Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

À l’Ouest – Propagande, hystérie et haleine vraiment fétide ! par André Vltchek

J’ai promis d’être sereine, de ne pas pousser des coups de gueule mais heureusement il y a Vltchek qui le fait à ma place avec force, partialité, colère et dans le fond il ne cesse de démontrer ce dont je suis moi aussi convaincue, c’est que le communisme est une civilisation qui vaut mieux que toutes celles qui les ont précédé. Comme l’affirmait Ernst Bloch qui en ayant fui la RDA et s’étant réfugié en RFA déclarait “le plus mauvais des régimes socialistes vaut mieux que le meilleur des régimes capitalistes, parce que dans le communisme demeure “l’espérance”… Merci donc à Catherine Winch qui avec sa parfaite traduction nous restitue ce cri du cœur d’un russe -qui par parenthèse ne parait pas avoir réalisé que la Russie n’était plus socialiste (note de Danielle Bleitrach, traduction de Catherine Winch).

Si ce n’était pas si tragique, ce serait risible : les truands politiques d’Amérique du Nord et d’Europe sont en train de fulminer, de cracher et de rouler les yeux au ciel. Ils pointent du doigt dans toutes les directions, criant de manière incohérente “Chine !”, “Russie !”, “Venezuela et Cuba !”, “Iran !”; “Toi, Toi, TOI !”.

La Chine et la Russie construisent tranquillement un nouveau monde, qui comprend de toutes nouvelles infrastructures, des usines et des quartiers entiers pour les gens. Des hôpitaux sont en construction, ainsi que des universités, des parcs, des salles de concert et des réseaux de transport public. Les deux pays font tout cela rapidement et sans bruit, et avec une grande détermination. Et malgré les sanctions et les embargos, ils ne répondent jamais aux insultes des gourous occidentaux du lavage de cerveau qui salivent et s’énervent.

La différence entre l’Occident et les deux puissants alliés de l’Est est énorme. En fait, il ne s’agit pas d’une différence, mais d’un contraste absolu.

Ce n’est pas que la Chine et la Russie soient des pays parfaits. Non. La perfection est déprimante et elle est l’objectif de fanatiques religieux et (Dieu merci, sans succès), des magazines de mode. Je ne sais même pas ce que cela signifie vraiment, philosophiquement, la perfection.

Ce que je sais, c’est qu’en Chine comme en Russie, le peuple passe avant tout. Leur niveau de vie est au centre de presque tous les efforts des économies planifiées. Pékin et Moscou et la plupart de leurs bureaucraties existent pour que les gens vivent plus longtemps, mieux et aient une vie plus pleine de sens. Les villes et les villages sont conçus pour que les citoyens soient plus instruits, en meilleure santé, tout en bénéficiant d’une vie culturelle plus riche.

Qu’on visite la Russie, de Vladivostok à Kaliningrad, ou la Chine, de Guangzhou à Urumqi, c’est bien visible, c’est indéniable.

Les médias et les gouvernements occidentaux ont cessé de soulever les questions fondamentales et empêchent les autres de les formuler publiquement. Des questions comme : “Qu’attendons-nous vraiment de la vie ?” “De quoi avons-nous peur ?” “Dans quel type de société voulons-nous vivre ?”

Dites, sérieusement : voulez-vous vraiment, vraiment vivre dans un pays, où vous et votre famille pourriez conduire la dernière Maserati ou Lamborghini, sur une route entourée de taudis infestés ? Est-ce vraiment ce que vous voulez ? Voulez-vous faire vos courses dans des centres commerciaux où les toilettes décorées de marbre ont des robinets plaqués or, alors que des gens meurent, à 100 mètres de là, sans installations sanitaires ni soins médicaux décents ?

Voulez-vous vivre dans une bulle ou dans votre petit pays qui se porte sacrément bien, simplement parce que dans le passé il a colonisé d’énormes territoires, et qu’il continue de les coloniser, indirectement, jusqu’à aujourd’hui ? Ou dans un pays qui s’enorgueillit de n’avoir jamais colonisé directement personne, mais qui “investit” dans l’expansionnisme occidental depuis des décennies et des siècles. Remarquez, cette fois-ci, je ne cite pas de noms, je ne montre pas du doigt. Je laisse le lecteur remplir les blancs.

Je suis peut-être naïf, mais j’ai toujours pensé que la plupart des gens veulent vivre en sécurité, avec des connaissances et de la culture, sans craindre de tomber malade, de subir les vagues de criminalité qui naissent de la misère, sans l’inquiétude de savoir comment ils vont payer le toit au-dessus de leur tête, demain et dans un mois, ou même dans dix ans.

Combien de personnes en Occident ont peur, sont pétrifiées ? Je parle de peurs inutiles, de peurs qui pourraient être facilement éliminées ? Combien sont dépressifs, voire désespérés, suicidaires, et  dépendent des médicaments toxiques qu’on leur donne pour qu’ils puissent tenir le coup toute la journée ?

Et combien de personnes dans les néo-colonies vivent dans un dénuement absolu ; en Afrique et au Moyen-Orient, en Amérique latine, en Asie et en Océanie ?

Tout cela est-il nécessaire ? Tout cela n’est-il pas totalement absurde ?

Les médias et les universités en Occident et dans ses colonies sont maintenant au service du régime, qui se compose principalement de grandes corporations et de leurs façades relations publiques – les gouvernements dits élus.

Le fonctionnement du système politique occidental n’est pratiquement jamais examiné. Là encore, aucune grande question n’est posée. Y compris l’une des plus essentielles : “Pourquoi la plupart des gens en Amérique du Nord et en Europe qui méprisent leur propre système, continuent-ils à élire les mêmes individus et les mêmes partis qu’ils disent détester ? Comment se fait-il qu’ils continuent à se faire piéger dans le tissage de leurs propres nœuds ?

Est-ce vraiment cela,  la liberté et la démocratie ?

***

En Russie et en Chine, les gens sont beaucoup plus satisfaits des systèmes dans lequel ils vivent.

Les gens sont aussi, presque toujours, beaucoup plus satisfaits des systèmes révolutionnaires pour lesquels ils se sont battus et qu’ils ont conquis, dans des pays comme le Venezuela et Cuba, l’Iran et la Bolivie, avant que l’Occident ne décide de les leur enlever, brutalement et sans cérémonie. Bien sûr, si des sanctions terribles sont imposées, voire des embargos ; si des complots d’assassinat et des attaques terroristes sont déclenchés par des mercenaires occidentaux et leurs alliés, la vie ne peut être heureuse, équilibrée et agréable. Il suffit de regarder la Syrie. Mais ce n’est pas la faute du socialisme ou du communisme, ce n’est pas la faute des systèmes.

Franchement : aucun véritable système communiste ou socialiste n’a jamais eu la  chance de s’épanouir, ou de se développer, sans interruption. Ils ont toujours été attaqués, brutalisés et mis en pièces par les armées, les intérêts, les alliés ou les mercenaires occidentaux.

C’est parce que tous les systèmes communistes ont lutté avec détermination contre le colonialisme, l’impérialisme et le pillage.

Il serait intéressant de voir ce qui se passerait, s’il n’y avait pas d’intervention, pas de campagnes de diffamation, pas d’embargo et pas de guerre. Peut-être que la plupart des pays communistes prospéreraient ?

Et pourtant, malgré toute cette horreur imposée par l’Occident, la Chine et la Russie s’épanouissent.

L’Amérique du Nord et l’Europe sont en proie à la panique. Elles tremblent littéralement. Leurs élites sont totalement débordées, essayant d’inventer de nouvelles formules, de nouvelles insultes, pour salir les deux leaders mondiaux.

Leur plus grande crainte est la suivante : et si le reste du monde se rendait compte de ce qui se passe? Et si certains pays commençaient à changer de camp, d’alliance. Et c’est précisément ce que font certains pays ! Tout est en train de changer, d’évoluer. On discute maintenant, aux Philippines et au Mexique, au Kenya et dans bien d’autres endroits.

La plupart des gens dans les pays colonisés ont encore trop peur pour rêver. Ils n’osent pas croire qu’un autre monde est possible, que les tentatives de construire une planète bien meilleure ne seraient pas noyées dans le sang, encore une fois. Beaucoup sont comme des otages enfermés dans une cave immonde pendant des années, ayant oublié les rayons du soleil et vivant dans une peur constante. Le syndrome de Stockholm semble être omniprésent.

***

Des nations considérables et indéniablement prospères, comme la Chine et la Russie, peuvent-elles être complètement, absolument dans l’erreur ? Peuvent-elles être complètement mauvaises ? En lisant les médias occidentaux, en écoutant les responsables gouvernementaux d’Amérique du Nord et d’Europe, c’est précisément ce qu’elles sont : trompeuses, sinistres et dangereuses pour leur propre peuple et pour le monde.

Il n’y a absolument rien de positif qui est écrit (en Occident) sur les nations qui ont décidé, ou ont été forcées, de s’engager sur leur propre voie : La Chine, la Russie, mais aussi la Corée du Nord, la Syrie, l’Iran, le Venezuela, Cuba, et même l’Afrique du Sud.

Ils sont confrontés à un barrage de négativité, d’attaques cyniques et d’insultes. Chaque succès est remis en question et déprécié. Presque chaque nouvelle est introduite avec un point d’interrogation sarcastique. Les dirigeants sont ridiculisés.

En Occident, le journalisme est pratiquement mort. Des milliers de scribes sont déchaînés par les grands médias  à la recherche des “secrets les plus sombres” en Chine, en Russie et dans d’autres pays non occidentaux. Les histoires positives ne peuvent être mises en lumière que si elles se produisent en Occident ou dans les néocolonies de l’Empire d’Occident.

Tout cela parce que le régime se bat désespérément pour sa survie. Parce qu’il ne peut plus inspirer personne. Il ne peut pas offrir d’optimisme, ni motiver avec des idéaux enthousiastes. Il ne peut pas faire mieux que de salir ses adversaires.

La Russie et la Chine ne peuvent pas rivaliser avec la machine de propagande de l’Occident. Et elles n’essaient plus de le faire. Elles le faisaient avant, mais elles ont abandonné, il y a quelque temps.

Au lieu de cela, ils développent de nouveaux concepts sociaux pour leur peuple, travaillent à la mise en œuvre d’une civilisation écologique, à l’amélioration du niveau de vie de tous.

Au lieu de se fâcher, de pointer du doigt et d’insulter leurs adversaires, la Russie et la Chine vont de l’avant, de façon irréversible.

Cette marche confiante est ce qui sauvera, très probablement, l’humanité d’un effondrement imminent, de la terrible agonie du cannibalisme, qui est promu comme “démocratie” et “liberté” par le fondamentalisme du marché occidental et une dictature brutale du 1%.

***

La Chine et la Russie ne sont peut-être pas parfaites, mais ce qui se passe en Occident est monstrueux.

Ce qui se passe dans le nouveau type de colonies occidentales est tout simplement un crime contre l’humanité, de la Papouasie occidentale au Moyen-Orient, en passant par la République démocratique du Congo et l’actuelle Amazonie brésilienne, pour ne citer que quelques régions du monde complètement pillées et en ruines.

Et le silence est total, quand il s’agit de ces crimes. Les médias occidentaux sont silencieux, obéissants et disciplinés.

Les régions du monde en ruines et blessées lévitent tranquillement vers la Russie et la Chine. Elles ont énormément souffert, pendant des décennies et des siècles. Elles n’ont plus de larmes dans les yeux, plus de sang dans les veines. Elles ne lisent pas les feuilles de propagande. Elles ont peur, elles ont faim et elles sont malades. Elles ont besoin de survivre, elles ont besoin d’une bouée de sauvetage, rapidement. Elles ont besoin d’un bras fort et déterminé sur lequel s’appuyer.

La Russie et la Chine sont là, prêtes à aider. Maintenant, immédiatement, sans condition.

Et ils le savent – à Londres, Washington, Paris, Berlin, Canberra, Ottawa ! Ils le savent et ils font tout ce qu’ils peuvent pour arrêter le processus. Pour faire taire les victimes. Pour garder le contrôle sur le monde. Pour continuer à piller. Pour décider qui doit vivre et qui doit mourir, quand et comment.

Ce n’est pas une bonne vie. Pas bonne du tout. Pour la planète, même pour la majorité des gens en Occident.

Il faut se poser de grandes questions, des questions essentielles.

La Russie, la Chine, l’Iran, le Venezuela, Cuba – ils posent et répondent à ces questions, pas toujours par des mots, mais en construisant leurs propres sociétés, souvent contre vents et marées.

Plus les propagandistes occidentaux crient fort, plus il est clair qu’ils ont peur. Au fond d’eux-mêmes, ils savent qu’ils ont tort et que leurs jours sont comptés.

Je n’ai même pas besoin d’écrire sur COVID-19 dans cet essai. Beaucoup de personnes qui lisent ces lignes sont bien conscientes de l’horrible échec et du manque honteux de solidarité en Occident.

La prochaine fois, lorsque vous entendrez des cris et des insultes, que vous sentirez une terrible mauvaise haleine et que vous verrez des gens pointer du doigt la Russie et la Chine, trouvez une chaise, asseyez-vous et, calmement, très calmement, posez-vous au moins quelques questions de base :

“Est-ce là le monde dans lequel je veux vivre ?”

“Si le monde dans lequel je vis me fait peur, me frustre, me rend malheureux, pourquoi devrais-je faire confiance à ses idéologues et propagandistes ?

“Peut-être que la raison pour laquelle les dirigeants occidentaux haïssent, méprisent et craignent des pays comme la Russie et la Chine, c’est parce qu’ils font en fait quelque chose d’essentiellement bon pour notre planète et le peuple ! S’ils le font, ne devrais-je pas les soutenir ?”

André Vltchek est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il est l’un des créateurs du Monde en mots et en images de Vltchek, et un écrivain qui a écrit de nombreux livres, dont China and Ecological Civilization. Il écrit notamment pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments