Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Trump est le pire mais le bilan de Biden de l’Ukraine à l’Amérique latine est terrible…

Présidents du Triangle du Nord Biden

COLOMBIEHONDURASJOE BIDEN C

How Joe Biden’s privatization plans helped doom Latin America and fuel the migration crisis

OU comment l’intervention de Jo Biden en Amérique latine s’est traduite par un véritable désastre. Au cours de sa campagne, Joe Biden s’est vanté de son rôle dans la transformation de la Colombie et de l’Amérique centrale grâce à des programmes économiques et de sécurité ambitieux. Les Colombiens et les Honduriens racontent à The Grayzone les dommages que ses plans ont causés à leurs sociétés. Je connaissais déjà le caractère désastreux de ce qu’il a accompli en Ukraine, Biden plus Clinton c’est la militarisation et le pillage y compris familial en s’appuyant sur les oligarques et les armées. Quand il s’agit de Cuba et du Venezuela n’oubliez jamais que c’est sur fond de cet enfer qu’ils déploient leur résistance. Tout laisse mal augurer de ce que l’on peut espérer des États-Unis dans un avenir immédiat. Il est clair que pour que la paix, la coopération règnent dans le monde nous ne pouvons rien attendre de “l’alternance démocratique” aux USA, ni ailleurs en occident (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Par Max Blumenthal

En campagne pour l’investiture présidentielle du Parti démocrate cette année, l’ancien sénateur et vice-président Joseph Biden a vanté le rôle crucial qu’il a joué dans la conception de campagnes de méga-développement et de guerre contre la drogue aux États-Unis qui ont transformé le paysage socio-politique dans de vastes étendues d’Amérique latine.

“J’étais l’un des architectes de Plan Colombia”, s’est vanté Biden dans une interview accordée à CNN le 5 juillet, faisant référence à l’effort de plusieurs milliards de dollars des États-Unis pour mettre fin à la guerre civile colombienne avec une augmentation massive du soutien à l’armée du pays. Selon Biden, le plan était une panacée pour les problèmes de la Colombie, des «flics tordus» aux conflits civils.

Mais le plan de Biden pour la Colombie a contribué directement à la transformation du pays en un bastion hyper-militarisé de la droite, renforçant le pouvoir et la présence des forces armées notoirement brutales tout en échouant lamentablement dans ses objectifs anti-narcotiques et réformistes.

Rien que cette année, plus de 50 défenseurs des droits humains ont été tués en Colombie au cours des quatre premiers mois de 2019, alors que la production de coca est proche d’un niveau record. Et comme les militants colombiens pour la paix se sont lamentés dans des entretiens avec The Grayzone, les États-Unis contrôlent toujours complètement la politique anti-drogue de Bogotá, en grande partie grâce au Plan Colombia.

Biden a également renforcé son rôle dans une initiative appelée Alliance pour la prospérité, qui a été appliquée au Triangle nord de l’Amérique centrale. L’ancien vice-président était une telle cheville ouvrière dans la genèse du programme qu’il était officieusement connu sous le nom de «Plan Biden».

Commercialisé comme une réponse à la crise de la migration des enfants, l’idée originale de Biden a canalisé 750 millions de dollars par le biais d’un gouvernement de droite installé par un coup d’État militaire orchestré par les États-Unis pour stimuler les projets de méga-développement et privatiser les services sociaux.

La Grayzone s’est rendue au Honduras en juillet et s’est documenté, à travers des entretiens avec des défenseurs des droits humains, des étudiants, des militants autochtones et des citoyens de tous horizons, comment l’Alliance pour la prospérité a aidé à préparer le terrain pour une rébellion nationale.

Ces derniers mois, des enseignants, des médecins, des étudiants et des campesinos ruraux ont manifesté dans les rues pour protester contre les plans de privatisation imposés à leur pays sous la surveillance de Biden et de ses successeurs.

L’éviscération des services de santé publique, les licenciements d’enseignants, les hausses vertigineuses des prix de l’électricité et les projets de méga-développement destructeurs pour l’environnement sont des facteurs essentiels de la migration de masse du Honduras. Et en effet, ce sont des sous-produits immédiats du soi-disant «plan Biden».

«Biden s’attribue le mérite d’avoir fait quelque chose de constructif pour arrêter la crise migratoire et de rejeter la faute sur les camps de concentration [à la frontière américano-mexicaine] sur Trump. Mais ce sont les politiques de Biden qui poussent plus de gens hors de l’Amérique centrale et rendent les défenseurs des droits de l’homme plus précaires en défendant des entités qui ne s’intéressent pas aux droits de l’homme », a expliqué Adrienne Pine, professeure d’anthropologie à l’Université américaine et chercheuse en sciences sociales sur la crise au Honduras, dans une interview avec The Grayzone.

“Donc, il y a 750 millions de dollars de contribuables américains qui auraient été alloués pour lutter contre la migration des enfants ne font qu’aggraver les choses”, a ajouté Pine. «Cela a commencé avec des mineurs non accompagnés et maintenant vous avez des enfants dans des cages. Merci en grande partie à Biden. »

«J’étais l’un des architectes de Plan Colombia»

Dans une interview accordée à CNN le 5 juillet , on a demandé à Biden s’il était favorable à la dépénalisation de l’entrée de migrants latino-américains aux États-Unis. Répondant par un «non» définitif, Joe Biden a déclaré qu’il «ferait monter les gens à la frontière pour prendre ces décisions concrètes» concernant la personne qui reçoit l’asile.

Biden a fait valoir qu’il avait le meilleur dossier pour s’attaquer aux causes profondes de la crise migratoire, rappelant comment il avait imposé une solution à la crise migratoire d’Amérique centrale. “Nous les avons aidé à améliorer leur pays afin que les gens ne partent pas, et nous les aideront à le faire, tout comme nous l’avons fait en Colombie”, a-t-il déclaré.

«Qu’avons-nous fait en Colombie? Nous sommes intervenus et avons dit, d’accord, et j’étais l’un des architectes de Plan Colombia », a poursuivi Biden. «J’ai dit, voici l’affaire. Si vous avez tous ces flics tordus, toutes ces polices fédérales, nous envoyons notre FBI, vous nous laissez faire passer un test de détection de mensonge, laissez-nous vous dire qui vous devez congédier et vous dire le genre de personnes que vous devez embaucher . Ils l’ont fait et ont commencé à changer. Nous pouvons faire tellement de choses si nous nous engageons. »

Avec l’arrogance d’un haut fonctionnaire colonial coiffé d’un casque moite, donnant des instructions sur qui embaucher et licencier ses sujets dociles, Biden a présidé un plan qui a misérablement échoué dans ses objectifs déclarés, tout en transformant la Colombie en un bastion hyper-militarisé de la région américaine. influence.

Plan Colombie: «Ils viennent demander du pain et vous leur donnez des pierres»

Le Plan Colombie a été conçu à l’origine par le président colombien Andrés Pastrana en 1999, comme un plan alternatif de développement et de résolution des conflits pour son pays déchiré par la guerre. Il a envisagé de l’appeler «Plan pour la paix en Colombie».

La proposition a été rapidement détournée par l’administration Bill Clinton, Joe Biden faisant pression au Sénat pour un plan de militarisation tout azimut “Nous avons l’obligation, dans l’intérêt de nos enfants et de l’hémisphère, de maintenir la plus ancienne démocratie en place, de leur donner une chance de se battre pour ne pas devenir un narcostat”, a déclaré Biden dans un discours prononcé en juin 2000.

Lorsque le premier projet officiel de Plan Colombie a été publié, il l’a été en anglais et non en espagnol. L’esprit d’origine de la consolidation de la paix a été complètement sapé du document de Biden, dont les échanges et les échanges vigoureux ont assuré que près de 80% du plan de 7,5 milliards de dollars reviendrait aux militaires colombiens. 500 militaires américains ont été rapidement envoyés à Bogota pour former l’armée du pays.

“Si vous lisez l’original du Plan Colombie, pas celui qui a été écrit à Washington mais l’original du Plan Colombie, il n’y a aucune mention de campagnes militaires contre les rebelles des FARC”, s’est plaint Robert White, l’ancien numéro deux de l’ambassade américaine à Bogota. en 2000 . “Bien au contraire. [Pastrana] dit que les FARC font partie de l’histoire de la Colombie et sont un phénomène historique, dit-il, et qu’ils doivent être traités comme des Colombiens. »

White a déploré le fait que Washington ait abusé de la confiance des Colombiens: «Ils viennent demander du pain et vous leur donnez des pierres.»

Le plan Colombie a été en grande partie mis en œuvre sous la direction du président d’extrême droite Álvaro Uribe. En 1991, Uribe a été inscrit sur la liste de la US Drug Enforcement Agency des « importants narcotrafiquants colombiens », en partie en raison de son rôle en aidant le chef de file de la drogue, Pablo Escobar, à obtenir des licences pour les pistes d’atterrissage, tandis qu’Uribe était le chef du Département colombien de l’aéronautique civile.

Sous la surveillance d’Uribe, des produits chimiques toxiques ont été pulvérisés par les forces militaires à travers la campagne colombienne, empoisonnant les récoltes des agriculteurs pauvres et déplaçant des millions de personnes.

Biden avec l’ancien président colombien Alvaro Uribe au sommet de Concordia en juin 2017

Six ans après que Bill Clinton a lancé le Plan Colombie, cependant, même le tsar américain John Walters a été contraint d’admettre tranquillement dans une lettre au Sénat que le prix de la cocaïne aux États-Unis avait baissé, le flux de la drogue aux États-Unis avait augmenté, et sa pureté avait augmenté.

Pendant ce temps, un rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a révélé que la culture de la coca avait atteint des niveaux record en Colombie en 2018. En d’autres termes, des milliards de dollars ont été gaspillés et une société déjà en ébullition a été dévastée.

Pour les forces militaires et paramilitaires de droite qui ont renforcé le pouvoir de dirigeants comme Uribe et l’actuel président colombien ultra-conservateur, Ivan Duque, Plan Colombia offrait un sentiment d’impunité presque totale.

La dépravation des militaires du pays a été mise en évidence lorsque le soi-disant scandale des «faux positifs» a été dévoilé en 2008. L’incident a commencé lorsque des officiers de l’armée ont attiré 22 travailleurs ruraux dans un endroit éloigné, les ont massacrés, puis les ont habillés. en uniformes de la guérilla des FARC de gauche.

Victimes du scandale des «faux positifs» en Colombie, où des travailleurs ont été massacrés pour justifier le financement du Plan Colombie

Il s’agissait d’une tentative manifeste d’augmenter le nombre de corps des FARC et de justifier l’aide contre-insurrectionnelle provenant des États-Unis dans le cadre du Plan Colombie. Les officiers qui ont supervisé le massacre ont reçu des primes et des promotions.

Les universitaires colombiens Omar Eduardo Rojas Bolaños et Fabián Leonardo Benavides ont démontré dans une étude minutieuse que les meurtres de “faux positifs” reflétaient “une pratique systématique qui implique les commandants des brigades, bataillons et unités tactiques” dans la mort de plus de 10 000 civils. En effet, dans le cadre du Plan Colombie, l’incident était loin d’être une atrocité isolée.

Le militant colombien Santiago Salinas à Bogotá
Le militant colombien Santiago Salinas à Bogotá (Photo: Ben Norton)

Renoncer à la souveraineté nationale de la Colombie

Dans une interview à Bogota en mai, Ben Norton, de la Grayzone, a demandé au dirigeant social colombien Santiago Salinas s’il y avait un espoir de transformation politique progressiste depuis la ratification du Plan Colombie.

Un organisateur du groupe de paix Congreso de los Pueblos , Salinas a haussé les épaules et s’est exclamé: «Je le souhaite». Il a déploré que bon nombre des décisions les plus importantes de la Colombie aient été prises à Washington.

Salinas a cité l’exemple de la politique en matière de drogue. «Il suffit de voir que les décisions en matière de drogue et quoi faire avec les drogues, n’ont rien à voir avec la Colombie.

«Il n’y a pas eu de décision souveraine sur cette question. La Colombie n’a pas droit à la décision », a-t-il poursuivi. C’est Washington qui a écrit le scénario de Bogota. Et le commerce de la drogue est en fait un élément clé du système financier mondial, a souligné Salinas.

Mais Biden ne s’est pas arrêté là. Après 15 ans de misère humaine et de milliards de dollars gaspillés en Colombie, il s’est lancé dans une mission personnelle pour exporter son programme pour animaux de compagnie vers le crime nord-américain et le triangle du Nord ravagé par la corruption.

Biden envisage l’Amérique centrale et vend une privatisation de masse

Lors de sa rencontre de juillet avec CNN, Joe Biden a fait de son plan Colombie une inspiration pour l’Alliance pour la prospérité qu’il a imposée à l’Amérique centrale. Canalisant une fois de plus l’esprit de l’époque coloniale, il s’est vanté d’imposer la politique de Washington aux gouvernements d’El Salvador, du Guatemala et du Honduras.

“Nous conclurons un accord avec vous”, a rappelé Biden aux dirigeants de ces pays. “Vous faites les choses que nous vous disons pour améliorer votre pays afin que les gens ne partent pas, et nous vous aiderons à le faire.”

Biden a annoncé son plan audacieux dans les pages éditoriales du New York Times en janvier 2015. Il l’a appelé «un plan conjoint de réformes économiques et politiques, une alliance pour la prospérité ». Vendue par le vice-président comme panacée à l’aggravation de la crise migratoire, l’Alliance pour la prospérité a été une aubaine pour les institutions financières internationales qui ont promis d’aggraver la misère économique des pauvres de la région.

L’Alliance pour la prospérité “a traité le gouvernement hondurien comme s’il s’agissait d’un vaisseau cristallin et pur dans lequel l’or pourrait être versé et la prospérité couler vers l’extérieur”, a expliqué Dana Frank, professeur d’histoire à l’Université de Californie à Santa Cruz, et l’auteur du livre, The Long Honduran Night .

«En réalité, le Plan enrichirait et renforcerait davantage le pouvoir politique des mêmes élites dont la subversion verte et délibérée de la primauté du droit et la destruction des ressources naturelles et des droits fonciers autochtones et campesinos étaient responsables des conditions désastreuses proposition ostensiblement traitée », a ajouté Frank.

Au Honduras, le gouvernement n’avait ni la capacité ni la volonté de résister au plan de Biden. En effet, le président élu du pays, Juan Manuel Zelaya, avait été destitué en 2009 lors d’un coup d’État orchestré par les États-Unis.

Comme l’a dit Zelaya à The Grayzone’s Anya Parampil , l’administration Obama était furieuse de sa participation à l’ALBA, un programme de développement économique régional proposé par le président du Venezuela, Hugo Chavez, qui offrait une alternative aux formules néolibérales comme le soi-disant «plan Biden».

Après le coup d’État militaire, une administration favorable aux entreprises a été mise en place pour faire avancer les intérêts des institutions financières internationales, et des formateurs américains sont arrivés en ville pour affiner les mécanismes de répression du nouveau régime.

Sous les auspices de l’Initiative de sécurité régionale d’Amérique centrale, le FBI a été envoyé pour superviser la formation de FUSINA, le principal bras opérationnel de l’armée hondurienne et la base de la Police militaire pour l’ordre public (PMOP) qui patrouille les villes comme une force d’occupation. .

Dans un câble d’octobre 2014, l’ambassade des États-Unis à Tegucigalpa a reconnu que le PMOP était déchiré par la corruption et sujette aux abus, et a tenté de se distancier de la tenue, même si elle fonctionnait sous l’égide de FUSINA.

En juin, le PMOP a envahi l’Université autonome du Honduras , attaquant des étudiants protestant contre la privatisation de leur école et en blessant six.

La création par l’ambassade américaine au Honduras d’une unité des forces spéciales connue sous le nom de Tigres a ajouté une couche supplémentaire au muscle répressif. En plus d’ arrêter des militants, les Tigres auraient aidé à s’échapper à un des piliers de la drogue après avoir été arrêté lors d’une enquête américaine.

Alors que la criminalité violente a explosé au Honduras, le chômage a plus que doublé . L’extrême pauvreté a augmenté, tout comme les dépenses de sécurité du gouvernement.

Pour renforcer ses forces armées, le président Juan Orlando Hernández a pris dans les programmes sociaux qui empêchaient une population principalement pauvre de tomber dans le dénuement.

Graphique sur les priorités budgétaires du Honduras par le Center for Economic and Policy Research, 2017

Comme Alex Rubinstein l’a rapporté pour The Grayzone , l’instabilité du Honduras post-coup d’État a été particulièrement sévère pour les Honduriens LGTTBI (lesbiennes, gays, trans, travestis, bisexuels et intersexués). Plus de 300 d’entre eux ont été tués depuis 2009, un pic dramatique de crimes de haine renforcé par la rhétorique homophobe de la confrérie évangélique de droite qui représente l’aile de la société civile du gouvernement ultra-conservateur Hernandez.

Alors que le chaos social enveloppait la société hondurienne , la migration vers la frontière américano-mexicaine a commencé à atteindre des niveaux catastrophiques . Incapables de joindre les deux bouts, certains Honduriens ont envoyé leurs enfants seuls à la frontière, dans l’espoir qu’ils obtiendraient un statut temporaire de protection ou de réfugié.

En 2014, le revers du coup d’État de l’administration Obama avait provoqué une urgence nationale. Des milliers de Honduriens se retrouvaient dans des cages dans des camps de détention gérés par le département américain de la Sécurité intérieure, et beaucoup d’entre eux n’avaient même pas 16 ans.

Cet été-là, Obama est allé au Congrès pour 3,7 milliards de dollars de fonds d’urgence pour accélérer la militarisation des frontières et expulser autant de mineurs d’Amérique centrale non accompagnés que possible.

Biden a profité de l’occasion pour faire fructifier un milliard de dollars supplémentaires , exploitant la crise pour financer un projet néolibéral massif qui considérait le Honduras comme une base d’opportunités financières internationales. Son plan a été rapidement ratifié et la première phase de l’Alliance pour la prospérité a commencé.

D’après l’enquête aseptisée de la BID sur l’Alliance for Prosperity

L’industrie de l’énergie s’attaque aux communautés autochtones et les défenseurs des droits humains

La mise en œuvre de l’Alliance pour la prospérité a été supervisée par la Banque interaméricaine de développement (JID), une institution financière internationale dominée par les États-Unis basée à Washington, DC qui soutient les investissements des entreprises en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Un graphique sur le site Web de la JID décrit les objectifs du plan dans un langage anodin qui dissimule son programme agressivement néolibéral.

Par exemple, la JID a promis de «favoriser [l’intégration] régionale de l’énergie». C’était une référence claire au Plan Pueblo Panama, un plan de développement néolibéral à l’échelle régionale qui a été conçu comme une aubaine pour l’industrie de l’énergie. Dans le cadre de ce plan, la JID collecterait des fonds auprès des contribuables latino-américains pour financer l’expansion des lignes électriques qui achemineraient l’électricité du Mexique jusqu’au Panama.

Le Honduras, avec ses rivières et ses ressources naturelles, a fourni au projet un important centre de production d’énergie. Cependant, pour que l’énergie du pays soit échangée et transmise à d’autres pays, le Fonds monétaire international a mandaté la privatisation de sa compagnie nationale d’électricité.

Depuis la mise en œuvre de cette composante du «Plan Biden», les coûts énergétiques ont commencé à augmenter pour les consommateurs résidentiels honduriens. Dans un pays où le taux de pauvreté est de 66%, la privatisation de l’électricité a transformé la vie de pqui est passée de précaire à pratiquement impossible.

Plutôt que de languir dans l’obscurité pendant de longues heures avec des factures impayées s’accumulant, de nombreux citoyens désespérés ont voyagé vers le nord en direction de la frontière américaine.

Comme prévu, le plan régional d’intégration énergétique de l’Alliance pour la prospérité a provoqué un afflux de sociétés multinationales de l’énergie au Honduras. Les barrages hydroélectriques et les centrales électriques ont commencé à s’élever au milieu des forêts de pins luxuriantes et des rivières sinueuses qui définissent la biosphère hondurienne, poussant de nombreuses communautés autochtones rurales dans une lutte pour la vie ou la mort.

En juillet, The Grayzone s’est rendu à Reitoca, une communauté agricole isolée située au cœur du «secteur sec» hondurien. Les habitants indigènes Lenca de cette ville dépendent de leur rivière locale pour le poisson, les loisirs et, surtout, l’eau pour irriguer les cultures qui leur permettent de gagner leur vie. Mais la ruée sur l’investissement énergétique a amené une entreprise italo-chilienne appelée Progelsa dans la région pour construire un énorme barrage hydroélectrique juste en amont.

Le chef de la communauté de Reitoca, Wilmer Alonso, près de la rivière, menacé par un important projet hydroélectrique (Photo: Ben Norton)

Wilmer Alonso, membre du Conseil indigène Lenca de Reitoca, s’est entretenu avec The Grayzone, tremblant d’émotion en décrivant les conséquences du barrage pour sa communauté.

«Le village tout entier est impliqué dans cette lutte», a déclaré Alonso. «Tout le monde connaît la catastrophe que créerait la construction de cette centrale hydroélectrique.»

Il a expliqué que, comme tant de multinationales étrangères au Honduras, Progelsa emploie une armée de voyous privés pour intimider les manifestants: «L’entreprise privée utilise l’armée et la police pour nous réprimer. Ils nous accusent d’être des intrus, mais ce sont eux qui empiètent sur notre terre. »

Les États-Unis renforcent «les facteurs qui génèrent le plus de violence dans notre société»

L’Alliance pour le progrès a également servi de toile de fond à l’assassinat de la célèbre environnementaliste et organisatrice féministe hondurienne Berta Cáceres.

Le 3 mars 2016, Cáceres a été abattue à son domicile dans une zone rurale du Honduras. Figure dominante dans sa communauté et présente sur la scène internationale, Cáceres avait mené la lutte contre un projet de barrage local supervisé par DESA, une puissante société d’énergie hondurienne soutenue par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et dirigée par un puissant anciens officiers militaires.

Le représentant que DESA a envoyé pour signer son accord avec l’USAID, Sergio Rodríguez, a ensuite été accusé d’avoir organisé le meurtre de Cáceres, aux côtés de responsables militaires et d’anciens employés de l’entreprise.

En mars 2018, la police hondurienne a arrêté le président exécutif du DESA, Roberto David Castillo Mejía, l’accusant de “fournir la logistique et d’autres ressources à l’un des auteurs matériels” de l’assassinat. Castillo était un diplômé de West Point qui travaillait dans le secteur de l’énergie tout en étant officier du renseignement hondurien.

En juillet, The Grayzone a rendu visite à la famille de Berta Cáceres à La Esperanza, une ville nichée dans les montagnes verdoyantes d’Intibucá. La mère de Cáceres, Doña Berta, y vit sous la garde de la police 24 heures sur 24 payée par des groupes de défense des droits humains.

La maison Cáceres est hérissée de caméras de sécurité et les membres de la famille se déplacent dans des voitures blindées. Dans son salon, nous avons rencontré Laura Zúñiga Cáceres du Conseil civique des organisations indigènes et populaires du Honduras (COPINH), le groupe de défense des droits de l’homme que sa mère Berta a fondé.

Laura Zuniga Caceres de COPINH dans la maison où Berta Caceres a été élevée (Photo: Ben Norton)

“La violence au Honduras génère des caravanes de migrants, qui déchirent la société, et tout cela a à voir avec tout cet extractivisme, cette violence”, a déclaré Zúñiga Caceres à The Grayzone. «Et la réponse du gouvernement américain est d’envoyer plus de soldats sur notre terre; c’est renforcer l’un des facteurs qui génère le plus de violence dans notre société. »

“Nous recevons des informations de nos camarades selon lesquelles il existe une présence militaire américaine sur le territoire indigène de Lenca”, a-t-elle ajouté. “Pour quoi? Aide humanitaire? Avec des armes. C’est de la violence. C’est de la persécution. “

Éviscérer les soins de santé publics, augmenter la migration

L’Alliance pour la prospérité a également commandé la privatisation des services de santé par le biais d’un programme trompeusement appelé la loi-cadre sur la protection sociale, ou la Ley Marco de Protección Social.

Promu par le président hondurien Juan Orlando Hernández comme une réforme nécessaire, le programme a été avancé à travers un épisode classique de la doctrine du choc: en 2015, des associés proches de Hernández ont siphonné quelque 300 millions de dollars de l’Institut hondurien des services sociaux (IHSS) dans des entreprises privées, affamer les hôpitaux de fournitures et causer plusieurs milliers de décès en excès, principalement parmi les pauvres.

Le secteur médical étant en ruine, les Honduriens ont ensuite été contraints de demander des soins de santé aux entreprises privées qui devaient fournir des services dans le cadre du plan de «protection sociale» de Hernandez.

«L’argent volé [dans le scandale de l’IHSS] a été utilisé pour justifier le Ley Marco Proteccion Social», a déclaré à The Grayzone Karen Spring, chercheuse et coordinatrice du Honduras Solidarity Network. “Les hôpitaux ont été laissés dans des conditions horribles sans capital humain et ils ont été laissés à la ferme dans des hôpitaux privés.”

“Lorsque les Honduriens vont à l’hôpital, on leur dira qu’ils doivent aller dans une entreprise privée, et grâce aux retenues sur leur emploi, ils devront payer beaucoup de leur poche”, a déclaré Spring. «Grâce à l’ancien système universel, vous seriez couvert, peu importe ce que vous aviez, du bras cassé au cancer. Pas plus.”

En réponse, les Honduriens se sont précipités dans les rues, lançant la Marche des flambeaux – la première grande vague de protestations continues contre Hernandez et son administration corrompue.

En mars 2015, au milieu de la crise, Joe Biden s’est précipité à Guatemala City pour embrasser Hernández et rétablir la confiance dans l’Alliance pour la prospérité.

«Je viens d’un État qui, en fait, est le capital social de l’Amérique. Plus de sociétés y ont leur siège social que partout ailleurs », s’est vanté Biden , avec Hernández et les présidents du Guatemala et du Salvador à ses côtés. «Ils veulent venir ici. Les entreprises américaines veulent venir. »

Joseph Biden embrasse Juan Orlando Hernandez à Guatemala City, février 2016

Soulignant la nécessité de prendre davantage de mesures de lutte contre la corruption et de sécurité pour attirer les investissements financiers internationaux, Biden a désigné Plan Colombie comme un modèle brillant – et pour lui-même en tant qu’architecte. “Aujourd’hui, la Colombie est une nation transformée, tout comme vous espérez être dans 10 à 15 ans”, a proclamé le vice-président.

Après la visite de Biden, la privatisation de l’économie hondurienne s’est poursuivie à un rythme soutenu – tout comme la corruption, la répression et le soutien indéfectible de Washington.

Les Honduriens descendent dans les rues et se retrouvent dans des prisons de style super américain

En 2017, le mouvement au Honduras qui s’était galvanisé contre le coup d’État de 2009 orchestré par les États-Unis a vu son opportunité la plus immédiate de transformation politique dans les urnes. Le président Hernández était candidat à sa réélection, violant une disposition constitutionnelle sur la durée des mandats. Son adversaire, Salvador Nasrallah, était une personnalité de la radiodiffusion populaire qui a fourni un choix consensuel centriste pour les divers éléments qui s’opposaient au régime du coup d’État du pays.

Lorsque le vote s’est terminé le 26 novembre, la victoire de Nasrallah semblait certaine, les sondages de sortie le montrant confortablement en avance de plusieurs points. Mais soudain, le gouvernement a annoncé qu’une panne de courant nécessitait la suspension du dépouillement. Quelques jours plus tard, Hernández a été déclaré vainqueur d’environ 1%.

La fraude était si transparente que l’ Organisation des États américains (OEA), normalement une branche des intérêts américains en Amérique latine, a déclaré dans un rapport préliminaire que «les erreurs, les irrégularités et les problèmes systémiques», ainsi que «l’extrême improbabilité statistique», ont rendu l’élection est invalide.

Mais les États-Unis ont reconnu les résultats de toute façon, laissant les Honduriens privés de leurs droits avec la protestation comme seul recours.

«Les Honduriens ont essayé de changer ce qui s’est passé dans leur pays lors des élections de 2017, pas seulement Hernández mais toute la mise en œuvre de toutes ces politiques que le plan Biden avait financées et mises en œuvre toutes ces années depuis le coup d’État», a expliqué Karen Spring, de la Solidarité du Honduras. Réseau.

«Ils ont essayé de changer cette réalité par des votes et lorsque les élections se sont révélées être une fraude, des tonnes de gens n’ont eu d’autre choix que de descendre dans la rue.»

En première ligne des manifestations de 2017 se trouvait le partenaire de longue date de Spring, le militant hondurien Edwin Espinal. À la suite d’une manifestation en novembre de la même année au cours de laquelle des dommages matériels ont eu lieu, Espinal a été arrêté à la pointe du fusil à son domicile et accusé d’avoir mis le feu à la porte d’entrée d’un hôtel. Il a nié avec ferveur toutes les accusations, accusant le gouvernement de le persécuter pour son activisme politique.

En fait, la Commission interaméricaine des droits de l’homme avait imposé une mesure de protection à Espinal en 2010 en réponse à des tentatives précédentes de le trafiquer légalement.

Le gouvernement a placé Espinal en détention provisoire à La Tolva, une prison à sécurité maximale de style américain normalement réservée aux criminels violents et aux narcotrafiquants. En octobre dernier, Espinal et Spring se sont mariés en prison alors qu’ils étaient entourés de gardes masqués.

Karen Spring et Edwin Espinal se marient à La Tolva en octobre 2018 (Photo: Karen Spring)

“Depuis le plan Biden, des entrepreneurs sont descendus pour construire ces prisons à sécurité maximale de style américain”, a déclaré Spring. “C’est là que mon mari Edwin Espinal est détenu.”

“Ils disent que l’entreprise est hondurienne, mais il n’y a aucun moyen que les Honduriens auraient pu construire cela sans que les architectes américains ou les entreprises de construction américaines ne leur donnent les plans”, a-t-elle ajouté. «Je suis allé en prison et c’est comme s’ils avaient largué une prison américaine au milieu du Honduras.»

Réfléchissant sur la persécution de son mari, Spring a expliqué: «Edwin voulait rester dans son pays pour changer la réalité qui a provoqué la migration de masse. Il est l’une des personnes qui a subi des conséquences parce qu’il est allé dans la rue. Et il a été persécuté pendant des années parce qu’il est l’un des Honduriens qui voulait changer le pays en restant et en se battant. Berta Caceres en était une autre. »

“Les Honduriens voulaient utiliser leurs votes pour changer le pays et maintenant ils votent avec leurs pieds”, a-t-elle poursuivi. «Donc, si le plan de Biden s’attaquait vraiment aux causes profondes de la crise des migrants, pourquoi les gens ne demandent-ils pas pourquoi la migration s’aggrave? Les Honduriens votent sur le plan Biden en fuyant et en disant que votre plan n’a pas fonctionné et qu’il a aggravé notre situation en fuyant vers la frontière. »

Max Blumenthal

Max Blumenthal est un journaliste primé et l’auteur de plusieurs livres, dont le best-seller républicain Gomorrah ,  Goliath , The Fifty One Day War et The Management of Savagery . Il a produit des articles imprimés pour un éventail de publications, de nombreux reportages vidéo et plusieurs documentaires, dont  Killing Gaza . Blumenthal a fondé The Grayzone en 2015 pour mettre en lumière la situation journalistique de la guerre perpétuelle aux États-Unis et ses dangereuses répercussions intérieures.thegrayzone.com

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

[…] progressistes dont nous avons déjà goûté les effluves sur tout l’ouest-européen et en Amérique Latine au temps de sa vice-présidence : militarisation de la police, caporalisation de la justice, mise […]

A quoi cela sert-il de passer du temps à faire des pronostics sur une élection dans laquelle nos ne votons pas. ce n’est pas plus efficace politiquement que le PMU et en plus il n’y a que des tocards