Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Arrêtez de raconter n’importe quoi, écoutez ce que vous disent les Chinois

Nous voyons encore dans les réseaux sociaux trop de gens qui sous-estiment ce qu’est ce virus. C’est l’erreur que reconnaissent les Chinois, ils nous mettent en garde contre la division opérée entre symptômes légers et malades. Les premiers renvoyés chez eux et seuls les autres traités en milieux hospitaliers. Le confinement doit être plus sévère.

Ils nous invitent également à considérer que toute l’humanité doit faire front ensemble contre cette épidémie, qui de surcroît pourrait en annoncer d’autres, opérer des mutations. Seul un vaccin auquel travaillent de nombreux pays et de nombreuses équipes de chercheurs présentera un début de garantie.

Comme je le signale souvent il n’y a pas que les pays dirigés par des communistes qui ont compris la nature du mal et la nécessité d’une réponse collective, mais ce n’est pas un hasard si la quasi totalité des pays communistes a pu se positionner de la sorte. En effet, ils ont su développer un système de santé, d’éducation et de recherche qui lutte contre l’obscurantisme, adopte une attitude rationnelle autant qu’ils se montrent sur ces bases capables d’obtenir une mobilisation de la population. Ils ont la conviction de l’égalité profonde entre les êtres humains et le fait que chacun dépend des autres et en ont fait la base d’une culture.

Si pendant le confinement indispensable, des professions sont nécessaires, des volontaires peuvent être sollicités, ceux-ci doivent être protégés comme le personnel médical lui-même. Il n’y a pas de hiérarchie, simplement des gens qui œuvrent ensemble. Les nouvelles technologies doivent être utilisées dans ce combat collectif. Tout le reste n’est que rumeur, complot d’enfants gâtés.

Les qualités qui sont exigées dans ce combat contre l’épidémie, seront celles que nous devrons déployer dans les luttes contre le réchauffement climatique et d’autres périls, elles n’admettent ni obscurantisme, ni élitisme, ni racisme, ni tout autre division, mais la recherche des coopérations, quels que soient nos choix politiques et de civilisation nous devons les retrouver si nous voulons vaincre cette maladie et que l’humanité survive.

Danielle Bleitrach

Mon expérience dans les rues marseillaises, le lendemain du discours de Macron, le 14 avril 2020

Il s’avère que j’ai fait hier une expérience qui m’a beaucoup appris sur la situation. Mon frère qui est dentiste m’avait donné une dizaine de masques qu’on leur a distribués. Par des voies chinoises, j’ai bénéficié d’une quinzaine de masques. J’ai fait mes calculs, je n’en ai pas besoin de plus de 5 puisque je ne sors que tous les 15 jours. Donc j’ai décidé de donner les autres, deux à l’infirmière qui vient me voir, le reste à un ami dont à l’inverse de moi, les fenêtres donnent sur la rue et qui peut donc les distribuer aux éboueurs et autres travailleurs et en garder 5 pour lui. Je suis donc partie avec mes masques. J’ai rencontré un premier camion avec deux hommes qui déchargeaient des matériaux de chantier. Ils n’avaient pas de masques. Je leur en ai proposé deux. L’un des hommes à l’accent et au type yougoslave a décliné mon offre en m’expliquant qu’il leur était impossible de porter de lourdes charges comme des sacs de ciment avec un masque sur la bouche. Un peu plus loin il y avait deux hommes qui attendaient leur patron, du travail au noir… ils n’avaient pas de masque mais se tenaient à un mètre de distance l’un de l’autre… je leur ai donné deux masques… ils étaient très contents…

Premier constat le travail au noir dont vit cette ville se poursuit, il faut bien vivre et les prix augmentent tous les jours sans que le gouvernement songe à bloquer lesdits prix.

Un peu plus loin il y avait une femme, une septuagénaire, un peu clodo avec son chien… Elle m’a dit “je suis un être libre” et a refusé… puis une autre qui m’a dit: “j’ai commencé comme ça, si je dois être infectée c’est fait et elle a développé un long argumentaire pseudo savant qui fleurait bon les réseaux sociaux… dans leur fausse science… pas une de ces femmes ne pensait à ceux qu’elles pourraient protéger si elles étaient contaminées… elles savaient, elles étaient libres….

Non seulement Macron et ses mensonges avait réussi à créer cette situation irresponsable, mais il avait réussi à leur faire croire que la liberté c’était ça…

Je suis enfin arrivée devant mon copain… je lui ai donné les masques en lui recommandant: “dis-leur que ce sont les communistes qui les leur donnent”… il a souri et dit “quels communistes, les Chinois”… J’ai fait toutes mes courses, beaucoup de gens portaient des masques, mais il y en avait autant sans rien… j’étais très en colère contre macron et ses pareils… qui non contents de nous mentir ont mis la population française dans cet état… Que voulez-vous, je ne suis qu’une vieille dame avec un très mauvais caractère… une vraie “stalinienne” disent certains… mais je sais voir ce qui se passe autour de moi et en tirer des conséquences…

Ce matin, j’ai supprimé 4 amis qui véhiculaient l’idéologie libérale, libertaire, les fausses rumeurs et leur vision obscurantiste de la science.

Marianne m’envoie cette ^photo en m’expliquant: voilà ce que les étudiants chinois distribuent dans les rues d’Arras… avec des recommandations quant à l’usage des masques.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Bonjour,

Concernant un éventuel bloquage des prix, attention, point trop n’en faut car c’est aussi le meilleur moyen de provoquer des pénuries. Si un producteur ou un revendeur ne gagne pas sa vie, il arrête de produire ou de revendre… Si les potentiels producteurs francais de masques se voient imposer des prix chinois, on est pas près d’avoir des masques !… Idem pour l’alimentation…
Contrôler les excès, oui mais étouffer les marges et la pire erreur que l’on pourrait faire…

Je suis tout à fait d’accord avec vous, Danielle : l’état peut et doit agir mais avec discernement. Les politiques coercitives seules ont souvent fait chuter les empires…
Je pense que le gouvernement aurait déjà dû plancher sur un plan ORSEC de l’agriculture et de l’alimentation… La désorganisation en cours des marchés mondialisés ne peut pas ne pas produire de pénuries alimentaires, à court ou moyen termes.

Et ça, c’est pour vous :

https://www.lhistoire.fr/grippe-espagnole%C2%A0-le-tueur-que-lon-nattendait-pas

La deuxième vague de la gripe espagnole ressemble étrangement à celle du covid…

Pas d’accord de par la loi l’état et les préfets ont droit de réquisition y compris des productions agricoles. Refuser de produire l’alimentation c’est condamner à mort les classes populaires. La France a déjà imposé des prix de vente et même des tickets de rationnement et des distributions gratuites aux enfants de lait par exemple. La propriété privée tue. Tuons la propriété privée des moyens de production.

toujours avec vous