Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

The New-york Times: “On n’a jamais rien vu de pareil” : Les voitures font la queue pendant des kilomètres devant les banques alimentaires

Voici le bilan de l’impérialisme en chef avec à sa tête la seule chose qu’il puisse produire: un crétin puéril et effrayant. Il a atteint la seule chose qu’il pouvait espérer: USA devient le premier pays au monde à signaler plus de 2 000 décès par covid-19 en une seule journée. Non seulement parce que son système de santé est délabré, mais parce que ce qu’il définissait comme son point fort, l’économie est elle même incapable d’assurer la survie alimentaire de sa population. Ne nous faisons pas d’illusion, Macron s’il a hérité d’une situation moins délétère en matière de service public ne saura pas plus endiguer cette situation, la faim est déjà là… (note de Danielle Bleitrach et traduction de Catherine Winch)

Des millions de personnes débordent un système caritatif jamais conçu pour gérer une crise nationale.

New York Times 8 avril 2020

À Omaha, un dépôt de nourriture qui ne sert généralement qu’à 100 personnes en a vu 900 se présenter en une seule journée. À Jonesboro, dans l’Arkansas, après une puissante tornade, une banque alimentaire a reçu moins de la moitié des dons qu’elle attendait, car les familles inquiètes ont gardé ce qu’elles avaient. Et dans l’État de Washington et en Louisiane, la Garde nationale a été appelée pour aider à emballer les cartons de nourriture et à assurer le bon déroulement des distributions.

La demande d’aide alimentaire augmente à un rythme extraordinaire, au moment même où les banques alimentaires du pays sont frappées par une pénurie à la fois de dons et de travailleurs bénévoles.

Les agents en uniforme aident à “calmer le jeu” lors des distributions de plus en plus tendues de cartons remplis de boîtes de soupe au poulet et aux nouilles, de thon, de porc aux haricots, a déclaré Mike Manning, directeur général de la banque alimentaire du Grand Baton Rouge. “Leur présence nous assure la sécurité lors des distributions”.

M. Manning, qui travaille à la banque alimentaire depuis 16 ans, y compris pendant la période de l’ouragan Katrina, a déclaré qu’il n’avait jamais été témoin d’une telle conjonction de besoins, de pénurie et d’anxiété. ” Démentiel, voilà la situation en un mot”, a-t-il déclaré.

“Je n’ai jamais rien vu de semblable”, a déclaré Stacy Dean, vice-présidente de la politique d’aide alimentaire au Center on Budget and Policy Priorities, un organisme de recherche de gauche à Washington, D.C. Elle étudie la sécurité alimentaire depuis plus d’un quart de siècle. Les gens adorent utiliser l’expression “la tempête parfaite”, a-t-elle ajouté, “mais rien n’est prévu pour cela”.

Feeding America, le plus grand réseau de banques alimentaires du pays, avec plus de 200 affiliés, a prévu un manque à gagner de 1,4 milliard de dollars pour les six prochains mois seulement. La semaine dernière, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, a annoncé qu’il faisait un don de 100 millions de dollars au groupe – le plus grand don de son histoire, mais qui ne représente même pas le dixième du nécessaire.

Le coronavirus est partout en Amérique, et la faim aussi. La semaine dernière, plus d’un million de personnes ont visionné les séquences enregistrées par les drones d’une longue file de voitures le long d’un méandre de la rivière Monongahela menant à la Greater Pittsburgh Community Food Bank, faisant la queue pour des colis alimentaires.

Une porte-parole de l’organisation, Beth Burrell, a déclaré que 800 voitures ont été servies ce jour-là. La distribution de cette semaine en a attiré encore plus.

TiniMason, 44 ans, se trouvait dans une de ces voitures, faisant son tout premier voyage vers une banque alimentaire. “Nous devons tirer partie au maximum de chaque boîte de conserve, de chaque paquet, de tout ce que nous avons, parce que nous ne savons pas ce qui nous attend”, a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique.

M. Mason a perdu son emploi de cuisinier peu avant l’apparition de l’épidémie. Le bureau de pôle emploi où il cherchait du travail a fermé ses portes et il attend toujours de recevoir ses allocations de chômage. Sa compagne, Crystal Stewart, 49 ans, a perdu son emploi dans un hôtel Marriott Residence Inn, puis a retrouvé brièvement du travail dans un supermarché. Mais elle a commencé à tousser et a été contrainte de s’isoler en attendant les résultats d’un test (son test est depuis revenu négatif).

M. Mason a décrit la vue de kilomètres de personnes en voiture en quête de nourriture comme “une révélation, une expérience hallucinante, que je n’oublierai jamais”. Lui et Mme Stewart ont dit qu’ils ont klaxonné pour remercier les bénévoles, puis sont rentrés chez eux et ont partagé des œufs et des fruits avec des voisins qui ne possèdent pas de voiture.

“Je peux avoir à manger, mais je m’inquiète de savoir comment m’habiller, comment payer le loyer, comment payer la note de voiture, ” a déclaré Mme Stewart.

Près de 10 millions d’Américains déclarent avoir perdu leur emploi au cours de la deuxième moitié du mois de mars. Le nombre réel de nouveaux chômeurs est très certainement plus élevé, et beaucoup d’entre eux n’ont que peu ou pas de protection contre la perte soudaine de revenus. Même avant la crise économique actuelle, la Réserve fédérale estimait que quatre adultes américains sur dix n’avaient pas les économies ou autres ressources nécessaires pour couvrir une dépense imprévue de 400 dollars.

Alors que le Congrès a voté le mois dernier un plan de relance économique de grande envergure qui promettait des versements allant jusqu’à 1 200 dollars à la plupart des adultes américains, on ne sait toujours pas quand les fonds arriveront.

Aggravant le problème, les fermetures d’écoles dans tout le pays signifient que de nombreuses familles qui comptaient sur les petits déjeuners et les déjeuners scolaires gratuits ou subventionnés pour nourrir leurs enfants sont confrontées à des besoins encore plus importants.

Le coût des denrées alimentaires a presque décuplé

Au moment même où de plus en plus d’Américains se tournent vers les associations caritatives, celles-ci sont confrontées à leurs propres pénuries. Elles dépendent d’une main-d’œuvre bénévole, composée en grande partie de retraités. Dans tout le pays, les bénévoles âgés se confinent chez eux pour leur propre protection et sécurité, parfois par choix, parfois sur ordre du gouvernement.

Plus alarmant peut-être, de nombreuses organisations qui donnent généralement de grandes quantités de nourriture ont elles-mêmes fermé leurs portes. Des restaurants, des hôtels et des casinos ont fermé dans tout le pays. Et les épiceries, qui donnent généralement les invendus qui approchent de leur date limite de consommation, ont moins à donner parce que leurs clients inquiets ont dévalisé les rayons.

“Lorsque les Américains ont commencé à faire des stocks de papier toilette, de pâtes, de haricots secs et de tout ce qui leur tombait sous la main, les supermarchés n’avaient plus ces surplus, ni le temps de faire des vérifications des rayons pour savoir ce qu’ils pouvaient donner”, a déclaré Janet Poppendieck, experte en matière de pauvreté et d’aide alimentaire. Elle est également l’auteur de “Sweet Charity ? Emergency Food and the End of Entitlement”.

Le résultat est que les banques alimentaires achètent ce qu’elles recevaient auparavant gratuitement.

À la Food Bank for the Heartland à Omaha, la quantité de nourriture donnée pour le mois de mars a diminué de près de moitié. La banque alimentaire achète généralement 73 000 dollars de nourriture en un mois à cette époque de l’année, mais a dépensé 675 000 dollars au cours des quatre dernières semaines.

À New York, où plus de 19 milliards de livres de nourriture sont distribuées dans des circonstances normales, et où le virus constitue un gigantesque défi pour le système, 49 % des personnes interrogées lors d’un récent sondage au Siena College de la ville déclaraient craindre de ne pas pouvoir manger à leur faim.

Provenance: bennes à ordures

Les banques alimentaires sont de grands entrepôts ou centres de distribution qui approvisionnent des magasins locaux, appelés “foodpantries”, mais qui distribuent également des colis alimentaires directement à certaines personnes. Elles sont une caractéristique relativement nouvelle de la vie américaine.

M. Fisher, qui a grandi à Youngstown, dans l’Ohio, a déclaré qu’avec l’émergence de la Midwestern Rust Belt [zone sinistrée par la désindustrialisation], les églises, les syndicats et les associations civiques ont travaillé à satisfaire ce qu’ils considéraient comme un besoin temporaire. “Personne ne s’attendait à ce que les banques alimentaires continuent jusqu’en 2020”, a déclaré M. Fisher. “Elles se sont développées, elles se sont étendues, elles se sont institutionnalisées.”

Les banques alimentaires sont distinctes du programme fédéral d’aide à l’alimentation complémentaire, connu autrefois sous le nom de “bons d’alimentation”, qui aide les bénéficiaires à acheter leurs propres provisions. Environ 40 millions de personnes dépendent de ce programme, bien qu’avec un récent changement de réglementation dû au gouvernement Trump, 700 000 personnes devaient sortir du programme, avant le début de la crise du coronavirus.

John van Hengel a fondé la première organisation de ce type dans le pays, la banque alimentaire St. Mary’s, à Phoenix en 1967, après une conversation avec une femme qui cherchait à manger dans des bennes à ordures pour nourrir ses enfants. Le concept s’est répandu dans tout le pays, et M. van Hengel a créé le réseau national qui est devenu Feeding America en 1979.

Selon les propres estimations de Feeding America, le SNAP éclipse les banques alimentaires comme source de subsistance pour les Américains dans le besoin, en fournissant neuf repas contre un à partir de son réseau national de banques alimentaires. Mais l’augmentation soudaine de la demande a dépassé la capacité du SNAP à traiter de nouvelles demandes.

“C’est un système très flexible, mais il n’est pas conçu pour absorber 10 millions de personnes en un mois”, a déclaré Mme Dean.

Le nombre de personnes ayant besoin d’aide pour se nourrir a augmenté de façon spectaculaire pendant la Grande Récession. Plus de 50 millions d’Américains étaient en situation d’insécurité alimentaire en 2009, selon le ministère de l’agriculture, mais les chiffres se sont améliorés de manière significative, le taux de chômage ayant diminué ces dernières années pour atteindre 37 millions en 2018.

Les problèmes les plus graves surviennent souvent à la suite de catastrophes naturelles comme les ouragans, les tremblements de terre ou les incendies. Mais ceux-ci affectent une région particulière, et les banques alimentaires d’autres régions du pays peuvent intervenir en apportant une aide immédiate à partir de leurs stocks. La crise actuelle, avec les licenciements qui explosent partout simultanément, mettra probablement les banques alimentaires du pays à rude épreuve comme jamais auparavant.

Les gens qui ont faim ont faim tous les jours

Christina Wong, directrice de la politique publique et de la défense des intérêts de Northwest Harvest, une banque alimentaire indépendante de Seattle, a déclaré que le groupe arrivait à la fin de ses stocks de nourriture dans son entrepôt, même ce qu’ils avaient emmagasiné lors d’une collecte de nourriture pendant les vacances. L’opération d’achat en gros de la banque alimentaire, habituée à payer 25 % du prix normal, est maintenant en concurrence avec les épiceries sur le marché libre et commence à devoir payer le prix fort.

Son groupe a estimé que l’État de Washington est passé de 800 000 personnes souffrant de pénurie alimentaire à 1,6 million depuis le début de l’épidémie. Avant la crise, Northwest Harvest essayait de proposer aux clients une expérience humaine digne, aussi proche que possible des courses dans une épicerie traditionnelle, en mettant l’accent sur les aliments frais et locaux.

“Nous sommes revenus à la distribution de colis alimentaires”, a déclaré Mme Wong, avec des macaronis au fromage, du poulet en conserve et du beurre d’arachide formant un colis typique.

Basée à Las Vegas, Three Square Food Bank distribuait auparavant de la nourriture dans 180 magasins du comté de Clark. Depuis l’épidémie – et la fermeture soudaine de presque toutes les attractions touristiques et de jeu de la ville – l’organisation s’est restructurée, avec 10 magasins et 21 nouveaux sites de distribution par drive-in.

Larry Scott, le directeur de Three Square, a déclaré que le groupe avait prévu 200 à 250 voitures par jour à chaque drive-in. Au lieu de cela, ils reçoivent 500 à 600 voitures, avec des files d’attente de six kilomètres de long. “Chaque jour, nous distribuons tout ce que nous apportons sur un site”, a déclaré M. Scott.

Une première surabondance de nourriture de haute qualité provenant de casinos fermés a pratiquement disparu, a dit M. Scott. Maintenant, sa banque alimentaire dépense 300 000 à 400 000 dollars supplémentaires par semaine en liquide pour acheter de la nourriture.

Il a dit qu’il ne voyait aucun répit en perspective. “Ce que nous faisons aujourd’hui doit être répété demain, et le jour suivant, et le jour suivant”, a déclaré M. Scott. “Les gens qui ont faim ont faim tous les jours.”

Ericka Smrcka, fonctionnaire de la Food Bank for the Heartland au Nebraska, s’est rendue récemment à une distribution mobile de nourriture dans un collège voisin de Council Bluffs, dans l’Iowa. Elle est arrivée avec un collègue près d’une heure avant le début de la distribution, constatant que les rues étaient bloquées dans toutes les directions et que la police dirigeait la circulation.

“Nous étions bouleversés, en pleurs”, a déclaré Mme Smrcka. “Oh, mon Dieu. Partout où on regardait, il n’y avait que des voitures.”

Le camion de livraison avait suffisamment de boîtes de nourriture – fruits et légumes, pain et lait – pour 200 véhicules. Quelque 400 véhicules se sont présentés. Mme Smrcka se souvient avoir ressenti une certaine appréhension à l’idée d’aller de voiture en voiture avec rien de plus qu’un prospectus décrivant des ressources alternatives, pensant qu’elle pourrait se faire crier dessus.

Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. “Après être restés assis dans leur voiture pendant une heure sans recevoir aucune denrée alimentaire, ils ont quand même dit merci”, a-t-elle dit, se souvenant en particulier d’un père qui avait quitté le travail tôt pour aller chercher ses trois filles, et qui est reparti les mains vides.

Nicholas Kulish est un journaliste d’entreprise qui couvre les questions d’immigration. Avant cela, il a été chef du bureau de Berlin et correspondant pour l’Afrique de l’Est à Nairobi. Il a rejoint le Times en tant que membre du comité de rédaction en 2005. @nkulish

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments