Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le mouvement «pro-démocratie» de Hong Kong s’allie à des politiciens américains d’extrême droite qui cherchent à écraser Black Lives Matter

HONG KONG

“Alors qu’un chef de file de la protestation à Hong Kong fait la promotion des condamnations d’extrême droite des manifestations anti-racistes américaines et que les militants arrêtent un rassemblement Black Lives Matter dans la ville, les organisateurs de Hong Kong tissent des liens étroits avec les républicains purs et durs à Washington.” dit l’article. Nous voudrions pour notre part souligner ce que nous avons dénoncé dans d’autres articles, les liens entre ceux qui interviennent en Chine sponsorisés par le milliardaire Guo Wengui et Steve Banon et le rôle joué par leur allié ukrainien Igor Kolomoïsky allant jusqu’à l’action dans les deux cas de la secte Falun Gong et d’autres créations y compris néo-nazis que l’on voit à l’œuvre en fin d’article (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Ajit Singh

Une figure éminente de la «démocratie démocratique» à Hong Kong, Jimmy Lai, a dénoncé les manifestations nationales aux États-Unis contre la brutalité policière et le racisme systémique, qui ont été déclenchées par le meurtre par la police d’un homme afro-américain, George Floyd. Les vues de Lai reflètent un segment important du mouvement de protestation de la ville, qui affirme le mythe exceptionnaliste des États-Unis en tant que phare de «liberté et démocratie».

Les militants «pro-démocratie» de Hong Kong sont allés jusqu’à faire dérailler les efforts d’une femme afro-américaine qui a tenté d’organiser une manifestation Black Lives Matter dans la ville, l’accusant d’être un agent de la police et du Parti communiste chinois .

Pendant ce temps, certains dirigeants de l’opposition anti-Pékin de Hong Kong, tels que Joshua Wong, ont affirmé soutenir les manifestations américaines et Black Lives Matter. Cependant, ces expressions de «solidarité» sonnent creux, étant donné que, comme Lai, ces dirigeants «pro-démocratiques» ont également forgé une alliance avec l’État américain et des politiciens d’extrême droite qui ont diabolisé et cherché à réprimer brutalement les manifestants américains. En fait, Wong et ses camarades ont soigneusement évité de critiquer spécifiquement le président Trump ou l’un de leurs autres sponsors à Washington. 

Les commentaires de Lai et la duplicité de l’opposition «pro-démocratie» de Hong Kong, soulignent une fois de plus les vérités gênantes de ce mouvement qui, selon beaucoup d’Occidentaux, est progressiste. Bien que certains aient tenté d’assimiler le mouvement «pro-démocratie» de Hong Kong à Black Lives Matter, ils se trouvent en fait à des extrémités opposées du spectre politique.

Le chef de file “pro-démocratie” de Hong Kong dénonce les manifestations de George Floyd

Comme Dan Cohen l’a rapporté pour The Grayzone , Jimmy Lai est un magnat des médias milliardaire largement connu comme «le Rupert Murdoch d’Asie» qui est l’un des principaux soutiens financiers et médiatiques du mouvement de protestation de Hong Kong.

En plus d’avoir versé des millions de dollars à l’opposition de Hong Kong ces dernières années, le  «chef des médias de l’opposition» et fondateur du tabloïd anti-gouvernemental Apple Daily a fourni aux manifestants une «couverture sans réserve favorable», selon The New York. Fois .

Lai a reçu une couverture élogieuse dans les médias américains et occidentaux, l’oligarque étant souvent salué comme un «« fauteur de troubles » avec une conscience propre» qui «tient tête à la Chine ».

Le 2 juin, Lai a partagé une vidéo d’Avi Yemini, une personnalité d’extrême droite de YouTube et ancien soldat de l’armée israélienne, déclarant qu’il était “honteux jusqu’au sang” de comparer les “émeutes en Amérique” avec le mouvement de protestation de Hong Kong.

Dans la vidéo, Yemini a évoqué les points de discussion de droite, qualifiant les manifestants antiracistes d ‘«extrémistes antifa» qui «détruisent tout ce qui est américain, en fait, tout ce que les Hongkongais se battent pour obtenir».

Lai a exprimé sa gratitude à Yemini, en écrivant «merci d’avoir parlé pour nous #HKers».

Selon la société démocratique juive australienne, Yemini a noué des liens étendus aux néo-nazis comme les soldats d’Odin et des agitateurs fascistes comme Milo Yiannopoulis. 

Quelques jours plus tôt, Lai, qui a rencontré à plusieurs reprises les responsables de l’administration Trump, a déclaré à CNN que “seul Trump peut sauver Hong Kong”.

Lai a ensuite réitéré son appel au soutien du président Trump quelques heures à peine après que le président eut menacé de faire tirer les manifestants de George Floyd par l’armée américaine. 

Le sentiment n’était pas surprenant, étant donné qu’une grande partie du mouvement de protestation à Hong Kong a exalté Washington, confirmant le gouvernement américain et le président Trump comme leurs «libérateurs».

Pendant des années, les dirigeants de l’opposition de Hong Kong ont rencontré et élaboré des stratégies avec des responsables du gouvernement américain et des politiciens, le plus souvent ceux d’extrême droite.

En effet, les vues de Lai sur les manifestations de George Floyd semblent refléter celles d’un segment important du mouvement «pro-démocratie» de Hong Kong, au grand dam de ceux qui soutiennent que le mouvement est «progressiste». 

Le Lausan Collective, une publication de langue anglaise autodéclarée de «gauche décoloniale» fondée par de fervents partisans des manifestations de Hong Kong, a déploré que «certains Hongkongais aient refusé de soutenir Black Lives Matter», exhortant leurs camarades à soutenir les manifestations qui NOUS étaient communes.

Wilfred Chan, un écrivain contributeur basé à New York pour The Nation et membre fondateur de Lausan, a exprimé sa frustration face à la prévalence de telles opinions.

Dans un tweet du 2 juin , Chan a écrit que «tous les autres Hongkongers [sic]» sur LIHKG (une plateforme en ligne populaire parmi le mouvement de protestation de Hong Kong qui a été appelé «Hong Kong’s Reddit»), «est soudainement un expert de l’américain [sic] du système de justice pénale et ils croient également que l’unique raison pour laquelle quelqu’un pourrait critiquer Trump [sic] est parce qu’il est un agent du [Parti communiste chinois] ».

Des exemples de ce type se sont multipliés sur Twitter, avec des partisans vocaux des manifestations de Hong Kong affirmant que le Parti communiste chinois est derrière Black Lives Matter, comparant les manifestants noirs aux gorilles, et affirmant que la «vraie Amérique» est constituée de Noirs qui sont des pillards. et les blancs qui nettoient après eux. 

Des courants racistes ont été présents tout au long des manifestations à Hong Kong. Bien que cela ait principalement été dirigé contre les Chinois du continent, le racisme anti-noir a également éclaté lors des manifestations.

Suite au refus de la superstar de la NBA, LeBron James, de déclarer son soutien au mouvement, des réactions violentes ont balayé la ville avec des manifestants piétinant et brûlant les maillots de l’icône du basket-ball.

Dans un rassemblement, des centaines de manifestants en colère semblent avoir scandé des injures raciales dirigées contre James, l’Associated Press ».

Des militants «pro-démocratie» de Hong Kong arrêtent le rassemblement Black Lives Matter

Les militants «pro-démocratie» de Hong Kong sont allés jusqu’à faire échouer les efforts pour organiser un rassemblement Black Lives Matter dans la ville après le meurtre de George Floyd.

Dans une lettre partagée avec Hong Kong Free Press, l’organisatrice de l’événement, Jayne Jeje, une femme afro-américaine qui vit à Hong Kong depuis huit ans, a décrit le harcèlement qu’elle a subi qui l’a amenée à annuler l’événement. 

Selon Jeje, des militants «pro-démocratie» l’ont accusée de «travailler avec la police pour piéger les gens» et «d’être soutenue par le PCC [Parti communiste chinois]». Sur la page d’événement des médias sociaux pour le rassemblement, Jeje a écrit qu’elle a été bombardée d ‘«attaques» et de commentaires hostiles consistant en «fausses vérités, intimidation, accusations et blasphèmes».

Un extrait de la lettre de Jayne Jeje partagée avec Hong Kong Free Press.

Jeje a écrit qu’elle a été accusée d’avoir «le privilège des expatriés», dénoncée «parce que l’événement ne concernait que BLM, car HK vit aussi.» Plus soucieux de coopter l’événement pour faire avancer leur propre agenda que de faire preuve de solidarité, les militants «pro-démocratie» de Hong Kong ont dit à Jeje qu’elle «[n’avait pas] le droit de commenter BLM» à moins qu’elle ne mette les protestations de Hong Kong au centre de l’événement.

Dans cet esprit, les manifestants de Hong Kong se sont récemment appropriés les slogans «Je ne peux pas respirer» et «Black Lives Matter» pour leurs propres manifestations.

Des manifestants à Hong Kong brandissent des pancartes le 9 juin 2020, marquant le premier anniversaire de la manifestation des «pro-démocratie» en opposition à un projet de loi d’extradition maintenant retiré.

En fin de compte, en raison de ce harcèlement et de la crainte que des militants «pro-démocratie» sabotent l’événement, Jeje et les autres organisateurs de l’événement ont choisi d’annuler le rassemblement Black Lives Matter.

«[Nous] avons pris la douloureuse décision d’annuler l’événement, en nous basant sur des messages d’insultes selon lesquels nous coopérions avec la police, ou en n’incluant pas leurs problèmes ou en répondant à leurs demandes», a écrit Jeje. “Nous craignions qu’ils ne viennent gâcher délibérément l’événement.”

L’opposition de Hong Kong s’aligne sur les mêmes politiciens américains d’extrême droite qui répriment Black Lives Matter

Certains au sein du mouvement «pro-démocratie» de Hong Kong ont publié des déclarations exprimant leur soutien aux manifestations ayant lieu aux États-Unis et au mouvement Black Lives Matter, affirmant que les deux mouvements sont engagés dans une lutte commune contre l’oppression et la brutalité policière. 

Joshua Wong, un porte-affiche pour les manifestations de Hong Kong, avec Nathan Law et d’autres membres éminents de son parti politique, Demosistō, ont déclaré qu’ils se tenaient aux côtés de Black Lives Matter. “Beaucoup d’entre vous m’ont posé des questions sur les manifestations américaines en cours”, a écrit Wong dans un tweet du 2 juin . «En tant que militant des droits humains, je suis fermement du côté du mouvement #BlackLivesMatter et je m’oppose à la brutalité policière, où qu’elle soit.»

Bien qu’il n’ait jamais mentionné Black Lives Matter avant ce tweet, Wong a maintenant affirmé que lui et les manifestants de Hong Kong étaient depuis longtemps solidaires du mouvement. «À maintes reprises, nous voyons comment les gens qui luttent contre l’oppression à Hong Kong continuent de soutenir les gens qui luttent contre l’oppression aux États-Unis. #BlackLivesMatter », a écrit Wong dans un tweet du 4 juin , partageant une image d’un manifestant de Hong Kong tenant une pancarte qui disait« JE NE PEUX PAS RESPIRER ».

En appelant à la solidarité entre les deux mouvements, Lausan a fait valoir qu’ils «proviennent tous les deux du même système de violence et d’oppression de l’État» et sont liés en «étant également victimes de brutalités policières». 

Cependant, ce que Joshua Wong et d’autres dirigeants «pro-démocratiques» de Hong Kong, ainsi que des partisans de «gauche» comme Lausan, omettent de leurs déclarations de «solidarité» avec Black Lives Matter, c’est que le principal allié de leur mouvement est l’État très américain. qui réprime brutalement les manifestants américains qui luttent pour la justice raciale.

Les dirigeants de l’opposition de Hong Kong comme Wong ont passé des années à cultiver des relations étroites avec certaines des figures les plus bellicistes de Washington. Leurs alliés les plus bruyants incluent les sénateurs républicains d’extrême droite Ted Cruz , Josh Hawley , Marco Rubio et Rick Scott , et Tom Cotton , qui a récemment appelé à une répression militaire américaine contre les manifestations de Black Lives Matter. 

Leur objectif expressément déclaré, tel qu’énoncé par une société de lobbying basée aux États-Unis, est de faire  avancer leur mouvement contre le gouvernement chinois et de «préserver les intérêts politiques et économiques des États-Unis à Hong Kong». 

Compte tenu de leur alliance ouverte avec les politiciens mêmes qui ont diabolisé les manifestants américains comme des «pillards» et des «terroristes antifa» , des manifestants doxxed , ont affirmé que le gouvernement vénézuélien était derrière les manifestations et ont lancé des appels fascistes pour que l’armée impose la loi martiale, les expressions le soutien des Black Lives Matter par les dirigeants du mouvement «pro-démocratie» de Hong Kong sonnent creux.

Ce n’est pas un hasard si les déclarations de Wong et de ses camarades ne mentionnent pas, et encore moins critiquent, leurs sponsors d’extrême droite à Washington. En fait, quelques jours seulement avant sa déclaration de solidarité avec Black Lives Matter, Wong a envoyé ses voeux d’anniversaire au sénateur Rubio.

Ces alliances mettent en évidence la superficialité de la «solidarité» de l’opposition de Hong Kong avec Black Lives Matter et reflètent les différences politiques fondamentales entre les deux mouvements. 

En contraste frappant avec le mouvement Black Lives Matter, qui a remis en question l’oppression raciale qui sous-tend le système politique américain, les manifestants de Hong Kong ont fièrement affirmé une notion exceptionnelle et blanchie à la chaux des États-Unis comme un phare de «liberté et démocratie». se parant dans les étoiles et les rayures et ceinturant la bannière étoilée tout en suppliant les États-Unis de surveiller la région de l’Asie-Pacifique.

Alors que Black Lives Matter a inspiré un bilan mondial avec l’héritage américain et européen de l’ esclavage et du colonialisme , le mouvement «pro-démocratie» de Hong Kong est inspiré par les anciens maîtres coloniaux britanniques de la ville .

Ces derniers jours, le mouvement Black Lives Matter a été terrorisé par des groupes d’autodéfense blancs. Pendant ce temps, les protestations «pro-démocratie» de Hong Kong ont attiré les partisans d’extrême droite américains et européens.

Les pèlerinages d’extrême droite à Hong Kong ont inclus de nombreux nationalistes blancs américains et néonazis ukrainiens qui ont combattu auparavant dans le groupe paramilitaire fasciste, Azov Battalion.

Joey Gibson de l’alt-right Patriot Prayer group lors d’un rassemblement à Hong Kong en juillet 2019

L’intérêt a été réciproque, les «démocrates» de Hong Kong s’inspirant de la «révolution» pro-occidentale d’Euromaidan en Ukraine, qui a renforcé les forces fascistes d’extrême droite.

Les manifestants de Hong Kong ont même adopté le slogan “Gloire à Hong Kong”, adapté de “Slava Ukrayini” ou “Gloire à l’Ukraine”, un slogan inventé par les fascistes ukrainiens et utilisé par les collaborateurs nazis pendant la Seconde Guerre mondiale qui a été popularisé par le mouvement Euromaidan .

«Peu importe les différences entre l’Ukraine et Hong Kong, nos combats pour la liberté et la démocratie sont les mêmes», a déclaré Joshua Wong au Kyiv Post en 2019. «[Nous] devons apprendre des Ukrainiens… et faire preuve de solidarité. L’Ukraine a affronté la force de la Russie – nous sommes confrontés à la force de Pékin. »

Malgré les tentatives d’assimiler leurs expériences, les deux mouvements ont dû faire face à des réponses policières radicalement différentes. La police américaine a tué au moins trois manifestants au cours des derniers jours et imposé des couvre-feux sévères, tandis que l’administration Trump a menacé d’envoyer des militaires pour annuler le soulèvement.

Pourtant, après un an de manifestations à Hong Kong – pendant lesquelles les manifestants ont harcelé et pris en otage des journalistes , se sont ligotés et ont battu d’ innombrables personnes sans défense , brûlé des personnes en vie et assassiné un nettoyeur de rue âgé en lui jetant une brique sur la tête – la police n’a pas encore tué un seul manifestant ou imposer un couvre-feu dans la ville.

Ceci en dépit du fait que les manifestants de Hong Kong ont explicitement visé à utiliser des provocations agressives pour «amener la police à [les] frapper» » pour gagner la sympathie internationale, y compris lancer des briques, des bombes à essence et des flèches enflammées sur les officiers.

En fait, l’armée chinoise n’a jamais été déployée pour manifester, sauf lorsque les soldats ont quitté leur caserne une fois , sans armes et vêtus de shorts et de t-shirts, pour nettoyer les débris laissés dans les rues.

Il est clair que le mouvement «pro-démocratie» de Hong Kong et Black Lives Matter sont des mouvements distincts avec des idéologies et des objectifs politiques radicalement différents.

Avec l’establishment américain uni dans sa nouvelle stratégie de guerre froide contre la Chine, Joshua Wong et l’opposition anti-Pékin de Hong Kong sont bien conscients que le soutien bipartisan à leur mouvement est sûr. Si leurs déclarations de «solidarité» avec les manifestations qui se déroulent aux États-Unis représentent quelque chose, c’est un désir désespéré d’éviter d’être encore terni par les alliances étroites qu’ils ont forgées avec les extrémistes pro-police à Washington.

Ajit Singh

Ajit Singh est avocat et journaliste. Il est un auteur collaborateur de  Keywords in Radical Philosophy and Education: Common Concepts for Contemporary Movements  (Brill: 2019). Il tweete sur  @ajitxsingh .

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments