Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis glissent dans la pauvreté sous nos yeux

L’épidémie révèle un accroissement de la pauvreté, mais le fait est antérieur à l’épidémie et remet en cause des années durant lesquelles le niveau mondial paraissait résorber la misère. L’article ne note pas ce que cette croissance devait au socialisme et en particulier à la Chine et la manière dont cette dernière a fini par être la seule tendance dont le caractère massif allait à contrario de ce que le libéralisme instaurait sur la planète. Nous y voici au moment où l’épidémie joue y compris aux Etats-Unis un rôle de mise à nu en insistant sur le cas des agriculteurs (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Rubrique: Société Région: USA dans le monde

HOM343242

L’épidémie de coronavirus qui a mis le monde sous contrôle a de nombreuses conséquences négatives, et l’une d’entre elles est l’appauvrissement terrifiant que vivent les gens dans de nombreux pays.

Au début de la pandémie, les conséquences économiques et sociales de l’épidémie étaient comparées à la crise financière de 2008-2009, mais maintenant les chercheurs commencent à la comparer à la Grande Dépression. “COVID-19 met à nu les inégalités socio-économiques et pourrait les exacerber dans un proche avenir”, écrit l’économiste Enrico Bergamini, assistant de recherche au think tank européen Bruegel. Les gens ressentiront le choc économique provoqué par la pandémie de différentes manières, selon leur niveau de revenu, leurs conditions de vie et leur profession, ce qui pourrait rendre la société plus polarisée.

Au début de la crise des coronavirus, les médias étaient dominés par les manchettes selon lesquelles les hommes d’affaires perdaient des milliards dans un court laps de temps, mais avec le temps, les groupes socio-économiques les plus vulnérables ont commencé à ressentir l’impact de plus en plus douloureux du choc financier, car ils risquent de faire face à une détérioration significative de leur niveau de vie ou même se retrouver dénués de tout. L’Organisation internationale du Travail craint que plus d’un milliard de travailleurs soient exposés à un risque élevé de baisse de salaire ou soient laissés au chômage. L’ONU tire également la sonnette d’alarme: la crise actuelle pourrait annuler les progrès importants qui ont été accomplis au cours des dernières décennies vers l’objectif de mettre fin à la pauvreté, qui était fixé pour 2030.

L’augmentation des niveaux de pauvreté devient déjà visible dans de nombreux pays, y compris ceux considérés comme «socialement stables» jusqu’à récemment, où les problèmes de société qui se sont accumulés au cours des dernières années se révèlent et s’intensifient. Par exemple, selon les données du ministère britannique du Travail et des Pensions, le nombre de Britanniques vivant sous le seuil de pauvreté au Royaume-Uni avait atteint un niveau record de 14,5 millions de personnes avant même la pandémie de COVID-19. Il y a récemment eu une augmentation spectaculaire du nombre de personnes vivant dans des ménages à «faible revenu relatif». En 2018-2019, le nombre de personnes vivant dans un ménage à faible revenu relatif a augmenté de 500 000, le nombre le plus élevé de personnes vivant dans la pauvreté au Royaume-Uni depuis la compilation des chiffres en 2002, tandis que le nombre d’enfants vivant en dessous du seuil de pauvreté est passé de 4,1 millions à 4,2 millions au cours de la même période. Selon des experts britanniques, l’épidémie de coronavirus pourrait aggraver ce qui est déjà une situation difficile pour les familles à faible revenu en Grande-Bretagne.

La crise des coronavirus n’a pas épargné l’Amérique, l’hégémon mondial, qui compte désormais non seulement le plus grand nombre au monde de cas de coronavirus confirmés et de décès liés aux coronavirus, mais dont la société connaît également un appauvrissement généralisé à grande échelle. Selon PrisonPlanet.com, la pauvreté aux États-Unis atteint des niveaux sans précédent, la classe moyenne s’éteint de jour en jour, le chômage augmente à un rythme catastrophique et de plus en plus de personnes vivent dans une pauvreté extrême. Selon le United States Census Bureau, environ 47 millions d’Américains vivent actuellement en dessous du seuil de pauvreté. Un enfant sur cinq en Amérique vit avec des coupons alimentaires, et un tiers des enfants vivent dans des familles avec des revenus 60% inférieurs à la moyenne nationale. Environ 1,5 million de ménages gagnent moins de 2 USD par jour, et ces types de ménages ont doublé depuis 1996. Un autre 25% des Américains sont dans ce qu’on appelle les «capitaux propres négatifs», ce qui signifie qu’ils doivent plus d’argent sur leurs prêts que leur propriété ne vaut. Tandis que les 0,1% les plus riches des familles américaines possèdent autant de biens que la richesse combinée des 90% des familles américaines les plus pauvres.

On sait que des réductions drastiques de revenu ont un impact sur la santé mentale et peuvent entraîner des maladies mentales. En raison de la situation actuelle, les taux de suicide aux États-Unis ont augmenté. Il est vrai que les taux de suicide aux États-Unis battent des records depuis des années, mais 2020 s’annonce comme une année particulièrement grave. Bien que ce type d’informations ne soit pas publié officiellement aux États-Unis, certains médias alternatifs américains sonnent néanmoins déjà l’alarme et mettent en évidence cette tendance atroce aux États-Unis d’Amérique – le pays le plus riche du monde. Les agriculteurs américains, où le taux de suicide des agriculteurs est désormais plus élevé que le taux de suicide chez les consommateurs de drogues. Ces suicides sont devenus si répandus ces derniers temps qu’ils ne peuvent plus être dissimulés.

Les producteurs laitiers sont généralement ceux dont le risque de suicide est plus élevé que les cultivateurs pratiquant l’agriculture. Le revenu agricole médian mensuel gagné par les ménages agricoles américains a chuté à 1 325 $ en 2017. Les éleveurs américains sont très souvent contraints de vendre leurs produits pour presque rien ou simplement de les détruire. La forte baisse des prix du lait en 2015 a porté un coup décisif aux exploitations laitières qui n’ont pas encore récupéré. La propagande agressive de l’aile végétalienne militante des éco-guerriers contre les personnes consommant des produits laitiers a posé un autre problème. Greta Thunberg, le visage le plus reconnaissable de l’agenda vert, a activement appelé les gens à faire la transition vers des substituts du lait à base de plantes, ce qui a considérablement contribué à la baisse rapide de la consommation de lait aux États-Unis. Ce mouvement se propage à un rythme particulièrement rapide dans des États «progressistes» comme New York. Et c’est là que le taux de suicide des agriculteurs est à son plus haut niveau depuis le début des records.

Le même facteur économique incroyablement simple conduit les agriculteurs à se suicider dans tout le pays. Le premier problème auquel les agriculteurs sont confrontés est la réalité de devoir vendre leurs produits à un prix égal au coût de production ou de le vendre à perte. S’ils n’ont pas assez d’argent pour nourrir leur famille, ils devront contracter un prêt bancaire l’année prochaine pour payer les semences, les engrais et le diesel, et pour couvrir les réparations du matériel et des machines agricoles. Ces agriculteurs ont une dette énorme qu’ils ne pourront jamais rembourser. L’organisme de crédit envoie des agents de recouvrement chez eux, qui intimident les agriculteurs et leurs familles, en font une démonstration devant leurs voisins et même des menaces de mort directes.

En plus de ces prêts, les agriculteurs souscrivent souvent une police d’assurance-vie, car ils sont sommés de le faire par la banque. Certaines entreprises n’autorisent les versements d’assurance aux bénéficiaires que si l’assuré se suicide deux ans ou plus après l’émission de la police. Trop souvent, après deux ans de paiement de la dette et des intérêts, les agriculteurs pensent que leurs familles recevront au moins une somme correcte et pourront rembourser leurs dettes en cas de suicide.

Un incident survenu le 31 mars illustre l’impact nocif de l’épidémie de coronavirus sur la santé mentale des gens en Amérique, où l’ingénieur de train de 44 ans, Eduardo Moreno, a conduit un train Pacific Harbour Line à l’extrémité de ses voies ferrées à pleine vitesse au port de Los Angeles. Au cours de son interrogatoire, Moreno a admis qu’il avait délibérément déraillé le train, qu’il s’était écrasé à travers une série de barrières et qu’il avait traversé une clôture grillagée au port de San Pedro, alors qu’il avait l’intention de heurter l’USNS Mercy, un navire-hôpital de la Marine, qui lui semblait «suspect». N’oublions pas que le Mercy est un hôpital flottant qui avait été envoyé à Los Angeles pour aider les autorités dans la lutte contre le coronavirus. Le navire est destiné à accueillir les patients des hôpitaux locaux qui ne sont pas infectés par COVID-19,

Il est peu probable que la situation aux États-Unis s’améliore dans un avenir proche. Les petites et grandes entreprises sont contraintes de licencier leurs employés ou de les faire prendre un congé sans solde. Des millions d’Américains perdent leur emploi alors que le travail dans les grandes et les petites entreprises est suspendu pendant la pandémie de coronavirus, ce qui ne fera qu’augmenter le niveau de pauvreté parmi les Américains ordinaires. Compte tenu de l’énorme pression financière et du stress psychologique causés par la pandémie de COVID-19 et la longue période de confinement, l’inégalité dans la société américaine ne fera que s’accentuer, ce qui pourrait entraîner une augmentation des troubles sociaux.

Vladimir Odintsov, commentateur politique, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments