Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Mort de George Floyd : la puissante tribune de Kareem Abdul-Jabbar

Le meilleur marqueur de l’histoire NBA, très impliqué socialement, a publié une forte tribune dans le Los Angeles Times pour expliquer les émeutes actuelles, suite à la mort de George Floyd.

Publié le 31 mai 2020 à 9:19TwitterFacebook

Après la mort de George Floyd, sous le genou d’un policier blanc, les États-Unis s’embrasent avec une cinquième nuit de manifestations et de violences. Dans le Los Angeles Times, Kareem Abdul-Jabbar a ainsi pris la plume pour publier une vibrante tribune, expliquant qu’on voit simplement « des gens poussés à bout ».


Quelle a été votre première réaction lorsque vous avez vu la vidéo du policier blanc agenouillé sur le cou de George Floyd pendant que celui-ci implorait : « Je ne peux pas respirer » ?

Si vous êtes blanc, vous avez probablement marmonné un « Oh, mon Dieu » horrifié tout en secouant la tête devant cette cruelle injustice. Si vous êtes noir, vous vous êtes probablement levé d’un bond, avez juré, peut-être jeté quelque chose (ou certainement voulu jeter quelque chose), tout en criant : « Pas encore cette merde ! ». Puis vous vous êtes souvenus des deux justiciers blancs accusés d’avoir assassiné Ahmaud Arbery alors qu’il faisait son jogging dans leur quartier en février, et comment, sans cette vidéo qui est sortie il y a quelques semaines, ils s’en seraient sortis. Ou comment ces policiers de Minneapolis ont affirmé que Floyd résistait lors de son arrestation mais que la vidéo d’un magasin montrait qu’il ne le faisait pas. Ou comment le flic sur le cou de Floyd n’était pas un stéréotype de plouc enragé, mais un agent assermenté qui avait l’air calme, habilité et sans pitié : la banalité du mal incarné.

Peut-être pensez-vous aussi à Karen, de Central Park, qui a appelé les secours en prétendant que l’homme noir qui lui avait demandé de mettre une laisse à son chien la menaçait. Ou encore à l’étudiante noire diplômée de l’université de Yale qui faisait la sieste dans la salle commune de son dortoir et qui a été dénoncée par un étudiant blanc. Parce que vous réalisez que ce n’est pas seulement un soi-disant « criminel noir » qui est visé, c’est tout le spectre des visages noirs, de Yonkers à Yale.

On commence à se demander si tous les noirs ne devraient pas porter des caméras corporelles, à la place des policiers.

Que voyez-vous quand vous voyez des manifestants noirs en colère s’amasser devant les postes de police en levant le poing ? Si vous êtes blanc, vous vous dites peut-être : « Ils ne respectent certainement pas la distanciation sociale ». Puis vous remarquez les visages noirs qui pillent Target et vous pensez : « Eh bien, cela ne fait que nuire à leur cause. » Puis vous voyez le poste de police en feu et vous remuez un doigt en disant : « C’est néfaste à leur cause. »

Vous n’avez pas tort – mais vous n’avez pas raison non plus. La communauté noire est habituée au racisme institutionnel inhérent à l’éducation, au système judiciaire et à l’emploi. Et même si nous faisons toutes les choses classiques pour sensibiliser le public et les politiques – écrire des articles éloquents et perspicaces dans The Atlantic, expliquer la dévastation continue sur CNN, soutenir les candidats qui promettent le changement – l’aiguille ne bouge pas vraiment.

Mais le Covid-19 s’est attaqué aux conséquences de tout cela, car nous mourons à un rythme bien plus élevé que les blancs, nous sommes les premiers à perdre notre emploi et nous regardons impuissants les Républicains essayer de nous empêcher de voter. Au moment où le racisme institutionnel est mis à nu, on a l’impression que la saison de la chasse est ouverte pour les noirs. S’il y avait un doute, les récents tweets du président Trump confirment l’esprit du temps national, puisqu’il appelle les manifestants des « voyous » et les pilleurs du gibier à abattre.

« Le racisme en Amérique est comme de la poussière dans l’air. Il semble invisible – même si vous vous étouffez avec – jusqu’à ce que vous laissiez entrer le soleil. Ensuite, vous voyez qu’il est partout »

Oui, les manifestations servent souvent de prétexte à certains pour en tirer profit, tout comme lorsque des supporters qui célèbrent le titre d’une équipe sportive de leur ville natale brûlent des voitures et détruisent des vitrines. Je ne veux pas voir des magasins pillés ou même des bâtiments brûler. Mais les Afro-Américains vivent dans un immeuble en feu depuis de nombreuses années, s’étouffant avec la fumée alors que les flammes brûlent de plus en plus près d’eux. Le racisme en Amérique est comme de la poussière dans l’air. Il semble invisible – même si vous vous étouffez avec – jusqu’à ce que vous laissiez entrer le soleil. Ensuite, vous voyez qu’il est partout. Tant que nous continuons à éclairer cette lumière, nous avons une chance de la nettoyer partout où elle se pose. Mais nous devons rester vigilants, car elle est toujours dans l’air.

Donc, peut-être que la principale préoccupation de la communauté noire en ce moment n’est pas de savoir si les manifestants se tiennent à un mètre ou deux de distance ou si quelques âmes désespérées volent des T-shirts ou même mettent le feu à un poste de police, mais si leurs fils, leurs maris, leurs frères et leurs pères seront assassinés par des policiers ou des aspirants policiers juste pour avoir fait une promenade, un jogging, une promenade en voiture. Ou si être noir signifie s’abriter chez soi pour le reste de sa vie parce que le virus du racisme qui infecte le pays est plus mortel que le Covid-19.

Ce qu’il faut voir quand on voit des manifestants noirs à l’ère de Trump et du coronavirus, ce sont des gens poussés à bout, non pas parce qu’ils veulent que les bars et les salons de manucure soient ouverts, mais parce qu’ils veulent vivre. Et respirer.

Le pire, c’est qu’on attend de nous que nous justifiions notre comportement indigné à chaque fois que la marmite déborde. Il y a près de 70 ans, Langston Hughes demandait dans son poème « Harlem » : « Qu’arrive-t-il à un rêve différé ? /… Peut-être qu’il s’affaisse / comme une lourde charge. / Ou bien il explose ? »

Il y a cinquante ans, Marvin Gaye a chanté dans « Inner City Blues » : « Ça me donne envie de hurler / Comme ils font hurler ma vie. » Et aujourd’hui, malgré les discours passionnés de dirigeants bien intentionnés, blancs et noirs, ils veulent faire taire notre voix, nous voler notre souffle.

Donc, ce que vous voyez quand vous voyez des manifestants noirs dépend de si vous vivez dans ce bâtiment en feu ou si vous le regardez à la télévision avec un bol de chips de maïs sur vos genoux en attendant que « NCIS » commence.

Ce que je veux voir, ce n’est pas une ruée vers le jugement, mais une ruée vers la justice.Par Dimitri Kucharczyk

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Floyd c’est la goutte de sang qui a fait déborder le vase de la pauvreté, ce sentiment de réclusion , cette ségrégation par le fric, cette fracture par le rejet, l’inutilité des vies sans espoir de sortie!!!
mais tous ces causes existent partout et auront les mêmes effets !!!!, reste à ne pas provoquer la mise à feu par un flic inconséquent , ce fou se balade sur les manifs en toute impunité armé jusqu’aux dents avec l’assurance d’être intouchable !! qu’il regarde qi est en train d’arriver à son collègue ricain ça je freinera peu-être !!!