Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les mineurs du Donbass: défendre des droits légitimes

Défendre les droits légitimes En toile de fond de ce que l’on nous a présenté comme l’appel à la liberté du Maïdan, et la mainmise de Moscou sur le Donbass, il y a cette simple exigence : percevoir son salaire pour le travail effectué. A Lougansk pour cela il obtiennent satisfaction après une longue grève au fond de la mine, du côté de Kiev, ils n’ont rien… (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop pour histoire et société).

La Pravda No 46 (30978) 16-17 juin 2020

Auteur: В.М.Т.

Plus d’une centaine de mineurs de la mine de Komsomolskaya sont restés dans la mine pendant huit jours dans la ville minière d’Anthracite sur le territoire de la République populaire de Lougansk (LNR).Selon le coprésident du Syndicat indépendant des mineurs du Donbass, Alexander Vaskovsky, le rassemblement de protestation s’est terminé par la satisfaction des revendications des grévistes.

Après avoir passé huit jours dans la mine, les 119 personnes ont refait surface. La direction de la mine a payé les arriérés de salaires actuels et les grévistes et leurs familles ont reçu une garantie de ne pas être poursuivis pour leur participation aux rassemblements. À bien des égards, l’action a été un succès grâce à la large publicité dans les médias locaux et à la solidarité des travailleurs. À leur retour à la surface,les mineurs en grève ont été accueillis comme de vrais héros.

Alexander Vaskovsky est diplômé du Collège d’automatisation industrielle avec un diplôme en automatisation minière, il a travaillé pendant deux ans à la mine, est entré au Parti communiste d’Ukraine peu avant le coup d’État à Kiev, et a été élu secrétaire du Comité du parti du district de Lénine à Donetsk.

«Ces événements ont juste coïncidé avec le Maidan à Kiev, nous sommes allés sur place, avons regardé ce qui pouvait être fait, comment tout cela fonctionnait, comment le gouvernement restait inactif, comment la situation risquait d’évoluer. Là, j’ai rencontré des membres du Parti communiste d’Ukraine du comité de la ville de Sébastopol, nous avons organisé un détachement de Donetsk-Crimée, nous avons arrêté les militants du secteur droit (1) qui se dirigeaient vers Sébastopol. Ensuite, ils nous ont beaucoup aidé à Donetsk.

Lorsque tout a commencé chez nous, nous sommes partis du camp de tentes sur la place Lénine (à Donetsk), et avons organisé des rassemblements, puis il y a eu la saisie des bâtiments administratifs, et en avril la proclamation de la République populaire de Donetsk, la préparation d’un référendum. Bien sûr, j’ai participé à l’organisation du référendum sur le territoire du district de Leninsky (Donetsk), j’étais chef de la commission territoriale et ensuite député du Conseil suprême, président de la commission des transports », explique Vaskovsky.

Cette action réussie organisée par le Syndicat indépendant des mineurs du Donbass n’est pas la première à Anthracite. Avant cela, une série de grèves ont été menées dans les entreprises charbonnières de la DNR et LNR, ce qui a permis aux mineurs de récupérer leur argent gagné honnêtement.

“Si les mineurs ne sont pas organisés maintenant, si ce système n’est pas brisé et forcé de répondre aux exigences de grève des mineurs de Komsomolskaya, alors des lois sur la responsabilité pénale peuvent être adoptées à Donetsk et à Lougansk, et on sera envoyés en prison pour chaque grève”, craint-il.

Au cours du rassemblement, on a appris qu’un certain nombre de syndicats russes ont envoyé des appels au chef de la LNR Leonid Passetchnik et au président russe Vladimir Poutine avec une demande d’assurer le paiement intégral des salaires et d’engager des poursuites pénales contre les mines qui ont permis le non-versement des salaires. Parmi eux, le syndicat Unité d’AvtoVAZ (Togliatti), le syndicat des travailleurs d’AZ Oural JSC (Miass), le collectif de travailleurs de la mine d’Aleksievskaya (Leninsk-Kouznetsk, région de Kemerovo). Une telle publicité a aidé les travailleurs de la LNR à défendre leurs droits.

Contrairement à Komsomolskaya, les travailleurs d’une autre mine – Krasnolimanskaya, qui est située sur le territoire contrôlé par Kiev, doivent continuer de demander le paiement des arriérés de salaires. Au début de la semaine, des représentants du ministère de l’Industrie et de l’administration régionale de l’Etat de Donetsk ont ​​visité l’entreprise.

Dans une autre partie du Donbass, également sur le territoire ukrainien, les mêmes problèmes sont observés. Les mineurs des mines de Dobropillya ont annoncé le début d’un rassemblement de protestation à grande échelle suivi d’un déplacement à Kiev, prévu du 20 au 22 juin.

Cela a été annoncé par le président du syndicat indépendant des mineurs d’Ukraine, Mikhail Volynets, sur sa page Facebook: «Lors d’une réunion sur la place Aroutyunov à Dobropolye, les mineurs et les habitants locaux ont décidé d’organiser une action de protestation à grande échelle des mineurs avec une montée à la capitale», notant qu’après des semaines de négociations, de protestations et de réunions pour résoudre d’urgence les problèmes de l’industrie charbonnière, les collectifs de travailleurs et les habitants des villes minières ont décidé que “les problèmes des régions sont difficiles à entendre dans la capitale”.

Selon eux, “nous devons exprimer la nécessité de sortir les entreprises charbonnières de la période d’inactivité, de renvoyer des milliers de personnes à leur emploi, de payer près d’un milliard de dollars d’arriérés de salaires, rétablissant le marché intérieur du charbon à proximité de la Verkhovna Rada, du bâtiment gouvernemental ou du bureau du président”.

On sait que le travail d’un simple mineur en Ukraine a toujours été extrêmement difficile. Et dans le secteur des mines d’État – également financièrement instable. Les salaires ne sont payés qu’occasionnellement, d’où les protestations sans fin. Dans les mines privées et louées à l’État (comme à Dobropillya), il n’y a jamais eu de problèmes avec le paiement régulier des salaires. Jusqu’à ce que le représentant de la faction «Serviteur du peuple» Andrei Gerus ne dirige le Comité de l’énergie de la Rada et annonce une croisade contre tous ceux qui ont empêché l’oligarque Kolomoisky de ponctionner le marché de l’énergie: depuis les mineurs de charbon jusqu’aux «verts».

En conséquence, on assiste à l’effondrement financier du marché de l’énergie, toutes générations confondues, les mineurs sont à nouveau sans salaire, maintenant non seulement dans les mines publiques, mais aussi dans les mines privées. Afin de sortir l’industrie de l’impasse, la Commission Énergie de la Rada a tenu la semaine dernière une réunion sur le terrain à Dobropolie, où une demi-douzaine de mines sont arrêtées. La réunion est terminée, mais les mineurs sont toujours contraints de se rendre à la capitale pour demander justice.

(1) Organisation interdite en Fédération de Russie.

https://gazeta-pravda.ru/issue/46-30978-1617-iyunya-2020-goda/otstaivaya-zakonnye-prava/

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments