Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Spike Lee sort un court métrage dans le cadre des manifestations de George Floyd

Spike Lee monte des images de son film Do the Right Thing de 1989 avec celles des arrestations de Floyd et Eric Garner – qui ont toutes deux causé la mort. Spike Lee dans ce film qu’il estime le plus abouti , a tenté d’inventer un cinéma noir américain contemporain, sorte d’équivalent filmique du rap.(traduction de danielle bleitrach)

Le réalisateur Spike Lee prend la parole à New York, février 2020. Photographie: Angela Weiss / AFP via Getty ImagesAndrew Pulver@ Andrew_PulverPublié leLun.1 juin 2020 10.50 BS

Spike Lee a sorti un court-métrage alors que les protestations contre la mort de George Floyd se poursuivent, dans lequel il assimile le traitement de Floyd aux mains de la police à celui d’ Eric Garner et de Radio Raheem, le personnage du film de 1989 de Lee, Do the Right Thing .

Lee a sorti le film, qu’il a appelé 3 Brothers, lors d’une apparition sur CNN dans le cadre d’un reportage spécial sur les manifestations qui ont submergé les États-Unis. Le film s’ouvre sur les mots «L’histoire cessera-t-elle de se répéter» et il rassemble des images des arrestations de Floyd et Garner – qui ont toutes deux entraîné leur mort, avec des scènes de Do the Right Thing, dans lesquelles Radio Raheem meurt lors d’une bagarre après avoir été étouffé par des policiers.

Garner est décédé en 2014 après avoir été arrêté à Staten Island, New York, et l’officier impliqué, Daniel Pantaleo, n’a pas été inculpé. Floyd est décédé le 25 mai à Minneapolis; un officier de police blanc a été accusé de meurtre au troisième degré et d’homicide involontaire.

Dans une interview, Lee a déclaré à Don Lemon de CNN: «Comment les gens ne peuvent-ils pas comprendre pourquoi les gens agissent comme ça? … Ce n’est pas nouveau, nous l’avons vu avec les émeutes des années 60, l’assassinat du Dr King, chaque fois que quelque chose se déclenche et que nous n’obtenons pas justice, les gens réagissent comme ça pour être entendus… Nous voyons cela encore et encore et encore… C’est la même chose: le massacre de corps noirs, c’est ce sur quoi ce pays est bâti. »

Lee a également fait référence à son T-shirt, qui portait la date 1619, date généralement reconnue de la première arrivée de travailleurs africains sous contrat à Jamestown, en Virginie, qui a marqué le début de l’esclavage aux États-Unis.

“La fondation des États-Unis d’Amérique”, a-t-il dit, ” s’est faite sur le vol de la terre des autochtones et le génocide, couplé à l’esclavage … Je ne tolère pas ces choses là, mais je comprends pourquoi les gens font ce qu’ils font partis sur de telles bases.”

Est-ce un hasard si le héros de Do the Right Thing unit un rap fondateur à “la nuit des chasseurs” , le pasteur qui traque deux enfants et qui a écrit hate et love sur ses poings. Le conflit entre le bien et le mal au centre de l’enfance de l’Amérique, comme l’a déclaré son réalisateur charles Laughton: « Notre thème comme celui du livre original se limite à l’épreuve des petits enfants qui doivent apprendre ceci : le mal a de multiples visages et la bonté surgit parfois où on l’attendait le moins. Nous n’avions pas cherché le symbole mais nous avons recréé un rêve ». Les enfants sont à la fois les victimes et les héros de ce conte noir, un peu comme l’Amérique n’accède jamais à l’âge adulte faute d’avoir raté son apprentissage, par pure vénalité. (note de DanielleBleitrach)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments