Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le Noyau russe de la puissance, le patriotisme socialiste. par le président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie Gennady Zyuganov. Partie III

En Russie, à la suite de diverses interventions du Président Poutine proclamant que le patriotisme généreux fait partie de l’identité russe, les communistes russes,en particulier leur dirigeant Ziouganov lui ont répondu que le patriotisme était certes célébration mais aussi actes concrets dans l’actualité et ils accusent le capitalisme d’être le contraire de ce patriotisme. Une série d’articles d’une force peu communes ont été publiés, dans celui-ci , il revient sur la démographie pour montrer que le capitalisme tue le peuple russe alors que le socialisme quels que soient les terribles guerres qu’il a affronté a recréé les conditions matérielles et morales d’une natalité qui témoigne de l’espérance des jeunes générations. Mais à partir de ce constat, le discours s’élève pour défendre un patriotisme de justice et de paix et dont le messianisme est tel qu’il est civilisation. La trahison de l’idéal socialiste russe a privé le monde de son âme, l’a soumis au capitalisme Le peuple russe se réveille et revendique le noyau de sa puissance le socialisme. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

14 mai 2020 19:40 – Parti communiste

Noyau russe de la puissance.  Un article du président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie Gennady Zyuganov.  Partie III

La crise systémique, fortement aggravée par la pandémie d’un virus jusque-là inconnu de l’humanité et la chute des cours mondiaux des matières premières, a finalement révélé les coûts catastrophiques du système capitaliste. Ces coûts se produisent partout sur la planète. Ils indiquent clairement qu’il n’y a de «paradis libéral» nulle part dans le monde.

Sous l’ordre mondialiste , même les pays les plus développés, confrontés à des défis de grande envergure, ne peuvent y faire face et glissent dans l’abîme de la crise sociale. Les processus de crise planétaire sont doublement douloureux pour la Russie qui, comme au début du siècle dernier, est un maillon faible et périphérique du capitalisme mondial. Ils sont particulièrement destructeurs pour le peuple russe qui forme l’État. Une nation qui supporte les coûts et les pertes les plus importants à la suite des expériences sociales inhumaines des dernières décennies.

Première partie

La preuve que le cours actuel menace le peuple russe d’un véritable génocide est la catastrophe démographique à laquelle le pays a été confronté après l’effondrement de l’Union soviétique et du système socialiste .

Tout au long de l’ère soviétique, à l’exception de la Grande Guerre patriotique, au cours de laquelle nous avons perdu 27 millions de personnes, la population de l’URSS dans son ensemble et la population de la Fédération de Russie ont augmenté rapidement. En 1941, elle était 43 millions de plus que la population de l’Empire russe à la fin du XIXe siècle. À la suite de la guerre, il a été réduit de plus de 13 millions, mais déjà 10 ans après la victoire, il était presque égal à celui d’avant-guerre. Au début des années 90 du XXe siècle, plus de deux fois plus de personnes vivaient en Russie que 100 ans auparavant. Sans aucune migration, grâce au taux de natalité élevé, stimulé par la politique sociale du pouvoir soviétique.

Voici les données historiques sur l’espérance de vie moyenne dans notre pays et en Occident:

La Russie en 1900 – 32 ans;

États-Unis en 1900 – 49 ans;

URSS en 1967 – 70 ans;

USA en 1967 – 67 ans.

En Amérique, où au début du 20e siècle, les gens vivaient en moyenne 17 ans de plus qu’en Russie, l’espérance de vie moyenne en 1867 a augmenté de 18 ans par rapport à 1900. Et en URSS 50 ans après l’établissement du pouvoir soviétique, les gens ont commencé à vivre en moyenne 38 ans de plus qu’en Russie au début du 20e siècle. Et en 1967, l’Union soviétique dépassait déjà les États-Unis en termes d’espérance de vie moyenne.

Dans notre pays, l’augmentation de l’espérance de vie au cours des 67 dernières années du XXe siècle s’est avérée plus de deux fois plus importante qu’aux États-Unis, premier pays du monde capitaliste. L’Union soviétique en termes d’espérance de vie non seulement par rapport aux États-Unis, mais aussi à des pays comme la France, la Belgique, la Finlande. Et rattrapé le Japon, la République fédérale d’Allemagne, l’Italie et le Canada dans cet indicateur. Cela suggère que le  système socialiste a contribué à un progrès social beaucoup plus rapide que le système capitaliste dans sa version la plus prospère .

Dans la Russie actuelle, selon les statistiques officielles, les gens ne vivent en moyenne qu’un an de plus qu’il y a 53 ans. Autrement dit, dans le contexte des progrès soviétiques remarquables, ici, le «progrès» est pratiquement nul. Dans le même temps, comme déjà mentionné, des experts indépendants insistent pour dire que les statistiques officielles surestiment les indicateurs réels de l’espérance de vie.

les données officielles sur le nombre de Russes à l’époque pré-révolutionnaire, soviétique et post-soviétique.

Au milieu du XVIIe siècle, il n’y avait que 7 millions de Russes dans nos territoires . À la fin du XIXe siècle, il y en avait près de 50 millions de plus. Il a fallu 250 ans pour une telle croissance démographique à l’ère de la monarchie. Et en Union soviétique pendant 63 ans – de 1926 à 1989 – les Russes ont augmenté de 67 millions ou plus. Au milieu des années 1920, il y en avait environ 78 millions, et à la fin des années 1980, il y en avait déjà plus de 145. Et c’est en tenant compte de la guerre civile et les deux guerres mondiales qui ont coûté la vie à des dizaines de millions de personnes!

Le dernier recensement de la population soviétique réalisé en 1989 a montré qu’il y avait 120 millions de Russes dans la seule RSFSR. À la fin de 1991, il y en avait un million de plus. 121 millions de Russes en Russie même et 25 millions dans d’autres républiques . C’est ce que nous avions à la veille de la destruction perfide du pays soviétique et du rejet du socialisme.

Le capitalisme qui nous a été imposé s’est transformé pour le peuple russe une vague démographique vraiment meurtrière. En 2010 – l’année du dernier recensement – il y en avait 111 millions en Russie. Soit dix millions de pertes du peuple qui forme l’État au cours des deux premières décennies du capitalisme . Et ce n’est que selon les données officielles qui ne reflètent pas pleinement la réalité.

Comme déjà mentionné, la situation la plus catastrophique se situe dans les régions traditionnelles russes. Depuis 1991, la région de Novgorod a perdu 155 000 personnes, ma Orlovschina natale – 165, la région de Kostroma – 170, Pskov – 217, Smolensk et Yaroslavl – plus de 220, la région de Koursk – 225, Penza – plus de 240, Vladimir – 300, Tula et Tverskaya – 400, Arkhangelsk – 430, Mourmansk – près de 450, Nizhny Novgorod – 570 mille.

En général, la population de la Russie a diminué depuis 1991 de 1,6 million. Et la population russe – de 10 millions. Et cela sans tenir compte des données exactes de la dernière décennie, qui ne sont pas encore disponibles. Autrement dit, le nombre de Russes fond au moins six fois plus vite que la population totale du pays. Leur déclin n’est «équilibré» que par la migration. C’est une véritable catastrophe humanitaire!

De toute évidence, l’étendue réelle de l’extinction du peuple russe est beaucoup plus importante. Après tout, le taux de mortalité post-soviétique de ceux qui vivaient en Fédération de Russie avant l’effondrement de l’URSS a été considérablement compensé par la relocalisation, et souvent la fuite forcée des Russes des anciennes républiques soviétiques vers la Russie. Quant aux statistiques officielles de l’extinction des Russes restant au-delà de ses frontières, elle est en fait absente. Mais les démographes arrivent à la conclusion:  du début des années 1990 à nos jours, le nombre total de Russes sur la planète a diminué de 20 millions. Pendant les années du capitalisme, le peuple russe a subi les mêmes pertes humaines que la guerre avec l’Allemagne hitlérienne leur a apporté!

Les données officielles sur l’ampleur de l’attrition russe en Russie au cours de la deuxième décennie du 21e siècle ne suivront qu’après le nouveau recensement, qui était prévu pour 2020. Mais maintenant, il n’est pas difficile d’imaginer à quel point ils se révèlent déplorables.

Pendant l’ère soviétique, le nombre de Russes a plus que doublé. Au cours des trois décennies capitalistes, il a baissé d’au moins 13%. Quelle autre preuve faut-il que le socialisme réponde aux intérêts nationaux des Russes et que le capitalisme leur est ouvertement hostile, mortel pour eux? Quelle autre preuve faut-il que le rejet du cours actuel, du système de gestion destructif actuel ne soit pas seulement une question de bien-être social et économique de notre peuple, mais une question de sa survie physique?

Il n’y a pas si longtemps, les autorités nous ont promis une explosion démographique. Nous avons prévenu: tout en maintenant le cap destructeur actuel, de telles promesses ne peuvent pas se réaliser. Malheureusement, nos avertissements ont été confirmés. Après plusieurs années de croissance insignifiante, qui a été fournie uniquement par la migration avec l’extinction continue des populations autochtones du pays, la migration ne peut pas déjà compenser cela. Le «déclin naturel de la population», comme les autorités appellent cyniquement l’extinction des citoyens autochtones, a recommencé à croître rapidement depuis 2019 .

Les experts discutent activement des problèmes démographiques de la Russie. Mais en même temps, presque tous contournent le problème principal, sont muets sur le phénomène clé et catastrophique qui accompagne la situation démographique dans notre pays. Ce phénomène consiste dans le fait que,  tout d’abord, les Russes meurent en Russie.

La crise démographique associée à une faible fécondité et à une mortalité élevée est exacerbée par le problème de la santé des enfants et des adolescents. Les enfants et les adolescents sont demain de notre pays. La génération des diplômés actuels des écoles dans 20-25 ans devra assumer la responsabilité de la Russie, de sa gestion, de sa préservation et de son développement. Mais  que peut attendre le pays à l’avenir si seulement 10% des lycéens, selon les médecins, peuvent être reconnus comme en parfaite santé? Plus de la moitié sont considérés comme en mauvaise santé. Une partie importante au moment de l’obtention du diplôme a déjà des maladies chroniques . À l’époque soviétique, c’était inimaginable. Nous n’en avons entendu parler que dans des histoires sur les pays arriérés du tiers monde. Et maintenant, c’est notre propre réalité.

Seuls le pouvoir des communistes, le socialisme et un retour au meilleur de l’expérience soviétique mettront fin à un système conduisant à l’extermination effective du peuple. Un système dans lequel les citoyens, vivent dans des conditions inacceptables pour un pays aussi riche, ont peur de fonder une famille et de donner naissance à des enfants.

Aujourd’hui, la grande majorité des jeunes russes ne peuvent pas espérer acquérir leur propre logement – même le plus modeste. De plus, ils sont privés de la perspective d’acquérir un logement dans 10, 15 ou 20 ans. Depuis le début des années 90, le coût du logement en Russie a été multiplié par cent. Même si vous consacriez le salaire entier pour acheter un appartement, ce qui, bien sûr, est impossible, le Moscovite moyen devra économiser 12 ans, un résident de Saint-Pétersbourg – 11 ans, vivant dans l’une des régions centrales de la Russie – 18 ans, un résident des régions du sud – 10 ans. Et ceux qui essaient de résoudre le problème des prêts bancaires devront, en raison des intérêts prédateurs, payer à la banque le double ou le triple du coût de l’appartement acheté. Ou même en sortir si le remboursement du prêt s’avère écrasant.

C’est précisément la raison pour laquelle les mariages récemment noués se séparent si souvent, que de nombreux jeunes n’osent plus du tout fonder une famille. Les citoyens autochtones de Russie ne sont pas habitués à élever des enfants dans des conditions de surpeuplement inhumain et de pauvreté. C’est ce qui explique principalement la baisse de la fécondité et la destruction de l’institution de la famille. Et ce n’est pas du tout parce qu’ils ne veulent pas d’enfants et ne se marient pas à cause d’une vie d’enfant «gâté» soi-disant trop prospère, comme l’affirme la propagande russophobe, expliquant ainsi la catastrophe démographique.

Après l’arrivée au pouvoir des communistes, la situation du logement changera radicalement. Les jeunes qui consacreront leur vie en développant l’industrie nationale et la science, en fortifiant l’agriculture et en renforçant les défenses du pays, auront un logement gratuit et dès que possible. D’autres pourront en bénéficier pendant plusieurs années, comme ce fut le cas en URSS, qui garantissait un logement gratuit à tous . 

La capacité citoyenne – pas pour les nouveaux riches, pas pour les millionnaires et les milliardaires, mais pour les gens normaux et honnêtes – deviendra l’une des principales directions du développement du pays.

Pour arrêter la catastrophe de l’extinction de la Russie, il ne peut y avoir qu’un changement fondamental, la restauration et le renforcement de ces principes socio-économiques de gouvernance qui stimulent vraiment un taux de natalité élevé. Mais on ne résoudra pas le problème démographique à travers la démagogie et les promesses reuses, comme cela se passe sous le gouvernement actuel.

Un programme efficace pour le salut national des Russes et des autres peuples autochtones de notre pays ne peut être qu’un tel programme, qui est basé sur des principes socio-économiques fermes et efficaces. La réponse à la question est que seul le socalisme peut répondre au problème des besoins du peuple. C’est pourquoi seul le programme du Parti communiste aujourd’hui est convaincant et pertinent du point de vue des intérêts fondamentaux de la nation.

L’âme du peuple sous le talon des destructeurs

Parallèlement à l’extermination physique, le système actuel apporte l’extermination spirituelle à la Russie et au monde russe. Alors qu’il se veut patriote d’une manière enflammée le gouvernement refuse en fait complètement de soutenir la culture nationale russe. Il contribue à son déplacement et à son remplacement par des produits primitifs et immoraux créés pour des motifs occidentaux les plus basiques. Ces objets d’artisanat provenant du choix des fonctionnaires et des marchands cyniques de la culture ont inondé les écrans de télévision, les cinémas et les éditeurs de livres. 

Le système actuel contribue au rejet final par l’État d’apporter l’éducation morale et les lumières à la société et d’aider ceux qui cherchent à le faire .

La base nationale traditionnelle sur laquelle l’enseignement supérieur et secondaire s’est développé à l’époque soviétique a été ouvertement sapée. Les conséquences du pogrom de la sphère éducative deviennent de plus en plus apparentes. Voici un exemple éloquent. En 2018, Rosobrnadzor a résumé les résultats de ses tests sur les enseignants. Un professeur de mathématiques sur deux n’arrivait pas à répondre au test dans sa matière. Parmi les professeurs d’histoire, de langue et de littérature russes, un sur quatre a reçu une note insatisfaisante. Derrière ces chiffres déplorables, il y a une menace directe pour la sécurité nationale de la Russie et sa capacité à se développer avec succès.

L’âme du peuple et sa conscience, son intellect est d’abord sa langue maternelle. Mais la langue russe, dans laquelle la plus grande littérature classique a été créée, qui est l’un des principaux héritages culturels de l’humanité, est quotidiennement sacrifiée. Et cela se produit également avec la connivence des autorités .

Notre langue est la plus riche du monde. Mais cette grande richesse est littéralement piétinée dans la boue des politiques culturelles, éducatives et informationnelles de masse d’aujourd’hui. La langue est activement obstruée par des anglicismes insensés qui parlent de l’actualité et qui symbolisent l’essence coloniale du système imposé à notre peuple. En fait, cet idiome est la langue de l’occupation. Promenez-vous dans les rues de nos villes et vous verrez: les noms étrangers d’origine occidentale et orientale s’y trouvent beaucoup plus souvent que les Russes . Il nous semble qu’ils nous l’ont fait comprendre: le peuple russe n’est pas maître de sa terre. Il n’a pas droit à l’identité nationale, à l’identité, à la langue maternelle .

En 2005, la loi sur la langue officielle de la Fédération de Russie a été adoptée. Son sens est de protéger la langue russe. Mais l’autorité même qui a adopté cette loi ne veut pas la protéger.

Cette loi stipule: “Lors de l’utilisation de la langue russe comme langue officielle de la Fédération de Russie, l’utilisation de mots et d’expressions qui ne sont pas conformes aux normes de la langue littéraire russe moderne n’est pas autorisée.” Mais dans quelle langue parlent de temps en temps des officiels, des managers, des journalistes, de nombreuses personnalités culturelles? Est-ce du russe littéraire? Est-ce le discours de gens qui le respectent, le protègent?

On voit que les pays occidentaux ont été submergés par la crise migratoire, qui menace de se transformer en crise politique pour eux. Mais essayez d’y trouver un travail décent sans connaître correctement la langue officielle! Et avec nous, cela devient presque la norme. Dans le secteur des services, dans le système de logement et de services communaux, nous sommes de plus en plus confrontés à des personnes qui ne sont pas en mesure d’expliquer clairement en russe. Cela ne crée pas seulement des inconvénients domestiques. Cela provoque des tensions sociales. En fin de compte, c’est une menace pour la paix civile, qui sera inévitablement ébranlée si la société est divisée en groupes qui ne se comprennent pas .

Le fondateur du système pédagogique russe, Konstantin Dmitrievich Ushinsky, qui s’est battu de manière désintéressée en Russie au 19e siècle pour garantir que toute la société connaissent l’éducation et une éducation publiques, n’est pas accidentellement considéré comme une leader de l’enseignement de la langue russe. Il a déclaré: «Étant l’enregistrement le plus complet et le plus précis de toute la vie spirituelle et séculaire du peuple, la langue est en même temps le plus grand mentor national, qui a enseigné au peuple quand il n’y avait pas de livres, pas d’écoles, et a continué à leur enseigner jusqu’à la fin de l’histoire populaire … La langue est la connexion la plus vivante, la plus abondante et la plus durable reliant les générations mortes, vivantes et futures du peuple en un seul grand ensemble historique. Quand la langue nationale disparaît, il n’y a plus de monde! Tant que la langue du peuple vit dans la bouche du peuple, alors le peuple vit.

Nous, communistes, ne cessons de nous en souvenir, en protégeant la langue russe, notre culture nationale, la science et l’éducation, que les vrais patriotes de la Russie ont toujours défendus et continuent de protéger.

Selon tous les critères acceptés dans la communauté mondiale, le génocide du peuple russe va continuer. Et donc la question nationale la plus brûlante dans la Russie moderne n’est plus une question de «banlieues nationales», mais une question de «noyau national». Il ne concerne plus aujourd’hui principalement la minorité, mais la très grande majorité .

Священное стремление уберечь Родину и народ от разрушения вдохновляет нас на борьбу за то, чтобы в России возродилось такое государство, которое будет способно остановить физический и духовный геноцид русского и других народов. И позволит им вернуться на путь гармоничного нравственного, культурного и интеллектуального развития. В этом ключевой смысл программы КПРФ. В этом наша главная обязанность перед нынешним и будущими поколениями.

Afin de se débarrasser du joug des capitaux antinationaux et d’avancer en toute confiance, la Russie doit sentir pleinement que ce n’est pas seulement Pouchkine, Lermontov, Tolstoï, Tourgueniev, Nekrasov et Tchekhov, mais aussi Gorki, Cholokhov, Simonov, Isakovsky, Tvardovsky, Bondarev et Rasputin. Prokofiev et Sviridov. Mukhina et Vuchetich. Makarenko et Sukhomlinsky. Kurchatov et Keldysh. Korolev et Gagarin. Joukov, Rokossovsky, Vasilevsky et Konev. Le pays devrait être fier que cette galaxie de noms brillants qui font la fierté de la civilisation russe soit née de l’ère soviétique, la patrie socialiste, la patrie de Lénine et de Staline.

Les communistes, tous les patriotes doivent défendre activement l’histoire russe, la culture russe, l’âme russe. Parce que le coup principal des destructeur de notre Puissance leur est destiné . Et en ces temps difficiles, nous sommes obligés de nous réaliser non seulement en tant que parti de la démocratie et de la justice, mais aussi en tant que parti du salut national.

La Russie est sur le point de s’éveiller

“Si l’expérience entreprise par Lénine dans le domaine de l’organisation sociale échoue, alors la civilisation échouera, comme de nombreuses civilisations qui ont précédé la nôtre ont échoué.” De tels mots en 1931 ont été prononcés par un lauréat du prix Nobel, le dramaturge britannique Bernard Shaw. La puissance soviétique a prouvé sa force, son grand potentiel créatif. Mais avec sa destruction perfide, la justesse des propos de l’écrivain a été confirmée. L’effondrement de l’URSS a provoqué une déstabilisation mondiale croissante, menaçant la planète de terribles bouleversements. Et il a mis la civilisation russe au bord de la destruction, dont la manifestation la plus élevée a été la création de l’État soviétique . États des travailleurs. État du socialisme .

Mais l’expérience historique colossale, les ressources vitales les plus riches, le potentiel moral et intellectuel que nous possédons, nous permettent de nous empêcher de chuter dans l’abîme. Surmonter une crise systémique. Notre peuple peut toujours le faire. Et certainement faites-le!

C’est la civilisation soviétique au début du XXe siècle qui a pu offrir à l’humanité le plus grand projet socialiste d’ordre mondial, fondé sur les lois de la justice, de l’humanisme et de l’égalité. Dans les batailles avec les armées de l’Entente et les hordes hitlériennes, elle a montré au monde entier sa pureté et sa puissance. Une réelle supériorité sur le capitalisme, qui dégénère inévitablement en fascisme et banditisme politique.

Le désir du capital transnational d’enterrer le projet socialiste s’est avéré futile. Aujourd’hui, l’humanité, tourmentée par les crises et déçue du capitalisme, se tourne à nouveau vers le socialisme. Comme il y a un siècle, le monde russe devrait être à l’avant-garde de ce processus, dans la conscience duquel les aspirations socialistes sont profondément enracinées. Et ils ne peuvent être réprimés par aucune résistance du monde et de “l’élite” politique et financière russe .

Le philosophe allemand Walter Schubart, qui a quitté l’Allemagne après l’arrivée au pouvoir des nazis et avait un respect sincère pour notre peuple, a déclaré en 1938 à propos du Russe dans son livre “L’Europe et l’âme de l’Orient”: “Il n’essaie pas de faire de son voisin un outil. C’est l’essence même de l’idée russe de fraternité. C’est l’évangile du futur … La tâche de la Russie est de rendre l’âme à l’homme. C’est la Russie qui possède les forces que l’Europe a perdues ou détruites en elle-même … Seule la Russie est capable d’insuffler son âme à la race humaine, qui périt d’un pouvoir aimant, embourbé dans des affaires objectives. »

Il est clair que les processus historiques qui se sont déroulés dans le monde après que le socialisme a mis à l’épreuve l’idéologie de l’arrachage d’argent, du vol et de l’exploitation étaient destinés ici. Ces processus au centre desquels le peuple russe s’est avéré être tous les peuples de notre grande puissance. Et au centre duquel ils sont convaincus de se retrouver.

L’histoire, dont les facettes les plus importantes sont mises en évidence avec une vigueur renouvelée dans le contexte des événements dramatiques de notre époque, nous permet d’affirmer: une personne véritablement russe ne peut que soutenir le socialisme. Un véritable adepte du socialisme, quelle que soit la nation à laquelle il appartient, ne peut que traiter les Russes avec respect, appréciation et amour .

L’antisoviétisme frénétique et la russophobie de nos adversaires est la dernière potion toxique que les libéraux libéraux saisissent de manière morale et professionnelle pour tenter de sauver leur autorité de la noyade et convaincre le pays de la nécessité de préserver le système du capitalisme criminel. Seul un retour aux principes d’un État social peut sortir la Russie de la crise et la remettre sur la voie du plein développement. Aux idéaux d’amitié, de fraternité et de véritable indépendance nationale .

Par conséquent, la base du programme du Parti communiste et de 15 amendements majeurs à la Constitution, dont nous recherchons l’adoption, sont des idées et des mesures pour restaurer le meilleur de la politique économique, sociale et culturelle soviétique. Nous sommes les plus modernes et les plus dignes de la pratique moderne. Les communistes s’opposent fermement à l’idéologie des libéraux antisoviétiques hostiles à notre patrie, qui vénèrent la mondialisation capitaliste, l’idéologie de la justice sociale et la renaissance nationale, qui répond aux intérêts de la majorité absolue.

Nous ne doutons pas que le salut et la renaissance de la Russie sont impossibles sans restaurer les fondements moraux solides et les principes moraux sur lesquels la société et le pouvoir sont tenus de s’appuyer. Répondons honnêtement à la question: à quelle époque les principes qui prévalaient dans la société et dans la politique du pouvoir se rapprochaient-ils des postulats de bonté, de désintéressement, de miséricorde et d’humanisme qui prêchaient depuis longtemps les grandes religions du monde? Au soviétique ou au présent? À notre avis, il ne peut y avoir qu’une seule réponse: le système soviétique incarne directement ces postulats, en s’appuyant sur les idéaux d’égalité universelle, de solidarité et de justice sociale.

Il ne sera possible de surmonter la crise systémique et de revenir sur la voie du développement à part entière que lorsque les personnes impliquées dans l’effondrement criminel de l’URSS et la mise en place en Russie d’un système de capitalisme criminel-oligarchique sauvage seront retirées de la gestion politique, économique et financière.

Rappelez-vous les paroles sages de Cicéron: «Une nation peut survivre à ses imbéciles et à son peuple ambitieux, mais elle ne peut pas survivre à la trahison. L’ennemi qui est à nos portes est terrible, mais il est connu et se tient ouvertement sous ses bannières. Le traître tourne librement parmi les assiégés, son murmure rusé brille à travers les collines de la ville, il agit en secret et infecte les citoyens, afin qu’ils ne puissent plus résister. Le tueur est moins effrayant que lui. »

La destitution du pouvoir de la «cinquième colonne» russophobe et antisoviétique est une condition indispensable à la renaissance de notre pays et du peuple russe. Ce n’est qu’alors qu’un nouveau leadership véritablement patriotique et à l’esprit national pourra mettre en œuvre le changement de cap dont nous avons besoin. Rassemblez-vous autour de toutes les forces saines de la patrie .

Le CPRF a de nouveau appelé les patriotes de Russie à lutter pour cela lors des célébrations que nous organisons au printemps 2020: l’Assemblée populaire de toute l’Union consacrée au 150e anniversaire de Vladimir Ilitch Lénine, et le 1er mai 1er mai, dédié à la Journée de la solidarité internationale des travailleurs.

