Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La loi sur la sécurité nationale sonne le «glas de la mort» pour l’intervention américaine à Hong Kong: éditorial du Global Times

une des décisions les plus importantes des deux sessions du Parlement chinois a été de promulguer “une loi de sécurité” qui serait appliquée à Hong Kong. Ce qui est affirmé à travers cette loi c’est que Hong Kong est un territoire chinois sur lequel les puissances occidentales et surtout les Etats-Unis n’ont aucun droit d’ingérence.Ce qui est incontestablement sonné c’est la fin de partie sur ces ingérences. Cela ne s’accompagne d’aucune rupture en matière commerciale même avec les Etats-Unis. Il est au contraire insisté sur la nécessité de poursuivre toutes les coopérations. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Source: Global Times Publié: 2020/5/23 16:17:3716


Photo de fichier: VCG

Une loi sur la sécurité nationale qui doit être mise en œuvre à Hong Kong saperait-elle le principe “un pays, deux systèmes”? Avant de répondre à cette question, nous aimerions demander: quel pays n’a pas de lois sur la sécurité nationale? Quel pays permettrait à ses régions administratives de devenir un lieu sans sécurité nationale où certaines forces internes se mêlent aux forces étrangères et mettent en danger la sécurité nationale?

L’article 23 de la Loi fondamentale stipule que la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong doit édicter seule des lois sur la sécurité nationale. Mais cela fait près de 23 ans qu’a eu lieu le retour de Hong Kong en Chine, et la RAS de Hong Kong n’a pas promulgué de telles lois.

Certaines forces d’opposition extrêmes à Hong Kong incitent le public à résister à la législation de l’article 23, qui a été soutenue par des pays tels que les États-Unis et le Royaume-Uni. Dans la sphère d’opinion de Hong Kong, la législation de l’article 23 est presque devenue taboue et peut à peine être mentionnée. 

En 2003, des manifestations de masse ont eu lieu contre la législation de l’article 23. La législation des lois sur la sécurité nationale est devenue un point de contestation à long terme entre le gouvernement central et l’extrême opposition de Hong Kong qui recherche le soutien des forces occidentales.

L’absence d’une loi sur la sécurité nationale est l’une des raisons mêmes pour lesquelles Hong Kong est devenu chaotique et son système de valeurs s’est écarté de la voie normale. L’état de droit a été miné par des extrémistes qui jouent un rôle destructeur dans la sécurité nationale et donnent le mauvais exemple à la société.

Cela doit cesser. La législation sur la sécurité nationale à Hong Kong est une garantie nécessaire pour que le principe “un pays, deux systèmes” fonctionne normalement et pour que Hong Kong jouisse d’un degré élevé d’autonomie. La RAS de Hong Kong étant dans une position difficile pour remplir cette tâche, le Congrès national du peuple doit assumer la responsabilité fondée sur le droit accordé par la Constitution et la Loi fondamentale. Elle doit aider un Hong Kong en désarroi à trouver sa position en tant que région administrative spéciale de la Chine.

La logique de cette décision est claire et son urgence est connue de tous. Dire que la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong mine “un pays, deux systèmes” et met en danger le haut degré d’autonomie de Hong Kong est simplement une manière de se vouloir centré sur les États-Unis et ne pas tenir compte du fait que Hong Kong est retourné la Chine.

Nous pensons que la plupart des pays comprendront le sens de la décision de la Chine et ne suivront pas la rhétorique américaine. Washington a déjà sollicité le soutien de ses alliés occidentaux pour attaquer la Chine. Certains ont pris position, mais seuls les États-Unis ont déclaré qu’ils réagiraient fortement.

Tous les pays doivent garantir la sécurité nationale. Les pays occidentaux peuvent comprendre ce besoin politique et juridique tant qu’ils ne sont pas biaisés.

De toute évidence, Pékin est déterminé à empêcher les forces extérieures d’interférer dans les affaires de Hong Kong et est décidé à reconstruire le système de sécurité nationale à Hong Kong, quels qu’en soient les coûts. Nous conseillons à Washington et aux forces extrêmes de Hong Kong de ne pas mal juger la situation et de croire à tort qu’elles peuvent entraver la législation et l’application de la loi.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a averti vendredi que le plan de Pékin de contourner le processus législatif de Hong Kong et d’adopter une loi sur la sécurité nationale serait un “coup de grâce” pour le haut degré d’autonomie de Hong Kong. Oui, il y aura un «glas de la mort» dans l’ingérence des États-Unis dans les affaires de Hong Kong. Washington sera amené à réaliser que le degré élevé d’autonomie de Hong Kong est assuré sous la juridiction chinoise, et non par la manipulation américaine. 

Publié dans: ÉDITORIAL , AVIS

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments