Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

“Plutôt que de compter les puces sur le chien de son voisin …”

Un des symptômes de la chute des empires est incontestablement la réduction de son potentiel d’intervention impérial. A partir de la chute de l’URSS, les Etats-Unis ont paru pouvoir intervenir partout et se considérer comme maître chez eux. Pourtant les Iraniens défient la maison blanche et son armada rongée par le coronavirus avec le proverbe “Plutôt que compter les puces sur le chien de votre voisin, comptez les trous de votre caftan” selon cet article russe traduit par Marianne. Mais l’acte le plus fort est venu de la Chine qui a chassé manu militari un navire américain qui prétendait entrer dans les eaux chinoises. C’est la première fois que la Chine accorde une telle publicité à l’acte de sa propre armée de Libération contre celle des Etats-Unis. C’est dire l’état des tensions désormais entre la Chine et les USA, mais aussi à quel point l’attitude de la Chine fait école et elle ne se prive pas de souligner la fébrilité des USA en train de perdre positions et influence. Dans une telle situation, il est clair que n’importe quel stratège vous dira que l’on ne ménage pas l’ennemi affaibli mais pour rester dans les proverbes: c’est quand le chien se noie qu’on lui envoie des coups de bâton sur la tête. Si l’on ajoute à cela l’obligation dans laquelle Trump est contraint de négocier la situation pétrolière avec Poutine, on voit l’état de la partie, et l’UE n’est plus qu’un pion (note et traduction de Danielle Bleitrach et de Marianne Dunlop).

Auteur: Peter PARKHITKO.

https://gazeta-pravda.ru/issue/internet-vypusk-gazety-pravda-27-aprelya-2020-goda/chem-schitat-blokh-na-chuzhoy-sobake-/

Parmi les nombreux proverbes, dictons et aphorismes de l’Orient, il y a celui-ci : «Plutôt que de compter les puces sur le chien de votre voisin, comptez les trous sur votre caftan». Cette sagesse orientale illustre parfaitement les nouvelles attaques du chef de la Maison Blanche contre la République islamique.

Ainsi, le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a récemment déclaré que le président américain Donald Trump devrait davantage “s’inquiéter de la propagation du coronavirus dans les forces armées américaines et ne pas s’occuper de la situation dans le golfe Persique, avec laquelle Washington n’a rien à voir”.

En appui de ces paroles, Zarif a rappelé la récente «injonction» de Trump à la marine américaine de «détruire les navires iraniens qui interfèrent avec les navires de guerre américains». Il a également souligné que les troupes américaines n’ont rien à faire dans le golfe Persique, où elles ne font que provoquer les marins iraniens. Pour plus de clarté, le ministre iranien a également montré une carte géographique, qui indique à quelle distance les États-Unis sont du golfe Persique.

Dans le même temps, Javad Zarif a noté que selon les données officielles les forces armées américaines ont déjà plus de 5 000 cas d’infection par COVID-19. “Donald Trump devrait être très attentif aux besoins de ses propres militaires et ne pas se lancer dans des menaces sans fondement que seuls des terroristes pourraient approuver”.

Cependant, Trump ne devrait-il se préoccuper que des «militaires», étant donné que l’Amérique est aujourd’hui le «leader» incontesté de la pandémie? La situation avec le coronavirus aux États-Unis est horrible, le nombre de citoyens infectés du pays approche rapidement le million de personnes, le nombre de décès de 50 000. Et dans une situation où le monde entier est uni dans la lutte contre une menace commune sans précédent dans ce début de siècle, le chef de la Maison Blanche continue d’agiter les bras et de menacer l’Iran de nouvelles sanctions.

De plus, le coronavirus est loin d’être le seul “trou dans l’habit”, c’est-à-dire dans la politique du président américain. Trump dans les conditions actuelles n’oublie pas de faire pression sur ses alliés européens, essayant de maintenir le leadership américain dans le monde à la fois dans le domaine militaire, et dans l’économie, et en politique étrangère. Et aussi de faire pression sur la Chine, que le chef de la Maison Blanche a proclamé être le principal coupable de l’épidémie mondiale de coronavirus.

En bref, rien de nouveau. Incapable de faire face à la propagation d’une infection mortelle, comme dans les autres cas où les plans américains ont échoué, le président américain rejette comme d’habitude la faute sur des «facteurs externes». Surtout au milieu d’une nouvelle campagne électorale. Après tout, «compter les puces sur le chien du voisin» dans une telle situation est toujours beaucoup plus facile et plus agréable pour les électeurs que «des trous dans votre caftan».

Caricature  de yandex.ru.

L’APL expulse un navire de guerre américain des îles Xisha et l’invite à combattre le COVID-19 chez lui

Par Liu Xuanzun et Guo Yuandan Source: Global Times Publié: 2020/4/28 21:59:4823


Le destroyer lance-missiles Guangzhou lance un missile de défense aérienne lors d’un exercice militaire dans la zone des eaux près de l’île Hainan et des îles Xisha, dans le sud de la Chine, le 8 juillet 2016. Photo de fichier: Xinhua

L’armée de libération du peuple chinois (APL) a expulsé mardi un navire de guerre américain qui a pénétré dans les eaux territoriales chinoises au large des îles Xisha dans la mer de Chine méridionale, car l’action des États-Unis aurait pu facilement causer un accident, a déclaré mardi un porte-parole de l’armée chinoise, qui a également exhorté la partie américaine à se concentrer sur la prévention et le contrôle du COVID-19 au pays plutôt que sur la déstabilisation de la sécurité et de la paix régionales.

Les récentes opérations de la marine américaine près de la Chine montrent la peur qu’ont les USA de perdre leurs positions et leur influence dans la région Asie-Pacifique au milieu de multiples épidémies de COVID-19 sur ses navires de guerre, ont noté les analystes.

Le PLA Southern Theatre Command a organisé des forces navales et aériennes pour suivre le destroyer lance-missiles américain USS Barry mardi, lorsqu’il a pénétré dans les eaux territoriales de la Chine au large des îles Xisha, a déclaré mardi le colonel principal Li Huamin, porte-parole du PLA Southern Theatre Command.

Ils ont suivi et surveillé son cours, identifié le navire, l’ont averti et expulsé, a déclaré Li.

C’est la première fois que le PLA Southern Theatre Command annonce activement l’intrusion illégale d’un navire de guerre américain dans les eaux au large des îles Xisha, et aussi la première fois qu’une annonce est faite le même jour depuis le début d’arrangements similaires en novembre 2018, selon des sources m’a dit.

Les actions provocatrices des États-Unis ont gravement violé le droit international et les normes connexes, violé gravement la souveraineté et les intérêts de sécurité chinois et accru intentionnellement les risques pour la sécurité régionale, a déclaré Li.

Cela aurait pu facilement causer un accident et va à l’encontre du contexte dans lequel la communauté internationale déploie des efforts concentrés pour lutter contre la pandémie et la volonté commune des pays de la mer de Chine méridionale de sauvegarder la paix et la stabilité dans la région, a déclaré Li.

Selon le compte Twitter de la flotte américaine du Pacifique et d’autres rapports des médias, des navires de guerre et des avions américains ont fréquemment opéré récemment dans la mer de Chine méridionale, la mer de Chine orientale et le détroit de Taiwan.

Les troupes chinoises rempliront résolument leur devoir, préserveront la souveraineté et la sécurité nationales ainsi que la paix et la stabilité dans la mer de Chine méridionale, a déclaré Li.

Un expert militaire chinois qui a demandé l’anonymat a déclaré mardi au Global Times que les États-Unis étaient impatients de montrer qu’ils avaient toujours la capacité militaire même au milieu de multiples épidémies de COVID-19 au sein de leurs forces armées, mais cela a encore révélé la crainte des États-Unis de perdre sa présence dans la région.

La Chine était prête à se défendre contre les provocations militaires américaines, même à son apogée, et l’expulsion d’un destroyer est un avertissement aux États-Unis, montrant que l’armée chinoise est capable et déterminée à sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale, a déclaré l’expert.

“Nous exhortons la partie américaine à se concentrer sur la prévention et le contrôle des épidémies sur sa patrie, à contribuer davantage à la lutte internationale contre la pandémie et à arrêter immédiatement les actions militaires contre la sécurité, la paix et la stabilité régionales”, a déclaré Li.

COVID-19 a éclaté à bord du USS Kidd, un autre destroyer américain, avec 47 cas confirmés sur un total de 312 personnes à bord du navire, a rapporté mardi la Télévision centrale de Chine.

D’autres cas ont été signalés sur d’autres navires de guerre américains, dont le porte-avions USS Theodore Roosevelt.

Les États-Unis devraient mettre de côté leur mentalité de guerre froide, prendre le temps de tester et de mettre en quarantaine tous les cas suspects de COVID-19 dans leurs forces armées et de réduire les opérations militaires comme celle-ci pour éviter une nouvelle propagation du coronavirus, a déclaré l’expert.

Les dirigeants militaires américains mettent en danger la vie de leurs soldats, en gardant toujours à l’esprit les soi-disant rivalités majeures entre les nations, a déclaré mardi au Global Times Zhang Junshe, chercheur principal au PLA Naval Military Studies Research Institute.

Des gens pourraient en mourir, a dit Zhang.

Yoast SEO

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments