Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Equateur: Moreno a perdu le contrôle d’un pays dévasté

Pour décrire la situation d’un traître qui s’est vendu aux Etats-Unis et qui se terre tandis que le peuple succombe à une épidémie, et que gère son vice-président milliardaire homme fort du pays Otto, il faudrait la plume de Gabrial Garcia Marquez… Mais comme partout ce que l’on voit et risque de voir partout c’est à quel point l’épidémie fait s’effondrer des sociétés dans lesquelles la précarité, les inégalités avaient creusé des gouffres… (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Le président serait confiné pendant que son vice-président gère la crise. La situation chaotique à Guayaquil.

Par Ricardo Gotta5 avril 2020

Otto Ramón Sonnenholzner Sper est né à Guayaquil en 1983. Homme d’affaires lié à la radiodiffusion, avec beaucoup d’argent et presque autant de pouvoir. Il est devenu vice-président de l’Équateur après la destitution de María Alejandra Vicuña il y a 15 mois, élu par l’Assemblée mais proposé par Lenín Moreno lui-même. Aujourd’hui, le président a son image politique à terre (depuis avant le déclenchement de la pandémie), les critiques s’abattent en déluge et il existe même une hypothèse non confirmée mais validée dans certains cercles politiques selon laquelle le président est confiné dans l’une des îles Galapagos et que de là il émet ses discours: une version pointe la possibilité de sa destitution; une autre affirme qu’il a été exécuté.

Sonnenholzner est, d’une manière ou d’une autre, un homme fort dans un Équateur où le coronavirus est dévastateur. Une théorie est que le flux du tourisme du pays vers l’Espagne est très important et que cela a déclenché la contagion. Une autre est que le gouvernement central n’a eu aucune réaction, comme cela s’est produit dans d’autres pays. À Quito, la ministre de la Santé, Catalina Andramuña, qui réclamait des fonds suffisants, a été destituée et remplacée par le médecin Juan Carlos Zeballos, bien qu’à la lumière des résultats, il était déjà trop tard.

Au moins à Guayaquil, où des dizaines de corps sont collectés par jour dans les rues, car les services d’assainissement et de nettoyage effondrés ne répondent pas à la demande. La province de Guayas est gouvernée par Pedro Pablo Duart et la ville portuaire la plus importante du pays par le maire Cynthia Fernanda Viteri Jiménez, fidèle représentant d’une société profondément chrétienne et de tradition de droite. Une ville aux énormes inégalités, comme l’analyse le journaliste équatorien Christian Racines: «Les vidéos ne mentent pas. À Guayaquil, la pandémie n’a pas été maîtrisée à temps. Elle a été prise à la légère par le gouvernement et il y avait aussi une indiscipline du peuple. La situation sociale est chaotique. Il y a beaucoup de pauvreté, c’est l’une des villes les plus disparates de l’Équateur, celle avec la pire inégalité . Et cela a poussé les gens à chercher leur pain quotidien.

Avec un facteur aggravant: les premiers cas étaient déjà connus en début de mois. Une femme européenne a été testée positive et on a quand même autorisé un match de football avec un public (Barcelona-Independiente del Valle, de Libertadores). Le stade local est situé sur les rives de la rivière Guayas. Plus de 40 000 personnes y ont assisté malgré le fait que le gouvernement central ait annoncé qu’il serait sans public. Mais le maire l’a autorisé. Et Duart a doublé le pari: “Le pire virus, c’est la peur.” À Quito, les cours avaient déjà été suspendus et des heures plus tard, la quarantaine et le télétravail avaient été organisés. A Guayaquil, à la clôture de cette édition, près de 2500 cas avaient été officiellement détectés, même s’il est assuré qu’il y en a beaucoup plus. Le nombre de décès est également incertain: personne ne nie qu’ils sont près d’un millier. Même Moreno lui-même a parlé jeudi de révéler les chiffres. La deuxième ville infectée est Pichincha avec un peu moins de trois cents cas.

Les tweets de Viteri, maintenant, face à la situation chaotique, sont désespérés. “A Guayaquil, il y a des responsables. Les gens meurent dans les rues. Le système s’est effondré et il était déjà extrêmement précaire. À cela s’ajoute la corruption dans l’achat d’intrants avec surtaxes. Il faut donc une aide internationale urgente », dit amèrement Racine.

CoronavirusEquateur

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments