Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

EUROPE: DÉCEPTIONS ET DÉFIS GÉOPOLITIQUES, par ERNESTO RODRÍGUEZ HERNÁNDEZ LEYDE

Notre ami cubain Ernesto Rodriguez Hernandez Leyde, qui a longtemps été diplomate en France, fait ce bilan de la situation européenne: bilan sombre sur la capacité d’institutions et de politiques néo-libérales à faire face aux enjeux qui aujourd’hui bouleversent le monde. Au passage nous voyons comment Cuba ne croit pas que dans le monde en train de naître il y aura une seule puissance hégémonique capable de reprendre le rôle des États-Unis mais bien un monde multipolaire où chacun devra assurer dans des espaces régionaux des relations plus égalitaires, un nouveau rôle de l’État ou alors ce sera le fascisme, la mise en danger de l’espèce humaine et l’Europe y est confrontée autant que les autres (note et traduction de Danielle Bleitrach).

omartodavia omartodaviail y a 6 heures

Dr LEYDE ERNESTO RODRÍGUEZ HERNÁNDEZ *

Ces dernières années, j’ai consacré une partie de mon activité d’enseignement et de recherche aux problèmes liés à l’Europe et, en particulier, aux processus et aux phénomènes qui détruisent l’Union européenne.

C’est ainsi que certaines publications sur ces thèmes ont été écrites : “Union européenne: crises multiples et stratégie globale au 21e siècle”; «Brexit [1] dans les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Impacts géopolitiques »; “L’Union européenne: multiples crises, défis et opportunités au 21e siècle”; “L’Union européenne: imperfections, défis et opportunités”, entre autres, que l’on retrouve dans les références académiques cubaines et internationales avec les politiques d’accès ouvert. [2]

Maintenant, au milieu de la maladie pandémique du SRAS-CoV-2 COVID-19, je voudrais montrer que les thèses exposées dans ces travaux sont restées valides et que la pandémie de Covid-19 les a mis en évidence dans toute leur ampleur et leur cruauté, en accélérant leur impact sur la géopolitique européenne aux niveaux régional et international.

La pandémie de Covid-19 a montré ce que certains analystes politiques ne souhaitaient pas reconnaître: la fragilité de l’Europe et de ses institutions d’intégration face aux multiples crises qui la traversent depuis 2008.

Les causes des vulnérabilités et de l’inefficacité contre le coronavirus ne sont pas dues à la puissance destructrice du virus, mais à l’incapacité d’action collective d’une Union paralysée dans ses objectifs suprêmes d’intégration et d’obtention de quotas de pouvoir plus importants et influence stratégique mondiale. Ainsi, les citoyens européens ont pu vérifier que le soi-disant «État-providence général» n’existait plus ou était microscopique, ce qui équivaut en ce sens à la question du COVID-19, car ces services continuent seulement à être disponibles au profit de ceux qui ont des possibilités ou des ressources financières pour en bénéficier .

Et c’est parce que l’Europe est d’abord affectée par la crise systémique capitaliste qui se manifeste dans de multiples problèmes de nature économique, politique, sociale, morale et institutionnelle. D’où le déclin ou la perte de valeur symbolique de l’Union européenne aux niveaux local, régional et mondial, malgré ses avancées historiques incontestables dans le processus d’intégration, qui ont servi de référence à d’autres organisations régionales. L’intégration européenne a été détériorée par les dirigeants politiques qui ont promu l’économie néolibérale sauvage à leur profit, par les sociétés transnationales et par le poids des riches, appauvrissant la majorité.

Dans le contexte du fléau tragique du COVID-19, l’Union européenne a maintenu son comportement néolibéral traditionnel. En fonction de cette orientation, les actions pour sauver l’économie ont proliféré en injectant de l’argent pour amortir les dégâts de la crise économique capitaliste (2008-2020), exacerbée par les nouveaux impacts des quarantaines et des interruptions des processus de production. Cette gestion déshumanisée particulière n’est pas nouvelle, souvenez-vous que lors de la crise qui a débuté en 2008, les institutions européennes ont décidé de sauver les banques et non les populations. Les banques capitalistes sont très puissantes, mais des millions de personnes restent vulnérables et sans défense.

Dans le néolibéralisme, nous identifions la véritable cause des crises multiples, des dommages humains et matériels causés avant et pendant le développement de la pandémie. Et sûrement aussi dans le futur, si le rôle de l’État dans l’économie n’est pas rétabli rapidement et si la leçon apprise n’est pas retenue.

En donnant la priorité à l’économie à tout prix et en sous-estimant le tissu social, les plus hauts représentants de l’Union susmentionnée n’ont pas trouvé de réponse stratégique à l’effondrement des systèmes de santé et il était impossible d’éviter la mort quotidienne de centaines et de milliers de personnes à travers l’Europe. En observant ces conditions durables, on se demande : qu’adviendra-t-il de l’intégrité de l’Union européenne? Que se passera-t-il si de nouvelles pandémies surviennent ou si une catastrophe naturelle affecte le continent européen? Quelle sera la place de l’Union européenne et de l’Europe elle-même dans le système international en transition vers la multipolarité au 21e siècle?

Tendances contradictoires et géopolitique mondiale

La phase dite post-pandémique ouvre un scénario de tendances contradictoires. Dans cette atmosphère d’incertitude, peu de personnes dans le monde aspirent à une véritable normalité des signes post-néolibéraux et post-capitalistes.

Un autre monde est possible, mais le pire de tous les mondes – le capitalisme – survit à une pandémie protégée par un “ordre” d’arrogance, de militarisme, de guerres, de pauvreté, de faim et de sanctions économiques unilatérales. Ce cours suicidaire signifie inexorablement la destruction de l’espèce humaine. Ou le maintien d’un mode de vie capitaliste consumériste, caractérisé par le luxe et la concentration de la richesse au profit de quelques-uns.

La pandémie de coronavirus a rappelé d’autres moments clés dans l’Union européenne pas très loin dans le temps: la crise migratoire, l’euro et le Brexit. L’incapacité de l’Union a alors prévalu pour réconcilier et mettre en place des actions communes favorables à l’unité dans la confrontation avec la pandémie. Cela prouve que cet espace européen est en fait un marché économique et monétaire unique, mais il est loin d’être un projet social commun. Une fois de plus, la prédominance d’une Union européenne au service des élites et incapable de se coordonner et de faire naître un travail diplomatique intrarégional a été démontrée.

L’Union européenne est confrontée à des défis incontestables et multidimensionnels. Je comprends que l’Europe et ses institutions traversent une période mouvementée de leur histoire, risquée pour leur stabilité sociale et économique. La crise économique et commerciale s’aggrave et l’Union européenne clôture 2020 plus affaiblie que les années précédentes.

En 2020, l’Union européenne concentrera tous ses efforts sur sa propre survie et tentera d’accroître son rôle dans la phase post-pandémique afin de sauver la crédibilité et le symbolisme perdus pendant la période la plus critique de COVID-19. À cela s’ajoute le manque de cohésion de l’Occident – en termes politiques – dont les principaux pouvoirs n’ont pas pu collaborer face à une pandémie qui touche toutes les latitudes. Il fallait s’attendre à ce que, au moins parmi les puissances occidentales, une sorte de collaboration centre-nord fonctionne, mais ce n’était pas le cas. Nous avons vu exactement le contraire.

Au plus fort de la pandémie, les anciennes puissances occidentales se sont comportées comme des États impérialistes. Elles nous ont rappelé leur passé colonial. Ce n’est pas invraisemblable car nous sommes encore à l’ère de la domination capitaliste et, bien qu’en déclin, la lutte pour le pouvoir mondial persiste. C’est pourquoi les États-Unis ont refusé de “cessez le feu” au Conseil de sécurité des Nations Unies. L’impérialisme n’aspire pas à la capitulation et devra être vaincu aux niveaux politique, économique, public et moral; la situation est celle où ils ne peuvent plus élever la tête ou les idéaux, mais dans leur logique de maintien du statu quo il ne nous est plus promis qu’une destruction totale. C’est pourquoi il maintient ses sanctions économiques et commerciales criminelles et génocidaires contre Cuba, le Venezuela, le Nicaragua, la Syrie, l’Iran, entre autres nations.

Les États-Unis, «autrefois» alliés de l’Union européenne, en raison de leur irresponsabilité en politique intérieure, mais aussi leur vision surdimensionnée dans leur combat ou leur vengeance géopolitique avec la Chine et la Russie, ont négligé la confrontation avec COVID-19 chez eux et se retrouvent sapés dans son rôle de chef traditionnel de “l’ordre” international mourant et injuste.

L’Union européenne n’est pas loin de cette lutte mondiale pour le pouvoir. Elle avait l’intention, quelques mois seulement avant la pandémie de COVID-19, de prendre un plus grand poids dans la politique internationale. Les meilleurs scénarios pour l’Union européenne étaient liés à la mise à profit des opportunités existantes pour se «relancer», en tenant compte des fortes asymétries qui remettent en question l’interdépendance entre les États membres et la sortie du Royaume-Uni de son sein.

L’arrivée de COVID-19 a mis un terme à une stratégie visant à éliminer la paralysie des actions régionales de l’Union européenne et sa perte d’influence politique mondiale. Les tentatives de la Commission européenne de reprendre les initiatives devant les États membres du bloc, ont été réitérées sous la présidence actuelle de cette institution, Ursula von der Leyen, mais il est également vrai que le symbolisme traditionnel ou le soi-disant “pouvoir symbolique” du l’Union européenne a continué de décliner.

Il est impossible de penser que les problèmes sociaux accumulés – pendant des décennies – pourraient être résolus aujourd’hui dans les structures de l’Union européenne. La situation de la pandémie est difficile et les faiblesses se retournent contre les actions internes et externes de l’Union: mécontentement social, manque de solidarité et de communication pour concevoir des stratégies communes. Dans un scénario présentant ces caractéristiques, d’autres concurrents: les États-Unis, la Chine et la Russie, accumulent des avantages politiques, diplomatiques, commerciaux et militaires au détriment de l’Union européenne.

Si l’Union européenne a perdu la capacité de coordonner une politique étrangère prestigieuse entre ses États membres, que pourrait-on dire des États-Unis avec le président Donald Trump, protégé dans un bunker pendant la pandémie, après un nouvel épisode criminel de racisme policier, qui a déclenché l’une des plus grandes vagues d’indignation et de rejet à travers les manifestations les plus importantes et les plus intenses jamais connues dans la société américaine.

C’est pourquoi la crise multidimensionnelle de 2020 – qui n’est pas seulement le résultat de la pandémie COVID-19 – va accélérer la perte de réputation de l’Occident (États-Unis-Union européenne et alliés) en tant que bloc géopolitique “compétent et efficace”, favoriser la Chine, comme elle le fait depuis la fin du XXe siècle, lui donnant un plus grand rôle politique, diplomatique et commercial mondial, en réponse à l’éloignement des États-Unis des événements européens, la confrontation avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et son refus de développer la coopération internationale, atténuer et lutter pour l’éradication mondiale du COVID-19.

La Chine, acteur influent dans la transition du système international à la multipolarité – un processus aux antécédents historiques depuis les années 1970 – aura plus d’influence dans certains pays, notamment en Asie du Sud-Est, en Europe du Sud-Est, en Amérique latine, en Afrique et en Europe, à laquelle elle est parvenue avec sa solidarité à l’époque du coronavirus, mais, à court terme, elle ne remplacera pas le rôle traditionnel des États-Unis dans le domaine militaire, ainsi que son rôle politique et diplomatique en Amérique latine.

Nous pouvons conclure que la pandémie a été un phénomène de turbulence intégrale dans l’avancement dynamique du système international en transition. Ses multiples effets ont accéléré les transformations et les tendances qui étaient en plein développement avec de profondes racines historiques, politiques, sociales, économiques, commerciales et technologiques, entre autres facteurs; aggravant les problèmes mondiaux qui affectent l’humanité. Cela valide la thèse de la nécessité urgente de créer un véritable ordre mondial, car l’ancien “ordre” international repose sur des documents historiques, des déclarations politiques à court terme et des activités diplomatiques officielles publiées par tous les médias grand public et leurs réseaux sociaux immédiats. La pandémie a révélé les imperfections et les dysfonctionnements de “l’ordre” international, pas du tout destiné à satisfaire les intérêts et les besoins de la plupart des États dans le système international. 

En plus d’opérer dans le labyrinthe géopolitique mondial alambiqué, l’Union européenne devra répondre aux demandes des différents secteurs sociaux touchés par l’accentuation de la crise économique et sociale, ce qui contribue au ralentissement de l’expansion du processus de mondialisation; tandis que les contradictions capitalistes et leurs problèmes alimentent la montée du populisme, le nationalisme d’extrême droite dans différents pays contrairement à l’existence même de l’Union. C’est un fait irréfutable, bien au-delà des secteurs de l’extrême droite, le déchaînement de quitter l’Union européenne, consolidant les sentiments eurosceptiques et la désaffection envers un bloc d’intégration qui n’a pas fonctionné face à une situation aussi exceptionnelle que la pandémie de coronavirus.

Même face aux anciens défis aggravés, les institutions européennes continueront de travailler à la reconstruction de leurs capacités afin de jouer un plus grand rôle dans la géopolitique internationale, en renforçant le rôle d’acteur mondial dans un système qui s’oriente vers une multipolarité différente. Pour ce faire, les institutions européennes, nées pour éviter la guerre ou promouvoir la paix entre ses membres, devront faire face aux nouvelles situations qui se présentent pour préserver la stabilité d’un projet intégrationniste qui a été une référence, mais qui nécessite aujourd’hui de rénover le contenu cardinal, la cohésion interne et sa projection internationale.

Dans cette perspective, des millions de personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes – à travers le monde – attendent le jour où l’Union européenne sera un pôle de progrès, d’humanisme et de paix dans les relations internationales.

REMARQUES

[1] Sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

[2] La référence complète de ces travaux peut être trouvée dans Google Scholars: Leyde Ernesto Rodríguez Hernández  https://scholar.google.com.cu/citations?user=AVHROuYAAAAJ&hl=es

Leyde Ernesto Rodríguez Hernández est docteur en sciences historiques et professeur à l’Institut des relations internationales “Raúl Roa García” (ISRI), où il occupe également la responsabilité de vice-recteur à la recherche et aux études de troisième cycle.

e-mail: leydernesto@gmail.com

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments