Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pyongyang: “Le dialogue avec les États-Unis n’est pas nécessaire”

“Nous avons déjà développé la stratégie pour contrer sa menace persistante”. On peut comme la presse occidentale a coutume de le faire se moquer des dirigeants nord-coréens, ce que nous avons publié ici même des mémoires de Bolton témoigne du degré d’impréparation, de grand n’importe quoi de la diplomatie US. Un fou sentiment d’impunité leur tient lieu de stratégie et la seule dignité est de refuser tout contact dans ce cas.

Publié:5 juil.2020 04:20 GMT

Le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Choe Son-hui, a déclaré que les relations actuelles entre les deux pays étaient à un “moment délicat” et a averti que “la moindre erreur ou un revers peut avoir des conséquences fatales et irréparables”.

Pyongyang: "Le dialogue avec les États-Unis n'est pas nécessaire, nous avons déjà développé la stratégie pour contrer sa menace persistante"
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.Kevin Lamarque / Reuters

Le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Choe Son-hui, a déclaré samedi que la Corée du Nord n’avait pas besoin d’engager des pourparlers avec les États-Unis et a assuré que le pays asiatique avait déjà “établi le calendrier stratégique le plus détaillé pour contrôler la menace prolongée de la partie nord-américaine. “

Le politicien, cité par l’agence d’État nord-coréenne KCNA, a souligné que la “rumeur” existante sur la nécessité de tenir un autre sommet bilatéral avant l’élection présidentielle américaine n’a aucune raison d’exister, car les États-Unis “tiennent obstinément une politique hostile” envers la Corée du Nord et les négociations entre les deux pays ne sont pas possibles.

Pyongyang ne voit plus le sens des «poignées de main» entre Kim et Trump et cherche «une force plus fiable» face aux menaces américaines.

Pyongyang ne voit plus le sens des «poignées de main» entre Kim et Trump et cherche «une force plus fiable» face aux menaces américaines.

“Ils voient également les utopistes qui considèrent qu’il est possible de modifier la mesure de dénucléarisation de la RPDC avec l’assouplissement conditionnel de la sanction, exprimant l’espoir qu’ils recevront un “cadeau surprise d’octobre””, a ajouté le vice-ministre, notant que les relations actuelles entre Washington et Pyongyang sont à un « moment délicat » et il a averti que « la moindre erreur ou revers peut avoir des conséquences fatales et irréparables ».

Accords ratés entre les États-Unis et la Corée du Nord

Donald Trump et Kim Jong-un se sont réunis pour la première fois en juin 2018 à Singapour et ont tenu un deuxième sommet en février 2019 au Vietnam. De même, les pourparlers entre Washington et Pyongyang sont au point mort après un arrêt de l’assouplissement des sanctions américaines.

“Kim a proposé de démanteler le complexe nucléaire de Yongbyon en échange de la levée des sanctions, mais nous n’avons pas pu l’accepter”, a ensuite expliqué le président américain. Il a ajouté que bien que cette centrale nucléaire soit “très grande”, elle n’est pas “assez grande”.

Sommet sans accord: Kim a proposé à Trump une dénucléarisation en échange de la cessation des sanctions, mais les Etats-Unis "ne pouvaient pas l'accepter"

Sommet sans accord: Kim a proposé à Trump une dénucléarisation en échange de la cessation des sanctions, mais les Etats-Unis “ne pouvaient pas l’accepter”

“Il [pour le leader nord-coréen Kim Jong-un] veut dénucléariser mais il ne veut le faire que dans des domaines moins importants que ceux que nous voulons. Nous connaissons très bien le pays. Nous connaissons chaque centimètre de ce pays.  Nous devons obtenir ce que nous devons obtenir  , a déclaré Trump.

“Une menace à long terme”

Pendant ce temps, deux ans après le premier sommet historique entre les dirigeants, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Son-gwon, a indiqué que le pays asiatique ne voyait pas l’intérêt de maintenir une bonne relation personnelle entre Kim Jong-un et Trump, si Washington s’en tient à des politiques hostiles, il se concentrera donc sur la construction d’une force “plus fiable” contre les menaces militaires américaines.

“La question est de savoir s’il est nécessaire de continuer de se serrer la main [Kim et Trump] à Singapour, car nous constatons qu’il n’y a pas d’amélioration objective des relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis”, a déclaré le ministre l’année dernière. 12 Juin.

À moins que les États-Unis mettent fin à la politique hostile envers le pays asiatique, Washington “continuera d’être une menace à long terme pour notre État, notre système et notre peuple”, a souligné le ministre des Affaires étrangères.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments