Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les Echos, Coronavirus : les Français font des relocalisations la priorité de l’après-crise

EXCLUSIF

Quand nous disions “produisons français”, certains voulaient y voir un nationalisme suspect. Aujourd’hui est-ce que cela sera comme pour l’UE, allons-nous laisser à l’extrême-droite, à ses mensonges, à son racisme, le dévoiement de solutions de bon sens et que la vie nous impose. Produire français, cela ne signifie pas refuser les coopérations internationales, y compris européennes, cela signifie les planifier (allons nous laisser ce mot à Macron qui hier a revendiqué, lui aussi abusivement cette idée). Produire français, c’est mieux articuler grandes entreprises, PME, initiatives locales, c’est choisir le dynamisme sur l’inertie bureaucratique des profits. Bien sur les Echos parlent de Montbourg et pas des communistes, cela ne nous étonne pas d’un journal financier, mais il faut dire que les communistes sont devenus inaudibles, effacé derrière les sociaux démocrates sous toutes leurs formes ou avec un jargon que personne ne comprend. Avec Fabien Roussel le langage est déjà plus clair mais il reste à aller plus loin dans la clarté.(Note de danielle Bleitrach)

Selon le sondage Odoxa-Comfluence pour « Les Echos » et Radio Classique, les Français ne veulent pas que l’après-coronavirus ressemble à l’avant. Ils se disent prêts à une hausse des prix en contrepartie de la relocalisation des productions essentielles et d’une poussée du « made in France ».

Emmanuel Macron a promis, dès la mi-mars , des « décisions de rupture » une fois gagnée la « guerre » sanitaire contre le coronavirus. Notamment pour « reprendre le contrôle » sur la mondialisation et construire une France et une Europe « souveraines »« Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie à d’autres, est une folie », a-t-il souligné. Cette inflexion, les Français la réclament en tout cas massivement, selon le sondage Odoxa (1) réalisé pour « Les Echos » et Radio Classique, en partenariat avec la société de conseils Comfluence.

Les attentes sont quasi unanimes. A l’issue de cette crise, plus de neuf personnes interrogées sur dix veulent que l’exécutif garantisse « l’autonomie agricole de la France » (93 %), pousse « la relocalisation des entreprises industrielles » (92 %) et « favorise la recherche et la production des laboratoires pharmaceutiques français et étrangers dans notre pays » (91 %).

« Plus jamais »

Cela n’empêche pas l’opinion de réclamer aussi, à une très large majorité, un renforcement de la politique écologique (87 %), une « nouvelle impulsion » de l’Union européenne (76 %) et le « retrait » d’une réforme des retraites (64 %) déjà suspendue . « La pression qui pèse sur Emmanuel Macron est très forte. S’il veut sortir de cette crise par le haut, l’après ne doit pas ressembler à l’avant », souligne Gaël Sliman, le président d’Odoxa.

Car cette fois, il s’agit, aux yeux des Français, d’une crise absolument majeure, qui bouleversera les choses de fond en comble. Seuls 4 % pensent qu’elle ne les pénalisera pas personnellement et n’aura pas de « conséquences durables » sur le pays. Pour 61 % d’entre eux, nos sociétés ne pourront « plus jamais fonctionner comme avant » et notre rapport aux autres, à l’environnement, à la croissance et à la mondialisation changeront « profondément ».

Non seulement la première leçon de la pandémie est pour les Français que « les entreprises françaises vont devoir relocaliser leurs productions », mais ils se disent prêts à y mettre le prix. Pas moins de 89 % des gens y sont favorables – dont 47 % tout à fait – « même si cela augmente » le coût des produits pour les consommateurs. 93 % souhaitent aussi systématiser la présence d’un label identifiant les produits 100 % « made in France » ou « made in Europe ». « Cette crise change complètement le rapport à la relocalisation et au made in France. La priorité, pour l’opinion, c’est sécuriser la production, coûte que coûte, alors que la question du pouvoir d’achat était jusqu’ici l’alpha et l’oméga et, notamment, au coeur du mouvement des gilets jaunes », analyse Gaël Sliman.

Pour les directeurs associés de Comfluence, Jérôme Ripoull et Vincent Lamkin, « les Français rêvent d’une France autonome » : « C’est la revanche politique d’Arnaud Montebourg et, surtout, celle de l’Industrie ». Ce n’est pas un hasard si l’ancien ministre socialiste de l’Economie, retiré de la vie politique , est sorti de son silence, appelant mercredi dans « Libération » à la « reconquête de notre souveraineté ». Et se demandant au passage si Emmanuel Macron, dont il a moqué le « transformisme intellectuel », est « le mieux placé pour mener une politique de patriotisme économique ».

Pierre-Alain Furbury

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Nous, communistes, sommes devenus inaudibles. Une aberration, après avoir longtemps été le parti de la classe ouvrière, des travailleurs, des masses populaires, avec un quart des Français qui votaient pour le pCf, lui faisaient une totale confiance. Au contact de ce parti, nous avons été des générations de militants à nous enrichir, surtout pas matériellement, pour ceux des jeunes qui pourraient me lire, mais intellectuellement, socialement, en nous informant et nous formant ainsi à la politique, notamment la lutte des classes, cette expérience fut pour moi et tous mes camarades particulièrement enrichissante. Voilà ce à quoi il est temps que… Lire la suite »