Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’intelligence artificielle ou le nécessaire équilibre des pouvoirs

Voici une toute autre manière de poser la question de l’intelligence artificielle que celle venue des USA qui consiste à nous faire participer à une campagne de peur (toujours comme par hasard orientée contre le Chine et la Russie alors que ce sont les USA qui ont lancé la course et ne sont pas prêts de s’arrêter). Si l’on considère, ce qui est mon cas, que le fait que l’URSS ait la bombe nucléaire nous a sauvé de nouvelles expérimentations US de type Hiroshima, on ne peut que se féliciter que dans cette nouvelle course surgisse le même équilibre et que celui-ci oblige cet empire avide et pillard à la coopération au lieu de la concurrence. Il faut beaucoup d’aveuglement, de néo-colonialisme et d’obscurantisme, entretenus dans nos mentalités occidentales par tous nos appareils idéologiques, de l’école aux médias en passant par la ré-interprétation de l’histoire, pour nous apeurer avec un pays comme la Chine et aussi la Russie qui n’ont jamais porté la guerre hors de chez eux. Alors que l’endoctrinement dont nous sommes victimes feint d’ignorer, comme s’il s’agissait d’un futur, la réalité ce que font les USA (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Rubrique: PolitiqueRégion: USA dans le monde

La vérité sur l’intelligence artificielle (IA) et le processus d’apprentissage automatique (algorithmes qui apprennent par eux-mêmes plutôt que d’effectuer des tâches basées sur la programmation humaine) est un peu moins spectaculaire que celle décrite dans les films hollywoodiens. L’impact des technologies de l’information avancées sur la guerre moderne n’en sera pas moins significatif.

Déjà, l’apprentissage automatique permet l’automatisation, y compris les voitures autonomes et l’analyse par des ordinateurs qui dépassent de loin les capacités humaines moyennes. C’est le développement qui a déjà un impact significatif sur l’économie nationale et mondiale. Si nous traduisons ce processus en divers aspects de la guerre moderne, il devient clair que celui qui agit le premier et le plus efficacement aura un immense avantage sur ses adversaires.

Cela peut expliquer pourquoi il y a une «course aux armements» de l’IA pour ainsi dire. Les États-Unis, la Russie et la Chine se battent tous pour développer non seulement des applications en intelligence artificielle et en apprentissage automatique, mais aussi en investissant dans les ressources humaines et en construisant l’infrastructure pour continuer à le faire à un rythme accéléré.

La Chine compte déjà le deuxième plus grand nombre de chercheurs impliqués dans l’IA, juste derrière les États-Unis. Elle et d’autres États continuent d’investir dans l’IA et ses diverses sous-disciplines, pleinement conscients de l’impact que cette technologie a de plus en plus sur l’économie et la sécurité nationale.

La boucle OODA 

Le colonel John Boyd de l’US Air Force a développé ce qui est maintenant connu sous le nom de boucle OODA. OODA représente le processus d’observation, d’orientation, de décision et d’action. Ce processus est non seulement encore utilisé par l’armée américaine (toutes les branches), mais aussi un processus adopté par de nombreuses entreprises.

Cela nécessite avant tout la capacité d’accumuler non seulement d’immenses quantités d’informations au cours du processus «d’observation», mais également la capacité de donner un sens à ces informations. Les analystes humains sont limités par la quantité d’informations qu’ils peuvent parcourir, et même alors, ils sont limités par diverses failles humaines qui peuvent empêcher une juste interprétation des informations qu’ils filtrent.
L’IA, d’autre part, est capable de passer au crible d’immenses quantités d’informations, à des vitesses incroyables et avec une précision prouvée à plusieurs reprises comme supérieure aux analystes humains.

Pour avoir une idée de l’échelle de laquelle nous discutons, considérez le fait que Facebook dispose d’algorithmes d’IA qui passent au crible, identifient les visages et les objets à l’intérieur et étiquettent avec précision 350 millions de photographies monumentales  … quotidiennement.

Lors d’une conférence en 2017 au US Naval War College, l’amiral John Richardson allait mettre en évidence deux points clés.

Tout d’abord, aujourd’hui avec les technologies de l’information et les capteurs (y compris les satellites, les capteurs au sol et les informations disponibles sur Internet), une quantité massive d’informations est désormais disponible stratégiquement et tactiquement pour les commandants militaires. Deuxièmement, quelle que soit la nation capable d’accumuler et de donner un sens à ces informations, les plus rapides auront un avantage sur leurs adversaires.

Les processus «observer» et «orienter» de la boucle OODA actuellement et à l’avenir dépendent de la capacité d’acquérir et de donner un sens à ces informations, fournissant aux commandants les informations les plus cruciales parmi la grande quantité d’informations disponibles afin de « décider » et « agir ».

Un algorithme d’IA capable de traiter des images, du texte et d’autres formes d’informations par centaines de millions en une seule journée et de les classer et de les hiérarchiser avec précision est clairement un outil qui sera essentiel pour la guerre future.

Les États-Unis, à travers les institutions et les entreprises publiques et privées, investissent massivement dans le développement de la capacité de faire plus et mieux que les autres nations.

AI Arms Race: courir vers l’équilibre mondial? 

La boucle OODA a été conçue à l’origine comme un moyen de créer une armée agile capable de surmonter la force brute d’un ennemi beaucoup plus grand mais moins agile. Aujourd’hui, c’est une lame qui coupe dans les deux sens. Les États-Unis, qui ont conçu et développé ouvertement la boucle OODA, en continuant aujourd’hui à l’intensifier avec l’IA et l’apprentissage automatique, pourraient se retrouver soit les militaires les plus rapides surpassant des ennemis plus grands mais moins rapides soit surpassés par les nations qui réussissent mieux à intégrer l’IA et les machines. apprendre leurs propres processus d’intelligence et de prise de décision.

Actuellement, la question de savoir qui a le plus grand avantage en matière d’IA n’est pas évidente. Même si les États-Unis possèdent le plus grand nombre de chercheurs en IA et le plus grand nombre de chercheurs de haut niveau, l’IA n’a pas été en mesure de faire une différence significative en faveur des États-Unis en termes de déclin de sa puissance économique et militaire.

Alors que d’autres pays sont pleinement conscients de l’impact que l’IA a et parient sur l’avenir, tout en investissant pleinement dans cette discipline et en essayant de rattraper les États-Unis, il est peu probable que les États-Unis acquièrent un avantage significatif en termes d’IA seule. . Celle-ci devra être intégrée à d’autres aspects de l’activité militaire et économique, il semble qu’un équilibre des pouvoirs se développe entre les nations et qu’aucune quantité d’innovation aux États-Unis à elle seule ne produira le genre d’avantage technologique que les États-Unis ont utilisé pour dominer la planète pendant près d’un siècle.

C’est peut-être une évolution encourageante. Cela signifie que les États-Unis devront se réorienter, passer de la concurrence à une manière constructive et collaborer entre d’autres nations plutôt que d’opérer en tentant de leur imposer sa suprématie. Mais pour assurer cet avenir beaucoup plus attrayant, les autres pays doivent continuer d’investir et de développer des outils et des capacités comme l’IA pour garantir qu’un tel équilibre des pouvoirs émerge et soit durable.

Gunnar Ulson, analyste géopolitique et écrivain basé à New York, en particulier pour le magazine en ligne ” New Eastern Outlook “.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments