Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le chef de l’OMS distingue quatre scénarios de développement de l’épidémie de coronavirus dans différents pays du monde

Ce que je n’arrive pas à comprendre une fois de plus dans la déclaration de Macron c’est pourquoi on doit attendre quinze jours pour appliquer les mesures de protection. Il voudrait introduire la confusion qu’il ne s’y prendrait pas autrement. C’est d’ailleurs chez lui une “méthode” que dire tout et son contraire pour mieux “garder le cap” sur ce qui apparaît de plus en plus contradictoire avec l’intérêt réel des Français. Notez que la déclaration du dirigeant de l’OMS ne dit pas que le système des pays qui savent mobiliser leur peuple et pas par la coercition (parce que là l’Inde est champion) est socialiste, parce que là il y a confiance, dialogue, éducation civique (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Publié:14 juil.2020 00:10 GMT

Bien que “il n’y aura pas de retour à l’ancienne normale dans un avenir prévisible”, l’objectif global est “d’arriver à une situation durable sans fermer complètement nos vies”, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a classé lundi les réponses que les différents pays du monde ont données à la pandémie de Covid-19 en quatre catégories.

Le premier fait référence à “plusieurs pays de la région du Mékong, du Pacifique, des Caraïbes et de l’Afrique”, où les gouvernements “ont réagi rapidement et efficacement aux premiers cas”.

“Les dirigeants de ces pays ont pris le commandement de l’urgence et communiquent efficacement avec la population sur les mesures à prendre. Ils poursuivent une stratégie globale pour rechercher, isoler et traiter les cas, ainsi que pour suivre et mettre en quarantaine les contacts”, a déclaré Ghebreyesus lors d’une conférence de presse en ligne.

Quant à la deuxième catégorie, elle comprend «de nombreux pays d’Europe et d’autres lieux», qui ont réussi à maîtriser la pandémie après l’augmentation du nombre de personnes infectées. Selon le chef de l’OMS, cela a été possible grâce à “une combinaison de leadership solide et d’adhésion des populations aux principales mesures de santé publique”.

En revanche, on peut distinguer deux catégories de pays dont les réponses au virus n’ont pas été efficaces. L’un d’eux est “les pays qui ont franchi le premier pic de l’épidémie, mais assoupli les restrictions [et] sont maintenant aux prises avec de nouveaux pics et l’accélération des cas”. En conséquence, “il peut sembler que […] ils perdent les progrès qu’ils ont réalisés, en ne mettant pas en œuvre ou en ignorant les mesures éprouvées pour réduire le risque [de transmission]”.

L'OMS prévient que dans les Amériques "il faudra du temps" pour contrôler covid-19 et que la transmission dans certaines régions "est hors de contrôle"

L’OMS prévient que dans les Amériques “il faudra du temps” pour contrôler covid-19 et que la transmission dans certaines régions “est hors de contrôle”

Enfin, une quatrième situation est observée dans “les pays qui sont en phase de transmission intense de l’épidémie”. “Nous le constatons dans les Amériques, en Asie du Sud et dans plusieurs pays d’Afrique”, a rapporté Ghebreyesus, qui a indiqué que “l’épicentre du virus continue d’être aux Amériques, où plus de 50% des cas dans le monde ont été signalés” .

S’exprimant sur l’avenir de la pandémie, le directeur de l’OMS a déclaré que l’objectif mondial est désormais de “parvenir à une situation durable dans laquelle nous aurons un contrôle adéquat de ce virus sans fermer complètement nos vies ou sans trembler de prison en prison”.

“Il n’y aura pas de retour à l’ancienne normalité dans un avenir prévisible, mais il y a une feuille de route pour une situation où nous pouvons contrôler la maladie et continuer notre vie”, a répété Ghebreyesus.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments