ”

 “Ces principaux ministères du gouvernement américain qui expriment conjointement leurs opinions montrent que les États-Unis traitent la Chine comme leur principal adversaire et lancent une stratégie de confinement complète contre elle, les signes devenant de plus en plus évidents, les tactiques devenant de plus en plus diverses et la force de l”argument de plus en plus pressante “, a déclaré dimanche au Global Times Xin Qiang, directeur adjoint du Center for American Studies de l’Université Fudan à Shanghai. 

Cependant, Xin estime qu’une nouvelle guerre froide n’éclatera pas entre la Chine et les États-Unis parce que la Chine n’a jamais eu l’intention de défier ou de remplacer les États-Unis, et n’a pas l’intention d’affronter les États-Unis de manière globale.

Récemment, certains médias occidentaux se sont consacrés à faire monter la concurrence sino-américaine, suggérant qu’une nouvelle guerre froide entre les deux puissances se profile, et même une guerre chaude est possible car les États-Unis ont défié la Chine à plusieurs reprises. . 

“De telles analogies sont trompeuses”, a déclaré Xin, notant que la guerre froide faisait référence à la rivalité féroce entre les États-Unis et l’Union soviétique et que la participation alors était réciproque.

Contrairement aux États-Unis, la Chine n’a jamais voulu une répétition de la guerre froide et a toujours fait preuve de retenue dans son attitude et de prudence dans sa stratégie. Pendant ce temps, pendant la guerre froide, les deux camps s’étaient formés et étaient opposés l’un à l’autre. La situation est différente du contexte mondial actuel, a souligné Xin. 

«Certaines personnes aux États-Unis sont encore immergées dans les souvenirs de la guerre froide et cherchent à la gagner à nouveau. Cependant, elles ne se rendent pas compte que leurs fantasmes ne tromperont pas les gens dans le monde et que la marée de la mondialisation ne leur permettra pas pour repousser l’humanité dans l’ère de la guerre froide “, a dit Xin.  

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Les USA ont fermé l’ambassade de Chine à Houston. Nos médias donnent tout de suite la voix à la Maison Blanche: “pour protéger la propriété intellectuelle”.
Ce qui est étonnant, c’est que nos journalistes ne donnent pas la vraie raison qui est en lien avec la mise en quarantaine et les tests covid19 sur les diplomates américains de retour en Chine à Wuhan, après avoir quitté la ville: https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-usa-diplomats-excl-idUSKBN2426K7
Cet exemple, parmi d’autres, illustre comment les fake news sont créés sur la Chine…