Avec le même appel, nous nous sommes adressés aux citoyens le 9 mai, jour du plus grand anniversaire – le 75e anniversaire de la Victoire. À sa veille, nous faisons partie de la campagne politique « Lénine, Staline, Victoire! “Des actions patriotiques à grande échelle ont été annoncées:” Régiment immortel sous la bannière rouge “,” Jardin de la victoire – le jardin de la vie “,” Jeunesse – le cher père des héros. ” Ils couvriront toute la Russie et les anciennes républiques soviétiques, toujours liées à nous par des liens sacrés communs.

En raison de l’infection dangereuse qui a saisi le monde et mis tout le monde en quarantaine épuisante, nous ne pouvions pas aller aux cortèges de rue et aux rassemblements et tenir nos réunions sur Internet. Mais, malgré les distances, ils étaient remplis de l’énergie vive de la lutte pour la justice. La conviction que nous serons bientôt réunis avec de nouvelles forces au nom de la cause commune de la renaissance de la Patrie et du peuple.

L’anniversaire de Lénine et l’anniversaire de la victoire nous rappellent: nous sommes les héritiers de réalisations grandioses. Héritiers de héros qui ont frappé le monde entier avec leurs actes. Le droit sacré et le devoir sacré du peuple est de regagner ce qui a été conquis par eux et pris au pays et à la société par les traîtres. Nous le savons avec certitude: l’ennemi sera vaincu, la victoire sera la nôtre!

Lorsque les envahisseurs étrangers se sont régalés au Kremlin pendant la période de troubles, le patriarche Germogen, qui n’a pas reconnu les imposteurs et les envahisseurs, a été emprisonné. Mais même là, privé d’eau et de nourriture, il n’a cessé d’appeler: “Lève-toi, peuple russe!” Il a été entendu, les milices de Minine et Pojarski sont venues, le pays a été sauvé. Aujourd’hui, cet appel n’est pas moins pertinent. Si elle est portée à la conscience de notre peuple, la Russie se lèvera, s’éloignera de l’abîme historique. Et le XXIe siècle sera le siècle de la renaissance de notre Puissance.

La base de l’idéologie qui ouvre la voie à la renaissance devrait être l’idée russe moderne, capable d’unir tous les peuples du pays au nom d’une cause commune et d’un bien commun. Une idée basée sur le socialisme et des valeurs patriotiques spirituelles millénaires . Attacher la nation dans une seule impulsion créative. Mobiliser toutes les ressources publiques pour une sortie rapide de la crise systémique qui menace l’existence même de notre pays.

Alliant le socialisme, le patriotisme et les traditions séculaires du peuple, la Chine a réussi à obtenir des succès stupéfiants. Cuba, le Vietnam, le Venezuela suivent le même chemin. Nous n’atteindrons pas la victoire si nous ne nous appuyons pas sur le caractère russe, sur l’esprit russe, sur l’histoire russe. Les Russes sont une nation qui forme une nation. Ils n’ont jamais opprimé les autres peuples et ont tout fait pour préserver leur indépendance, leur foi, leur écriture, leur langue et leur culture. Sans le renforcement global du peuple russe, ni la préservation de notre pays, ni la paix sur la planète ne sont possibles .

Les vrais patriotes de la Russie ne peuvent que le reconnaître, tant les Russes que ceux appartenant à d’autres peuples. Et cela renforce notre confiance dans l’importance de rappeler à la société les principes fondamentaux de la civilisation russe, les valeurs, les découvertes et les réalisations soviétiques. De la nécessité de défendre les idées du socialisme et de lutter pour la victoire de ces grandes idées dans la Russie d’aujourd’hui. Pour la victoire, qui deviendra la garantie d’un avenir digne pour notre patrie.

Gennady Zyuganov, président du Comité central du Parti communiste, docteur en philosophieTags: Russie Russie Power Zyuganov

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments