Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Cuba: CINQ DEFIS ET UNE OPPORTUNITE

Cet article que nous devons à l’excellent site Cuba coopération, contribue à notre réflexion sur la gestion socialiste face à une crise comme non seulement celle du Covid-19 mais au moment où les USA renforcent le blocus, l’arrêt d’une des ressources essentielles, le tourisme. Ce genre d’analyse que nous pouvons utilement comparer à l’invraisemblable performance de Macron, et plus généralement aux modes de gestion des sociétés capitalistes, dit assez la relation des responsables politiques à un peuple adulte. (note de Danielle Bleitrach )

par Ariel Terrero pour cubadebate 8 juin 2020jeudi 18 juin 2020
par  traduit par Chantal Costerousse


De nombreux défis estampillés COVID-19 sont communs à toutes les nations, même si leurs politiciens ne s’en rendent pas compte ou, de manière malthusienne, ne prêtent que peu d’intérêt pour la communauté globale du drame.

Le premier consiste à freiner la pandémie avec le moins de mort possible. Il est suivi de l’objectif de sortir de la crise économique avec des coûts aussi bas que possible, après avoir admis que les pertes sont inévitables pour de nombreuses raisons et pas seulement en raison du protocole de confinement.

D’autres défis s’ajoutent et se diversifient à mesure que l’humanité approche de la normalité post covid. Pendant plusieurs mois, ce sera une normalité anormale.

La liste peut être longue, même si nous réduisons l’analyse à la zone la plus étroite d’un pays, Cuba et son économie, il est difficile de les concentrer sur un seul chiffre.

Parmi ces cinq défis et sans intention d’exclusion, je ne vois guère de défis inévitables alors que nous recherchons une sortie de la ruelle dans laquelle le coronavirus nous a amenés lorsqu’il nous a obligés à fermer les frontières, que le tourisme s’est effondré et que nous avons perdu les liens fondamentaux avec le marché mondial.

Entre un et deux milliards de dollars peuvent être perdus cette année à Cuba, uniquement si le tourisme connaît une contraction conforme à la baisse de 60 ou 80% que l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) prévoit à l’échelle mondiale.

Mieux que les chiffres, parle le calme presque dantesque des aéroports.
L’économie est restée sans locomotive. Des hôtels et des plages dépendaient de nombreuses autres industries, activités et emplois du pays.

La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) prévoit une baisse du produit intérieur brut (PIB) de Cuba de -3,7% en 2020. Une autre référence, de la British Economist Intelligence Unit (EIU), prévoit -4,7%.

La pandémie a surpris l’économie cubaine avec ses symptômes de ralentissement depuis 2019. Le blocus économique américain s’est ajouté à ses propres faiblesses financières; son aggravation avec Donald Trump n’est démentie par aucun économiste sérieux, qu’il soit de gauche, de droite ou avec des protocoles d’asepsie idéologiques.
La désarticulation de tant d’activités économiques et la récession posent des défis très spécifiques. Mais la plupart mettent en évidence d’anciens problèmes du modèle économique cubain qui ont une présence récurrente dans les plans, discours et études, y compris les documents programmatiques de la réforme entreprise il y a une décennie.
Le désastre économique lié à la COVID-19 ne fait que les redimensionner et rend plus évidente la valeur stratégique de chacun.

1) L’utilisation intelligente de ressources très rares

En raison des antagonismes entre économistes et politiques, la planification de l’État est apparue comme l’une des cartes fortes de Cuba face à la pandémie.

  • l’agriculture,
    Lorsque des centaines d’hôtels ont été paralysés, le gouvernement a pu immédiatement rediriger une partie de leurs ressources, y compris les carburants, vers les secteurs prioritaires :
  • la récolte du sucre,
  • la consommation de la population,
  • et vers le trésor contre la COVID-19, le système de santé.

L’administration centralisée a permis de maintenir en vie les productions à l’exportation en dépit du déclin momentané de ses marchés extérieurs.
Le réajustement des plans, initié au niveau des entreprises, s’annonce long, dans un scénario où le gouvernement lui-même a pris des mesures pour améliorer son art de la planification.
Lorsqu’il a présenté l’ajustement du plan 2020, le président Miguel Díaz-Canel a appelé à une planification “plus intelligente et plus précise”.

2) La production alimentaire

Ancienne priorité stratégique, le pays l’assume désormais pour sa survie.
Cuba dépense chaque année près de 2 milliards de dollars pour les importations alimentaires, presque autant que ce qu’a rapporté le tourisme en 2019.
Une partie de ces achats, entre 30 et 40% selon l’économiste José Luis Rodríguez, pourrait être remplacée par des productions nationales, évidence acceptée depuis des années mais à laquelle le pays n’est pas parvenu.
La nature n’a pas aidé cette fois non plus. La sécheresse a réduit les récoltes en 2019 et retardé les semis de riz et de légumes en 2020.

Mais avec les pluies de mai, les agriculteurs ont été encouragés par des cultures à cycle court pour étendre leur offre sur le marché, la fourniture à l’industrie alimentaire et l’aide solidaire aux centres médicaux et aux communautés en quarantaine.

Vont-ils continuer sur leur lancée lorsque la pandémie passera?

Le défi : mettre en place des structures d’investissement et de marché qui libèrent les forces productives de «l’agriculture d’une fois».

3) La réorganisation du commerce intérieur

La fermeture des principaux magasins et autres centres publics et l’expansion du commerce en ligne sont devenues des caractéristiques sociales de la pandémie à Cuba, comme l’effondrement du nouveau commerce électronique, lorsqu’il ne supporte pas l’explosion de la demande par voie numérique.
L’inefficacité des opérations en ligne a exacerbé la crise de l’offre et généralisé des doutes quant à la pertinence de la nouvelle option.
Mais l’économiste Juan Triana perçoit dans le commerce intérieur une valeur de grand intérêt dans l’agitation vers la reprise :
«Lorsque les opportunités sur le marché extérieur deviendront plus difficiles, une alternative sera sans aucun doute notre marché intérieur, apparemment petit mais énorme si l’on considère combien il est difficile pour la production nationale de répondre à cette demande.»

4) L’épargne

À l’austérité imposée par la contraction des revenus et des ressources, le gouvernement ajoute l’option de l’épargne.
Regarder en premier lieu l’énergie ( les carburants et l’électricité ) sensiblement affaiblie par la haine de Trump contre Cuba.
À en juger par les rapports hebdomadaires de la campagne «économiser maintenant», on a vu des signes de modération de la consommation d’électricité dans le secteur résidentiel en mai.
«Économiser autant que possible, c’est l’élément principal», explique un autre économiste, Alejandro Gil Fernández, lorsqu’il calcule, en tant que ministre de l’Économie, les ressources qui s’échappent du pays cette année.
S’il s’agissait d’une ancienne condition de durabilité du développement, l’épargne est désormais présentée comme un autre défi pour la survie.

5) Le programme d’urgence fiscale

Sans l’abondance financière controversée des États du Premier Monde, Cuba devra faire de la magie pour maintenir un programme fiscal d’urgence qui soit fidèle aux principes du modèle de justice sociale.

Ce sont les mêmes principes qui lui ont donné le bouclier du système de santé contre le coronavirus, les centres de biotechnologie avancée et une industrie pharmaceutique qui fournit 67% de ses médicaments.
L’État supporte des dépenses plus élevées que prévu, en assumant les salaires des travailleurs confinés dans leurs foyers en raison de la pandémie et des subventions d’entreprises qui subiront des pertes inévitables, tout en voyant les revenus fuir en raison des fermetures d’entreprises et les exonérations fiscales.

  • Jusqu’où l’économie résistera-t-elle aux déséquilibres financiers qui en découlent?
  • Comment bien utiliser chaque peso?
  • Quelle participation donner à une politique de crédit plus audacieuse?

Le rôle du budget de l’État, ses coûts et ses risques, ne font que commencer.
Pendant la phase de récupération, ils prendront des dimensions qui sont vitales pour aller de l’avant en entraînant des dangers dans le même temps.

L’opportunité

Avec la sévère contraction des ressources, le scénario se complique plus pour donner une continuité à la réforme du modèle économique cubain. Cela paraît être un autre défi de la liste.
Mais je vois dans la conjoncture plus de valeur, comme une opportunité de desserrer les liens d’un processus de dix ans, trop lent.
Ce pourrait être le coup de pouce pour trouver des réponses aux limitations structurelles, matérielles et mentales.
Historiquement, les crises favorisent souvent les transformations sociales et même les révolutions. A Cuba aussi.
La récession de la période spéciale, dévastatrice à des échelles qui ne se sont pas répétées, a ouvert les portes à de profondes innovations économiques dans les années 1990 :

  • ouverture aux investissements étrangers,
  • déploiement du tourisme,
  • marchés agricoles,
  • expansion du travail indépendant et de la dualité monétaire et de change, pour n’en citer que quelques-unes, très audacieuses à l’époque.

La récession estampillée COVID-19 sera-t-elle le moment d’accélérer les changements dont le retard a été critiqué par les experts, les travailleurs et le gouvernement lui-même?
L’itinéraire figure dans des documents programmatiques approuvés en 2016 : conceptualisation du modèle économique, lignes directrices et bases du plan à long terme.

Quelles sont les transformations qui pourraient trouver leur opportunité aujourd’hui?

Difficile de le déterminer, mais je doute que les autorités laissent passer cette année sans faire de manœuvre profonde dans le processus engagé en 2011 sous le nom de mise à jour du modèle économique et social.
La réforme des entreprises est celle qui mérite d’être prioritaire. Outre l’impact que cela aurait sur l’ensemble de l’économie, s’ajoute l’aide nette correspondante que les entreprises doivent apporter dans cette crise, depuis l’État jusqu’au secteur privé en passant par les coopératives.

Les alarmes que certains articles anachroniques ont relancé contre des formes privées, les fameuses PME et, accessoirement, contre les documents directeurs qui les défendent, probablement expriment seulement le mécontentement face au retard des transformations urgentes pour le système économique dans son ensemble.
La Loi sur le droit des sociétés était attendue en 2017 et a été reportée à 2022 selon le programme législatif présenté avant la pandémie.

Oscar Fernández Estrada est l’un des experts qui plaide pour l’avancement de cette législation, “non seulement à cause des PME”.

A son avis, «un secteur privé à Cuba, de petite et moyenne dimension économique, financé par les institutions bancaires publiques, sans liens structurés avec le grand capital, et canalisé par le biais des institutions politiques nationales, plus que représenter une menace pour le socialisme Cubain, constitue une pièce importante dans sa stratégie actuelle de sauvetage».

Mais Fernández Estrada considère que la transformation fondamentale est celle du système d’entreprises d’État, en raison de sa transcendance pour le fonctionnement de toute l’économie.

Les entreprises publiques détiennent 85% des revenus du budget et constituent la colonne vertébrale de l’économie – industries, mines, énergie, activités essentielles de transport, communications et le tourisme aujourd’hui gelé, entre autres.

Une réforme pourrait accélérer la marche déjà entamée par ces entités vers des structures et des modes de planification moins rigides, avec une plus grande autonomie sous le contrôle des ministères et en relation avec le marché, en plus de faciliter les liens avec les secteurs privé et coopératif.
Ce serait une transformation globale tant attendue qui comprendrait l’octroi de la personnalité juridique aux petites et moyennes entreprises privées.

Cette réorganisation et la législation connexe seront-elles reprogrammées?
Les pertes économiques que subiront cette année de nombreuses entités seront-elles un obstacle ou un facteur d’accélération de la transformation?

Aux pénuries financières de Cuba s’ajoutent d’autres complications, qui relient la réforme des entreprises à l’urgence d’autres changements, non moins complexes :
depuis les formes de planification, dont la réforme a été annoncée publiquement par le ministre de l’Économie, jusqu’à l’ordre monétaire extrêmement confus et retardé.
La soumission à deux monnaies nationales, auxquelles s’ajoute maintenant le commerce en dollar, et les divers taux de change rendent impossible la détermination précise de l’efficacité réelle de n’importe quelle entreprise publique, privée ou d’une coopérative.

Les déformations dérivées du désordre monétaire et des taux de change limitent l’utilisation efficace des pauvres ressources disponibles.

Les autres mesures prévues dans les documents d’actualisation du modèle économique et social qui semblent essentielles pour faire redémarrer les entreprises, sont les réformes des salaires et des prix et un renouvellement des services bancaires qui dynamiseront à nouveau la politique de crédit.

En mai, le président Miguel Díaz-Canel a demandé au Conseil des ministres de préparer une stratégie de développement économique et social “où il est ratifié que nous ne pouvons pas continuer à faire les choses de la même manière”.

Il a appelé à mettre en œuvre les questions en suspens de la conceptualisation du modèle économique et social, “d’une manière plus rapide, plus déterminée et plus organisée”.
En décembre, il avait promis d’entreprendre en 2020 «le véritable redimensionnement économique dont le pays a besoin», sous la conduite de l’État et la participation de formes privées et coopératives.
Il a maintenu l’idée en mai, lors d’une réunion avec les masques qui rappelaient un nouvel obstacle, de magnitude mondiale et de racine virulente.

Le temps du changement serait-il arrivé, malgré tout?

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments