Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine a accusé les États-Unis de répandre la menace d’une guerre nucléaire

La chute très “pince sans rire” de cette brève mérite le détour et elle dit bien la colère mêlée de mépris dans laquelle les pays accueillent désormais les exigences occidentales (note de danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop pour histoire et societe)

DmitryZubarev, 8 juillet 2020

Photo: US Air Force / Zuma / Global Look Press

https://vz.ru/news/2020/7/8/1048866.html

Les efforts des États-Unis pour créer des charges de faible puissance abaissent considérablement le seuil d’utilisation des armes nucléaires, a déclaré Fu Cong, directeur du département de contrôle des armements du ministère chinois des Affaires étrangères.

«Nous voyons comment les États-Unis augmentent leur arsenal nucléaire et développent des armes nucléaires de faible puissance qui peuvent être utilisées comme armes tactiques. Cela abaisse intrinsèquement le seuil d’utilisation des armes nucléaires, ce qui est extrêmement préoccupant. Et à cet égard, nous devons une fois de plus réaffirmer notre conviction qu’il est impossible de gagner une guerre nucléaire et que de telles guerres ne devraient jamais se déclencher », rapporteTASS les paroles de Fu Cong.

Il a souligné que “même au milieu des années 80, au plus fort de la guerre froide, l’administration américaine était prête pour le processus de négociation sur le contrôle des armements”.

«Maintenant, ce n’est pas le cas. Je pense que les États-Unis devraient s’expliquer au monde sur cette question. Les gens ont le droit personnel de demander pourquoi cela se produit », a déclaré le diplomate.

Selon lui, la Chine et la Russie entretiennent des contacts constants sur les questions de sécurité stratégiques.

«En fait, nous maintenons un contact constant avec nos partenaires russes. La collaboration entre les deux parties est excellente. Nous communiquons efficacement. Je n’appellerais pas cela des négociations, j’appellerais cela des consultations sur des questions très importantes, sur des questions stratégiques », rapporte RIA Novosti ses propos.

Il a ajouté que “aujourd’hui ou demain” il rencontrera des diplomates de haut niveau à l’ambassade de Russie à Pékin. De plus, il est en contact permanent avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, sur la maîtrise des armements et la question nucléaire iranienne.

“Cela démontre un haut niveau de partenariat stratégique entre les deux pays”, a ajouté Fu Cong.

Rappelons que Fu Cong a déclaré que la Chine était prête à rejoindre les pourparlers entre la Russie et les États-Unis sur le désarmement, si la partie américaine réduit son arsenal nucléaire au niveau de la Chine.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments