Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Coronavirus: les réactionnaires des USA

Dans cet article, il y en a désormais de plus en plus nombreux sur le même thème, en Russie, en Chine et dans le reste du monde, les allégations de l’administration US- étayées par de nombreux articles de la presse occidentale – pilonnant sur l’origine chinoise du virus et sur les pseudos silences du gouvernement chinois communiste donc totalitaire (sic) – sont renvoyées par un effet boomerang aux USA. La coïncidence entre la guerre commerciale livrée à la Chine et l’apparition du virus est partout soulignée dans les articles qui réfutent les thèses complotistes des médias occidentaux et du gouvernement américain. La réfutation vient de haut, y compris maintenant au niveau des ministères des affaires étrangères chinoise et russe. On va voir de plus en plus les forces politiques se ranger soit dans le camp de la campagne de propagande US, soit dans sa réfutation. Il y a toute chance qu’il faille lire dans ce contexte d’allégeance exigée des “alliés” européens aux campagnes antichinoises des Etats-Unis l’explication du refus de Pierre Laurent et de sa bande de signer le communiqué des 76 partis communistes. Il est clair que depuis la Yougoslavie, jamais le secteur international du PCF et l’Humanité n’ont renoncé à suivre une campagne de la CIA (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Rubrique: Politique Région: USA dans le monde

Le coronavirus se propage dans de plus en plus de pays et laisse dans son sillage un nombre croissant de décès. Il est temps que les experts et les hommes du commun se posent des questions légitimes: «D’où vient ce virus mortel, dans quels laboratoires a-t-il été créé et qui est à l’origine de la pandémie?». Nous essaierons d’y répondre le plus objectivement possible.

Le premier pays où le nouveau coronavirus a été détecté et qui a activement commencé à enrayer sa propagation a été la Chine. Lorsque les habitants de la ville de Wuhan ont commencé à être infectés et à mourir, les autorités chinoises ont mis la communauté mondiale en garde contre le danger et ont entamé une bataille sans merci contre le virus.

De nombreuses nations dans le monde ont immédiatement proposé d’aider la Chine et ont rapidement commencé à travailler sur le remède contre le COVID-19.

Mais qu’a fait l’administration américaine actuelle à l’annonce de l’épidémie? Certains médias américains ont commencé à accuser la Chine d’avoir déclenché le virus. Un certain nombre d’articles ont suivi indiquant que la Chine était à l’origine du virus. L’auteur de cet article a eu l’impression que ces journalistes avaient été témoins de sa création ou qu’ils avaient été soigneusement informés de ce qu’il fallait écrire. Un marché de fruits de mer à Wuhan a également été mentionné comme la source du virus. Il y avait aussi des histoires suggérant que l’apparition inattendue du nouveau coronavirus était due à l’homme, et que des gens auraient pu utiliser la théorie selon laquelle le virus provenait d’animaux pour cacher la vraie nature de ses origines.

Les gens s’ils sont intelligents et astucieux savent avec certitude que seuls les voleurs et les fraudeurs font le plus de bruit lorsqu’ils fuient que ceux qu’ils ont volés ou trompés. Et c’est exactement ce que certains théoriciens du complot américain ont fait, par pure stupidité, car ils ne se soucient pas d’être objectifs et, au lieu de cela, ils ne cherchent qu’à obtenir de la publicité et une audience plus large. Ensuite, de l’avis de l’auteur, des articles analytiques plus sérieux ont été publiés, insinuant que le nouveau virus avait été créé par des biologistes de l’armée et provenait de laboratoires américains.

En bref, ils ont déclaré qu’à la suite d’expériences, le génome du coronavirus semblait contenir des «insertions de type virus VIH». Selon les biologistes responsables de la recherche, le virus n’était pas le produit d’une évolution ou d’une mutation, même théoriquement parlant. Par conséquent, ils ont conclu qu’il aurait pu être créé par l’homme. Le Dr Eric Feigl-Ding a également abordé ce problème en publiant: «Je ne dis absolument pas qu’il s’agit de bio-ingénierie et je ne soutiens aucune théorie du complot sans preuves. Je dis simplement que les scientifiques doivent faire plus de recherches + obtenir plus de données. Et trouver l’origine du virus est une priorité de recherche importante ». Anand Ranganathan, professeur de biologie moléculaire à l’Université Jawaharlal Nehru de New Delhi, et ses collègues ont publié une préimpression (qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs) sur leurs recherches sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV). Ils ont découvert un lien possible entre celui-ci et d’autres coronavirus similaires connus circulant chez les animaux (tels que les chauves-souris et les serpents), et ont trouvé des insertions de type virus VIH dans 2019-nCoV. Aucun autre coronavirus bien étudié n’a une telle structure. Par conséquent, leurs recherches suggèrent la possibilité que le virus ait été conçu et puisse être utilisé pour mener une guerre biologique.

À la lumière de ces récents développements, il semble opportun de rappeler à nos lecteurs qu’une guerre commerciale féroce et sans prisonniers est actuellement en cours entre les États-Unis et la Chine. Et au milieu de cette confrontation, comme par un effet de baguette magique, l’épidémie de coronavirus a commencé en RPC, causant d’énormes dégâts à l’économie chinoise et affaiblissant considérablement la position de négociation de Pékin à la table des négociations.

Même avant la pandémie de coronavirus, de nombreux experts ont signalé que, récemment, Washington, en violation du droit international, développait activement des armes biologiques dans ses nombreux laboratoires situés aux États-Unis ainsi qu’à l’étranger. Apparemment, il existe plus de 200 laboratoires de biologie américains dans le monde: en Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie, Kazakhstan, Moldavie, Ouzbékistan et Ukraine.

Soit dit en passant, l’auteur est tombé sur des articles publiés par des médias ukrainiens affirmant que les autorités locales n’ont aucun contrôle sur ces installations. Il semble que la situation dans un certain nombre d’autres pays où se trouvent des biolabs américains est similaire.

La DTRA (Defense Threat Reduction Agency), qui collabore avec le Richard Lugar Center for Public Health Research en Géorgie, est soupçonnée d’être impliquée dans un incident survenu en Tchétchénie au printemps 2017. Des habitants ont rapporté avoir vu un drone qui semblait propager une poudre blanche près de la frontière de la Russie avec la Géorgie.

Les armes biologiques ethniques (armes biogénétiques), «sont un type d’armes biologiques théoriques qui visent à nuire uniquement ou principalement à des personnes d’ethnies ou de génotypes spécifiques». Bien qu’il n’y ait jamais eu de rapports confirmant l’existence de recherches sur de telles armes, les documents que l’auteur a croisés montrent que les États-Unis rassemblent des informations sur certains groupes ethniques, en premier lieu les Russes et les Chinois. D’ailleurs, Washington a récemment qualifié la Russie et la Chine de rivaux principaux. L’auteur pense que l’US Air Force a collecté des échantillons d’ARN russe (acide ribonucléique) dans le cadre d’une initiative fédérale. Apparemment, des informations à ce sujet peuvent être trouvées dans le Système fédéral de données sur les marchés publics. Selon l’article 8 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, les expériences biologiques sont considérées comme des crimes de guerre. Cependant, les États-Unis ne sont pas membres de la Cour et ont tendance à se soustraire à la responsabilité des crimes de guerre.

Du point de vue de l’auteur, il y a un motif caché derrière la pandémie de coronavirus. Et comme certains l’ont déjà deviné, ce n’est pas la grande peste du XXIe siècle mais une maladie très contagieuse qui est apparue au bon moment. En d’autres termes, la pandémie fait partie d’une vaste campagne de désinformation visant à créer la panique et le chaos. Selon les théories chinoises du complot, le virus est apparu à Wuhan pendant les Jeux mondiaux militaires auxquels ont participé des militaires américains et britanniques. L’auteur pense que de nombreux agents de la CIA et du MI6 auraient pu libérer le coronavirus à l’époque, mettant ainsi la vie de chacun est en danger. Incidemment, les Britanniques auraient pu jouer un rôle important dans cette mission car ils ont déjà acquis une expérience similaire en répandant des agents biologiques du parc scientifique de Porton Down près de la ville de Salisbury. L’empoisonnement de Serguei Skripal et de sa fille Yulia donne davantage de crédibilité à la théorie de l’auteur alors qu’ils ont réussi à survivre à l’épreuve.

Il y a plus de 400 000 cas confirmés de COVID-19 dans le monde et des millions d’autres s’inquiètent de la pandémie. Ce qui est curieux pour l’auteur, c’est que non seulement les hommes du commun paniquent, mais aussi les autorités et les fonctionnaires qui se préparent à prendre des mesures de quarantaine sans précédent en Russie, en Chine, en Iran et dans d’autres pays connus pour choisir leur propre voie. La guerre de l’information a servi de catalyseur à une crise qui aurait pu être de moindre ampleur mais grâce à la manipulation de la conscience de masse, ce n’est plus le cas.

L’auteur pense que l’actuelle campagne de désinformation accompagnant la pandémie de coronavirus marque le début du «braquage du siècle». À la suite de cette fraude, les actifs et les économies de nombreuses nations, entreprises et particuliers finiront entre les mains de l’oligarchie actuelle, plus spécifiquement des centaines de familles les plus riches et les plus puissantes. La part substantielle de la richesse mondiale qu’ils possèdent déjà ne fera qu’augmenter, car les riches en veulent toujours plus. Du point de vue de l’auteur, les États-Unis ont l’habitude de voler leurs richesses à d’autres pays et à leurs peuples, et leurs alliés ne font pas exception, par exemple l’Italie.

Viktor Mikhin, membre correspondant de RANS, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ». Tags: arme biologique

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments