Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le Chat, il faut que tu arrêtes de gober tout ce que tu entends à la télé…

vingtième jour de confinement, enfin je n’en sais trop rien, quand on aime on ne compte pas et je crois bien que je t’aime le chat. Je me demande d’où ça vient ce sentiment d’euphorie à être là tous les deux à faire des choses simples. Pourtant tu ne me rends pas la vie facile. Le matin à trois heures tu me réveilles en grattant avec obstination à ma porte, tu as faim. Je hurle en vain : “Fous-moi la paix, Che”, non tu insistes. Il faut que je me lève, je me fais un café, une orange pressée et je me mets au travail, je t’ai ouvert un paquet de nourriture, repu tu me fous la paix, je me demande ce que tu ferais sans moi, toi qui n’a pas de main…

Le chat, d’ailleurs tu ne fais aucun effort, tu es un paresseux… intellectuellement je sais bien que c’est pareil. Tu ne veux pas connaitre simplement reconnaître ce que tu sais déjà, tu ressasses et tu m’étouffes sous le poids de tes certitudes acquises à force de regarder la télé.

Comme tous ces gens qui me déversent le flot de ce qu’ils croient leurs pensées, le fruit de leur réflexions sagaces. Exactement ce que je viens d’entendre répéter d’une manière ininterrompue sur BMTV et redire dans des émissions d’approfondissement dans des débats si peu contradictoires qu’ils en deviennent confus à force de chercher le détail qui justifie le fait d’être plusieurs … Je viens juste de fermer la télé et ils viennent me porter la chose, comme toi quand tu me ramènes de tes expéditions un machin innommable, là juste sur le tapis… tout en m’expliquant à quel point eux sont des êtres libres, informés et quel dommage que quelqu’un comme moi se laisse ainsi manipuler par des dictatures qu’aucun français digne de ce nom ne supporterait.

A l’ordinaire, dans le quotidien, on survit à ce genre d’échange soit parce qu’il y a la proximité des corps, un sourire, parce que les propos sont pris dans la vie, dans les gestes du quotidien, les contacts sont plus rapides, là dans ce foutu téléphone cela devient comme le supplice de la goutte d’eau, on sait les mots qu’ils vont dire, on les connait…

Mais là avec le confinement, les mots vous envahissent, des hauts parleurs viennent vous crier de leur mirador: “nous sommes un pays libre, informé…”

Alors que simplement nous goûtons un plaisir intense, toi et moi dans la petite cour vers midi, quand le soleil inonde notre rez de chaussée et que la branche de cerisier du voisin n’a encore que de toutes petites feuilles et fleurs, tout à coup je suis cernée, c’est Christophe Barbier lui-même qui a pris la place de cet individu familier dont je soupçonnais à peine la capacité d’adhésion aux idées reçues de toute la racaille télévisuelle, tous ces experts qui en dernier ressort s’appuient sur la police de Castaner avec ses petits bâtons, ses grenades par temps de paix… ou son carnet à contre danse à défaut d’explications cohérentes..

Ton grand avantage le chat c’est que non seulement tu n’as pas de main, mais tu ne parles pas. Alors je vais essayer d’ouvrir pour toi cette boîte à image. Tu vois cet ouvre-boîte, cela s’appelle le doute…

Tu n’entendras jamais parler du blocus que subit Cuba. Il est des injustices si criantes, si phénoménales, si anciennes, que tout le monde parait s’y habituer, elles deviennent la norme… Tous ces gens qui savent aucun ne me téléphone pour me dire c’est incroyable ce qu’on inflige à ce petit peuple si généreux d’un tel niveau … Quel tort a-t-il pour subir cela? … Qu’est-ce qu’on peut faire, vous qui êtes communiste, vous avez sûrement une idée?

En revanche, ils ont toujours une réserve d’indignation goguenarde pour des peuples au nom imprononçable pourvu que le coupable supposé soit la Chine… C’est pas qu’ils iraient se faire tuer pour les yoghourts ou même pour les hongkongais… mais ça c’est une sujet de conversation intéressant pour ces temps de choléra comme l’amour dirait Gabo…

Pourquoi, je te le demande et ne te dérobe pas: tout ce que font les Etats-unis et son voyou officiel, la CIA parait de l’ordre de la norme démocratique avec certes quelques petits travers mais que ne pardonne-t-on pas à l’oncle Sam? Cette complaisance tranche avec l’indignation, la rapidité mise à relayer les rumeurs fussent-elles totalement infondées contre ceux que les Etats Unis désignent à cette presse vassale et à l’opinion publique française comme ceux qui osent lui résister.

Ne vous êtes vous jamais demandé le spectacle que nous donnions au monde: une cargaison de masques venant de Chine destinés à la France détournée par des Américains. Dans la région lyonnaise,la France réquisitionne 4 millions de masques destinés à l’Italie et l’Espagne. La Tchéquie pique les masques destinés à l’Italie… bonjour l’ambiance…et ce n’est que le sommet de l’iceberg, l’anecdote…

Ces gens dont je me demande l’intérêt qu’ils ont à relayer les campagnes de l’empire et à ignorer ses victimes, ont fait des études pour la plupart, mais vois-tu ils confondent depuis si longtemps culture et défense de la propriété privée que leur adhésion est devenue de l’ordre du réflexe conditionné. Le doute est de l’ordre du despotisme prêt à s’attaquer à leurs modeste avoir. L’être c’est l’avoir donc le paraître a dit je ne sais qui…

Faites un effort d’imagination:

Imaginez que ce soit le président XI qui ait prononcé ces paroles: “Si nous avons 100.000 morts alors qu’on en prévoit 200.000 nous aurons fait du bon travail… “La manière dont cela aurait été répété en boucle, l’énigmatique Xi aurait été montré la bouche tordue de haine, le sang coulant de ses crocs. Imaginez que les scènes incroyables que l’on laisse passer au compte-goutte de la ville de New-York où s’accumulent les morts aient eu lieu il y deux ou trois mois à Pékin. Vous allez me répondre, mais je n’ai jamais défendu Trump, j’ai toujours préféré Obama.

Alors faites encore un effort: Imaginez par rapport à ce que nous tolérons en Europe que dans cette épidémie qui dévaste les Etats-Unis, les Cubains, les Vénézuéliens, les Russes et les Chinois aient décidé de grandes manœuvres sur le sol des Etats-Unis, 30.000 hommes de troupe débarquent pour mesurer combien de temps il leur faut pour aller du Texas au Capitole, l’état des routes pour laisser passer une armée. Comme l’armada est à son tour atteinte par l’épidémie elle s’installe en garnison du côté de la côte Est qu’elle occupe désormais de manière permanente, tandis que le coronavirus exerce ses ravages dans la troupe et que volent les avions supersoniques, et que la population américaine connaisse dans ses hôpitaux le drame du sous-équipement médical des politiques d’austérité et que celle-ci soit encore menacée de devoir augmenter son budget militaire pour financer ce genre d’expédition. C’est fou non ?

Et bien un petit dernier pour la route, sais-tu le chat qu’en ce moment même le porte-avions “Théodore Roosevelt” envoie des signaux de détresse, une centaine de personnes sont tombés malades à bord. Un porte-avion c’est comme les sous marins nucléaires, quelque chose qui dit l’impérialisme, un mec peut venir dans les eaux internationales et de là te canarder pour t’apprendre à vivre, pas parce que tu le menaces en quoi que ce soit parce que tu menaces les intérêts qu’il prétend avoir sur toi. Il y a les Etats-Unis, mais aussi leurs roquets dont nous Français qui en usons ainsi avec le monde…

Le porte-avions Theodore Roosevelt, qui est maintenant situé près de l’île de Guam dans l’océan Pacifique, a envoyé un signal SOS au Pentagone suite à la présence de coronavirus à bord.

Au total, il y a 4 000 militaires sur le navire, rapporte le capitaine Brett Crozier dans son rapport: «Nous ne sommes pas en guerre, les marins ne doivent pas mourir. Si nous n’agissons pas maintenant, nous ne serons pas en mesure de prendre correctement soin de notre atout le plus fiable : nos marins. »

Le capitaine demande une évacuation urgente, mais le ministre de la Marine Thomas Modley n’est pas d’accord avec lui: «Nous prenons les mesures appropriées, mais ce n’est pas un bateau de croisière. Ce navire a des armes, des avions et un moteur nucléaire. » selon CNN.

Le porte-avions Ronald Reagan a également signalé les premiers cas de COVID-19.

Le capitaine Brett Crozier tente de défendre quelque chose il est vrai de totalement illogique : il n’a pas compris que l’impérialisme dont son pays est le principal bras armé est en guerre avec tous.

Pas plus d’ailleurs que ceux qui me téléphonent pour m’expliquer à quel point je suis un individu idéologisé qui refuse de voir que je soutiens des dictatures.

Voilà le chat, je crois que si je ne les supporte plus c’est que je ne peux pas leur échapper alors que je suis si heureuse avec toi, mes lectures, ma gymnastique quotidienne, le ménage, mes écrits… Pourtant je les aime pour la plupart et ça m’est toujours un plaisir de les voir, sauf que là… Je me demande d’ailleurs si ce sentiment de plénitude que j’éprouve parfois est une sorte de syndrome de Stockholm, ou de complexe de Diogène, à la différence près que je passe mon temps à tout laver… mais j’ai le cœur qui se dilate de bonheur y compris quand tu lèves vers moi ton museau de petit clown ou quand tu viens te rouler patte en l’air et ventre offert, sur mon bureau pour réclamer une caresse, la pile de livre, les papiers que tu fais tomber… “occupe-toi de moi, nous nous aimons”…

Danielle Bleitrach



Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Selon les commentaires “avisés”, le porte-avion “Theodore Roosevelt” aurait attrapé le virus au Vietnam, à DA NANG pour être plus précis, ville de tant de mauvais souvenirs de la guerre du Vietnam. Mais que faisait ce porte-avions en mer de Chine? C’est vrai les Etats-Unis sont partout chez eux dans le monde…..au moins, selon nos commentateurs “avisés”. Leurs bateaux s’entraînent à faire la guerre pour sauver la terre entière des menaces qui planent sur nos “démocraties”. Combien de pays sont victimes des sanctions américaines….Plus de 30, je crois. Démocrates ou Républicains, les dirigeants des Etats-Unis ( je me refuse à… Lire la suite »

C’est aussi dans le cadre du conflit maritime entre la Chine et le Vietnam

C’est encore un commentaire bizarre DANANG comme départ de leur épidémie car les cas au Vietnam ne st pas situés ds cette région et restent très marginaux le viet nam ayant fermés ses frontières début mars , imposé une quarantaine à tous les arrivants amer loques comprises. Donc le coronavirus était à bord. hors ce porte merde est parti avant l’épidémie déclarée par la CHINE le 31/12/2019 ( oms). Comment se fait-il? Depuis le capitaine a été débarqué par le gouvernement et l’état major. La CIA va-t-elle l’emprisonner à GUANTANAMO? Cnews n’enquetera pas.

Oh la vilaine et sournoise propagande chinoise !
Jugez vous même :
https://youtu.be/pjGnS7qwZYU