Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Comme en France, les maisons de retraite en Espagne sont gérées par des fonds et de grandes fortunes

Mercredi 22 avril 2020  Contre-information

NOus sommes devant le même scandale qu’en France, la vieillesse devenu l’occasion d’une spéculation. Cela couche cher à l’Etat mais celui-ci paye en se désengageant de la gestion qui est liée à la seule rentabilité… la mort est leur métier par temps de coronavirus plus que jamais (note et traduction de danielle Bleitrach)

Bien que les milliers de décès dans les résidences remplissent les chaines d’information diffusées jour et nuit, une grande partie de la société ne sait toujours pas qui est derrière les principales entreprises qui gèrent l’entreprise de soins infirmiers dans notre pays.

La crise des coronavirus fait des ravages dans les maisons de retraite, qui sont devenues des sources majeures d’infection. Bien que le nombre de décès que le coronavirus a créé dans les 5 457 maisons de retraite espagnoles ne soit pas exactement connu, selon les données fournies par les communautés autonomes, il dépasserait déjà 14 000 décès.

Selon les données d’Imserso, l’Espagne comptait au total 372985 places résidentielles dans 5417 résidences en 2019, contre 351548 places en 2013 dans 5390 résidences. Les entreprises s’engagent à offrir plus de places et dans une moindre mesure à construire de nouveaux centres.

Les fonds d’investissement étrangers, conscients de l’espérance de vie de la population espagnole, font des affaires succulentes en l’absence d’offre publique. Initialement, cet investissement implique des dépenses importantes, mais à moyen et long terme, il est généralement assez sûr et stable, compte tenu du vieillissement progressif de la population.

L’entreprise de résidence recueille plus de 4 500 millions d’euros par an et le chiffre continue de croître. Selon l’Observatoire Sectoriel du cabinet de conseil DBK, la rentabilité de ces sociétés est de l’ordre de 4 ou 5%. 

L’inadéquation entre la demande et le nombre de places est équivalente à 4,1%, il y a 4,1 lits disponibles pour 100 personnes, un pourcentage inférieur au ratio de 5% recommandé par l’Organisation mondiale de la santé. Julián Salcedo, expert en immobilier, docteur en économie et ex-directeur de Mapfre, estime qu’en ce moment le déficit de lits est de l’ordre de 10 000 et même il y en a qui vont plus loin, comme l’Association des directeurs et gestionnaires des services sociaux , qui le chiffre à environ 70 000. 

Ce secteur reste très fragmenté mais au cours des dernières années, il a eu tendance à se concentrer. 23% des places sont entre les mains de cinq grandes entreprises: DomusVi, Amavir, Orpea, Ballesol et Vitalia Home, qui gèrent généralement de grands centres de plus de 100 lits.

Ces entreprises facturent entre 130 et 400 millions d’euros. À titre d’exemple, la plus grande entreprise de ce secteur, DomusVi a facturé 376,9 millions d’euros en 2018 et devrait dépasser 500 millions en 2019. Actuellement, une partie du capital de ces cinq sociétés est détenue par les soi-disant fonds d’investissement qui, selon Ignacio Fernández -Cid, président de la Fédération des entreprises de l’unité, ” n’entrent pas dans la gestion” et ne cherchent qu’à “gagner en rentabilité”.

Plus précisément, les propriétaires de Domus Vi comprennent le fonds anglais ICG et la société holding française SRS. En revanche, la société Orpea détient depuis 2013 une participation dans le fonds de pension canadien CPP Investment Board et la société Amavir, dans la société d’investissement Creadev. Enfin, Vitalia Home est détenue à 80% par le fonds britannique CVC, l’un des plus importants au monde.

Ces fonds rachètent une partie des entreprises, les font croître et dès qu’elles sont suffisamment grandes, elles les vendent à un tiers, obtenant ainsi un bénéfice de plus de 10% contre 4% généré par la direction elle-même, comme l’indique l’économiste Julián Salcedo.

«L’entrée des fonds d’investissement dans les résidences est la démonstration tangible qu’il s’agit d’une entreprise dans laquelle les avantages économiques prévalent sur l’attention à nos aînés. Comme ils sont dans le secteur résidentiel, on peut être sûr que la situation s’est aggravée. Par exemple, dans le classement que nous avons établi sur les résidences sanctionnées par la Communauté de Madrid entre 2014 et 2018, Orpea est en tête, avec dix, Sanitas, avec neuf, Amavir, avec sept et Domus Vi, avec quatre », maintient le Président de la Plateforme pour la dignité des personnes âgées dans les résidences, Miguel Vázquez.

Les associations familiales et les syndicats sont très concernés et proposent que la solution vienne du public et que l’Etat investisse dans le secteur à travers un Plan de Création de Résidences Publiques qui compense le déséquilibre.

La croissance de ce secteur dépend également des investissements publics, des fonds alloués par les Communautés autonomes. Pour comprendre le poids de l’État dans ce secteur, il suffit de se référer aux chiffres du DBK Sectorial Overseer de 2018: 59% du marché total correspondait aux résidences privées (2655 millions d’euros de chiffre d’affaires), 30,4% concerté (1 370 000 euros) et les 10,6% restants au public. Et en ce qui concerne les lits, selon cette même entité, 65% étaient de purs lieux privés (186 300) et les mixtes en représentaient 99 100.

Les autonomies paient environ 60 euros par jour et par résident aux entreprises qui gèrent des résidences avec des lieux mixtes (entièrement financés) ou des centres publics (gérés indirectement), un chiffre faible compte tenu des services inclus dans une résidence et qui ont de nombreuses entreprises ont décidé de ne pas conclure d’accord avec l’administration.

Cependant, il est inévitable que de nombreuses entreprises finissent par organiser des places car les pensions ne sont pas suffisantes pour payer des places privées et celles qui peuvent les payer ont recours à des patrimoines économiques, à des économies et à une aide familiale.

Source: 65m et plus

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments