Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le coronavirus a révélé une faille importante des troupes de l’OTAN

LES RUSSES SONT TRÈS PINCE-SANS RIRE DANS LEURS OBSERVATIONS, UN CÔTÉ : “COMMENT PEUT-ON ÊTRE PERSAN ?” QUI NOUS APPORTE UNE VISION DECALÉE DE NOS LIMITES PICROCHOLINES (le goût des guerres vaines).

27 mars 2020

Photo: Francesco Bozzo / Fotogramma

IPA / ABACA / Reuters

Texte: Oksana Borisova, Lyudmila Sourkova

https://vz.ru/society/2020/3/27/1031097.html

Les forces de l’OTAN ont montré une incapacité à résister aux attaques bactériologiques: à cause du COVID-19, elles réduisent leurs contingents dans les bases étrangères. Et l’incidence du virus dans l’armée américaine est plus élevée que dans la population civile. Dans le même temps, l’armée chinoise dans des conditions similaires s’est avérée meilleure. Et les forces armées de la Fédération de Russie, où il n’y a pas un seul malade, aident un pays de l’OTAN à combattre le virus.

Cette semaine, le nombre de patients militaires américains atteints de coronavirus a d’un seul coup bondi de 60%, a admis le Pentagone. Au moins 227 cas de la maladie ont été enregistrés. Dans le même temps, le taux d’infection des militaires est en avance sur la dynamique de la population civile américaine. Alors que pour un million de militaires, 175 cas de maladie ont été recensés, il n’y en a que135 chez les civils.

Selon TASS, le Pentagone a ordonné des mesures de sécurité accrues dans toutes ses installations aux USA et à l’étranger. Selon le secrétaire de presse du département, Alyssa Farah, dans toutes les installations, sans exception, les mesures de protection de la santé ont été élevées au niveau “Charlie” – la quatrième sur cinq possibles. Cela implique le transfert d’un plus grand nombre d’employés vers le «télétravail». Il est conseillé à ceux qui servent à l’étranger de se préparer à un éventuel retour dans leur pays d’origine.

La pandémie a également affecté les activités du bloc de l’OTAN dans son ensemble. L’alliance a dû limiter ses exercices Defender 2020. Le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a rappelé que c’est l’armée qui aide la population civile dans le contexte de telles crises, en particulier, fournit ses hôpitaux, s’occupe de la logistique, protège les frontières, etc. La France, quant à elle, a déclaré qu’elle retirait ses troupes d’Irak en raison de l’épidémie.

L’armée russe se prépare également à une confrontation avec l’ennemi invisible. Le ministère de la Défense a diffusé jeudi des images des exercices des troupes de défense contre les radiations, les attaques chimiques et biologiques (RCB) des districts de l’Ouest et du Centre. Les images montrent comment les militaires désinfectent les rues, les bâtiments et leur propre personnel. Les exercices ont lieu dans sept polygones et cinq aérodromes de districts.

Selon des experts militaires, cette incidence élevée parmi les militaires américains indique des violations d’hygiène et une communication active avec les civils. Selon le rédacteur en chef du magazine Arsenal de la Patrie Alexei Leonkov, le coronavirus apportera des ajustements à la carte de l’emplacement des bases américaines, en particulier en Europe occidentale, où «le virus fait maintenant rage».

«L’armée américaine ne peut pas faire face à la menace avec des moyens réguliers dans les bases militaires. Très probablement, un nombre minimum de personnel restera dans les bases et le gros retournera aux États-Unis », a déclaré Leonkov au journal VZGLYAD.

Toute armée moderne, comme les armées des États-Unis, de la Chine ou de la Russie, devrait pouvoir repousser une attaque bactériologique, c’est-à-dire que pour les militaires, en principe, l’apparition de COVID-19 n’a rien de nouveau, disent les experts.

“La protection contre les agressions biologiques consiste en diverses formes de quarantaine, l’utilisation de désinfectants, de vaccinations”, a déclaré Sivkov au journal VZGLYAD. – En cas d’épidémie, les militaires devraient porter des combinaisons de protection et des masques à oxygène. Dans de tels uniformes, il est possible d’entrer dans la zone la plus dangereuse et de procéder à la désinfection. »

Quant aux règles de conduite globales de l’armée lors d’une pandémie, si nécessaire, les troupes du RCB doivent isoler les zones les plus dangereuses. «Des experts en équipement approprié effectuent des reconnaissances biologiques. Après cela, un ensemble de mesures est développé pour protéger le personnel, par exemple, la vaccination.

Dans le territoire attaqué, le traitement est effectué dans le but de détruire les agents biologiques », a-t-il indiqué.

Dans le même temps, Sivkov a noté que l’armée russe était mieux préparée que ses partenaires européens et américains, comme en témoignent les statistiques de morbidité – jusqu’à présent, il n’y a pas d’infection dans notre armée. Ce résultat, selon la conviction de Sivkov, est obtenu grâce à l’héritage du système de santé soviétique – ses normes et standards sont toujours en vigueur.

«L’armée américaine est affectée par ce virus, alors qu’il n’y a pas une seule personne atteinte dans l’armée russe. Dans l’armée russe, le système de protection biologique a été construit selon les normes soviétiques, en tenant compte des réalisations scientifiques modernes », a souligné Sivkov.

Leonkov ajoute que dans notre ministère de la Défense, ainsi que dans l’armée de la RPC, il y a plus de 20 unités pour contrer les risques biologiques, “tandis que les armées d’autres pays n’ont pas de telles unités”. «Ce n’est pas un hasard si l’armée chinoise est venue en aide aux villes en quarantaine. La Chine a hérité de ce type de troupes de l’Union soviétique », a-t-il rappelé. En effet, les spécialistes chinois ont été formés par des spécialistes soviétiques dans les années 1950 et 1960. La même chose s’est produite à Cuba.

L’armée vient en aide aux villes

«Dans le cas d’épidémies, les militaires devraient venir à la rescousse des civils, car toute armée devrait être en mesure de combattre dans des conditions de danger chimique, biologique et radiologique. Pour cela, il existe certaines forces et moyens, des ensembles de protection: combinaisons, masques à gaz, moyens de décontamination des substances dangereuses, etc. », a expliqué Leonkov.

Il s’étonne que le rôle de l’armée dans l’élimination des foyers du virus en France et en Amérique ne soit “pas très important”.

    “S’ils ont ce genre de troupes, depuis combien de temps n’ont-elles pas procédé à des exercices pour éliminer les conséquences d’une attaque biologique?”

– Leonkov pose la question. Dans le même temps, l’armée chinoise est venue à la rescousse des villes mises en quarantaine, a pris toutes les mesures nécessaires pour décontaminer le territoire et a apporté son aide aux travaux de recherche. «En général, les militaires y ont travaillé pleinement», déclare Leonkov.

Rappelons que cette semaine 15 avions équipés de matériel de diagnostic russe, de stations de désinfection, ainsi qu’une centaine de virologues militaires et spécialistes épidémiologiques russes, huit équipes médicales et infirmières sont arrivées en Italie touchée par le coronavirus.

Selon le journal VZGLYAD, vendredi, nos militaires se sont mis au travail. En particulier, avec les militaires italiens, ils ont désinfecté la pension pour personnes âgées Martino Zanki dans la banlieue de Bergame. Selon le ministère russe de la Défense, 2 000 mètres carrés de «locaux internes et de routes d’accès» ont été désinfectés. Au total, les Russes travailleront dans 65 pensions pour personnes âgées, converties pour recevoir des patients atteints de coronavirus. De plus, l’armée désinfectera les locaux et les zones environnantes à l’aide d’un équipement spécial.

Traduction Marianne Dunlop pour Histoire et Société

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments